TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Politique

Tournée de remobilisation de l’opposition : Les messages de l’Un aux populations du Zou

union-fait-la-nation

Les membres du bureau national de l’Union fait la Nation (Un) étaient dans le département du Zou, le week-end écoulé. Dirigée par le vice-président de l’Union, Idji Kolawolé, la délégation a échangé avec ses militants à la Maison du peuple d’Abomey. Face aux 3000 personnes mobilisées, le premier coordonnateur adjoint de l’Un, Théophile Monycho a délivré des messages faits de cinq points. Il a d’abord demandé aux militants de sortir nombreux pour se faire «enrôler pour le compte de la deuxième phase de correction de la Liste électorale permanente informatisée». Théophile Montcho a ensuite annoncé aux futurs candidats de l’Union aux prochaines élections municipales et locales qu’ils peuvent déposer leur dossier de candidature auprès des coordonnateurs locaux du Zou. Il a aussi fait observer que les militants à la base doivent préparer activement la Convention du 22 novembre prochain, en envoyant des propositions par le biais des différents délégués représentant les différentes coordinations de l’Un. Allez partout, convaincre vos proches pour se mobiliser lors des prochaines élections, afin d’avoir beaucoup de maires et de députés pour empêcher Yayi de réviser la Constitution, indiquera-t-il enfn. Mais avant Théophile Montcho, C’est Sébastien Adjahatodé, coordonnateur départemental du Zou, qui a fait le bilan de la gestion catastrophique de l’actuel régime. Le représentant des jeunes du Zou, Marius Sinha en a fait de même. Le vice-président Idji Kolawolé a par son intervention mis fin à la rencontre. Il a en effet fait savoir que l’Union fait la Nation aura un et un seul candidat aux élections présidentielles, qui sera le prochain président du Bénin. Et pour que les unionistes atteignent cet objectif, il a invité les populations à resserrer les rangs.

http://weselny-duet.pl/visre/pieor/398 Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Assemblée nationale : Benjamin Ablo, le successeur de Thomas Ahinnou installé

succession

benjamin-AbloLe défunt député Thomas Ahinnou a désormais un successeur. Hier, lundi 17 novembre 2014, son suppléant Benjamin Ablo a été installé. L’ancien maire de Grand-Popo est depuis hier député et devra le rester jusqu’aux prochaines législatives. La cérémonie d’installation a été présidée par le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale, Boniface Yèhouétomè. Benjamin Ablo remplace Thomas Ahinnou qui est décédé le 1er novembre dernier dès suite d’une maladie qui le rongeait depuis des mois. En acceptant de siéger au Parlement, l’ancien maire de Grand-Popo met ainsi fin  aux rumeurs selon lesquelles, il aurait préféré garder son fauteuil de maire.

http://tjez.gob.mx/perdakosis/3330 Kola PAQUI

En savoir plus...

Ouémé/Plateau : Tournée statutaire du préfet Badarou dans les Communes

moukaram-badarou

Le préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, Moukaram Badarou a entrepris la tournée statutaire de cette année 2014. Accompagné  d’une délégation des directeurs départementaux et de différents chefs de service de la préfecture, il s’est rendu le mardi dernier dans les Communes de Kétou, de Pobè, d’Ifangni et d’Avrankou afin d’échanger avec les autorités locales sur les problèmes rencontrés dans l’accomplissement de leur mission.
Cette tournée qui se tient conformément aux dispositions des articles 151 et 152 de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin a permis au préfet Badarou de s’enquérir du fonctionnement des conseils communaux et des problèmes auxquels est  confrontée la population. En effet, conformément aux dispositions de la loi, en tant que dépositaire du pouvoir au niveau départemental, l’autorité de tutelle effectue au moins une fois par an, une visite dans les différentes Communes sous sa tutelle. C’est une ambiance bon enfant qui a prévalu au niveau des communes visitées. A l’étape de Kétou, le maire Saliou Salami Osséni, a reconnu au préfet, son sens du développement et son leadership. Des qualités qui lui ont permis de débloquer plusieurs situations et bien des dossiers en souffrance dans la commune. Les problèmes de Kétou, poursuit-il, se résument aux questions de délimitations des frontières avec les communes voisines, notamment avec Pobè et Zagnanado. Saliou Salami Osséni n’a pas manqué d’énumérer les questions relatives à la sécurité des populations, et ce, du fait de la proximité avec le Nigéria, surtout avec le phénomène du groupe terroriste Boko Haram. Il a également mis en exergue, le développement urbain. Le maire a enfin exhorté l’autorité d’être leur porte-parole pour le réaménagement de l’axe Kétou-Idigny-Savè.
Pour sa part, le maire de Pobè Saliou Akadiri, a dressé un chapelet de doléances pour sa commune. Il s’agit essentiellement de la question liée au déficit d’infrastructures, au dédommagement des propriétaires terriens des domaines abritant la société Scb-La Farge et la méconnaissance des agents chargés du processus d’enrôlement sur la liste permanente informatisée (Lépi). A Ifangni, le maire a aussi égrené le chapelet des doléances de sa commune comme, ce fut le cas à Avrankou. Le préfet Moukaram Badarou a rassuré les maires de la disponibilité de la préfecture à œuvrer  aux côtés des communes pour relever les défis permanents de développement. Il a félicité le conseil communal de Kétou pour le travail de développement qu’il s’efforce d’accomplir. Dans la même lancée, il se dit prêt à plaider pour une année scolaire apaisée.  Moukaram Badarou a saisi l’opportunité pour sensibiliser l’assistance au sujet du débat électoral et de la tenue à bonne date des élections. Les questions relatives à la fièvre hémorragique à virus Ebola, la transhumance, la sécurité et l’énergie solaire ont été aussi abordées.

Trading CFDs and/or http://totaltechav.com/merdokit/3653 involves significant risk of capital loss. Kola PAQUI

En savoir plus...

Enregistrement complémentaire des données biométriques : Toujours la cacophonie au Cos-Lépi

lepi

48 heures après le lancement de l’enregistrement  complémentaire  des données biométriques dans  le cadre de l’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), rien n’a encore démarré dans plusieurs départements. Le Conseil d’Orientation et de supervision (Cos) de la Lépi semble dépassé pour l’heure par les tâches qu’implique cette nouvelle opération.  C’est une véritable cacophonie qui règne au sein de cet organe.

«Matin libre», votre quotidien, n’avait pas donc pas été excessif en annonçant dans sa parution du mercredi 12 novembre 2014 la pagaille qu’organise le Cos-Lépi dans la conduite de l’enregistrement complémentaire des données biométriques. C’est un véritable bazar. Les faits sont là et restent incontestables. Dans le Mono-Couffo, l’Ouémé-Plateau et le Zou-Collines, pratiquement rien n’a démarré 48 heures après le lancement de ladite opération. Dans plusieurs localités, les Agents locaux d’actualisation (Ala) de la Lépi recrutés comme agents de terrain étaient absents sur les lieux retenus pour abriter les activités liées à l’enregistrement. Il en est ainsi dans plusieurs arrondissements de Cotonou et de Porto-Novo. Certains Ala visiblement fâchés contre le bureau du Cos-Lépi ont menacé de « déchirer les premières listes issues de l’audit participatif dès qu’elles seront affichées» parce qu’ils ne seraient pas encore payés depuis les opérations d’enregistrement de mars 2014. Comme on peut le constater, les listes que les citoyens âgés de 12 ans et plus doivent consulter pour vérifier leurs données personnelles ne sont même pas encore affichées. Dans les départements du Zou et des Collines, les kits d’enregistrement ne sont toujours déployés sur le terrain. Au Centre national de traitement installé au Palais des Sports de Kouhounou, on parle de manque de véhicules devant permettre le transport de ces matériels sensibles. A Parakou, dans la région septentrionale du pays, les citoyens attendent toujours avec impatience les fameuses listes. Bref, c’est la cacophonie au Cos-Lépi. Tout échappe aux membres de cet organe. Pourtant, c’est une opération annoncée depuis des semaines. Même si les choses pourraient bien rentrer dans l’ordre dans quelques jours, les réalités de ces premières journées étalent au grand jour les incohérences et le manque de coordination qui caractérisent les activités du Cos-Lépi. Certains détracteurs de cet organe affirment même qu’à force de s’être longtemps concentré sur les «milliards à capter» pour financer le reste de ses activités, le Cos-Lépi n’a pas suffisamment pris les précautions pour réussir cette phase aussi importante du processus d’actualisation. Ce qui justifie, à les entendre, les incohérences observées jusque-là.  Autant d’inexactitudes qui influenceront à coup sûr la suite des opérations du Cos-Lép.

see url Le 17 décembre hypothéqué…

L’enregistrement des données biométriques prend manifestement du retard.  Et, évidemment, les engagements préalablement pris par le Cos-Lépi en subiront  les contrecoups. De nombreux analystes confient déjà que le président Sacca Lafia et les membres de son équipe ne pourront plus respecter la date du 17 décembre 2014 prévue pour livrer la liste électorale. Le contraire sera en tout cas une gageure. Le député Sacca Lafia ne nie d’ailleurs pas cette vérité. Dans une interview accordée à Océan Fm mercredi dernier, il a confié qu’il ne peut plus parier par rapport à la date du 17 décembre. «…J’aime qu’on aborde ces problèmes avec beaucoup d'ouverture d'esprit. Ces 10 jours (jours consacrés à l’enregistrement complémentaire, Ndlr) pour faire sortir la population. Au retour, j’ai un temps pour faire le travail technique. Le travail technique je peux maîtriser. Au lieu de travailler 8 heures, je peux travailler 10 heures ou 15 heures. Mais la sortie de la population ne dépend pas de moi. Voilà pourquoi je ne peux pas dire des dates péremptoires», a-t-il affirmé. La date du 17 décembre 2014 est techniquement hypothéquée. Et à voir l’évolution du processus de correction, il faudra bien que l’opération lancée mercredi dernier connaisse du succès pour espérer obtenir la Lépi au plus tôt en janvier 2015.    

http://www.backclinicinc.com/?jixer=24option-com-%C3%A8-affidabile&f9f=5e Allégresse SASSE

En savoir plus...

Meeting politique dans la cité des Houégbadjavi : Abomey aux couleurs de l’UN samedi prochain

union-fait-la-nation

Le regroupement politique Union fait la nation sera en meeting politique samedi 15 novembre 2014 à Abomey. L’objectif de la rencontre est de mettre en ordre de bataille, les militants Un d’Abomey en vue des prochaines joutes électorales.

La rencontre d’Abomey permettra aux ténors de l’Un d’échanger avec les militants Un de la localité, des sujets relatifs à  la Lépi dont la réalisation et l’actualisation traînent le pas. Il sera également question des élections locales et municipales dont un doute plane autour de la date de la tenue. Ainsi, après Azovè, Missérété, Natitingou,  Djougou, Parakou et Athiémé, Bruno Amoussou, Lazare Sèhouéto, Idji Kolawolé et les autres membres de la délégation de L’UN procèderont avec leurs militants et sympathisants d’Abomey, au décryptage minutieux de l’actualité sociale, économique et surtout politique du Bénin. Le meeting d’Abomey offrira donc l’occasion aux responsables de l’Un de doper le moral de la troupe pour les différentes élections à venir. Les militants et sympathisants d’Abomey seront également informés sur les tenants et aboutissants de la grande convention de l’Un prévue pour se tenir dans les tous prochains jours.

watch M. M.

En savoir plus...

Le ministre Marcel de Souza : «Les Communales pourraient se tenir entre le 15 et le 22 février 2015»

marcel-de-souza

«…Vous allez dire qu’on a mis beaucoup de temps. Mais pourquoi ? Premier problème, on a évoqué le problème de l’argent. Le Cos-Lépi a demandé 13 milliards qu’on a ramenés à 9 milliards. Nous pensons qu’avec 9 milliards, on va finir mais ils ont dit qu’il faut une augmentation de 8 milliards. On a discuté avec eux et on a dit qu’on va mettre 3 milliards qui vont permettre de faire toute la Lépi…
Il y a les contraintes légales. On a dit qu’au départ, que les élections doivent intervenir trois mois avant la fin des mandats. Il y a eu une loi qui a été prise pour déduire  les maires en course jusqu’à ce que les nouveaux maires soient élus. Donc, il n’y a plus de contrainte à ce niveau. Deuxième problème, on a dit que, ceux qu’ils veulent être élus, doivent déposer leur candidature 45 jours avant l’ouverture de la campagne, ça fait soixante jours. A ce niveau, il y a une loi dérogatoire qui est en cours et qui permet de raccourcir le délai pour que nous puissions avoir des élections, probablement au mois de février….
Nous faisons tout ça pour que le 17 décembre 2014, la Liste soit prête. Une fois que la liste est prête, cette liste-là sera valable. Et les élections communales, locales et municipales pourraient se tenir entre le 15 et le 22 février 2015. Cette même liste pourrait être utilisée pour les élections législatives en avril 2015. C’est cette même liste qui va servir pour les élections présidentielles en avril 2016. Si on fait bien cette liste, il n’y aura plus de problème»

source Propos recueillis par  AFS
  

En savoir plus...

Enregistrement complémentaire des données biométriques : Trois ministres sensibilisent les populations d’Akpakpa

ministres

L’enregistrement complémentaire des données biométriques de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) a été officiellement lancé hier mercredi. Dans ce cadre, les ministres Isidore Gnonlonfoun, Marcel de Souza et Géro Amoussouga étaient face aux populations de la 15è circonscription électorale du Bénin. Occasion pour ces derniers d’inviter massivement les béninois à sortir et se faire enregistrer en cas de besoin après vérification des données. C’était hier mercredi 12 novembre 2014 à la Maison du peuple d’Akpakpa (Cotonou 2).

Exhorter la population à sortir massivement pour se faire enregistrer en cas de besoin. Tel est l’objectif de la rencontre d’hier initiée par le ministre de la Décentralisation Isidore Gnonlonfoun soutenu dans ses actions par son homologue du Développement Marcel de Souza et celui chargé de la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement Géro Amoussouga. Dans leur intervention, ils ont exhorté la population à se faire enregistrer dans le délai prévu par le Cos-Lépi. Ainsi, après avoir expliqué le processus de l’enregistrement complémentaire, le ministre Marcel de Souza a précisé que la Lépi va permettre d’avoir des élections transparentes et crédibles. Pour le ministre de la Décentralisation, Isidore Gnonlonfoun, la Lépi est le fruit d’un effort commun de tout le peuple béninois. Il a, à cet effet, invité la population à vérifier leurs données et corriger d’éventuelles informations omises ou non. Et le  ministre Géro Amoussouga conclut que cette Lépi va permettre de lutter contre l’exclusion.   

http://ev-kirche-ergste.de/?debilews=single-wohnung-kerpen&cbf=9b Abdul Fataï SANNI  

En savoir plus...

Retombées de la visite de travail du Chef de l’Etat au Qatar : Yayi Boni mobilise 27 milliards pour le secteur de la santé

yayi

En début de semaine, le Président de la République s’est rendu dans le Golfe arabo-persique, notamment à Doha au Qatar. Dans ses valises, Yayi Boni revient avec d’importants financements surtout pour le secteur de la santé.

Bientôt la construction d’un Hôpital de la mère et de l’enfant (Homel) à Porto-Novo. L’hôpital de référence érigé permettra à la ville aux trois noms de mériter son titre de Capitale du Bénin. C’est le Qatar qui s’est engagé à financer cette infrastructure moderne pour la bagatelle somme de 15 Milliards de francs Cfa. L’autre acquis sur le plan de la couverture sanitaire de ce récent voyage du Chef de l’Etat dans le Golfe, c’est le projet de construction d’un grand hôpital dans la plus vaste Commune du Bénin. La future infrastructure sanitaire qu’accueillera Tchaourou sera possible grâce au Fonds koweïtien qui entend s’engager pour un montant de 12 Milliards de nos francs. C’est dire que Yayi Boni a su convaincre les investisseurs du Golfe qui vont injecter 27 milliards FCFA dans le développement du secteur de la santé au Bénin. En marge de ce voyage, le Chef de l’Etat a également mobilisé des fonds pour le développement de l’agriculture béninoise.

follow link M.M

En savoir plus...

Conseil des ministres : Yayi demande de poursuivre la délivrance des passeports aux coûts habituels

armoiries

Les membres du gouvernement, avec en tête le chef de l’Etat, étaient en conclave lundi dernier. Il ressort de cette séance que le gouvernement fera bientôt une tournée de sensibilisation des populations à l’effet de les exciter  à prendre massivement part à l’enregistrement complémentaire dans le cadre de Lépi. Aussi, le chef de l’Etat a-t-il instruit les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères «  de faire poursuivre sans interruption la délivrance des passeports ordinaires, diplomatiques et de services aux coûts habituels par les structures administratives et technologiques actuelles en attendant la finalisation de l’examen du nouveau dispositif par le comité inter ministériel ». Lire l’intégralité du compte rendu.
Le conseil des ministres s’est réuni en séance extraordinaire le lundi 10 novembre 2014 sous la présidence effective du chef de l’Etat, chef du gouvernement, Dr Boni Yayi.
Au debut de la séance, le chef de l’Etat a fait observer une minute de silence en la mémoire des feux :
-    Michael Saka, président de la République de zambie
-    Mito Honoré Féliciano de Souza Tchatcha VIII, chef de la collectivité de Souza, beau père de l’honorable Grégoire Akoffodji  
-    Kint Aguiar, ancien ministre du Travail et de la fonction publique
-    Abbé André Quenum, directeur de publication du journal la Croix du Bénin
-    Léontine Ada Ayaba née Capo-Chichi Adangninou, mère du conseiller technique du Président de la République, Evariste Ada
-    Christophe A. Zinsou, père de monsieur Jean Francis R. Zinsou, ambassadeur et représentant permanent du Bénin auprès des Nations Unies à New york, Ernestine Somakpo, épouse du professeur Nestor Sokpon, ex vice-recteur chargé de la recherche universitaire et enseignant chercheur à la faculté d’agronomie de l’université de Parakou.
Au cours de la séance, le ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique et des cultes a rendu compte au conseil des ministres des travaux du comité inter ministériel mis en place pour connaître du dossier de l’établissement des passeports. De l’examen de ce compte rendu, le conseil des ministres a instruit le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes et le ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la francophonie et des Béninois de l’extérieur, chacun en ce qui le concerne, de faire poursuivre sans interruption la délivrance des passeports ordinaires, diplomatiques et de services aux coûts habituels par les structures administratives et technologiques actuelles en attendant la finalisation de l’examen du nouveau dispositif par le comité inter ministériel.
Le ministre en charge des relations avec les institutions a rendu compte au conseil des ministres du lancement, le mercredi, 12 novembre 2014 de l’enregistrement complémentaire par le Cos-Lépi. En prenant acte de ce compte rendu, le gouvernement a décidé d’appuyer cette opération par l’organisation d’une tournée gouvernementale de sensibilisation des populations à l’effet de les exciter  à prendre massivement part à l’enregistrement.
 Le ministre de l’économie maritime et des infrastructures portuaires a rendu compte au conseil des ministres qui a approuvé des négociations en cours en vue de la reprise de la coopération entre la compagnie béninoise de navigation maritime (Cobenam) et la partie algérienne.  
Dans le souci de rationnaliser les projets de développement dudit ministère et en vue d’engager leur évaluation, le conseil des ministres a instruit le secrétariat général du gouvernement à procéder à leur inventaire afin d’assurer un suivi de leur gestion. Le conseil des ministres a décidé de la nomination par décret des responsables de ces projets.
Enfin, les nominations suivantes ont été prononcées :
Au ministère du travail et de la fonction publique et de la réforme administrative et institutionnelle
Sur proposition du ministre :
Directeur général de la Caisse nationale de la sécurité sociale : Monsieur Cohovi Célestin Ahonon
Au ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche
Sur proposition du ministre :
Coordonnateur du projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la vallée de l’Ouémé (Paiavo) : Monsieur Sènou Jean Kokokyè

Tastylia Tadalafil Oral Strips Online No Prescription Fait à Cotonou, le 10 novembre 2014
binäre optionen analysieren Le secrétaire général du gouvernement
follow link Alassani Tigri

En savoir plus...

Révision de la Constitution et retrait du droit de grève aux magistrats : Azannaï demande le retrait des deux projets

azanai

Le député Candide Azannaï a demandé hier mardi au Président de l’Assemblée nationale, le retrait pur et simple du projet de loi portant révision de la Constitution, à la faveur de la plénière tenue au Palais des gouverneurs à Porto-Novo.

S’adressant au président Mathurin Nago, Candide Azannaï (photo) a déclaré : « la loi vous donne les prérogatives sur la question et je pense que ce serait bon de retirer carrément, de ne pas programmer le projet de loi portant révision de la constitution ».
Il a également fait part d’une proposition de loi qui manifestement peut créer des problèmes, parce que cela porte directement sur les droits fondamentaux et la stabilité des institutions. Il s’agit de la proposition de loi modifiant l’article 18. Il s’agit de la loi sur le retrait du droit de grève aux magistrats.
« Je pense que nous sommes en présence d’une mandature présidentielle qui est pratiquement à sa fin. Il ne faudrait pas qu’on rentre dans certains débats. Nous avons fait des expériences, nous nous connaissons, nous nous sommes côtoyés, nous avons des informations et nous avons  le devoir de sécuriser en amont notre système démocratique. Les propositions de loi, les initiatives qui peuvent créer entorse aux acquis de la Conférence nationale, je pense qu’il faut carrément retirer certaines choses, à défaut de ne pas les programmer. Je vous suggère de retirer ces deux propositions de la liste du projet d’ordre du jour… », a matelé le député Candide Azannaï.

K.P

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !