TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Politique

Positionnement de Claude Azonwakin sur deux listes de candidatures : Le Prd prêt à retirer son nom, mais exige…

prd

« Nul ne peut  être candidat sur plus d’une liste » C’est en fonction de cette disposition de l’alinéa 3 de l’article 351 de la loi n°2013-06 du 25 octobre 2013, que le Président de la Cena a demandé aux mandataires des listes Fcbe et Prd de procéder au retrait de Claude Azonwakin. Ce dernier proche de Me Adrien Houngbédji se retrouve en effet sur les listes des deux formations. En réponse à la correspondance en date du 03 mars 2015, les Fcbe ont maintenu l’intéressé dans une démarche auprès de la Céna, ce mercredi 04 mars 2015 espérant voir le Prd procéder au retrait du célèbre transitaire de leur liste. Le Prd s’est dit prêt pour ce retrait, si les Fcbe en faisaient de même. C’est une situation qui met la commission en charge de l’organisation des élections dans un embarras indicible. L’institution s’apprêterait à publier avec cette anomalie, la liste définitive des candidats. Le Parti de Me Houngbédji qui boucle 73 ans de vie sur terre ce jeudi 05 mars, pourra –t-il laisser tomber ses exigences ? On se le demande.

go site M.M

En savoir plus...

Ouf, la Cena reçoit enfin la Lépi

lepi

Le processus de correction de la Liste électorale aura donc duré 22 mois. La liste tant attendue rendue publique mercredi 25 février 2015 a enfin été transmise à la Cena hier mercredi. «C’est un instant de délivrance», s’est écrié le président Sacca Lafia comme celui qui se débarrasse d’un lourd fardeau. Il n’a pas tort. Cet instrument électoral a été objet de toutes les controverses et de toutes les polémiques. Le Cos-Lépi a été longtemps paralysé faute de moyens. Le gouvernement n’a pas su mettre à sa disposition à temps les ressources financières nécessaires. Le processus d’actualisation a été également marqué par de grands ratés sur le terrain. Les membres du Cos-Lépi ont plusieurs fois essuyé les critiques du Parlement. L’opposition dans sa majorité  a aussi décrié les choix approximatifs de Sacca Lafia et de son équipe. Face à leurs insuccès et  au doute qui planait sur tout le processus, donc sur l’organisation des élections, les partis de l’opposition ont dû investir la rue  dans les derniers mois de 2014 pour réclamer l’organisation des élections. Dans la foulée, comme pour délivrer le peuple, la Cour constitutionnelle a rendu la décision Dcc 15-001 du  09 janvier 2015 fixant un délai pour la disponibilité de la Lépi et les dates de la tenue des législatives et des communales. Les Sept sages avaient ainsi mis fin aux tumultes incessants autour de l’actualisation de la Lépi. Depuis lors, tout est allé comme sur des roulettes au Cos-Lépi. Enfin, presque.  De nombreux observateurs soutiennent à tout le moins que c’est cet arrêt de la Haute juridiction qui a décanté tout l’imbroglio dans lequel nageait la classe politique.

http://bolataruhan.org/?fiopry=rencontre-site-gratuit-forum&559=dc AS

En savoir plus...

Prochaines élections au Bénin : Le Cos-Lépi transmet la liste électorale à la Cena

lepi-cena

(L’effectif des électeurs par département disponible)
La Commission électorale nationale autonome (Cena) a reçu mercredi 04 mars 2015 la Liste électorale des mains des membres du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi). C’était au cours d’une cérémonie ayant également réuni à Cotonou le ministre d’Etat, François Abiola, le Grand argentier, Komi Koutché et le président du Conseil économique et social (Ces), Augustin Tabé Gbian qui dirige le Comité de suivi de la mise en œuvre  des activités du Cos-Lépi.

«Le moment est enfin arrivé pour vous remettre officiellement les résultats du processus d’actualisation du fichier électoral national et d’établissement de la Liste électorale permanente informatisée», a déclaré hier le président du Cos-Lépi, Sacca Lafia dans son adresse aux membres de la Cena. Pour lui, la Lépi est une liste fiable, sincère, crédible et consensuelle mais reste perfectible. «Je voudrais, d’ores et déjà, compter sur tous les acteurs politiques, les Partenaires techniques et financiers de notre pays, ainsi que les experts nationaux pour la capitalisation des présents résultats qui, à n’en point douter, ont sorti notre pays de la psychose d’une déstabilisation de sa marche irréversible vers le renforcement de la démocratie», a-t-il indiqué au siège de la Cena. Sacca Lafia précisera que la liste a été remise avec l’effectif des électeurs par  département (Découvrir les listes de chaque département à la suite de l’article) et que le Cos-Lépi a déjà entrepris l’impression des listes d’émargement et des cartes d’électeurs qui seront distribuées durant la deuxième quinzaine du mois de mars 2015. « A la réception de cet outil par la Cena, je crois que le peuple béninois peut pousser un ouf en raison de toutes les péripéties qu’a connues le processus d’actualisation. Nous pouvons rassurer le peuple béninois que le processus électoral est entré dans sa phase très active. La Cena prend l’engagement aujourd’hui d’œuvrer de façon diligente et de façon conséquente à l’organisation des élections  législatives», a déclaré, pour sa part, le président de la Cena, Emmanuel Tiando.  Il a certes reconnu que « c’est un pari réussi par les membres du Cos-Lépi», mais il a rappelé que la Lépi est bel et bien l’œuvre du Cos-Lépi et que les insuffisances éventuelles qu’elle comporterait devront être imputées à Sacca Lafia et son équipe.  

dating a muslim guy Allégresse SASSE

binäre optionen market maker Extrait de la déclaration du président du Cos-Lépi


Au plan quantitatif, la liste extraite du Fichier Electoral National, comporte 4 470 591 électeurs répartis dans 7 908 centres de vote subdivisés en 13 106 postes de vote. Ces électeurs sont ventilés comme ci-après par département :
• Alibori : 353 289 électeurs pour 1 082 postes de vote ;
• Atacora : 298 648 électeurs pour 984 postes de vote ;
• Atlantique : 695 494 électeurs pour 1 866 postes de vote ;
• Borgou : 512 113 électeurs pour 1 499 postes de vote
• Collines : 298 185 électeurs pour 986 postes de vote ;
• Couffo : 296 509 électeurs pour 923 postes de vote ;
• Donga : 195 918 électeurs pour 681 postes de vote ;
• Littoral : 384 436 électeurs pour 887 postes de vote ;
• Mono : 231 206 électeurs pour 674 postes de vote ;
• Ouémé : 558 050 électeurs pour 1 501 postes de vote
• Plateau : 259 192 électeurs pour 837 postes de vote ;
• Zou : 396 551 électeurs pour 1186 postes de vote.
Ce Fichier Electoral National qui totalise 5 129 485 citoyens béninois âgés d 12 ans et plus, permettra d’extraire la LEPI à chaque fois que cela sera nécessaire, jusqu’en 2020.

En savoir plus...

Eloge Béo Aguiar au sujet de sa candidature aux législatives : « Nous sommes capables de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas »

Eloge-Beo-Aguiar

Il est connu en tant qu’humoriste au Bénin. Eloge Béo Aguiar à l’Etat civil, Masta Cool se risque désormais dans l’arène politique en se faisant porter en tête de liste pour les législatives prochaines avec l’Alliance Abt. Son ambition est de creuser les sillons du développement en se donnant pour priorité la jeunesse et l’épineuse question de l’emploi. Et en tant qu’acteur culturel  il n’entend pas baisser les bras pour la défense des siens, les artistes.  Il en parle.

follow Matin Libre : Vous avez du succès du côté de l’humour ça c’est indéniable et cela vous va très bien. Mais est-ce que cela vous garantit déjà un succès sur le plan politique quand vous décidez de vous y aventurer?

source url Eloge Béo Aguiar alias Masta Cool : Je dirai simplement que la culture c’est par essence une sorte de grand mélange. Tout ce que vous appelez économie, défense, politique etc. se trouvent dans la culture. Donc la culture est transversale. En conséquence, nous autres hommes de culture et homme de la culture, nous sommes dans notre bain quand nous parlons politique. Parce que les sujets que nous évoquons dans nos œuvres artistiques sont des sujets sociaux. Des problèmes qui concernent la jeunesse, des problèmes concernent le peuple béninois et nous ne sommes jamais sortis de ce créneau.

source site Mais que répondez-vous à ceux qui disent que va-t-il chercher là-bas ?

Je pense qu’ils ont peur. Ils se disent voilà ces gens, ils doivent rester dans leur carcan, ils ont de la popularité, ils ont certainement des choses à dire. Mais nous politiciens nous sommes des professionnels, donc à rouler les gens dans la farine. Nous, nous ne sommes pas des professionnels à rouler les autres dans la farine, nous sommes des professionnels des spectacles et des arts, et nous apportons le juste mot. Vous le savez, on agit comme la voix des sans voix, les oreilles de ceux qui n’entendent plus. Donc nous portons la voix et nous sommes capables de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Ça, nous le faisons à notre risque et péril parfois.  Et il n’y a pas qu’au Bénin que les artistes soient portés à ce titre-là. Il y en a qui sont président ailleurs.

rencontre femme de 40 ans belgique Béo, les jeunes veulent s’impliquer dans tout est-ce que ce n’est pas à tort ?

Non la présence des jeunes au Parlement se justifie à plus d’un titre. Vous savez on ne coiffe pas quelqu’un en son absence. Et pire un chauve ne peut pas vous coiffer, encore moins la nuit. Donc il est temps que les jeunes posent leur problème, trouvent des solutions à leur problème et ceci de façon idoine et que ce soit réglé sans politique politicienne derrière.

source Mais est-ce qu’on a besoin d’être au Parlement pour ça ?

Attendez, nous avons compris au temps de la révolution que c’était la masse qui décidait à la base. Aujourd’hui, les décisions viennent  du sommet vers la base. Dans ce courant, il est absolument nécessaire que les jeunes puissent être des décideurs. Qu’ils puissent sérieusement influencer les décisions qui se prennent à leur endroit à un niveau donné. La plupart des jeunes qu’on appelle aujourd’hui les cybercriminels je pense que si je me retrouve au Parlement, je ne vais pas les réprimander. Je pense que ce n’est pas ça la solution. La première solution c’est de les rapprocher, de les mettre ensemble pour que leur intelligence soit utile à d’autres fins positives.

follow Cela semble ne pas être votre rôle, un député n’est-il pas là pour légiférer ?

C’est vrai, je ne dis pas que c’est son rôle. Mais il peut influencer les lois de sorte à favoriser la création d’emploi nouveau dans ce sens. Donc je pense que cela tient tout à fait la route. Et puis on contrôle l’action du gouvernement. Si le gouvernement a des décisions exécutoires dans ce sens par exemple, si ce n’est pas fait on peut le rappeler à l’ordre.

conocer gente para amistad Mais on sait ce à quoi servent nos lois quand on les vote. Pensez-vous que voter des lois comme cela ça règle déjà les problèmes des jeunes ?  

Non il n’y a pas de bâton magique à cela. En tout cas nous au niveau de Abt nous sommes très réalistes. On nous a confié ses responsabilités et nous savons exactement pourquoi on nous met à des places comme ça. Je pense que fondamentalement c’est pour régler les questions pointues comme celle de la jeunesse. Mais la question de l’emploi des jeunes est aujourd’hui plus que grave.  Vous savez, vous avez dit quelque chose tout à l’heure qui a retenu mon attention à savoir qu’il n’y a pas que les jeunes dans la Nation. Mais n’oublions pas que c’est un grand maillon au niveau du système d’activité Béninois. Nous sommes dans une situation où le jeune béninois n’a pas d’autre vision que de devenir chômeur. Alors pendant la période de révolution à l’actif du Général Mathieu Kérékou que nous saluons au passage, c’est lui qui est celui qui a créé toutes les sociétés que nous connaissons actuellement à savoir : la Sonacop, la Sonicog, la Sobébra etc. et c’était pour régler les questions de chômage à l’époque. Aujourd’hui nous sommes dans un système démocratique c’est vrai, on est dans un système libéral où les privés sont autorisés à créer l’emploi. L’Etat ne peut pas refuser de continuer par créer les emplois. Je pense qu’il y a tellement à faire que l’Etat devrait continuer à donner la main aux privés en continuant par créer les sociétés et donc les emplois.

watch Mais parlant jusque-là de la jeunesse, on ne voit pas le rôle du législateur que vous aspirez à être ?

Mais attendez, quand on dit que le jeune doit pouvoir avoir accès à l’emploi, ça doit faire partie d’une loi. Cela doit obliger l’Etat à savoir qu’il doit créer des opportunités pour que le jeune ne se retrouve pas dans une situation de chômage. Imaginez que dans la prochaine législature, il y a une soixantaine de jeunes. Vous savez nos problèmes seront réglés en grande partie.

Ça m’amène à poser la question de savoir quel type de jeune faut-il envoyer à l’Assemblée nationale Béo Aguiar ?

On ne va pas remplacer la jeunesse béninoise, on ne va pas remplacer les Béninois non plus. Ce sera les mêmes et on fera avec ceux qui sont là. Mais on espère, parce qu’à tout moment il y a un changement qui arrive. En 90  les gens ont cru, les gens ont rêvé et nous sommes passés à un système démocratique. Et je pense que les printemps arabes qu’on a suivis sont d’abord l’effet des jeunes. On ne souhaite pas ça pour notre pays. On sait que nos dirigeants sont assez prévisibles et qu’on ne va pas en arriver là. Donc s’il y a des jeunes à envoyer au Parlement, ils seront évidemment des jeunes éduqués selon nos références. Même si c’est dommage qu’ils sont éduqués avec ce qu’on sait aujourd’hui.   Le Béninois d’aujourd’hui n’est plus fier de l’être. Il ne veut plus consommer béninois. Parce que c’est des questions culturelles à la base qui sont faussées. Parce qu’on a réussi à lui montrer qu’il n’est ni Occidental ni Africain, donc il devient un jeune oblique, complètement à l’envers retourné contre lui-même, capable d’accepter qu’on l’appelle monsieur Dubois au lieu qu’on l’appelle monsieur Zohoun. Le jeune Béninois est extraverti à tout point de vue. Moi en tant que représentant des artistes au bureau béninois des droits d’auteur je vous assure que ce que je vois venir dans notre milieu comme jeune… je pense qu’ils viennent au monde artistique parce qu’ils trouvent dans l’opportunité culturelle l’occasion de s’exhiber et de vendre leur corps. Et ainsi jeunesse rime avec il faut frimer, il faut singer. Tous les pays qui se sont développés dans ce monde se sont basés sur leur culture. Donc il faut que le Béninois commence par être fier de ce qu’il est.    

Si on doit donc définir un portrait-robot du jeune à envoyer au Parlement quels sont les critères à prendre en compte?

Il faut que ça soit un jeune qui pense développement. Les lois influencent les questions de développement. Il faut qu’il pense l’avenir. Que les lois prennent en compte les générations futures. On ne va pas au Parlement pour le plaisir. Il faut aussi qu’il soit moulé d’expérience. Il faut mériter sa place quand on veut décider au nom de notre pays.

Ce sont de belles idées mais à quoi cela servirait elles pour Béo Aguiar député à l’Assemblée nationale ?  

Moi je voterai une loi par exemple sur l’introduction de la culture dans l’enseignement. Parce qu’il faut que le jeune Béninois commence par apprendre et s’approprier  sa culture.  

On ne vous connait pas un passé politique, mais comment êtes-vous parvenu à vous positionner en tête de liste ?

C’est parce qu’on sait où on va. Si c’était de la gymnastique, vous savez que si c’est de l’argent à déposer pour être là je n’en ai pas. Si c’est pour jouer avec les bagages politiques je n’en ai pas non plus. Mais je crois que ce que j’ai ce sont mes idées. C’est la jeunesse, c’est l’ensemble de tous ceux qui y croient.  Moi ma candidature n’est pas individuelle. C’est une candidature de groupe qui a été défendue.

Réalisé par Teddy GANDIGBE (Stag)

En savoir plus...

Pour son mauvais positionnement sur la liste des Fcbe : Isidore Gnonlonfoun interpelé par la communauté Sèto et Xwla

isidore-gnonlonfoun

Les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) n’en finissent pas d’enregistrer des plaintes après la publication de leurs listes de candidature comptant pour les législatives de 2015. Dans la 15è circonscription électorale, la communauté Sèto et Xwla n’est pas contente du positionnement de leur proche, le ministre Isidore Gnonlonfoun. Pour en savoir davantage, elle l’a interpelé mercredi 03 mars 2015 au cours d’une rencontre à Cotonou.

L’Infosec de Cotonou était hier mardi le lieu de rencontre entre sages et notables de la communauté Sèto et Xwla et le ministre Isidore Gnonlonfoun. ( photo) Les sages ont estimé que la 2ème place sur la liste Fcbe dans la 15ème circonscription électorale ne devrait pas revenir au ministre de la Décentralisation eu égard à son poids politique et ses expériences sur le terrain. Mais très tôt ils ont été rassurés par ce dernier. Pour lui, le Chef de l’Etat a fait ce choix « pour amener les militants à mouiller davantage le maillot». Et pour que cet objectif soit atteint, Isidore Gnonlonfoun a invité les sages et notables de la communauté Sèto et Xwla à sensibiliser à leur tour, tous les militants. Visiblement satisfaits de la réponse de leur fils et tout en saluant les actions du Chef de l’Etat, ces sages et notables ont promis de travailler à la base afin de décrocher les trois places de la circonscription.

A.F.S.

En savoir plus...

Sixième législature à l’Assemblée nationale : Dernière session extraordinaire pour le 10 mars prochain

assemblee-nationale

Les députés de la Sixième législature vont se retrouver pour une dernière fois en session extraordinaire : c’est ce qu’on peut retenir de la conférence des présidents qui s’est tenue hier mardi 3 mars 2015 au Palais des gouverneurs.

La Conférence des présidents qui a réuni le bureau de l’Assemblée et les  présidents des groupes parlementaires en a décidé ainsi. Les députés vont devoir écourter leur tournée parlementaire pour répondre à cette obligation. Ils vont se retrouver en plénière le 10 mars 2015 pour satisfaire à la demande du gouvernement qui a introduit des projets de lois et des ratifications qui se regroupent en huit points. Les députés vont profiter pour se pencher aussi sur les points de la session ordinaire passée qui  sont restés. Il s’agit pour la plupart, des ratifications d’accord de prêt. Parmi ces points, on peut retenir l’accord de prêt ISTISNA’A, signé à Djeddah le 10 décembre 2014 entre la République du Bénin et la Banque Islamique de Développement (BID)  concernant le financement partiel du projet d’aménagement et de bitumage de la route Banikoara- Kérémou via la frontière du Burkina-Faso, celui conclu avec la même institution pour la réalisation d’une centrale thermique de 120 MW à Maria Gléta et le protocole d’accord de prêt entre notre pays et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) au sujet du projet de pavage de rue et d’assainissement dans les villes de Bembèrèkè, Bonou, Bopa, Dangbo, Ifangni, Kalalé, Karimama, Tanguiéta, Zakpota et Zè.  A ces projets d’accord de prêt, il faut ajouter les projets de loi portant respectivement statut spécial des agents des douanes, des personnels de la police nationale et des agents des eaux, forêts et chasse et la convention de crédit entre la République du Bénin et l’Agence Française pour le Développement (AFD) par rapport au projet de restructuration et d’extension des réseaux de la Société béninoised’énergie électrique dans la commune d’Abomey-Calavi et autreslocalités du département de l’Atlantique. Les députés ajouteront à ces huit points, la loi portant correction du code électoral et la désignation des représentants des députés dans les bureaux de vote.

Kola PAQUI

En savoir plus...

Législatives d’avril 2015 : «4.470.591 électeurs attendus aux urnes», dixit Ahouanvoébla

elections

Le vice-président du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) a annoncé lundi dernier de nouveaux chiffres par rapport au fichier électoral. Selon lui, 4.470.591 électeurs sont désormais attendus aux urnes contrairement aux 4.475.595 rendus publics mercredi dernier. « Malgré la séance de publication de la Lépi animée par le Cos-Lépi mercredi 25 février dernier, le même organe a donné des instructions fermes pour engager la procédure de radiation de la liste, des personnes décédées conformément aux dispositions légales… C’est ce qui explique qu’après avoir soustrait les personnes décédées et administrativement justifiées par les différentes familles et non prises en compte avant le 25 février 2015, le nombre de citoyens en âge de voter  puisse baisser», a-t-il expliqué. Il rappellera que les électeurs sont répartis dans 7908 centres de votes et éclatés dans 13106 postes de vote. « Le fichier électoral des Béninois et Béninoises âgés de 12 ans et plus est de 5.129.485 et est exploitable jusqu’en 2020», a-t-il également précisé.

AS

En savoir plus...

Face aux défis socio-économiques et politiques du Bénin : Abdoulaye Bio Tchané expose ses propositions

bio-tchane

Le président de l’Alliance pour un Bénin triomphant (Abt), Abdoulaye Bio Tchané a étalé dimanche 1er mars 2015 quelques-unes de ses solutions aux défis socio-économiques et politiques du Bénin. C’était au cours de l’émission «Zone franche» de Canal 3 Bénin.

« Il faut un cadre  dans lequel tout le monde  peut se parler. Les réformes ne peuvent  pas réussir si vous n’avez pas un  consensus préalable. Il faut  qu’il y ait une concertation permanente», a d’emblée martelé le président Abdoulaye Bio Tchané ce dimanche sur Canal 3 Bénin. Pour lui, le chômage des jeunes qui n’est pas une fatalité, reste un danger  pour le Bénin si rien n’est fait sur le plan économique et social. « Chaque année, le gouvernement  recrute entre 3000 et 5000 jeunes. Le reste doit être assuré par le secteur privé. Il faut que  le secteur privé soit à l’aise… Il faut former les ingénieurs agronomes qui peuvent aller dans les fermes. Il faut qu’ils soient des gens qui puissent créer leurs fermes… Dans le domaine du tourisme, il faut former des gens… Dans le domaine de la formation professionnelle, nous avons du travail à faire. Nous avons besoin de développer la formation professionnelle, d’orienter ceux qui viennent à l’université et encourager la recherche», a-t-il proposé. Au plan politique,  Abdoulaye Bio Tchané a confirmé la participation de l’Alliance Abt aux législatives et tout son engagement dans l’arène politique nationale. « Nous ne sortirons pas des élections avec  zéro député. Nous espérons constituer une majorité avec d’autres», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Que le Chef de l’Etat  veuille une majorité à l’Assemblée nationale pour la prochaine législature, c’est légitime. Mais de l’autre côté, d’autres forces politiques aussi se battent pour avoir la majorité comme les Fcbe. Ils parlent de la révision de la Constitution. J’espère que la sagesse prévaudra… Je pense qu’il ne faut pas toucher la Constitution avant les élections présidentielles. Les partenaires ne sont pas contents non pas parce que nous n’avons pas constitutionnalisé la Cour des comptes. Ils ne sont pas contents parce que la Chambre des comptes ne fait pas encore ce qu’elle doit faire». En outre, l’invité de Canal 3 Bénin annoncera qu’il entend être en 2016 le candidat de l’ensemble du Bénin. « Je veux être le candidat qui va  faire la fierté du Bénin. Nous avons ce qu’il nous faut pour développer notre pays. Ce sont les ressources humaines. Le reste, c’est le leadership ; un leadership susceptible de mettre ces ressources humaines ensemble», a-t-il indiqué. Le leader des "Taba- tiba" a, pour finir, appelé à l’unité nationale en rappelant la nécessité de combattre le régionalisme.

AS

En savoir plus...

L’Alliance Patriotique de l’éveil pour l’union portée sur les fonts baptismaux à Goho : Désiré Vodonou quadrille le plateau d’Abomey

desire-vodonou

L’Honorable Désiré Vodonou a réussi une démonstration de force dans la cité des Houégbadjavi. C’était samedi 28 février 2015 au stade de Goho avec la sortie officielle  de l’Alliance P.E.U.  Une alliance regroupant plusieurs partis et alliances de partis.

Vodonou Désiré a réussi l’exploit à Abomey. Il a mobilisé tout le plateau d’Abomey autour d’un idéal commun : Alliance Patriotique de l’éveil pour l’union. Plein comme un œuf, le stade de Goho était rempli pour la circonstance, d’une foule compacte acquise à la cause du philanthrope, l’Honorable Désiré Vodonou. « Je Peux! Tu Peux! Ensemble nous Pouvons !» est le cri de ralliement de la marée humaine qui scandait dans l’allégresse, des slogans pour magnifier les actions et les mérites du grand bienfaiteur. Acteurs politiques, têtes couronnées, artistes musiciens,  hommes, femmes, jeunes et enfants venus de toutes les contrées du pays ont porté en triomphe le digne fis de Cana.  « En politique, il n’y a pas d’ennemis irréductibles, il n’y a que des adversaires circonstanciels », a déclaré Alidou Sofiane, le président  du comité d’organisation. Pour ce dernier, selon que les convictions politiques sont convergentes ou divergentes, des alliances politiques peuvent se faire ou se défaire. Et on ne saurait parler d’alliance contre nature. Chaque parti doit donc apprendre à conquérir le pouvoir et à l’exercer dans l’intérêt du peuple. Très honoré par cette marque de reconnaissance des populations du plateau d’Abomey, Désiré Vodonou a d’abord  rendu hommage aux braves militants de la liberté du Bénin tombés sur le champ de bataille. «Vous êtes les hommes et les femmes qui feront fleurir un nouvel espoir, dans l’horizon politique de notre pays obscurci par la méchanceté et les cachotteries», a lancé Désiré Vodonou à l’endroit de la foule. Il a tenu à justifier son adhésion à l’alliance. « Si j’ai accepté d’être le parrain de cette coalition baptisée Alliance Patriotique de l’éveil pour l’union (Alliance P.e.u.), c’est parce que j’ai eu le sentiment que les hommes et les femmes qui l’ont portée incarnent une génération nouvelle, imperméable au passif des aînés, mais disposée, dans ce qu’elle a de noble, à tisser la nouvelle corde au bout de l’ancienne», a fait savoir l’ancien député. Désiré Vodonou n’a pas manqué de dresser un sévère réquisitoire des vieilles pratiques politiques marquées par le goût prononcé pour l’intérêt personnel et égoïste. Il a également  exhorté les dirigeants de l’Alliance naissante à adopter une politique rationnelle tenant compte des aspirations profondes des populations.

La fibre patriotique

Le choix de la date (28 février) et du lieu (Goho) ne sont pas un effet du hasard. Très attaché aux valeurs cardinales qui constituent les assises de la civilisation béninoise, Désiré Vodonou a voulu honorer par ces symboles « le respect des lois de la République, le respect et la défense des repères fondamentaux de la Conférence nationale, le sens de la responsabilité, le goût du travail bien fait, le patriotisme et l’unité nationale». Cela lui a valu d’ailleurs l’adhésion à ses idéaux, des têtes couronnées, sages notables du milieu et augure d’un avenir radieux pour l’alliance.

 Thomas AZANMASSO (Stag)

En savoir plus...

Course pour la prochaine législature : Voici la liste réaménagée des Fcbe

fcbe

En attendant la liste définitive des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe)-puisqu’elle est susceptible de modification après la vague de démissions ou de désaccords, voici sa configuration actuelle dans certaines des 24 circonscriptions électorales.

1ère circonscription électorale
1er titulaire : Nassirou Bako-Arifari
Suppléant : Ayouba Sanni
2ème titulaire : Idrissou Bako
Suppléant : Issa El Hadj Azizou
3ème titulaire : Patrick Yérima
Suppléant : Imorou Danialou

2ème circonscription électorale

1er titulaire : Rufin Nansounon
Suppléant : Sabaï Katé

2ème titulaire : Sanni Gounou
Suppléant : Aboubacar Alfa Tidjani

3ème titulaire : Aboubacar Kissira
Suppléant : Patrick Kigbe


3ème circonscription électorale

1er titulaire : Barthélémy Kassa
Suppléant : Kombienou Pacoum Dame

2ème titulaire : Eric Kouagou N’dah
Suppléant : N’Ouemou Domicien

3ème titulaire : Bagana Gilbert
Suppléant : Yokossi Seraphin

4ème circonscription électorale

1er titulaire : Abiba Dafia Epse Wassangari
Suppléant : Sanni Sabi

2ème titulaire : Mohamed Gibigayé
Suppléant : Georges Bouko

3ème titulaire : Christophe Kaki
Suppléant : Victor Yoxi Yédé

4ème titulaire : Koto Orou Maré
Suppléant : Soumaïla Sessedé

5ème circonscription électorale

1er titulaire : Chantal de Souza Yayi
Suppléant : Grégoire Akoffodji

2ème titulaire : Marcellin Zohoun
Suppléant : Bonaventure Dossou-Yovo

3ème titulaire : Philippe Hossou
Suppléant : Théophile Djissou

4ème titulaire : Nicole Solange Adamaze
Suppléant : Laurent Kounou Agossou

5ème titulaire : Martin Akotossodé
Suppléant : Edmond Gbeleme

7ème circonscription électorale

1er titulaire : Théophile Yarou
Suppléant : Garba Yaya

2ème titulaire : Kora Gounou Zime
Suppléant : Soumanou Guinnin

3ème titulaire : Yarou Sinatoko Kiaré
Suppléant : Lafia Boubakari

4ème titulaire : Yarou Jean
Suppléant : Sanni Idrissou

8ème circonscription électorale

1er titulaire : Rachidi Gbadamassi
Suppléant : Chabi Mama Ibrahim

2ème titulaire : Bah Guerra Chabi
Suppléant : Saré Kpera Daniel

3ème titulaire : Adam Bagoudou
Suppléant : Adam Soualiou

4ème titulaire : Souradjou Nouhoun
Suppléant : Mamatouré Alassane

9ème circonscription électorale

1er titulaire : Komi Koutché
Suppléant : Léon Degni

2ème titulaire : Jean-Eudes Okoundé
Suppléant : Christelle Houndonougbo

3ème titulaire : Valère Tchobo
Suppléant : Rigobert Koutonin

10ème circonscription électorale
1er titulaire : André Okounlola
Suppléant : Délidji Adrien

2ème titulaire : Dègla Benoît
Suppléant : Atchadé Moïse

3ème titulaire : Marie-Laurence Srnanon
Suppléant : Laurent Gnacadja

12ème circonscription électorale

1er titulaire : David Gbahoungba
Suppléant : Antoine Domah

2ème titulaire : Rosalie Sognon
Suppléant : Sodokin Lucien

3ème titulaire : Monhoussou Moussou
Suppléant : Tchicla Sylvain

15ème circonscription électorale

1er titulaire : Christophe Houssou
Suppléant : Djivoh Patrick

2ème titulaire : Isidore Gnonlonfoun
Suppléant : Dewakpo Bernard

3ème titulaire : Quenum Jérome Martial
Suppléant : Adéchokan Alao Gafari

4ème titulaire : Sow Marie-Clémence
Suppléant : Soudo François

16ème circonscription électorale
1er titulaire : Justin Adjovi
Suppléant : Tossou Emile

2ème titulaire : Chabi Yayi
Suppléant : Sylvain Zohoun

3ème titulaire : Ahivodji Isaac
Suppléant : Christophe Vignigbé

4ème titulaire : Guedou Raphaël
Suppléant : Nahoum Constant

5ème titulaire : Gbénou Léopold
Suppléant : Ayatome Charlène

22ème circonscription électorale
1er titulaire : Abimbola Jean-Michel
Suppléant : Christine Ouinsavi
2ème titulaire : Clément Kouchadé
Suppléant : Adamon Lambert

23ème circonscription électorale
1er titulaire : Martial Sounton
Suppléant : Benardin Aligbonon

2ème titulaire : Joachim Dahissiho
Suppléant : Goun Yacoubou

3ème titulaire : Tobada Pamphile
Suppléant : Goubali Valère

4ème titulaire : Houedjissin Maxime
Suppléant : Houemounnon Pascal

24ème circonscription électorale

1er titulaire : Bonaventure Ake Natondé
Suppléant : Mitchoadou Rodrigue

2ème titulaire : Gustave Sonon
Suppléant : Allagbé Marie Couassi

3ème titulaire : Ogouyomi Hyppolite
Suppléant : Yassinguezo Hyacinthe

4ème titulaire : Gandaho Pascal Innoncent
Suppléant : Sossou Roger 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !