TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

www.matinlibre.com 1000x250  pixels

A+ A A-

Adjovi Severin : Vaincu sans combat?

severin-adjovi

Le maire de Ouidah enfin destitué sur un lit d'hôpital. Ce " TAPER DANS LE DOS" est une preuve de plus que notre démocratie est menacée par  une oligarchie insensible aux véritables défis. Certains savaient que l'après YAYI sera difficile à parer si ce peuple baisse la garde. L'élection d'un intrus a suscité une euphorie. Or cet intrus, inconnu des grands combats socio politiques au Bénin, connaît le talon d'Achille  d'une population pauvre qui sait subir. Je m'en souviens comme si c'était hier. À la TV nationale, le candidat Talon a hypnotisé une majorité naïve par un thatche  qui a marché. Il parlait "des grands électeurs"   indispensables pour sa politique, je dirais, son mandat ou ses futurs mandats.

Chez nous, le grand électeur est loin de la version américaine. Il sait,Talon, qu'un béninois fortuné ou promu politiquement est une majorité en puissance. Quand on raconte que Talon aurait peu investi pendant la présidentielle,je vois  qu'on ignore qu'il connaît " ses grands électeurs " qu'il lui faut domestiquer. Faire taire ou tracer le chemin de la retraite à certains leaders du syndicat béninois n'est pas un jeu de pauvre. Réussir à mobiliser de grands patrons de la société civile, inféoder des moteurs de la presse hier libre (aujourd'hui à peine bêlante ou griotte) à son coût. Le président Talon sait sur quels pieux poser son manteau pour roucouler à la douce. Nous en sommes déjà là. Les défis lancés avec une aisance piège à Porto devant " son désert de compétence ",ces défis sont classés aux oubliettes.         D'ailleurs le 1er conseil a réglé les milliards Sodeco et posé les relais AIC. Priorité coton donc. Après, le Pvi. Et quand l'Amazone Rosine SOGLO et les autres bloquèrent le fameux projet de révision de notre chère mère la /notre constitution,son excellence a besoin de se libérer les coudes pour ENCORE FONCER DROIT (JE N'ECRIRAIS PAS TÊTE BAISSEE)

Depuis la formation de son gouvernement, notre président avait jeté ses bases. Sèhouéto l'ami d'hier connaît bien le coton béninois (pas la peine de citer les CAR et URCAR avec les palmiers à huile qui fument toujours); l'ami Sèhouéto peut bien devenir un bon apôtre. À Zê, il faut éroder l'espace du proprio HOUDÉ. Le pauvre n'a pas tenu tête pendant longtemps. L'aîné Dassigli pouvait grandir en taille politique. Plus loin, Gbadamassi n'a pas l'habitude de l'opposition réelle. Il doit avoir ses raisons.Kassa le grand griot cauris doit mériter son explosif non6lieu dans la gorge écartelée des populations assoiffées. Beaucoup de ses bonnes gens politiques peuvent constituer une main d'œuvre facile. C'est pour assurer la quiétude de son trône. Donc, le pouvoir doit utiliser les failles des acteurs. C'est la devise de MACHIAVEL. Ces maires qui tombent en Cascade ne sont ni bien élus ni sains dans leur gestion. Et pour se mettre à l’abri certains se jettent au sol pour baiser les bottes royales. Au 229, la majorité présidentielle garantit souvent l'immunité. Quand le baobab ADJOVI Séverin fut secoué, des feuilles pourries étaient tombées. Entre autres on indexe la pléthore des ADJOVI et alliés autour et dans les rayons de l'élu communal. Sur les TV,le prince de Gléhoué a tenté des explications difficilement  défendables. Contre lui,des hommes d'affaire, au port,coincés qui ont besoin de L'Albatros Talon pour aller au large. Contre Adjovi, des politiciennes sans succès, confinées dans leur retraite politique précoce.

Ce Ouidah est quand même le cœur Talon. Sa ville natale gagnera gros dans ce PAG toujours sous les talons,les semelles des marcheurs professionnels. Ceux-là étaient au  chômage après le départ de YAYI. Passons! L'actuel président a besoin de ses hommes de confiance pour gérer les milliards, nos milliards pour le PAG. A-t-il sa main dans l'abattage bien programmé mais mal géré du maire ADJOVI ? Pas  forcément. Mais, va t- il applaudir les 15" destitueurs" ? SÛREMENT. Selon la logique des mathématiques L'ENNEMI DE MON ENNEMI EST MON AMI. Dans le contexte actuel ça sent le désordre. ADJOVI  TOMBE SANS LUTTER. CEUX QUI L'ONT VAINCU ONT LU Le Cid de  CORNEILLE : À VAINCRE SANS PÉRILS,ON TRIOMPHE SANS GLOIRE.

JB   Eric GANGNIAHOSSOU

Dernière modification lejeudi, 06 juillet 2017 04:26
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !