TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banner-CASH AND ART- 22

A+ A A-

Démographie et croissance économique : La PF, élément crucial dans la réalisation du dividende démographique

Loukman-Tidjani

Si la planification familiale constitue un outil important voire indispensable dans la marche vers le développement social et économique de toute nation, son rôle dans la réalisation du dividende démographique reste plus que crucial. Des efforts sont consentis pour le contrôle des naissances dans les ménages et les progrès en matière d’amélioration du taux de prévalence contraceptive ne sont point insignifiants. Cependant, le plus grand défi pour accélérer la croissance économique des pays africains dont le Bénin reste la capture du dividende démographique. Dans un entretien exclusif accordé à votre journal, l’Expert des politiques de jeunesse et de participation politique des jeunes, LoukmanTidjani évoque la notion du dividende démographique, le lien Planification familiale-dividende démographique… Lisez plutôt

Veuillez-vous présenter à nous lecteurs…

Je suis Loukman, Abdel Aziz Tidjani, Expert des politiques de jeunesse et de participation politique des jeunes, Champion PF par l’Alliance Droits et santé, vainqueur 2017 du prix 120 under 40 de la Fondation Bill et Merlinda Gate pour mon engagement en faveur de la Planification familiale.

Dites-nous, monsieur LoukmanTidjani, que peut-on comprendre concrètement par dividende démographique ?  

J’avoue que ce thème a fait l’objet de beaucoup de réflexion, de publication et de sommet à divers niveau. L’Union Africaine a même consacrée cette année au dividende démographique. Loin d’être un effet de mode ou du temps, il faut comprendre par dividende démographique, une croissance économique résultant de l’évolution  de la pyramide des âges de la population d’un pays. Cette croissance n’est possible que lorsque la baisse du taux de natalité et du taux de mortalité entraine des changements dans la distribution par âge de la population entrainant le pays à avoir une pyramide des âges avec un nombre maximum de jeunes adultes, et relativement peu d'enfants et de personnes âgées. Nos états africains dont le Bénin sont à un moment critique, à la croisée des chemins face à une transition démographique qui doit être perçue par une opportunité de croissance et de développement durable. La démographie africaine est de plus en plus jeune (près de 65% de la population est jeune) .Si nos pays parviennent à effectuer des investissements nécessaires  dans cette jeunesse, ils peuvent créer une cercle vertueux consistant à améliorer l’éducation, le capital humain et la productivité économique. A voir de près, le pays a opté pour cette voie à travers les réformes dans la gouvernance et les initiatives économiques. Mais il faut aller loin. Il faut renforcer l’intégration des femmes dans le marché du travail, investir massivement dans l’éducation complète de la jeunesse et renforcer les programmes de santé maternelle y compris de planning familial.

Alors quel lien faites-vous entre le dividende démographique et la Planification familiale ?

Avant de penser à un dividende démographique, les pays doivent d’abord connaître une transition démographique et se concentrer sur la réduction de la fécondité. Ce processus comporte quatre étapes : au cours la première phase, les taux de natalité et de mortalité sont élevés; ensuite la deuxième phase est marquée par une baisse rapide du taux de mortalité du fait de diverses améliorations dans le développement social et économique; la troisième phase est celle de la baisse du taux de natalité, notamment en raison de l’accès à la planification familiale ; et enfin pendant la quatrième phase, le taux de natalité et le taux de mortalité sont faibles. Vous comprenez que la planification familiale est un élément crucial pour la capture du dividende démographique. Il faut donc développer et mettre en place des stratégies qui permettent de fournir aux femmes et aux hommes des informations sur le planning familial volontaire et des services contraceptifs. Cela vise à obtenir des familles moins nombreuses et en meilleure santé. C’est cela la révolution contraceptive.

En termes de défis aujourd’hui en la matière, que peut-on retenir ?

Aujourd’hui deux camps s’opposent sur cette question : les économistes d’une part et les partisans de la planification familiale d’autre part. Les premiers estiment que la baisse de fécondité interviendra grâce aux seuls progrès économiques et sociaux, dont la scolarisation des jeunes filles. Pour les autres, il est urgent d’agir directement sur la fécondité en organisant des programmes de planification familiale plus efficaces. Pour ma part, nos Etats comme le Bénin doivent concilier les deux propositions à travers des programmes qui renforcent la scolarisation de la jeune fille et l’accès à la planification familiale.La planification familiale doit être perçue comme un investissement très rentable en faveur de la santé et des sources de revenus des femmes et des enfants. Elle peut considérablement réduire le nombre des naissances prématurées, réduire les grossesses des adolescents. Améliorer l’accès à la planification familiale permet de réduire la mortalité maternelle, lutter contre l’exploitation des filles et soutenir le maintien des filles à l’école. Au lieu de contrôler les naissances, il faut plutôt promouvoir la planification familiale volontaire basée sur les droits humains, où chaque personne ou couple choisit le nombre d’enfants qu’il veut avoir et à quel moment. Cela étant dit, chaque couple doit avoir à l’esprit la responsabilité de l’entretien des enfants.

Propos recueillis par Aziz BADAROU

Dernière modification lemardi, 26 décembre 2017 06:24
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !