TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Politique

Pour les prochaines joutes électorales : Chabi Yayi fait de la jeunesse son cheval de bataille

chabi-yayi

Une impressionnante foule de jeunes venues de tous les coins du Bénin a pris d’assaut le pavillon de spectacle du Hall des arts de Cotonou hier Dimanche 22 Février 2015. L’objectif de ce  grand rassemblement politique,  indiquer à cette frange dynamique de la population  sa capacité de pouvoir dire son mot dans la gestion de la chose publique et s’illustrer positivement là où elle est  le moins attendue. Au cœur de cette initiative,  Chabi Yayi, président de l’association solidarité jeune. C’est un « pacte d’engagement » que le jeune acteur politique est venu signer avec la jeunesse qu’il estime être désormais  le seul levier capable de sortir le Bénin de l’ornière et de le hisser au rang des grandes nations en matière de développement.  « Ici nous sommes en train d’écrire notre histoire qui va nous amener inexorablement vers notre destin. La jeunesse fait deux tiers de la population. La jeunesse joue son rôle dans tous  les secteurs de l’économie.  Etre jeune n’est pas une fatalité. Nous pouvons. Et si je vous ai réuni, c’est pour composer un bloc. Faire une union des forces vives de la jeunesse pour la construction de cette Nation» a fait savoir Chabi Yayi pour communiquer sa dynamique à la masse ayant effectué le déplacement et la joindre à sa cause et son combat. Toute logique que Jean Comlan Panti le Directeur du Fonds national de la microfinance (Fnm) a fait sienne « Une jeunesse divisée n’a pas de vision, une jeunesse divisée n’a pas d’avenir, elle va vers une direction diffuse » va-t-il laisser entendre. Et le Directeur du centre national de sécurité routière(Cnsr) Sylvain Zohoun d’appuyer conjointement avec le ministre Raphël Edou « La jeunesse est une continuité ». Alors la foule, après avoir été galvanisée par tous les messages, va s’approprier le slogan inscrit sur toutes les casquettes et bâches confectionnés pour la circonstance, ‘’jeunesse osons notre avenir’’. 

chabi-yayi1 
 
get link Teddy GANDIGBE (Stag)

En savoir plus...

Dans la perspective des prochaines législatives : Le professeur Abiola mobilise Adjohoun

abiola-adjohoun

Le professeur François Adébayo Abiola a échangé les vœux du nouvel an avec les populations de la vallée de l’Ouémé, en l’occurrence celles de la commune d’Adjohoun hier dimanche 22 février 2015. En présence du roi Signon de la vallée, des cadres de cette localité et autres dignitaires, à la maison des jeunes d’Adjohoun, le Ministre d’Etat a saisi cette occasion pour appeler les centaines de militants Fcbe à se mobiliser pour soutenir ; et voter massivement pour les forces cauris lors des prochaines élections législatives et communales.

Le professeur François Adébayo Abiola s’est déplacé en personne dans la vallée de l’Ouémé précisément à Adjohoun ce dimanche 22 février 2015 pour sacrifier à la tradition de nouvel an  avec les militants Forces Cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), et autres sympathisants et population d’Adjohoun. Venus de part et d’autres pour communier avec leur leader, leur frère et ami; la maison des jeunes, lieu retenu pour abriter cette cérémonie était bondée de monde. C’était la liesse populaire, tête couronnée, cadres, jeunes, personnes âgées et autres couches sociales ont répondus présent à ce rendez-vous d’échange et de partage. C’est le porte-parole des jeunes de commune qui a planté le décor des allocutions. Après avoir souhaité les vœux de bonne et heureuse au chef de l’Etat à travers la personne du Ministre d’Etat, Thibaut Sitondji a salué les efforts du chef de l’Etat et de tout son gouvernement pour le développement de la vallée. Aussi, a-t-il souhaité l’implication personnelle du chef afin que les projets en cours pour le compte de la vallée soient suivis et connaissent un aboutissement heureux. Toujours dans son message, a souhaité que des actions offensives soient menées à l’endroit de la vallée de l’Ouémé vu son potentiel économique. Parlant des prochaines élections, il M. Sitondji a souhaité que des fils d’Adjohoun soient positionnés pour les législatives. Enfin, Adjohoun doit être représenté dans la prochaine législature. Pour finir, il a appelé tous les jeunes de la vallée à se tenir prêt pour les prochains combats pour les élections.  Le roi Signon de la vallée pour sa part, a remercié les populations pour la forte mobilisation. Aussi, a-t-il prié pour la paix, la concorde dans la vallée et dans tout le Bénin. Le professeur François Adébayo Abiola  à son tour, a laissé entendre : ‘’ Depuis le 1er janvier 2015, mon souci était de venir vous présenter les vœux et vous remercier pour tout ce que vous faites pour la vallée et Adjohoun particulièrement.  Je suis là pour présenter les vœux au roi Signon et la population. C’est  un ami du roi Signon, ami de Adjohoun, un ami de la vallée qui est venu vous dire bonne et heureuse année….’’ Profitant de cette cérémonie, le professeur Abiola a appelé les populations à se tenir prêts en se mobilisant massivement en son temps pour soutenir les fils d’Adjohoun et de la vallée qui seront candidats sur la liste des Fcbe pour les prochaines élections législatives et communales. Toujours au cours de cette cérémonie de vœux, le professeur Abiola a saisi l’occasion pour apporter son soutien au maire et au Ca central d’Adjohoun qui ont des soucis avec la justice. ‘’J’aurais souhaité venir ici aujourd’hui présenter les vœux avec ces deux frères ; mais tout ce que Dieu fait est bon. La République a ses règles et il faut les respecter. Quand on est ami,s il faut rester amis même dans des difficultés,  a compari François Abiola.
.
follow link Ccom

En savoir plus...

Pour favoriser une rupture intelligente : Le Rep, l’Ojbn, le Fcdp et le Jdm œuvrent pour le positionnement des jeunes sur les listes électorales

elections1

Le Novotel Hôtel de Cotonou a servi de cadre samedi 21 février 2015, à la conférence de presse tenue par le collectif des jeunes réunis au sein du Réseau  pour l’éveil patriotique (Rep), l’observatoire des jeunes pour un Bénin nouveau (Ojbn),  les Forces citoyennes pour la  défense depARpatrie (Fcdp) et jeunesse destin en mains (Jdm). L’objectif de la rencontre est de faire le point des actions liées à l’appel à la rupture et au rajeunissement du personnel politique du Bénin, lancé à Porto-Novo.

Cette rencontre fait suite à l’appel lancé par le Rep à l’Hôtel les Oliviers à Porto-Novo le 08 novembre 2014, appel patriotique intitulé « l’heure de la rupture » et au plaidoyer du 31 janvier 2015, vers les partis politiques. Autant d’actions visant à promouvoir un meilleur positionnement des jeunes sur les listes électorales. « Les jeunes pour lesquels nous plaidons ne sont pas étrangers aux partis politiques du pays. Ils ont fait leurs armes au sein de ces partis et sont assez outillés pour être aussi à des niveaux de décision » a martelé Edmond Agnidé du Rep. Il a  tenu à repréciser l’appel des jeunes : «  Nous disons que l’heure a sonné pour nos aînées de comprendre que l’avenir appartient aux générations futures » a-t-il lancé. Il n’a pas manqué d’exprimer sa gratitude aux partis ayant déjà fait l’effort de positionnement des jeunes.
« Les jeunes sont majoritaires et doivent exercer ce pouvoir de la majorité pour se positionner » a  déclaré Céphise Béo Aguiar de l’Ojbn, abordant la question des moyens dont disposent les jeunes. L’égalité des chances est nécessaire et le pays dispose de ressources pour en faire profiter à tous a-t-il poursuivi. Il lance donc un appel à la responsabilité et à la mobilisation des jeunes. « La question de financement n’est pas la plus importante. Il faut travailler sur les hommes, sensibiliser les jeunes et mobiliser la population analphabète » a ajouté Simon Dinan du Jdm. Ratier Agassounon du Fcdp  et  Gildas Agboton du Rep ont tenu pour leur part à lancer un appel à une prise de conscience des jeunes. Ils les invitent à opposer un refus formel aux listes ne s’inscrivant pas dans une logique de rupture intelligente.

Sur la question de la révision de la constitution
Abordant la question de la révision de la constitution, les conférenciers ont fait savoir que le moment ne s’y prête pas. Nous pensons qu’il faut se concentrer sur le renouvellement et la rupture, il y a suffisamment de méfiance qui pourraient porter atteinte à la nécessité de cette révision ont-ils précisé. Cependant les conférenciers pensent que les élections législatives pourraient faire office d’élections référendaires pour avoir  l’avis de la population sur la question.

avete guadagnato con le opzioni binarie Thomas AZANMASSO (Stag.)

En savoir plus...

Législatives de 2015 : Les premières candidatures attendues à la Cena ce jour

elections

La Commission électorale nationale autonome (Cena) commencera certainement à grouiller de monde à compter de ce jour. A en croire les agents de cet organe,  plusieurs potentiels candidats ont promis de déposer leurs dossiers de candidature ce jour. Les mêmes agents affirment qu’aucune candidature n’est encore enregistrée depuis le vendredi 20 février 2015 où le délai de dépôt a commencé à courir. Durant tout le week-end, la cour de la Cena est restée déserte. Les agents de la Cena rencontrés sur les lieux attendent impatiemment les formations politiques. « Des représentants de partis politiques viennent nous voir. Mais ce n’était pas pour le dépôt. Ils étaient là pour se renseigner encore par rapport aux pièces à réunir», a informé un agent sous l’anonymat.«Les potentiels candidats préfèrent prendre toutes leurs précautions. Ils n’attendent pas vivre les surprises de dernière heure. Je pense que c’est plutôt prudent puisque cette année, il n’y aura pas de largesse. Tous ceux qui ne déposeront toutes les pièces requises ne seront pas acceptés. Les consignes sont fermes cette année», a-t-il ajouté. Selon cet agent, plusieurs candidats ont promis de déposer leurs dossiers ce lundi. Mais, insistera-il, l’affluence est attendue pour le mardi 24 février, le dernier jour du délai imparti par la Cena. Certains analystes trouvent que si jusque-là, aucune formation politique ne s’est encore manifestée, c’est parce que les négociations et arrangements politiques sont houleux. Pour eux, ces négociations risquent bien encore de durer jusqu’au mardi soir puisqu’il y aura de grandes surprises sur les listes de la majorité présidentielle à cause du grand nombre de courtisans qui espèrent le coup de pouce du Chef de l’Etat pour figurer sur la "bonne liste".

here La Lépi aussi

Si la céna attend les premières candidatures pour leslégislatives, pour ce jour, elle pourra aussi avoir parallèlement, la Lépi. En effet, le Cos-lépi est fin prêt et pourra déposer la liste après les dernières corrections opérées.L’hypothèse Lépi 2011 est donc écartée.


hook up muay thai peterborough A. S.

En savoir plus...

Tractations pour les législatives dans la 12ème circonscription électorale : Les Fcbe de Lalo réclament la 2ème place pour Rosalie Sognon

rosine-sognon

Les membres de la majorité présidentielle de la Commune de Lalo exigent la 2ème place pour Rosalie Sognon sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) de la 12ème circonscription électorale. Ils ont donné leur soutien à cette femme battante samedi 22 février 2015 lors d’une sortie politique à Lalo.

Son nom est sur toutes les  lèvres ou presque des populations de Lalo. Rosalie Sognon est une femme vaillante. Une qualité qui explique l’engagement de toutes les couches sociales derrière elle. Toute la Commune opte en effet pour sa candidature lors de la prochaine députation. Les populations se sont mobilisées à l’Ecole primaire publique de Hlassamè pour la cause samedi dernier. «Il faut que la Commune de Lalo soit positionnée deuxième (2ème) sur la liste Fcbe pour le compte des élections législatives d’avril 2015 conformément à son rang sur la base des résultats politiques obtenus», a clamé Rigobert Madji, le Coordonnateur des Fcbe de Lalo. Il a rappelé que les Fcbe de Lalo viennent en deuxième position en termes de résultats pour le compte des élections présidentielles de 2011 dans tout le département du Couffo. Selon lui, la Commune n’avait pas tiré profit de cet effort politique. A la surprise de tous les militants Fcbe, a-t-il souligné, Lalo a été placée en troisième position lors des législatives de 2011. Une position qui n’a pu profiter à la femme battante Rosalie Sognon très engagée aux côtés du chef de l’Etat. Tout en réaffirmant leur soutien à Yayi Boni ce samedi, ils ont demandé que l’injustice créée depuis 2011à Lalo soit corrigée «au risque de voir l’ensemble des Fcbe de la Commune prendre leur destin en main en présentant leur propre liste». «Le choix des femmes leaders de la majorité présidentielle en accord avec la base des Forces cauris pour un Bénin émergent de Lalo est Rosalie Sognon, combattante et amazone des temps modernes», déclarera pour sa part la représentante des femmes, Augustine Tata. Positionner Rosalie Sognon comme 2ème titulaire, c’est  combler les attentes de la Commune de Lalo et rendre justice à la femme béninoise, selon elle. Augustine Tata a fini en soulignant que les résultats politiques de l’amazone Rosalie Sognon sont palpables sur le terrain. Des propos que ne démentiront pas les jeunes enseignants et les sages de Lalo. « Nous avons trouvé Mme Rosalie Sognon, dame de fer, qui accepte de traverser monts et vallées pour ramener  le bonheur à ses enfants en tant que mère. A Travers elle, beaucoup ont trouvé solution à leurs problèmes… Nous disons à la face du monde que Rosalie est notre candidate… Elle le mérite parce que nous avons la conviction qu’une fois élue, elle se battra davantage pour nous», a indiqué le représentant des enseignants, Michel Kiki Koutado. Ils ont tous reconnu le leadership de la dame au grand cœur de Lalo et souligné que le président de la République ne se trompera pas de choix  en lui accordant la place qui lui revient de droit.

rosine-sognon1

source Allégresse SASSE

En savoir plus...

Commune de Dogbo : Les enseignants expriment leur reconnaissance à l’Honorable David Gbahoungba

enseignants-place-goho

Les enseignants de Dogbo, réunis en Conseil communal des enseignants Fcbe de la commune de Dogbo,  ont tenu une conférence de presse mercredi 18 février 2015 pour dénoncer ceux qu’il convient de nommer les ingrats de la troupe; c’est-à dire aux qui, après avoir bénéficié des bienfaits de l’Honorable, lui ont tourné dos.  L’occasion fut saisie par ces derniers,  pour réaffirmer leur engagement aux côtés de leur leader incontesté  pour un soutien indéfectible aux actions du Chef de l’Etat, Docteur Yayi Boni. Outre les enseignants, l’événement a réuni dans la salle de conférence de l’Arrondissement de Totah, les populations venues nombreuses les soutenir.  

C’est le mercredi symbolique des cendres que le Conseil communal des enseignants Fcbe de la commune de Dogbo a choisi  pour « dénoncer les oiseaux de mauvais augure, les ingrats et les malhonnêtes de la troupe ».  Ces individus qui à en croire le porte-parole des enseignants, étaient les premiers bénéficiaires et les mieux servis par les fruits des luttes des valeureux militants. Pour le porte-parole des enseignants, le moment est propice pour ces serviteurs déloyaux, de faire leur mea culpa. « C’est la raison fondamentale pour laquelle nous avons choisi ce mercredi des cendres, premier jour du carême, précieux temps propice aux confessions pascales, pour leur rouvrir les portes de l’honorable » a déclaré le porte-parole, les invitant à revenir à l’Honorable  David Gbahoungba qui les attend encore pour les accueillir comme le père miséricordieux accueille son enfant prodigue dans sa cour. Les enseignants de la commune de Dogbo ont saisi l’opportunité est offerte, pour exprimer toute leur reconnaissance à David Gbahoungba, pour son dynamisme, ses talents, son dévouement et son habileté, qui lui ont permis de  « décrocher le deux points du critère de perfectionnement ». Ils adressent également leur gratitude au Chef de l’Etat, Docteur Yayi Boni, pour son choix porté sur l’Honorable David Gbahoungba, pour conduire la liste  Fcbe pour le compte de la mandature finissante à l’Assemblée nationale. «Nous savons bien que vous comprenez mieux que quiconque qu’on ne change pas une équipe qui gagne » ont-ils lancé au Chef de l’Etat.    

opcje binarne bez depozytu Thomas AZANMASSO (Stag.)

En savoir plus...

Après l’ensemble des jeunes et des femmes dans la 23ème : Les dynasties royales d’Abomey désignent Ben Aligbonon comme porte flambeau des Fcbe

ben-aligbonon

Au regard de ses multiples démarches, actions de développement et visions prospères au profit des populations des localités de toute la 23ème circonscription électorale, les dynasties royales d’Abomey se sont concertées et ont révélé leur choix dans le cadre des prochaines élections législatives. A l’honneur, Ben Aligbonon, le digne fils de Houahoué à Abomey, directeur général du Fonds national pour l’environnement et le climat (Fnec).

De jour en jour, et de pas à pas vers la date du 26 avril 2015, le potentiel candidat Fcbe dans la 23ème circonscription électorale à qui l’ensemble des jeunes, cadres et les femmes ont déjà donné le feu vert, est en train de gagner du terrain. Fort de son esprit de rassembleur et de plusieurs autres valeurs hors pair, Ben Aligbonon vient de bénéficier d’un soutien gigantesque. Les sages, têtes couronnées et toutes les dynasties royales du plateau d’Abomey viennent de rallier à sa cause en le choisissant comme le porte flambeau des Forces cauris pour un Bénin émergent dans la 23ème circonscription électorale. Conscientes de la force politique dont dispose l’homme et confiantes de ses plans d’actions, d’abord ceux orientés à la faveur de la jeunesse et surtout ceux pour pérenniser les acquis des Fcbe, elles ont été emballées par le dévouement de ce jeune plein de potentialités et de capacités managériale déjà connu de lui. Donc, élire Ben Aligbonon député Fcbe de la 23ème circonscription électorale le 26 avril prochain, c’est la toute première préoccupation de toutes les dynasties royales d’Abomey. Car pour elles, les assurances de cet homme à l’endroit des jeunes pour son investissement au vote d’une loi portant le statut de la jeunesse est un combat pour épanouir toutes les générations d’âge. Très sereines et rassurées du bon sens du Chef de l’Etat, les dynasties royales restent convaincues que le choix porté sur Ben Aligbonon comme le candidat Fcbe en tête de peloton dans la 23ème ne puisse être contraire à celui du Président de la République et des responsables Fcbe pour que  leurs visions et rêves soient concrétisés.

https://www.mccarthyarchitecture.com/indigose/10262 Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Céphise Béo Aguiar à propos des 25 ans de la Conférence des Forces vives : «Nous attendons toujours la réfection du Plm Alédjo»

aguiar1

Le président de l’Observatoire des jeunes pour un Bénin nouveau (Ojbn)  déplore toujours l’état de décrépitude avancée dans lequel se trouve l’Hôtel  Plm Alédjo. Dans les colonnes de «Matin libre», Céphise Béo Aguiar dénonce l’indifférence des gouvernants face à cette situation et parle de la bataille de son organisation pour la protection du "berceau de la démocratie béninoise" à l’occasion de la commémoration des 25 ans de la Conférence des Forces vives de la Nation. Interview.     

enter Matin libre : Le Bénin célèbre à compter du 19 février et ce jusqu’au 28 février prochain le 25ème anniversaire de la tenue de la Conférence des Forces vives de la Nation. M. Céphise Béo Aguiar en tant jeune leader politique, que vous rappelle cet évènement historique?

Cela me renvoie à des souvenirs de cours primaires. J’étais à Parakou. Ce qu’on a pu constater à la fin de cette grande réunion de nos ainés, on ne dit plus République populaire du Bénin, on chantait les trois couplets de l’hymne national. Et nous avons changé de drapeau. Beaucoup d’autres choses ont changé. 1990 pour nous adolescents à l’époque, on l’a vécu peut-être dans l’indifférence et on a observé quelques mutations dans notre vie du moment. Mais 25 ans après, on se rend compte que cette rencontre avait été organisée pour décider du présent du moment et d’aujourd’hui. 25 ans après cet  évènement historique, je fais un bilan à trois niveaux. Au plan politique, la difficulté majeure à laquelle le pays faisait face était le type de régime politique. Ayant pu renverser le marxisme-léninisme, le peuple a pu installer la démocratie. Plusieurs institutions ont également été mises en place pour faciliter le fonctionnement de l’Etat béninois. On avait adopté la démocratie avec le multipartisme intégral. Au bout de 25 ans, si les institutions fonctionnent plus ou moins bien, s’il existe une sorte d’alternance à la tête de ces institutions, la vie politique n’a pas encore réussi à impacter le développement du pays. Nous avons un système partisan suffisamment fragmenté. Nous avons des formations politiques qui se régionalisent, s’ethnicisent, se tribalisent et n’apportent plus rien au pays. Il y a la résurgence des thématiques du régionalisme. Nos monstres politiques ont-ils vraiment disparu? Une question bien sérieuse.

http://qsai.es/?esfirew=site-de-rencontre-serieux-lyon&79f=c4 Au plan économique, on a fait l’option du libéralisme. Est-ce qu’on a pu obtenir une économie introvertie aujourd’hui ?

Je pense que non. Nous avons une balance commerciale déficitaire où nous importons tout, nous produisons au minima. Nous avons une culture de rente, principalement le coton. Et l’Etat est comme un Etat entrepôt. Mais on devrait travailler à capitaliser la position stratégique que nous occupons dans la sous-région pour en faire un véritable Etat de services pour les autres pays qui nous entourent de sorte que nous créions l’emploi dans le domaine du tourisme, dans le domaine de l’économie verte, dans le domaine de l’économie des transports et dans beaucoup d’autres domaines. Au plan social et culturel, j’avoue que comme les acteurs de 90 ont beaucoup travaillé sur les questions politiques, ils n’ont pas pu trop dire pour les questions   sociales, autant pour les questions économiques. Sur le plan social, vous savez ce que l’école souffre aujourd’hui au point où le président de la République a dit à l’occasion de l’ouverture du Forum sur l’éducation, qu’il nous faut aller à la rupture. Ce qui veut dire que nous sommes arrivés à la croisée des chemins par rapport à l’école qui doit fonder la société. Dans les familles également, le niveau de civisme aujourd’hui et de conscience d’Etat de nos concitoyens pose problème. Et donc au plan social, il nous faut travailler à une transformation. Les jeunes sont désœuvrés et sont livrés à eux-mêmes. Et à mon sens, c’est le défi des générations que nous sommes aujourd’hui et celles qui arrivent parce que nous sommes un peu au carrefour. On a pris de l’âge, on est père de famille. Mais les enfants nés en 1990 qui sont nos jeunes frères sont en train de grandir et tiendront les destinées du pays. Il faut que ce niveau de conscience d'Etat les habite profondément.

busco mujer soltera para casarme Comment se porte la démocratie béninoise aujourd’hui?

Je crois qu’il faut l’apprécier par rapport à plusieurs plans. Au sujet des libertés, les gens diront que les Béninois ont la liberté d’aller et venir. Mais les Béninois ont-ils la capacité de faire ce qu’ils veulent? Il faudra relativiser. On a reculé dans le classement de Reporters sans frontières du point de vue de la liberté de presse. Du point de vue de la liberté syndicale, il a fallu de hautes luttes pour autoriser à nouveau des marches à Cotonou. Il y a de recul parce que les gouvernants actuels sont frileux sur la question des libertés. Ils ont souvent l’impression qu’on veut les déstabiliser. Or, nous sommes  dans un régime démocratique et on devrait normalement faire les choses suivant les textes. Il y a aussi la non-organisation à bonne date des élections. C’est une panne générale de la démocratie. On nous apprécie par rapport à cela. Et le premier produit de rente du Bénin, c’est la démocratie. On espère que les gens prennent conscience et que les régimes qui arriveront tiendront compte des erreurs commises.

follow Vous vous êtes beaucoup battu pour la protection du patrimoine national que représente l’hôtel Plm Alédjo. Mais on constate que ce berceau de la démocratie béninoise est visiblement abandonné par les autorités. Quand vous faîtes le bilan,  êtes-vous toujours engagé dans la bataille que vous avez initiée?

Nous continuons de faire ce que nous avons à faire pour atteindre nos objectifs parce que  le Plm Alédjo notamment le grand hall qui a abrité les travaux de la Conférence des Forces vives de la Nation de février 1990, c’est la maternité de la démocratie béninoise, c’est aussi la maternité des conférences nationales des autres pays africains qui à la suite du Bénin ont pu faire des changements qualitatifs chez eux. C’est à mon sens un patrimoine africain qu’il faut protéger. Et il faut que les gouvernants en prennent conscience. Nous avons fait un plaidoyer à partir de 2013, après que nous ayons organisé la Conférence nationale des Forces vives de la jeunesse.  Quand nous voulions tenir cette conférence, nous avions été inspirés par le regretté Abbé André Quenum, qui disait du Plm Alédjo : « ceci est un témoignage vivant de nos archives nationales, il ne faut pas le laisser». L’Observatoire des jeunes pour un Bénin nouveau travaille dans ce cadre. Nous sommes allés au Plm pour faire une salubrité. Ce n’était pas agréable. Nous avions l’impression que les anciens de 1990 nous regardaient, tellement les lieux étaient délabrés. A un moment donné, la Fondation Mathieu Kérékou nous a accompagnés. On s’est rapproché du ministère de la Culture et on a pu savoir que depuis 2009, les plans de travail annuels ont prévu la réfection des lieux. Il y a même eu la privatisation de certains bâtiments de l’hôtel. Mais nous attendons que la réfection soit effective. La célébration du 25ème anniversaire de la Conférence aurait pu servir à cela. Nous voulons commémorer ces 25 ans à travers un camp de la jeunesse. Ce sera pour l’unité nationale. Il sera ouvert au Plm Alédjo, le 26 février prochain. Le Plm est un patrimoine béninois. C’est également un patrimoine africain à sauvegarder et nous croyons fermement que les gouvernants doivent savoir que l’histoire a besoin d’éléments vivants. Et le Plm en est un pour nous. Ce hall, il faut rapidement le réhabiliter pour que nous ayons à nous y recueillir souvent.

Entretien réalisé par Allégresse SASSE 

En savoir plus...

Législatives de 2015 : Alliance "Eclaireur" lancée vendredi prochain

eclaireur

L’échiquier politique national chamboule au fur et à mesure qu’on s’approche d’avril 2015. On continue d’enregistrer la création de nouveaux partis et alliances politiques. Le tout nouveau regroupement politique sera dénommé Alliance "Eclaireur". De sources informées, cette nouvelle alliance de partis politiques sera portée sur les fonts baptismaux demain vendredi 20 février 2015. Edmond Agoua, Grégoire Laourou, Cyriaque Domingo, Venance Gnigla et  Christine Gbédji sont entre autres les grandes figures de ce regroupement. Les mêmes sources soutiennent que les fondateurs de  l’Alliance "Eclaireur" sont déjà sur le terrain et travaillent à rallier les populations à leur cause.

AS

En savoir plus...

Conseil des ministres du 11 février : Des nominations et maintiens de cadres à la Présidence et dans plusieurs ministères

armoiries

Nous vous proposons en nouvelle publication, cette fois-ci en intégralité, le dernier conseil des ministres en date, dont la transcription a été publiée en exclusivité  dans notre parution du lundi 16 février avec des noms et/ou prénoms écorchés. Nous profitons d’ailleurs pour présenter nos excuses aux intéressés.

Le Conseil des Ministres s’est réuni en séance ordinaire le mercredi 11 février 2015 sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.
Au début de la séance, le Chef de l’Etat a fait observer une minute de silence en la mémoire des feus :
• David BOCO, Contrôleur Général de Police à la retraite, ancien Conseiller Technique à la Sûreté à l’ex-Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité et de la Décentralisation ;
• Andréa AZANNEY GNACADJA, mère de Monsieur Laurent D. GNACADJA, Maire de la Commune de Glazoué ;
• Solange ELEGBEDE née SAMON, belle-mère de Monsieur Tabé GBIAN, Président du Conseil Economique et Social ;
• Thimoté Okè CHALLA, ancien délégué du village Ouogui, beau-père de Monsieur Tiamiou AKPONNE, Conseiller Technique à l’Entreprenariat et à la Promotion du Secteur Privé du Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises ;
• Léopold KPAKPO, Ingénieur du Développement Rural à la retraite, précédemment Directeur de la Vulgarisation et de l’Appui aux Organisations Paysannes au CARDER Ouémé/Plateau et Directeur de l’Agriculture au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
• Gilles SOGNONVI, ancien Maître d’hôtel à l’Ambassade du Bénin à Washington, père de Madame Victorine SOGNONVI épouse KPOHAZOUNDE, ancienne Conseillère Technique à la Recherche, à l’Agriculture et à l’Alimentation du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
• Antoine ANASSIDE, précédemment Directeur de la Prévoyance Agricole et du Contrôle Technique du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
• Nouratou LALEYE, précédemment Secrétaire Particulière et Membre du Conseil d’Administration de l’Office National de Soutien des Revenus Agricoles (CA/ONS) au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
• Jean-Pierre M’PO N’DA, Ingénieur du Développement Rural à la retraite, précédemment Directeur Général du CARDER/ATACORA/DONGA, Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche ;
• Oké Désiré AGBOTON, retraité, Chevalier de l’Ordre du Mérite Social du Bénin, précédemment en service au Secrétariat Général du Gouvernement ;
• Guy SALLAN, Monteur à l’ORTB.
Au cours de la séance, le Conseil des Ministres a adopté plusieurs projets de décrets notamment :
un projet de décret portant convocation du corps électoral pour les élections législatives ;
un projet de décret portant convocation du Corps électoral pour l’élection des membres des Conseils Communaux ou municipaux et des membres des Conseils de Villages ou de Quartiers de ville en République du Bénin.
Aux termes des dispositions du 1er décret, le corps électoral est convoqué pour le dimanche 26 avril 2015 en vue d’élire les membres de l’Assemblée Nationale de la septième législature.
Le deuxième projet de décret convoque le corps électoral pour le dimanche 31 mai 2015 en vue d’élire les Membres des Conseils Communaux ou Municipaux et les Membres des Conseils de Villages et Quartiers de ville pour la troisième mandature.
Le Conseil des Ministres saisit cette occasion pour inviter tout le peuple Béninois à prendre part à ces deux (02) échéances électorales dans la ferveur patriotique, la sérénité et la concorde. Ainsi, dans l’union, la quiétude et la cohésion, nous contribuerons ensemble àrenforcer notre démocratie et à donner une belle image de notre patrie commune le Bénin.
Le Président de la République, à cette occasion, a informé le Conseil des Ministres de l’appui des Nations-Unies au processus électoral en cours. Dans ce cadre, une mission d’experts envoyés par le Secrétaire Général des Nations Unies est attendue ce mercredi 11 février 2015. Le Gouvernement du Bénin et la Représentante du PNUD, Coordonnatrice du Système des Nations Unies, prendront les mesures appropriées pour un séjour fructueux de la mission qui rencontrera les Institutions de notre pays dont au premier chef, celles en charge des élections, à savoir la CENA et le COS-LEPI.
Par ailleurs, des instructions fermes ont été données au Ministre de la Défense Nationale en vue de mettre à la disposition de la CENA et de COS-LEPI des agents des Forces Armées afin de renforcer la sécurité au niveau de ces structures en charge des élections.

Le Conseil des Ministres a également adopté :
un projet de décret portant création, composition, attributions et fonctionnement du Conseil National de Coordination du Plan de Promotion de l’Emploi des Jeunes 2014-2016 ;
un projet de décret portant agrément de la Société de Transformation Industrielle du Bénin (SOTIBE) Sarl au régime « C » du code des investissements pour le projet d’installation d’une usine de production de produits laitiers et de jus de fruits à Gbétagbo dans la Commune d’Abomey-Calavi ;
des projets de décrets portant adoption du budget exercice 2015, respectivement :
o du Centre de Partenariat et d’Expertise pour le Développement Durable (CePED) ;
o de l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (ONASA) ;
o de l’Agence Béninoise de Promotion des Echanges Commerciaux (ABePEC) et
o de l’Agence de Contrôle des Installations Electriques Intérieures (CONTROLEC) ;
un projet de décret portant définition des utilisations domestiques de l’Eau en République du Bénin ;
un projet de décret portant nomination en remplacement de trois (03) membres du Conseil d’Administration du Centre Hospitalier Départemental du Mono ;
un projet de décret portant nomination du Président et des Membres du Conseil d’Administration de l’Agence Foncière de l’Habitat (AFH);
un projet de décret portant admission à la retraite de Magistrats ;
un projet de décret portant condition de déroulement de la campagne de commercialisation 2014-2015 des noix de cajou.
En adoptant les projets de décret sur les budgets, exercice 2015, le Conseil des Ministres a instruit le Ministre en charge de l’Evaluation des Politiques Publiques et de la Bonne Gouvernance en relation avec les Ministres de tutelle de ces Entreprises Publiques, Sociétés et Offices d’Etat et le Conseiller Spécial à la Présidence de la République, chargé de la Gouvernance des Entreprises Publiques et du Contrôle interne, de faire procéder à une évaluation globale de la performance de ces Entreprises Publiques.
Le Ministre à la Présidence de la République chargé de la Coordination de la mise en œuvre des Politiques des ODD et des OMD a rendu compte au Conseil des Ministres des actions à mener au titre de l’année 2015 pour maintenir la dynamique dans l’amélioration de l’environnement des affaires.
En approuvant cette communication sur le climat des affaires dans notre pays, le Conseil des Ministres a instruit les Ministères impliqués, notamment le Ministère en charge des Finances de jouer avec efficacité et efficience sa partition en vue de :
- accélérer les diligences relatives au financement des réformes au niveau du Guichet Unique de Formalisation des Entreprises (GUFE) afin de réduire le temps de formalisation et le coût financier de création des entreprises ;
- faciliter une plus grande coopération entre les services des Douanes et la Société d’Exploitation du Guichet Unique du Bénin (SEGUB) pour réaliser à temps le projet de dématérialisation des formalités de pré dédouanement ;
- rendre opérationnelledans les plus brefs délais l’Agence National des Domaines et du Foncier.
Le Conseil des Ministres a approuvé plusieurs communications notamment :
une communication du Ministre de la Décentralisation de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire, relative au rapport sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de la Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration (PONADEC) au 31 mars 2014 ;
une communication du Ministre chargé de l’Evaluation des Politiques Publiques, relative au rapport d’évaluation de la politique de gestion du système de santé au Bénin.
Le Conseil a, de même, examiné et approuvé plusieurs comptes rendus de mission notamment :
un compte rendu conjoint des Ministres en charge de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation, du Travail et de la Fonction Publique, des travaux relatifs à la réforme de l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin (ORTB) dans le cadre du passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique ;
un compte rendu conjoint du Ministre du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective et du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de la séance de concertation sur le projet de convention d’établissement de la société d’exploitation « Bénin-Tracteurs SA » ;
un compte rendu du Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique de la participation du Bénin à la 36ème session des Comités consultatifs inter africains (CCI) du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), tenue à Ouagadougou (Burkina Faso) du 14 au 23 juillet 2014 ;
un compte rendu du Ministre du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective, de la mission conjointe de suivi des projets et programmes des Ministères inscrits au PIP gestion 2012 et 2013 organisée du 16 au 26 juillet et du 04 au 15 août 2014 ;
un compte rendu du Ministre de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation, de la signature du Programme indicatif national du 11ème FED à Dakar, le 29 novembre 2014 ;
un compte rendu du Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises de l’approbation par les instances du Cadre Intégré Renforcé (CIR) du Projet de Catégorie 2 du Bénin portant sur le Renforcement des Capacités Productives et Commerciales (PRCPR) du Bénin ;
un compte rendu du Ministre de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires, des actions menées dans le cadre de relance de la filière des véhicules d’occasion en transit au Port de Cotonou et aux frontières terrestres du Bénin ;
En outre, le Conseil des Ministres a autorisé :
l’approvisionnement de kits d’hémodialyse auprès du laboratoire B. BRAUN ;
le FNPEEJ à nouer des partenariats public-privé dans le cadre de l’accomplissement de sa mission ;
la reconduction de la promotion 2014 pour une (1) année supplémentaire ainsi que l’augmentation de l’effectif de l’édition 2015 des bénéficiaires du Programme d’Appui à l’Emploi Salarié (PAES) de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE). En effet, la dynamique de l’année 2014 déclarée « année de l’emploi » se poursuit en 2015. Ainsi, outre cette reconduction des 1.500 bénéficiaires de l’année 2014, la loi de finances 2015 prévoit la création de 15.876 emplois publics dont 8.250 à travers l’ANPE (5.250) et le programme de volontariat d’expertise professionnelle (3.000) ;
les mesures complémentaires prises pour la poursuite des travaux de construction du siège de l’Assemblée Nationale à Porto-Novo ;
des mesures de contrôle suite à la réapparition de l’influenza aviaire hautement pathogène dans la sous région ouest africaine ;
la mise en œuvre du « Programme de transition numérique en République du Bénin » par l’approbation de la feuille de route pour le déploiement de la Télévision Numérique Terrestre ;
les résultats des renégociations conduites par l’Agence Béninoise des Grands Travaux (ABGT) avec les structures retenues pour le déplacement des réseaux d’eau, d’électricité et de téléphone dans le cadre des travaux de réhabilitation de la route Akassato-Bohicon ;
les propositions de modalités de règlement des créances de la CEB sur la SBEE et celles de la SBEE sur l’Etat béninois ;
la participation du Bénin à la cinquante neuvième session de la Commission de la Condition de la Femme au siège de l’organisation des Nations Unies, du 09 au 20 mars 2015 à New-York ;
la participation du Bénin à la réunion interrégionale des Commissions Nationales pour l’UNESCO à Astana, République du KAZAKHSTAN, du 22 au 24 juillet 2014 ;
la participation du Bénin au stage de formation au profit des fonctionnaires des Commissions Nationales pour l’Education, les Sciences et la Culture dans les Etats membres Africains Francophones sur l’utilisation du logiciel libre dans l’Administration, à Dakar, du 23 au 25 septembre 2014 ;
l’organisation du forum sur l’entrepreneuriat féminin du 24 au 26 février 2015 à Cotonou ;
la visite de travail du Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs au Brésil ;
le séjour au Bénin d’une délégation de l’Agence turque de coopération internationale (TIKA) du 15 au 22 février 2015. Au cours de ce séjour, le Président de la TIKA procédera au lancement des travaux de construction du Centre de santé d’Adjohoun, à la remise d’un important lot de matériels, d’équipements au Lycée Agricole de BARIENOU et à la visite du site d’expérimentation de nouvelles semences de coton, dans le cadre du partenariat entre l’Institut NAZILI de la Turquie et l’INRAB du Bénin ;
la poursuite du stage et prise en charge des jeunes footballeurs formés à l’académie de Botafogo Football Club de San Paolo au Brésil en 2015 et en 2016 ;
la participation de l’équipe de football de la Police Nationale (A.S. POLICE BENIN) à la 12ème édition de la coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF).

Enfin, les nominations suivantes ont été prononcées :
A la Présidence de République, sur proposition du Président de la République :
Conseiller Technique à la Gouvernance Locale : Monsieur Crépin GUIDI.

Au Ministère de l’Evaluation des Politiques Publiques, de la Promotion de la Bonne Gouvernance et du Dialogue Social ; sur proposition du Ministre :
1.     Directeur de Cabinet : Monsieur Martin Nani GBEDEY ;
2.     Directrice Adjointe de Cabinet : Madame Mireille GUEDOU MADODE ;
3.     Chargé de mission : Monsieur Emmanuel DAVID-GNAHOUI ;
4.     Conseiller Technique à l’évaluation des politiques publiques : Madame Sidonie VIGNON ;
5.     Conseiller Technique au suivi de la performance : Monsieur Eric Kouassi VIKEY;
6.     Conseiller Technique au dialogue social : Monsieur Gilles YEKPON ;
7.     Conseiller Technique à la promotion de la gouvernance : Monsieur Pierre JOHNSON ;
8.     Conseiller Technique Juridique : Monsieur André SAGBO ;
9.     Secrétaire Général : Monsieur Damase MISSEGBETCHE ;
10. Directrice des Ressources Humaines : Madame Clarisse ADJOVI-BOCO ;
11.     Directrice des Ressources Financières et du Matériel : Madame Alice ANATO ;
12. Directeur de la Programmation et de la Prospective : Monsieur Jules YEHOUENOU ;
13.     Directeur Adjoint de la Programmation et de la Prospective : Monsieur Fortuné Armand AGBO ;
14.     Directeur Général de l’Evaluation : Monsieur Aristide DJIDJOHO;
15.     Directeur Général de la Promotion de la Bonne Gouvernance : Monsieur Abdoulaye GOUNOU ;
16.     Directeur Général des Relations avec les Partenaires Sociaux : Monsieur Marcellin SOTOHOU ;
17. Directeur du Suivi de la Performance : Monsieur Damase SOSSOU ;
18.     Directeur du Suivi des Etudes d’Evaluation : Monsieur Mirianaud Oswald;
19.     Directeur des Etudes et Stratégies de Gouvernance : Monsieur Sosthène GNANSOUNOU ;
20.     Directeur de la Coopération et du Suivi de la Gouvernance : Monsieur Erick Aristide GNACADJA ;
21. Directeur de la Stratégie et de la Veille Sociale : Monsieur Barnabé Jaurès KOUIN ;
22.     Directrice du Suivi et de la Formation des partenaires sociaux : Madame Denise Estelle OROU YOROU GAYA épouse GUERA.

Au Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire sur proposition du Ministre :
1.     Directeur de Cabinet : Monsieur Eugène AZATASSOU ;
2.     Directeur Adjoint de Cabinet : Monsieur Enock GOUROUBERA;
3.     Inspecteur Général des Affaires Administratives : Monsieur AZONNAHOU Ernest ;
4.     Chef Cellule de Contrôle de Marchés Publics : Monsieur MONLANDJO Cossi Emile ;
5.     Chargée de Mission : Madame AMMO Agath ;
6.     Chargé de Mission : Monsieur CAKPO Robert ;
7.     Conseiller Technique au Développement Régional : Monsieur HOUNGBETE Maxime ;
8.     Conseillère Technique à la Décentralisation : Madame ADAM Irène ;
9.     Secrétaire Général du Ministère : Monsieur CODJIA Jean-Claude;
10. Secrétaire Générale Adjointe du Ministère : Madame GOGAN Prisca ;
11. Directrice des Ressources Humaines : Madame ADAHOU KETCHION CARINE ;
12.     Directeur des Ressources Financières et Matérielles : Monsieur AHLONSOU Alfred ;
13.     Directeur de la Programmation et de la Prospective : Monsieur DJIVO Mahoussi Epiphane ;
14.     Directeur des Transmissions : Monsieur MIKPE Clément ;
15. Directeur de l’Informatique et du Pré-Archivage : Monsieur ABIKOYE Affolabi Thimoléon ;
16.     Directeur Général de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale : Monsieur HOUEDANOU Thomas ;
17.     Directeur des Collectivités Locales (DCL) : Monsieur AVASSI Valentin ;
18.    Directeur de la Coopération Décentralisée et de l’Intercommunalité : Monsieur SONSARE Mouhamadou ;
19.     Directrice de la Gouvernance Locale : Madame ASSANI AFFO TOSSOU Leïlath ;
20. Directeur Général de l’Administration d’Etat : Monsieur KPATINVO Léopold ;
21. Directeur de la Déconcentration et de la Tutelle : Monsieur NONHOUEGNON Donatien ;
22.     Directrice de la Gestion des Ressources et de Suivi Evaluation : Madame KPOSSA Sénamé Ghislaine ;
23. Directeur de la Maison des Collectivités Locales : Monsieur MEDEGAN Codjo Symphorien ;
24.     Secrétaire Permanent de la Commission Nationale des Affaires Domaniales : Monsieur GAMMAVO René ;
25.     Délégué à l’Aménagement du Territoire : Monsieur N’SIA Koffi Sevérin ;
26.     Coordonnateur de l’Observatoire de la Gouvernance Locale et de Décentralisation : Monsieur MAHAMANE Assane ;
27.     Directeur du Centre de Formation pour l’Administration Locale : Monsieur NOUMAVO Apollinaire ;
28.     Secrétaire Permanent de la Commission Nationale des Finances Locales : Monsieur GBODJEYDO Zacharie ;
29.     Secrétaire Général de la Préfecture Borgou-Alibori : Monsieur MAHAMADOU Imorou ;
30.     Chargé de Mission Préfecture Borgou/Alibori : Monsieur CHABI BATTA Djibril ;
31.    Chargé de Mission Borgou/Alibori : Monsieur LEMOU SONWOBA Ephraïm ;
32.     Secrétaire Général Mono-Couffo : Monsieur COMLAN Sedzro Zinsou ;
33.     Chargé de Mission mono/Couffo : Monsieur MAHOUSSI Gildas;
34.     Chargé de Mission mono/Couffo : Monsieur AKAKPO Irené ;
35.     Secrétaire Général de la Préfecture Ouéme-Plateau : Monsieur FAGBITE Thomas ;
36.     Chargé de Mission Ouéme –Plateau : Monsieur AGBAYAHOUN F. Fréderic ;
37.     Chargé de Mission Ouéme –Plateau : Monsieur LEOTOICHAN Sakiou ;
38.     Secrétaire Général de la Préfecture de Natitingou : Monsieur ASHANTI Mashoudou ;
39.    Chargé de Mission Atacora/Donga : Monsieur M’PO Kouyinampou B. Prudence ;
40.     Chargé de Mission : Monsieur MOUSSA YAYA Issaka.

Au Ministère de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires ; sur proposition du Ministre :
1.     Directeur de Cabinet : Monsieur DOSSOUMON Dominique ;
2.     Directeur Adjoint de Cabinet : Monsieur AKIYO Sylvain ;
3.     Secrétaire Général du Ministère : Monsieur THCIAPKE Urbain ;
4.     Secrétaire Général Adjoint du Ministère : Monsieur MERE DAOUDOU IbrouraÏma ;
5.     Directeur Ressources Financières et du Matériel : Monsieur ARIKAMA Mouhamadou ;
6.     Directeur des Ressources Humaines : Monsieur GAOU Dossa Oscar ;
7. Directeur l’Informatique et du Pré-archivage : Monsieur HOUESSOU Rufin Koffi ;
8.     Directeur de la Programmation et de la Prospective : Monsieur SOHOTO Soédja Thierry Ghyslain ;
9.     Conseiller Technique Juridique : Monsieur DOSSOU Serge ;
10.     Conseiller Technique aux Transports Maritimes : Monsieur BIO KENNE Yao ;
11.     Conseiller Technique à l’Economie Maritime : Monsieur AHOTIN Nicaise Mèdéhouèho ;
12.     Chargé de Mission : Monsieur WARGUI Kpéra ;
13.     Directeur National des Ports : Monsieur SOULEY Tairou Adam ;
14.     Directeur de la Gestion de l’Exploitation des Ressources de la Mer : Monsieur BALOÏTCHA Odilon Agossa ;
15.     Directrice des Transports Maritimes et Fluvio-lagunaires :     Madame ABOUDOU Rahamatou épse ANKI-DOSSO.
16.     Directeur Général Adjoint de la SOBEMAP : Monsieur SEKO DENIS Bio Quenou Silvain.

Au Ministère de L’environnement Charge de la Gestion des Changements Climatiques du Reboisement de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières ; sur proposition du Ministre :
1.     Directeur du cabinet : Monsieur WOROU Théophile ;
2.     Directeur Adjoint du Cabinet : Monsieur TCHIDIME Adohoun Pascal ;
3.     Conseiller Technique à l’Environnement : Monsieur WUEMENOU Théophile ;
4.     Conseiller Technique au Partenariat et la Déconcentration : Monsieur SODEGLA Honoré ;
5.     Conseiller Technique Juridique : Monsieur BABAGBETO Lucien ;
6.     Conseiller Technique aux changements Climatiques : Monsieur BAGLO Ayi Uriel Yannick ;
7.     Conseiller Technique aux Ressources Naturelles : Monsieur AVIKPO Dansou Joël ;
8.     Secrétaire Général : Monsieur OURO-DJERI Imorou ;
9.     Secrétaire Général adjoint : Monsieur YEKPOGNI E. Gervais ;
10.     Directeur de la Programmation et de la Prospective : Monsieur EDAH Clément ;
11.     Directeur des Ressources Financières et Matérielles : Monsieur DJODAN Sabin ;
12.     Directrice des Ressources Humaines : Madame HOUNGA Odile Dohoué ;
13.    Directeur de l’Informatique et de Pré-archivage : Monsieur AGOLI-AGBO Rock Pierre ;
14. Directeur Général de l’Environnement (DGE) : Monsieur AÏNA Martin Pépin ;
15. Directeur Général de l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) : Monsieur SOSSOUKPE Edmond ;
16. Directrice Générale du Centre National de Gestion des Réserves de Faunes (CENEGRAF) : Madame DJEGUI Charlotte ;
17. Directeur Général des Changements Climatiques (DGCC) : Monsieur ADOUNKPE G. Julien ;
18. Directeur Général de Recherche et de formation Forestières (CERF) : Monsieur AKOUEHOU Sèhounkpindo Gaston ;
19.    Directeur Général du Fonds National de Développement Forestier (FNDF) : Monsieur MONHOUSSOU Pascal ;
20.     Directeur de la Promotion des Métiers Verts (DPMV) : Monsieur AHOUAGA Bruno ;
21. Secrétaire Permanent de la Commission Nationale du Développement Durable (CNDD) : Monsieur MOUNOU SAMBIENI Kassa ;
22. Chargée de Mission : Madame AMMO Agathe ;
23. Directeur Départemental de l’Environnement et de la Gestion des Changements Climatiques MONO-COUFFO (DDCGCC/M-C) : Monsieur DOSSOU Brice ;
24. Directeur Départemental de l’Environnement et de la Gestion des Changements Climatiques ATLANTIQUE-LITTORAL (DDCGCC/ ATL-LIT) : Monsieur KAKPOVI Rémi ;
25. Directeur Départemental de l’Environnement et de la Gestion des Changements Climatiques OUEME- PLATEAU (DDCGCC/O-P) : Monsieur FATOMBI Kabiyéssi Jacques ;
26. Directeur Départemental de l’Environnement et de la Gestion des Changements Climatiques ZOU-COLLINES (DDCGCC/Z-C) : Monsieur EKI Koutohou Zacharie ;
27. Directeur Départemental de l’Environnement et de la Gestion des Changements Climatiques BORGOU-ALIBORI (DDCGCC/B-A) : Monsieur SARE BAGNAN Issoufou.

Au Ministère des Enseignements Maternel et Primaire, sur proposition du Ministre :
1.     Conseiller Technique Juridique : Monsieur AHOTON Adjibola Ahonho ;
2.     Conseil Technique à la Médiation, au Dialogue Social et au Suivi des Reformes : Monsieur AKPOVI Jacques ;
3.     Chargé de Mission : Monsieur KOIN’TACHA Bernard ;
4.     Directeur Départemental des Enseignements Maternel et Primaire Ouémé-Plateau : Monsieur MONTCHO J. G. Juene ;
5.     Directeur Départemental des Enseignements Maternel et Primaire Mono-Couffo : Monsieur KOHOUNDE Patrice ;
6.     Directeur de l’Ecole Normale d’Instituteurs de DOGBO : Monsieur SALAMI Emmanuel ;
7.     Directeur de l’Ecole Normale d’Instituteurs de Kandi : Monsieur OLONI Félix.

Au Ministère de l’Industrie, du Commerce, des Petiteset Moyennes Entreprises, sur proposition du Ministre :
Directeur Général Adjoint de l’Agence Béninoise de la Promotion des Echanges Commerciaux : Monsieur AGLE Eugène Bidossessi ;
Au Ministre de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables, sur proposition du Ministre :
Secrétaire Général Adjoint du Ministère : Monsieur SAÏZONOU Michael ;
Conseiller Technique à l’Energie : Monsieur IBIKOUNLE A. Mamoud;
Conseiller Technique Juridique : Madame GNAMOU Dandi ;
Directeur Général des Mines : TCHOKPON Germain ;
Directeur Départemental MERPMEDER Borgou/Alibori : Monsieur KISSIRA Aboubakar ;
Directeur Général du CONTROLEC : Monsieur AKOUEDENOUDJE Bill.

Fait à Cotonou, le 11 février 2015
Le Secrétaire Général du Gouvernement,
Alassani TIGRI.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !