TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Mauvaise gestion de la carrière des policiers : L'appel du Synagab-Police au président Talon

police-nationale

A quelques semaines de l'effectivité de la police républicaine, le Syndicat national des gardiens et brigadiers de la paix (Synagab) lance l'assaut final en ce qui concerne la gestion de leur carrière. Dans un communiqué signé de son secrétaire général Apegnan Komlanvi, ce syndicat de la police ne veut pas d'un bras de fer inutile mais veut juste la médiation du chef suprême des armées pour le règlement de leur problème. Qu'il vous souvienne, depuis 2015, le gouvernement défunt avait pris un décret suite à la loi votée par les députés pour améliorer les conditions de vie des flics. Malheureusement, l'administration policière n'a pu rien faire pour l'application desdits textes. Aujourd'hui que la police et la gendarmerie veulent devenir une force unique, il urge que l'application de ces textes devienne une réalité. Et pour ce faire, le Synagab veut l'intervention directe du président de la république Patrice Talon.

C O M M U N I Q U É

N°007-2017/SYNAGAB-POLICE-BÉNIN.

Camarades fonctionnaires de police, salut.

Camarades Policiers, l'heure de l'historique sit-in a sonné. Alors soyons prêts pour l'action finale qui fera entendre raison à nos dirigeants qui manifestement n'ont aucun intérêt pour notre évolution professionnelle mais persistent dans la prise  des mesures,des  décisions bancales et précipitées au sein de la Police Nationale. Camarades fonctionnaires de Police,  camarades syndiqués,  toutes nos démarches et communiqués pour proposer des solutions,  inviter au dialogue ou encore pour dénoncer les injustices sont restés sans impact. Le processus de reversement-reclassement est arrivé à terme sans qu'on ne tienne point compte d'une seule doléance des hommes de rang.  Des carrières sont en voie d'être brisées,  des Fonctionnaires de Police en voie d'être dégradés. S'il est impossible à la Direction Générale de la Police Nationale  depuis 2015 d'organiser des tests pour faire avancer les Fonctionnaires de Police, il est quand même juste et normal qu'elle les laisse  porter leurs grades actuels par respect du Principe du droit acquis et de la non rétroactivité de la loi. Camarades syndiqués,  Le SYNAGAB-POLICE voudrait rappeler qu'il n'a été associé ni de près ni de loin,  ni à aucun moment aux travaux de reversement-reclassement. Ainsi le Syndicat National des Gardiens et Brigadiers de la Paix n'est pas comptable du "RENVERSEMENT " fait en lieu et place d'un "reversement ". Le Synagab dénonce la ruse qui a amené les autorités policières à faire semblant d'associer les hommes de rang en faisant inviter certains Présidents de Promotions pour leur lire les résultats de travaux déjà faits sachant bien que ces derniers ne peuvent aller contre ,ni s'en insurger ,ni les dénoncer contrairement à SYNAGAB-POLICE qui est un partenaire sérieux, capable et digne de défendre valablement la cause des Fonctionnaires de Police.  Le Synagab dénonce le parti pris des autorités policières à tous les niveaux de la chaine de décisions qui ont invité à toutes les séances de travail, un syndicat au détriment d'un autre sur fond d'une politique de deux poids deux mesures.  Le Syndicat en appelle à la médiation du Général HOUNNONKPE auprès du CHEF SUPRÊME DES ARMÉES,  LE PRÉSIDENT PATRICE TALON pour une relecture d'urgence des décrets 2016-137 du 17 Mars 2016 et 2017-353 du 19 Juillet 2017 en vue de lever d'une part, les verrous  situés dans les articles qui imposent de reverser les hommes de rang exclusivement dans le corps dont ils faisaient partie en 2015 alors que nous sommes aujourd'hui en décembre 2017 et d'autre part l'obligation de test pour porter le grade de S/BPx² - un grade que porteraient déjà, des milliers de policiers si l'administration avait fonctionné avec célérité - afin de permettre l'évolution normale des carrières des fonctionnaires de police. Nous sommes à l'heure des réformes profondes et sérieuses et il importe de corriger d'urgence ce qui doit l'être pour une fusion parfaite des Forces de Sécurité Publique.* Là serait le mérite du Gouvernement,  là serait la leçon du courage et de la justice. Là serait l'expression même de l'intérêt du Président TALON pour les Fonctionnaires de Police. *Car il est inconcevable que des milliers de policiers soient cloués sur un galon inférieur à leur mérite juste parce qu'il a été maladroitement consigné dans les décrets 2016-137 du 17 Mars 2016 et 2017-353 du 19 Juillet 2017, l'obligation de reverser ces fonctionnaires strictement dans le corps dans lequel ils étaient à la date de promulgation de la loi 2015-20 du 19-06-15 en occultant la légendaire lenteur qui caractérise l'administration policière dont la preuve est que de 2015 à décembre 2017, ce reversement n'est pas effectif alors que les années passent.

Camarades fonctionnaires de police,  seule la décision du CHEF SUPRÊME DES ARMÉES pourra nous apaiser ou nous édifier.  Notre devoir reste et demeure la protection de la Nation Béninoise. La Nation doit elle aussi à son tour nous protéger et nous rendre fiers de la servir. Le SYNAGAB-POLICE n'hésitera pas à passer à la rue s'il n'y a plus d'espoir pour les Gardiens et Brigadiers de paix car *plutôt périsse un principe que périsse la Nation toute entière. Enfin le SYNAGAB est disposé à rencontrer le Chef Suprême des Armées à n'importe quelle heure de jour comme de nuit pour lui faire voir la pertinence de son ultime décision en faveur des Fonctionnaires de la Police SYNAGAB-POLICE: SERVICE-HONNEUR-DIGNITÉ

Camarades salut !
Cotonou, le 04 Décembre 2017

Pour le bureau National,
Le Secrétaire Général,
L. Komlanvi APEGNAN

Dernière modification lejeudi, 07 décembre 2017 05:16
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !