TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

Grève dans le secteur de la justice : Mouvement largement suivi au Tpi et à la Cour d’Appel de Parakou

justice

(Le personnel judiciaire entre dans la danse ce jour)
Les justiciables et autres usagers du Tribunal de première instance de première classe et de la Cour d’appel de Parakou ont été simplement abandonnés à leur sort hier, lundi 8 Janvier 2018. Ces derniers n’ont pu avoir satisfaction aux différents services dont ils avaient besoin au niveau de ces deux juridictions. La raison d’une telle situation est simple. Le personnel magistrat observe une cessation de travail. Un mouvement de grève lancé par l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab). Un mouvement déclenché à la suite du vote par les députés d’une loi qui retire le droit de grève aux magistrats en République du Bénin.

Au Tribunal de première instance de première classe et de la Cour d’appel de Parakou, même s’il a été constaté la présence au poste de certains magistrats, ces derniers n’y étaient pas pour travailler. La preuve est qu’il n’y a pas eu d’audience ni de services relevant directement des magistrats fournis aux usagers. Ce qui vient convaincre de ce que le mouvement de grève déclenché par l’Unamab pour protester contre le retrait du droit de grève aux magistrats en République du Bénin est largement suivi au niveau du Tpi et à la Cour d’Appel de Parakou pour le compte de la première journée. Car, il faut rappeler que c’est un mouvement de cinq jours sur cinq qui a été lancé par l’Unamab. Ce qui voudra dire que la réquisition demandée par le ministre de la justice, Joseph Djogbénou n’a pas eu un écho favorable.

Mieux, Me. Kolawolé Aimé Odoubourou, greffier au tribunal de première instance de Parakou et trésorier général adjoint du syndicat national des travailleurs de Justice du Bénin (Syntrajab) a déclaré qu’ils sont tous venus au service, mais il nuance, pas pour offrir des prestations aux usagers. D’après ce dernier, aucun usager n’est reçu et aucun service n’est rendu. Il a poursuivi pour préciser qu’après ce boycott, il y aura un mouvement de grève de 48 heures le mardi et jeudi prochain pour réclamer la satisfaction de leurs revendications. Et ceci est un mouvement du personnel judiciaire, ce qui vient compliquer sérieusement la situation.

Albérique HOUNDJO
(Br Borgou-Alibori)

Dernière modification lejeudi, 11 janvier 2018 06:09
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !