TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Politique

Enregistrement complémentaire des données biométriques : Trois ministres sensibilisent les populations d’Akpakpa

ministres

L’enregistrement complémentaire des données biométriques de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) a été officiellement lancé hier mercredi. Dans ce cadre, les ministres Isidore Gnonlonfoun, Marcel de Souza et Géro Amoussouga étaient face aux populations de la 15è circonscription électorale du Bénin. Occasion pour ces derniers d’inviter massivement les béninois à sortir et se faire enregistrer en cas de besoin après vérification des données. C’était hier mercredi 12 novembre 2014 à la Maison du peuple d’Akpakpa (Cotonou 2).

Exhorter la population à sortir massivement pour se faire enregistrer en cas de besoin. Tel est l’objectif de la rencontre d’hier initiée par le ministre de la Décentralisation Isidore Gnonlonfoun soutenu dans ses actions par son homologue du Développement Marcel de Souza et celui chargé de la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement Géro Amoussouga. Dans leur intervention, ils ont exhorté la population à se faire enregistrer dans le délai prévu par le Cos-Lépi. Ainsi, après avoir expliqué le processus de l’enregistrement complémentaire, le ministre Marcel de Souza a précisé que la Lépi va permettre d’avoir des élections transparentes et crédibles. Pour le ministre de la Décentralisation, Isidore Gnonlonfoun, la Lépi est le fruit d’un effort commun de tout le peuple béninois. Il a, à cet effet, invité la population à vérifier leurs données et corriger d’éventuelles informations omises ou non. Et le  ministre Géro Amoussouga conclut que cette Lépi va permettre de lutter contre l’exclusion.   

Abdul Fataï SANNI  

En savoir plus...

Retombées de la visite de travail du Chef de l’Etat au Qatar : Yayi Boni mobilise 27 milliards pour le secteur de la santé

yayi

En début de semaine, le Président de la République s’est rendu dans le Golfe arabo-persique, notamment à Doha au Qatar. Dans ses valises, Yayi Boni revient avec d’importants financements surtout pour le secteur de la santé.

Bientôt la construction d’un Hôpital de la mère et de l’enfant (Homel) à Porto-Novo. L’hôpital de référence érigé permettra à la ville aux trois noms de mériter son titre de Capitale du Bénin. C’est le Qatar qui s’est engagé à financer cette infrastructure moderne pour la bagatelle somme de 15 Milliards de francs Cfa. L’autre acquis sur le plan de la couverture sanitaire de ce récent voyage du Chef de l’Etat dans le Golfe, c’est le projet de construction d’un grand hôpital dans la plus vaste Commune du Bénin. La future infrastructure sanitaire qu’accueillera Tchaourou sera possible grâce au Fonds koweïtien qui entend s’engager pour un montant de 12 Milliards de nos francs. C’est dire que Yayi Boni a su convaincre les investisseurs du Golfe qui vont injecter 27 milliards FCFA dans le développement du secteur de la santé au Bénin. En marge de ce voyage, le Chef de l’Etat a également mobilisé des fonds pour le développement de l’agriculture béninoise.

M.M

En savoir plus...

Conseil des ministres : Yayi demande de poursuivre la délivrance des passeports aux coûts habituels

armoiries

Les membres du gouvernement, avec en tête le chef de l’Etat, étaient en conclave lundi dernier. Il ressort de cette séance que le gouvernement fera bientôt une tournée de sensibilisation des populations à l’effet de les exciter  à prendre massivement part à l’enregistrement complémentaire dans le cadre de Lépi. Aussi, le chef de l’Etat a-t-il instruit les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères «  de faire poursuivre sans interruption la délivrance des passeports ordinaires, diplomatiques et de services aux coûts habituels par les structures administratives et technologiques actuelles en attendant la finalisation de l’examen du nouveau dispositif par le comité inter ministériel ». Lire l’intégralité du compte rendu.
Le conseil des ministres s’est réuni en séance extraordinaire le lundi 10 novembre 2014 sous la présidence effective du chef de l’Etat, chef du gouvernement, Dr Boni Yayi.
Au debut de la séance, le chef de l’Etat a fait observer une minute de silence en la mémoire des feux :
-    Michael Saka, président de la République de zambie
-    Mito Honoré Féliciano de Souza Tchatcha VIII, chef de la collectivité de Souza, beau père de l’honorable Grégoire Akoffodji  
-    Kint Aguiar, ancien ministre du Travail et de la fonction publique
-    Abbé André Quenum, directeur de publication du journal la Croix du Bénin
-    Léontine Ada Ayaba née Capo-Chichi Adangninou, mère du conseiller technique du Président de la République, Evariste Ada
-    Christophe A. Zinsou, père de monsieur Jean Francis R. Zinsou, ambassadeur et représentant permanent du Bénin auprès des Nations Unies à New york, Ernestine Somakpo, épouse du professeur Nestor Sokpon, ex vice-recteur chargé de la recherche universitaire et enseignant chercheur à la faculté d’agronomie de l’université de Parakou.
Au cours de la séance, le ministre de l’Intérieur, de la sécurité publique et des cultes a rendu compte au conseil des ministres des travaux du comité inter ministériel mis en place pour connaître du dossier de l’établissement des passeports. De l’examen de ce compte rendu, le conseil des ministres a instruit le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes et le ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la francophonie et des Béninois de l’extérieur, chacun en ce qui le concerne, de faire poursuivre sans interruption la délivrance des passeports ordinaires, diplomatiques et de services aux coûts habituels par les structures administratives et technologiques actuelles en attendant la finalisation de l’examen du nouveau dispositif par le comité inter ministériel.
Le ministre en charge des relations avec les institutions a rendu compte au conseil des ministres du lancement, le mercredi, 12 novembre 2014 de l’enregistrement complémentaire par le Cos-Lépi. En prenant acte de ce compte rendu, le gouvernement a décidé d’appuyer cette opération par l’organisation d’une tournée gouvernementale de sensibilisation des populations à l’effet de les exciter  à prendre massivement part à l’enregistrement.
 Le ministre de l’économie maritime et des infrastructures portuaires a rendu compte au conseil des ministres qui a approuvé des négociations en cours en vue de la reprise de la coopération entre la compagnie béninoise de navigation maritime (Cobenam) et la partie algérienne.  
Dans le souci de rationnaliser les projets de développement dudit ministère et en vue d’engager leur évaluation, le conseil des ministres a instruit le secrétariat général du gouvernement à procéder à leur inventaire afin d’assurer un suivi de leur gestion. Le conseil des ministres a décidé de la nomination par décret des responsables de ces projets.
Enfin, les nominations suivantes ont été prononcées :
Au ministère du travail et de la fonction publique et de la réforme administrative et institutionnelle
Sur proposition du ministre :
Directeur général de la Caisse nationale de la sécurité sociale : Monsieur Cohovi Célestin Ahonon
Au ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche
Sur proposition du ministre :
Coordonnateur du projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la vallée de l’Ouémé (Paiavo) : Monsieur Sènou Jean Kokokyè

Fait à Cotonou, le 10 novembre 2014
Le secrétaire général du gouvernement
Alassani Tigri

En savoir plus...

Révision de la Constitution et retrait du droit de grève aux magistrats : Azannaï demande le retrait des deux projets

azanai

Le député Candide Azannaï a demandé hier mardi au Président de l’Assemblée nationale, le retrait pur et simple du projet de loi portant révision de la Constitution, à la faveur de la plénière tenue au Palais des gouverneurs à Porto-Novo.

S’adressant au président Mathurin Nago, Candide Azannaï (photo) a déclaré : « la loi vous donne les prérogatives sur la question et je pense que ce serait bon de retirer carrément, de ne pas programmer le projet de loi portant révision de la constitution ».
Il a également fait part d’une proposition de loi qui manifestement peut créer des problèmes, parce que cela porte directement sur les droits fondamentaux et la stabilité des institutions. Il s’agit de la proposition de loi modifiant l’article 18. Il s’agit de la loi sur le retrait du droit de grève aux magistrats.
« Je pense que nous sommes en présence d’une mandature présidentielle qui est pratiquement à sa fin. Il ne faudrait pas qu’on rentre dans certains débats. Nous avons fait des expériences, nous nous connaissons, nous nous sommes côtoyés, nous avons des informations et nous avons  le devoir de sécuriser en amont notre système démocratique. Les propositions de loi, les initiatives qui peuvent créer entorse aux acquis de la Conférence nationale, je pense qu’il faut carrément retirer certaines choses, à défaut de ne pas les programmer. Je vous suggère de retirer ces deux propositions de la liste du projet d’ordre du jour… », a matelé le député Candide Azannaï.

K.P

En savoir plus...

Assemblée nationale : Le rapport de Nago adopté

nago

74 voix pour, 00 contre et 00 abstention, ainsi se présente le résultat du vote ayant permis l’adoption du 7ème rapport d’activités du président Mathurin Coffi Nago hier mardi 11 novembre 2014 au Palais des gouverneurs. Ce rapport couvre la période du 1er avril au 30 septembre 2014.

Le rapport du président  Nago est adopté. Les députés l’ont presque applaudi hier mardi. Au nombre des activités parlementaires, le Professeur Mathurin Coffi Nago a signalé que vingt six (26) plénières ont été tenues, dont deux (02) sessions extraordinaires, douze (12) dossiers ont été examinés en plénière, dont sept (07) lois ordinaires et sept (07) en autorisation de ratification. Le deuxième aspect évoqué par Mathurin  Nago est relatif au contrôle de l’action gouvernementale. A ce niveau, il a fait cas des questions écrites et orales adressées au gouvernement, dont quatre (04) questions avec débat et une autre question orale dont la réponse a été transformée en communication par le gouvernement. De même, le président de l’Assemblée nationale fait part de quelques questions d’actualités.
S’agissant des enquêtes parlementaires, il a informé ses collègues qu’ils ont examiné le rapport de la commission d’enquête sur les Monts Couffè et Wari-Maro et les comptes rendus sommaires et intégraux qui constituent une exigence constitutionnelle. En dehors de cela, il a mis l’accent sur les activités internes du Parlement, en faisant référence à la désignation des représentants du Parlement à la Cena, l’installation du député Patrick Yérima, l’examen et l’adoption du budget de l’institution parlementaire, gestion 2015. Pour ce qui est de l’administration et de la gestion du Parlement, il a cité les activités liées au renforcement des capacités du personnel et des députés, la gestion des carrières du personnel, la couverture sanitaire et la gestion des ressources humaines.
Pour ce qui est de la mise à disposition des fonds par le Ministère de l’économie et des finances, pour le compte des crédits transférés pour la période du 30 septembre, Mathurin  Nago a déclaré que 5 milliards 660 millions 463 mille francs CFA, ont été envoyés, soit un taux de 56,37% des crédits annuels inscrits. A la date du 06 novembre 2014, a-t-il ajouté, le montant prévu actualisé pour le transfert est de 7 milliards 990 millions 755 mille francs CFA, soit un taux de transfert de 79,59%. Le troisième volet de l’intervention de Mathurin Nago, est relatif aux relations avec les parlements et relations interparlementaires. Il a énuméré les visites d’échanges des délégations parlementaires pour prendre un peu de l’expérience du Bénin. Il s’agit des délégations venues du Togo, du Sénégal, du Mali et bien d’autres sans oublier, les activités menées avec un certain nombre d’organisations d’appui européen qui collabore avec l’Assemblée nationale.
Sur le 4è volet, Mathurin Nago a donné quelques chiffres, notamment les six (06) mois qui couvrent la période de référence. Il est question ici de quatre (04) déplacements effectués. Entre autres, il a cité la tenue de la 40è session de l’assemblée de la francophonie et d’une manifestation officielle tenue à Montpellier en France en avril dernier. A cet effet, Mathurin Nago a signalé que 41 missions ont été effectuées, dont onze (11) statutaires et quatorze (14) non statutaires.
Les discussions ont ainsi laissé place au vote, après la présentation du 7è rapport d’activités de Mathurin Nago, conformément aux dispositions de l’article 21 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Kola PAQUI

En savoir plus...

Enregistrement complémentaire des données biométriques pour la Lépi : Pagaille dans le Zou-Collines

sacca-lafia

L’enregistrement complé-mentaire des données biométriques dans le cadre de l’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) risque d’être un échec total dans les départements du Zou et des Collines. Sur le terrain, rien ne démontre que cette opération lancée par le Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi afin de parfaire l’audit participatif comblera les attentes. L’opération proprement dite ne pourra vraisemblablement pas démarrer dans lesdits départements ce mercredi comme le président du Cos-Lépi, Sacca Lafia l’a promis. De sources informées, on apprend que la formation des agents de terrain se poursuit dans plusieurs localités du Zou-Collines. Pis, la liste issue des premières opérations de l’audit participatif n’est encore affichée nulle part dans les mêmes localités et les kits biométriques restent encore introuvables selon les mêmes sources. Un constat amer qui pousse bien des observateurs à soutenir que le Cos-Lépi organise la pagaille dans ces départements qui constituent un "grand réservoir d’électeurs".

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Craintes et doutes sur la tenue des communales et locales : Yayi affiche toujours sa volonté d’organiser les élections

yayi-boni

A la veille du lancement de l’enregistrement complémentaire, une nouvelle opération du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi), le Chef de l’Etat s’est adressé à la Nation. Hier lundi 10 novembre, il a appelé tous les citoyens concernés à prendre part à ladite opération et réaffirmé encore une fois sa volonté d’organiser les prochaines élections dans un délai acceptable.

Le président Yayi Boni montre sa détermination d’accompagner le Cos-Lépi. Dans le message télévisé qu’il a délivré hier, il a appelé les Béninois à se mobiliser pour que réussisse la suite des opérations de l’actualisation de la liste électorale. «Le Cos-Lépi lancera le mercredi 12 novembre 2014, l’enregistrement complémentaire. A cet effet, pour que cette opération, premier pas du consensus vers l’établissement de la Lépi soit une réussite totale, j’invite tous mes compatriotes sur toute l’étendue du territoire national à sortir massivement pour se rendre aux Centres de vote afin de se faire enregistrer et vérifier la conformité des données et des informations fournies à l’audit participatif pour permettre au Cos-Lépi de publier la Lépi le 17 décembre 2014 comme il l’a promis», a-t-il déclaré. Il a aussi invité l’ensemble de la classe politique, la Société civile ainsi que les confessions religieuses à « s’investir activement dans la mobilisation  des citoyens». Le Chef de l’Etat a également rassuré le peuple que le gouvernement jouera sa partition aux côtés des autres acteurs afin d’appuyer le Parlement dont le rôle reste déterminant dans le processus électoral. Yayi Boni a félicité le président de l’Assemblée nationale et  le bureau du Parlement pour leur disponibilité à travailler avec tous les députés « en vue de la prise des mesures dérogatoires pour réduire les délais légaux et accélérer le processus électoral dans notre pays». Dans la même optique, il a réaffirmé sa volonté d’organiser dans un délai acceptable les élections communales et locales reportées depuis plusieurs mois.  «La priorité aujourd’hui reste la tenue à bonne date des élections et pour y arriver le temps nous est compté. C’est pourquoi pour ne pas porter préjudice au calendrier établi par le Cos-Lépi, le dialogue avec la classe politique entamé au niveau des partis politiques à l’Assemblée nationale, sera approfondi par mon Gouvernement en tenant compte des préparatifs en cours. J’ai toujours foi au génie du peuple béninois qui sait trouver en lui-même les ressources nécessaires pour surmonter les difficultés et sauver la patrie», a-t-il laissé entendre.

Le "Doing business"…

Le président de la République s’est par ailleurs réjoui des grandes avancées réalisées par le Bénin dans le domaine des affaires et dont le dernier classement "Doing business" a fait cas. Selon lui, ce rapport qui a fait gagner au Bénin vingt-trois (23) places le propulsant dans le «Top-Ten» est un indice encourageant. Mieux,  Yayi Boni trouve qu’il  y a de bonnes perspectives qui se dessinent pour l’économie nationale en ce qui concerne l’éligibilité du Bénin au 2ème Compact du Millenium Challenge account (Mca). « Le Bénin, notre pays fait partie de ceux qui sont reconnus pour leur stabilité politique, démocratique sécuritaire, financière et macroéconomique. Cependant, des efforts doivent être consentis pour assainir davantage le climat des affaires afin que notre classement au titre de "Doing Business" connaisse une amélioration continue et durable», a-t-il fait remarquer.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Meeting de l’Un à Athiémé : Le regroupement continue la mobilisation de la base

un

Les responsables du regroupement politique Union fait la nation (Un) sont allés, ce dimanche 9 novembre à la rencontre des militants et sympathisants de la commune d'Athiémé. La mobilisation et l’organisation des troupes à la base sont les raisons de cette descente de ces personnalités politiques.

En prélude à sa convention prévue pour ce 15 novembre, l’Union fait la nation continue ses descentes au sein des structures de base. Ce dimanche, c’est la commune d’Athiémé qui a reçu le regroupement qui entend gagner à coup sûr, les élections à venir dans notre pays avec en ligne de mire celles communales et locales. Ainsi se résumait l'essentiel du message que Antoine Kolawolé   Idji vice-président de l'Un et les siens sont allés porter aux militants de ce regroupement dans le mono. « L'Un plus que jamais déterminée à consolider sa base pour des victoires encore plus grandes » pouvait-on entre autres messages, lire sur les banderoles déployées dans l’enceinte du Ceg 1 de la localité qui a accuielli le meeting. A l’occasion, le maire d'Athiémé a rappelé que le poisson pourrit par la tête, avant d’inviter les leaders de ce regroupement à l'entente et à la cohésion pour une discipline à la base. L’honorable Antoine Idji, a, à son tour invité les militants Un du mono, à sortir massivement dès ce lundi pour aller constater la présence de leurs noms sur les listes pour la correction de la Lépi.

Emile AMAH

En savoir plus...

Communiqué du Bureau politique de l’Union pour le Développement du Bénin Nouveau (UDBN) au sujet de l’Enregistrement complémentaire

claudine-prudencio

A compter de ce lundi 10 novembre 2014, démarrent sur toute l’étendue du territoire national, les opérations d’enregistrement complémentaire dans le cadre du processus de correction et d’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (LEPI). Ces opérations sont prévues pour durer précisément 10 jours (jusqu’au 20 novembre prochain). A la suite du Président du Conseil d’Orientation et de Supervision de la LEPI (COS-LEPI), je viens par la présente vous inviter à sortir massivement, spontanément et dans le bon ordre pour vous faire enregistrer.
Ainsi que vous le savez, cette opération aboutira à terme à la confection et à la distribution des cartes d’électeurs dont l’importance dans le cadre des joutes électorales à venir ne fait l’objet d’aucun doute. Par conséquent, je vous invite, où que vous soyez sur le territoire national, à vous mobiliser, mais aussi à demeurer vigilants afin d’éviter que des personnes ne remplissant pas les critères définis par le COS-LEPI, ne puissent pas se faire frauduleusement enregistrer. Cela va aussi de la crédibilité du fichier électoral et bien sûr de celle des élections qui vont être effectuées sur la base de cette liste.
Je vous réitère l’engagement de tout le Bureau politique de l’UDBN à poursuivre avec vous la construction de ce Bénin nouveau qui est le vœu de chacune et de chacun d’entre nous.

Fait à Cotonou, le 09  novembre 2014 ;
Pour le Bureau Politique de l’UDBN, La Présidente,
He Claudine Afiavi Prudencio

En savoir plus...

Cités et développement : Les propositions d’Abt pour changer les villes béninoises

abt

L’Alliance pour un Bénin triomphant (Abt) a animé samedi 08 novembre 2014 à Ouidah une conférence publique sur le thème « les villes béninoises, état des lieux et perspectives». C’était l’opportunité pour Abdoulaye Bio Tchané, le leader de l’Alliance de rendre publiques ses propositions pour des «villes tournées vers le futur».   

L’alliance Abt se préoccupe de la qualité des villes béninoises. Son leader au premier chef. Samedi dernier à l’Institut de développement des études endogènes (Idee) de Ouidah, ce regroupement de forces politiques a donné sa vision d’une ville prospère. Le  président Abdoulaye Bio Tchané a souligné  certains points caractéristiques pouvant changer le visage des villes toujours en construction 54 ans après l’indépendance du Bénin. « Nos villes ne peuvent prospérer et changer de visage, sans un soutien financier plus substantiel du pouvoir central à nos communes ainsi qu’un transfert des compétences. De même, chaque ville devra être soutenue dans un plan qui tienne compte de sa mission, de sa spécificité et de  sa vocation», a déclaré le président Tchané. Ses propositions tournent autour de quatre points. Il y a d’abord l’appui aux communes. A en croire le président d’Abt,  l’Etat doit au-delà des dispositions légales actuelles, transférer aux Communes, la réalisation de certaines infrastructures communautaires comme  les écoles et les centres de santé. L’Etat doit aussi apporter aux Communes, un financement direct budgétaire de leur programme d’équipement et apporter l’assistance technique aux Communes dans la conception des projets de développement urbain. « Pour se traduire par des réalisations concrètes, ces réformes doivent être accompagnées par un contrôle administratif et un suivi citoyen», a-t-il martelé. Ensuite, des propositions ont été faites par rapport au foncier dont la gestion pose toujours problème. Il est vrai qu’il existe désormais une loi pour corriger les difficultés liées au foncier mais Abdoulaye Bio Tchané a indiqué qu’il va falloir conduire là aussi des réformes pour apaiser les Béninois, leur donner des titres fonciers sécurisés et rationaliser l’architecture de nos villes.

«Assurer la spécificité de nos villes»

abt1

Le leader des «Taba Ti Taba» a aussi fait savoir que le plan de développement de chaque ville doit tenir compte de sa spécificité et de sa vocation. Il doit en être ainsi à Porto-Novo, la capitale. Selon lui, il faudra désenclaver davantage Porto-Novo en «ouvrant un nouveau pont sur la ville». On doit également tenir compte de la spécificité de Cotonou, le centre des activités économiques, de Parakou, ville carrefour et de transit en pleine expansion et d’Abomey, cité historique et des palais royaux. Le président Abdoulaye Bio Tchané  fera également des propositions dans la gestion du transport et de la circulation dans les villes. « La ville de l’avenir doit résoudre ces questions de façon efficace, avec moins de frustrations et de pollution. Quand nous avions parlé de tramway à Cotonou, nous avons été surpris par l’incrédulité de certains qui le trouvaient trop moderne et pas pratique pour Cotonou. Et pourtant nombre de pays africains non encombrés comme nous, l’envisagent aujourd’hui», a-t-il fait remarquer. Pour lui, il est indispensable de mettre en place  des transports collectifs urbains performants. Enfin, il a abordé les problèmes liés à l’assainissement des villes béninoises. A en croire Abdoulaye Bio Tchané,  il faudra soutenir les initiatives privées de recyclage des ordures. A l’entendre, la gestion des dépotoirs en relation avec les petites et moyennes industries de transformation de déchets doit être une priorité. « Nous voulons insister  sur la nécessité de repenser  l’aménagement de nos villes pour les adapter à leur vocation et aux exigences des années à venir. Il nous faut des villes tournées vers le futur et qui incarnent notre détermination à aller de l’avant», a-t-il martelé.
La Conférence publique de ce samedi intervient après celles de Cotonou, de Porto-Novo et de Parakou. A Ouidah, le public a d’abord eu droit à un exposé de l’Urbaniste Bachir Oloudé sur le même thème. C’est une communication enrichie par plusieurs interventions dont celles de l’ancien ministre des Finances Cosme Sèhlin, l’ancien député Assane Séibou et du professeur Honorat Aguessy.  

Allégresse SASSE

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !