TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Politique

Au détour d’un géant concert : Chabi Yayi et Christophe Vignigbé reprécisent la vision de la famille cauris

chabi-yayi--christophe-vignigbe

Les populations de la 16ème circonscription électorale ont eu droit, ce mercredi 22 avril 2015, à un géant concert organisé par Christophe Vignigbé, candidat aux élections législatives du 26 avril prochain, sur la liste des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe). L’esplanade du stade de l’amitié de Kouhounou grouillait de monde. Plusieurs artistes de renommée nationale ont été sélectionnés pour donner un cachet spécial à l’événement qui a connu la présence effective de Christophe Vignigbé et de Chabi Yayi, tous deux candidats aux élections législatives du 26 avril prochain, sur la liste des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe). Ricos-Campos, Fanny, Dj Azizo, Avolonto, l’homme-orchestre en statuette, les Pharaons, Dj Gansa Raïmi, Aléchou Guy et bien d’autres artistes ont fait une véritable démonstration de force musicale. Militants, militantes, sympathisants des Fcbe et même des curieux n’ont pas voulu se faire narrer l’événement placé sur le signe de la mobilisation générale et constante jusqu’à la victoire finale.

Christophe Vignigbé a encore saisi cette occasion pour appeler à voter massivement pour la liste Fcbe afin de permettre au Chef de l’Etat de poursuivre sereinement ses actions salvatrices de développement. «Notre bilan depuis 9 ans est reluisant et substantiel. Les réalisations sont visibles sur l’ensemble du territoire national, dans les tous les secteurs : infrastructures routières, accès des populations à l’eau potable, aux soins de santé adéquats et à l’électricité, autonomisation des femmes à travers les microcrédits, promotion de l’emploi des jeunes...», va-t-il expliquer. «Si nous cherchons aujourd’hui une majorité à l’Assemblée Nationale, c’est pour aller encore plus loin dans les actions de développement. Les Fcbe veulent la majorité au parlement pour faire voter des lois notamment sociales pour améliorer davantage vos conditions de vie et de travail. Les lois sur le Ramu, le partenariat public-privé et bien d’autres sont bloquées à l’Assemblée Nationale. Avec une majorité responsable et soucieuse de l’intérêt général, ces lois seront votées», a précisé Christophe Vignigbé devant des militants engagés. «Les Fcbe ne cherchent pas une majorité pour créer une nouvelle République en vue de maintenir le Chef de l’Etat au pouvoir. La révision de la constitution dont parle l’alliance Fcbe n’est pas opportuniste et ne vise nullement à dérouler le tapis à un 3ème mandat au président Boni Yayi. Les politiciens qui tiennent ces discours vous mentent. Et c’est la preuve qu’ils n’ont pas d’arguments pour vous convaincre. C’est pourquoi, ils versent dans le dilatoire, l’intoxication et les injures», a-t-il souligné, avant d’exhorter notamment les indécis à ne pas écouter ce disque. «Le disque de la révision opportuniste de la constitution est rayé. Car, la Cour Constitutionnelle, au travers de trois différentes décisions, a déjà montré la voie à suivre : elle a dit qu’il n’est pas question de réviser pour toucher les options fondamentales de la constitution : l’âge, le nombre de mandat…», va-t-il martelé. «A l’Assemblée Nationale, 7ème législature, les députés Fcbe défendront davantage vos intérêts et les valeurs de la République pour un Parlement productif, dynamique et responsable au service de la Nation. Vous constaterez une nouvelle énergie pour l’Assemblée Nationale. Votez utile le 26 avril prochain, votez  la liste Fcbe», a souhaité Christophe Vignigbé. Présent à ce concert, le candidat Chabi Yayi a exhorté les populations de la 16ème circonscription électorale à rester vigilantes et sereines pour ne pas se laisser distraire par la campagne d’intoxication en cours sur la révision de la constitution. «Jeunes et femmes de la 16ème, passons à l’action. Le progrès social et économique est toujours

au cœur de l’action du Président de la République», va-t-il déclaré. «Votez utile le 26 avril prochain. Donnez un sens à votre devoir citoyen. Votez Fcbe», va-t-il faire comprendre. «Le Président Yayi Boni est pressé de passer le témoin à son successeur le 06 avril 2016. Il n’a jamais demandé aux populations leurs suffrages pour un 3ème mandat. Or, de la précampagne à la campagne électorale proprement dite, nos amis d’en face n’ont fait que jouer le disque rayé de la révision opportuniste de la constitution. Ce qui montre leur mauvaise foi, c’est que personne parmi eux n’arrive à démontrer par quelle alchimie, quelle magie, le régime en place peut créer une nouvelle République pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2016. Peuple béninois, vigilance et sérénité pour déjouer le plan des ennemis de ton progrès social. Pour la préservation de tes acquis surtout sociaux, un seul geste utile à faire : Fcbe le 26 avril prochain. Votons tous pour la rupture et non pour la conservation des pratiques et comportements qui ont jusque-là profité seulement à quelques individus. Votons pour l’avenir. Osons l’avenir», a martelé Christophe Vignigbé.

M.M.

En savoir plus...

Implication personnelle de Yayi Boni dans la campagne électorale : Iréné Agossa éclaire l’opinion publique

irene-agossa

Le Directeur général de la Sonacop, était hier, 23 Avril, 2015 l’invité de Golfe Tv sur ‘’ l’émission spéciale’’ consacrée aux législatives. 7ème législature : pourquoi une majorité à Yayi Boni? Un thème autour duquel va se focaliser les échanges. Au cours de l’émission, Iréné Agossa a aussi  apporté des éclaircissements sur des sujets d’actualité qui alimentent l’opinion publique en cette période électorale

Si certains citoyens condamnent l’implication du Président de la République dans la campagne électorale et que d’autres voient d’un mauvais œil le désir du gouvernement d’avoir une majorité au Parlement, Iréné Agossa n’épouse pas ces positions. A l’entendre, si dans bien d’autres pays comme aux Etats-Unis qui, a-t-il confié, est un repère en matière de démocratie, le président peut ‘’bien’’ s’immiscer dans la campagne électorale fusse-t-elle, législative ou autre, le faire au Bénin n’a rien de ‘‘blâmable’’. Sous un autre angle, il a affirmé que le premier magistrat a besoin d’une majorité au parlement pour poursuivre dans la paix et la sérénité sa gestion du pays. Pour lui, cela est opportun et objectif vu que ‘’les hommes d’en face’’, vêtus d’une peau de vengeance, selon lui, évoluent dans la subjectivité, alimentent des envies contraires à celles du peuple. A l’en croire, ‘’ces ennemis du développement’’ veulent mettre le pays dans une instabilité, ceci en bloquant les actions de développement du gouvernement. Des actions qui entre autres se résument a-t-il expliqué, à lutter contre la pauvreté en construisant  des infrastructures, en œuvrant pour l’autonomisation de la femme et l’accès à plus d’emploi aux jeunes. 50 députés, va-t-il préciser, pour poser les bases d’un développement partagé et pour booster le taux de croissance économique du Bénin. Pour ce qui est des accusations portées à l’endroit du premier citoyen de la République, accusations selon lesquelles, il emploierait des méthodes illégales et tiendrait des  propos régionalistes, pour ratisser barge, l’actuel Directeur de la Sonacop, les balaiera du revers de la main tout en fustigeant la calicination d’une voiture d’un militant Fcbe à Porto-Novo. Quant au sujet relatif à la révision de la constitution, Iréné Agossa, déclarera qu’elle est importante pour le contrôle de l’action gouvernementale et la loi contre la transhumance politique. Et pour lui, se serait, défoncer une porte ouverte que de dire que Yayi Boni veut d’un 3ème mandat car, va-t-il souligner, La loi est intransigeante la dessus. Pour finir il a estimé que la République est une continuité et a invité  l’électorat à retirer sa carte d’électeur afin de voter le 26 prochain.

Cyrience KOUGNANDE (Stag)

En savoir plus...

8ème circonscription électorale : Adam Bagoudou ratisse large

adam-bagoudou

Candidat de la huitième circonscription électorale, l’intendant du palais de la Marina multiplie ses activités de conviction. Tchaaourou, sa commune natale, a servi de cadre à une grande démonstration…

A différentes étapes de sa sortie,  Adam Bagoudou a réaffirmé son engagement à défendre les intérêts du peuple en général et de ceux de ses mandants en particulier. A cet effet, il a salué la forte mobilisation de populations, constituées  d’associations de femmes, des têtes couronnées, des étudiants, jeunes, commerçants de la 8è circonscription électorale. Le candidat Adam Bagoudou les a appelé à sortir massivement  pour retirer leurs cartes d’électeur. Par la même occasion, il a dit les motivations de sa candidature à ces élections en  rassurant sa base de son engagement à défendre sous toutes les formes, les intérêts de la population. Pour lui, le développement doit être le premier souci de tout candidat aux législatives contrairement à ce qui se contacte sur le terrain. Il a magnifié les actions du Chef de l’Etat durant les neuf ans de gestion du pays. Des réalisations qui selon lui, méritent un soutien pour leur continuation et finalisation. « En votant donc pour lui,... c’est faire pérenniser les actions des Fcbe», a-t-il affirmé, avant d’ajouter que le vote du 26 avril sera le vote du bilan de Boni Yayi. C’est pourquoi il dit ne pas douter que le K.O de 2011 sera confirmé vu l’enthousiasme et l’adhésion des populations  aux idéaux du président Boni Yayi.  Tout le monde se retrouve à travers le bilan du Président Boni Yayi qui a beaucoup investi pour le développement du pays à travers l’érection de plusieurs infrastructures dans plusieurs domaines:
La relance des micros – crédits aux plus pauvres, l’emploi des jeunes, les projets d’assainissement des villes, le renforcement des éclairages publics, la poursuite des projets d’électrification des arrondissements ruraux, le renforcement de la sécurité, des projets sociaux et autres, sont les projets en cours qui nécessitent des ratifications des accords de prêt par l’Assemblée nationale. Et c’est pour consolider ces acquis que le président Boni Yayi a besoin d’une majorité à l’Assemblée Nationale. En plus des populations de la 8ème,  Bagoudou a invité les populations du Bénin en général à voter massivement les listes Fcbe le 26 avril prochain pour favoriser au Chef de l’Etat l’atteinte des objectifs.

La population, quant à elle, a salué la candidature de Adam Bagoudou. Selon elle, il est l’un des cadres de Tchaourou  et de la 8è qui ne doit jamais souffrir du soutien de ses frères et sœurs en de telle occasion. Vu l’intérêt qu’il a toujours accordé aux différentes couches de la population, notamment au monde enseignant, aux femmes de la commune sans distinction d’ethnie et de sexe.

Adam Bagoudou serait l’homme qui mérite l’électorat de la 8ème circonscription électorale regroupant Pèrèrè, Parakou, Tchaourou, N’dali, en général, et Tchaourou, en particulier.

M.M

En savoir plus...

Pascal Irénée Koupaki sur canal 3 hier : « Je ne suis pas l’homme des scandales »

pascal-koupaki

Pascal Irénée Koupaki était hier jeudi 23 avril  2015, l’invité de l’émission ‘‘Entretien’’ de la chaîne de télévision Canal 3 Bénin. L’ancien premier ministre du gouvernement  du Changement s’est prononcé sur les différents scandales ayant émaillé le régime du Changement. Il n’a pas manqué de faire part de sa nouvelle vision de la gouvernance du pays.

 « Je ne suis pas l’homme des scandales » a déclaré Pascal Irénée Koupaki,  abordant la question de sa participation au régime du Président Yayi Boni. Pour l’ancien premier ministre, le régime Yayi était parti sur de bonnes bases et en tant que ministre du gouvernement,  il a œuvré à l’assainissement des finances publiques, Mais à l’en croire, des scandales ont démobilisé l’opinion et l’incident de l’assassinat du Chef de l’Etat  est venu tout remettre en cause.
Des scandales ont émaillé le régime  

Pascal Irénée Koupaki s’est prononcé sur les scandales ayant entaché le régime Yayi. Ainsi sur le scandale  Censad, il a reconnu que le gouvernement a pris la décision de la réalisation des travaux, mais la gestion a été confiée aux ministères sectoriels. La responsabilité du scandale incombe donc aux ministères sectoriels s’étant occupés  des travaux. Il en est de même pour la crise énergétique.

Sur l’affaire Pvi, Irénée Koupaki ne reconnaît avoir participé qu’à la réunion de négociation pour apporter son expertise. Et c’est là qu’il a découvert Patrice Talon en tant que partenaire du groupe Sgs, adjudicataire provisoire du marché.  Mais il avait une maîtrise parfaite du sujet. Le contrat dont il est soupçonné d’avoir mal ficelé ne lui incombe pas a-t-il signifié et certains termes du contrat ont même été révisés sur demande de l’adjudicataire.
En ce qui concerne l’affaire Icc,  l’invité a fait savoir que c’est le 19 mai 2010 qu’il a été informé des échanges de courriers entre les ministres des finances, de l’intérieur et de la justice à ce sujet .  Il a donc dépêché une commission d’enquête sur le terrain, qui a révélé le vrai visage du scandale. L’affaire n’a donc fait l’objet d’aucune communication en Conseil des ministres,  a-t-il soutenu.

Par ailleurs, Pascal Irénée Koupaki, justifie sa  non-participation aux élections législatives, par la priorité accordée aux populations. Ce qui l’a amené à, parcourir les 77 communes du Bénin en 10 mois pour échanger avec les populations qui aspirent à un réel Changement par la provocation d’une gouvernance de rupture. Koupaki  dénonce, le système partisan tel que vécu au Bénin avec l’émiettement de la classe politique et le rôle joué par les finances dans les élections. Abordant son expérience avec le Parti de l’Union pour le développement d’un Bénin nouveau (Udbn), Irénée koupaki a confié que le  mode de gestion du parti n’était pas dans la droite ligne de sa  vision, ce qui justifie sa distance vis-à-vis de ce parti. Sur la question de la révision de la Constitution, Irénée Koupaki, recommande de reporter ce dossier à plus tard, quitte à y revenir dans un cadre consensuel.

Pascal Irénée Koupaki a pour finir, exhorté les Béninois à cultiver le renouveau des valeurs et à travailler sur la nouvelle conscience, valeur prônée dans ses deux livrets publiés.

Thomas AZANMASSO (Stag)

En savoir plus...

Jean Tokpessi, dernière heure de campagne électorale : Les « Cauris » maîtres à Sô-Ava

jean-tokpessi

A quelques heures de la fin de la campagne électorale pour les législatives du 26 avril 2015, la fièvre électorale monte sur le terrain. A Sô-Ava, sans exagérer, c’est le logo Cauris qui a inondé la cité lacustre.

La Commune de Sô-Ava n’est pas restée en marge de la campagne électorale pour les élections législatives. Chez les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Jean Tokpessi qui conduit la liste dans cette cité lacustre située dans la 6ème circonscription électorale, a réussi à l’enraciner totalement. A 24 heures de la fin de la campagne, c’est-à-dire jeudi 23 avril 2015, visiblement tout était bouclé au regard de la ferveur électorale et de la déferlante verte observées dans les arrondissements parcourus. De Dékanmey, à Houédo-Gbadji en passant par Houédo-Aguékon, les populations étaient acquises à la cause des Fcbe. Et le message était clair sur les lèvres : « voter massivement Cauris dimanche prochain pour une victoire écrasante ». Pour cette tournée, l’une des dernières de la campagne électorale, le candidat Tokpessi avait le fort soutien de son colistier Djelili Adjidjola, du Directeur de cabinet du ministre de la Justice, Dénis Ogoubiyi, coordonnateur Fcbe de la Zone, de certains élus communaux, de sages et personnes ressources. Partout la caravane est passée, il s’est agi d’expliquer aux populations, pourquoi voter la liste cauris. En clair, cauris c’est le développement, c’est l’eau, ce sont les infrastructures socio communautaires, les microcrédits, etc. Et puisque SÔ-Ava n’a pas été écarté des nombreuses réalisations  du chef de l’Etat, il serait bien juste de lui rester fidèle. « Yayi Boni n’est pas fini, il reste le maître à bord et il en a encore pour 12 bons mois. Il a besoin de votre soutien pour d’autres grandes réalisations ». C’était l’essentiel des discours. Pour les autres, ceux qui ont déjà fait 20 ans à l’Assemblée nationale n’ont rien apporté en matière de développement à Sô-Ava. Il faut donc voter utile. Et voter utile, c’est choisir massivement Cauris. A chaque étape, c’est par des ovations nourries suivies d’animations que ces fils de la localité ont été salués. Et ils ont été aussi rassurés que les consignes seront suivies à la lettre. La campagne prend fin ce jour avec une caravane géante sur l’eau de Vekky à So-Zounko et Sô-Tchanhoué. Cette caravane sera suivie d’un grand meeting.

jean-tokpessi1

M.M.

En savoir plus...

Législatives 2015 à Adjarra : Yaya Saka et le Fndd mouillent le maillot pour la victoire Fcbe

yaya-saka

La commune d’Adjarra  est restée hier en ébullition grâce à la grande artillerie qu’ont sortie les militants des Forces nouvelles pour le développement durable (Fndd- Hinhowa) pour marquer ce temps de campagne dans cette commune. La grande caravane et les nombreuses grandes mobilisations à travers la commune dénotent du travaille de fourmis fait par Yaya Saka et les militants Fndd- Hinhowa.  

Mais avant la caravane, la troupe du maire Yaya Saka était d’abord au village de Hounwako dans l’arrondissement 1 puis dans les villages d’Adjati 2 et Kpoviégbada dans l’arrondissement de Honvié. A chaque étape, le premier citoyen de la ville d’Adjarra a expliqué à la population pourquoi  il est utile de soutenir la liste FCBE. Pour lui, le chef de l’Etat a posé moult actions en faveur du développement des communes notamment d’Adjarra surtout avec le transfert des fonds Fadec. Pour le maire Yaya Saka, Adjarra doit donner  carton rouge à la liste PRD parce que le député de la localité a passé 8 ans sans rien apporter véritablement à Adjarra  encore moins à soutenir son développement en votant le budget de l’Etat. « Le disque du PRD  est rayé et il faut le changer », a-t-il poursuivi.

Aussi a-t-il profité pour répondre à ceux qui pensent que l’actuel conseil communal  d’Adjarra n’a fait qu’exécuter les projets initiés par l’ancien maire Edmond Zinsou. Pour lui, c’est faux et archifaux dans la mesure qu’entre le maire en question et lui, il y a eu deux autres maires intermédiaires. Mieux le mérite de l’actuel conseil communal, c’est d’avoir porté le montant du budget communal à plus d’un milliard d e FCFA et mettre surtout la commune sur orbite. Ainsi voter pour le PRD, c’est tordre le cou au développement de la commune d’Adjarra. Et comme le président Adrien Houngbédji et ses sbires n’ont plus rien à démontrer aux populations depuis plus de 20 ans, il vaut mieux sanctionner leur liste, a-t-il conclu. A noter pour finir que la caravane a fait le tour des villages de Hounsa, Assiogbossa et puis Kpadovié en passant par l’arrondissement de Malanhoui jusqu’à Médédjonou pour revenir à Honvié centre.

Kola PAQUI

En savoir plus...

Campagne législative des FCBE dans la 15ème circonscription : Christian Sossouhounto ; l’atout majeur des FCBE

sossouhounto

La caravane « Espoir et espérance » des Forces cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) continue de convaincre les populations de la 15ème circonscription électorale. Christophe Houssou, Isidore Gnonlonfoun, Christian Sossouhounto, Jerôme Martial Quenum accompagnés de leurs suppléants sont désormais les chouchous des meetings et caravanes organisés et qui rythment désormais le quotidien des béninois de cette circonscription. Et comme transparu au début de la campagne, c’est le jeune candidat Christian Sossouhounto qui est l’atout majeur de cette liste dans la 15ème circonscription électorale.

Comme un symbole, c’est « chez lui », dans le 6ème arrondissement que Christian Sossouhounto soutenu par les autres colistiers FCBE ont donné rendez vous à leurs militants pour des moments de communion. Ce géant meeting élargi aux femmes du marché Dantokpa fait suite aux nombreux autres organisés tout au long des 15 jours de campagne à Akpakpa ou encore à Xwlacodji. Il faut remarquer que le dynamique et jeune candidat Christian Sossouhounto est resté fidèle à ses propos rassembleurs.  Ainsi, toutes ses belles paroles appelant à l’unité ont continué par soulever les foules. Les populations promettent le ras de marée FCBE au soir du 26 avril prochain. « Nous sommes avec vous et fiers de vous », « Vous êtes l’avenir de ce pays », « la jeunesse de la 15ème circonscription est fière de vous », autant de slogans scandés par les populations pour accompagner les prises de parole du candidat Sossouhounto. « Vous m’avez vu naître et grandir politiquement (…) Je suis votre fils et je suis avec vous au quotidien (…) Je ne vous décevrai pas (…) Je n’ai pas besoin de revenir vous rendre compte car je suis tous les jours avec vous » a entre autres rappelé le jeune prétendant à un siège de député pour la 7ème législature. Christian Sossouhounto a rappelé que les candidats de la liste FCBE appartiennent à la race de candidats ayant à cœur le bonheur des populations : « (…) Le bon député est celui qui contrôle l’action gouvernementale et non celui qui s’y oppose (…) Le bon député est également celui qui initie et vote des lois pour accompagner le développement local » a-t-il fait remarquer. Le bilan élogieux des actions du Chef de l’Etat Dr Boni Yayi fait partie des arguments de campagne présentés aux populations. Les candidats FCBE ont solennellement demandé aux populations de ne pas tomber dans le piège de l’intoxication : « Le Docteur Boni Yayi veut 50 députés pour achever en beauté son mandat et consacrer l’émergence de notre pays (…) Contrairement à ce qui se dit on ne peut pas réviser la constitution avec 50 députés »  L’opération séduction lancée par les candidats a porté ses fruits au regard de la forte mobilisation constatée lors de leurs différents passages dans cette circonscription. Pour les populations rencontrées sur le terrain, Christian Sossouhounto est le candidat idéal : jeune, dynamique, sincère, fils de la circonscription bref un enfant de la maison « 15ème circonscription » comme ses autres colistiers qui seront leurs dignes représentants au Palais des gouverneurs à Porto Novo. Les populations ont toutes pris rendez vous le dimanche prochain pour consacrer l’élection des 4 candidats de la liste FCBE.

M.M.

En savoir plus...

Conservation des acquis du régime Yayi : Les Fcbe pour un Parlement cauris

boni-yayi

Au-delà de l’hypothèse de la révision de la Constitution dont l’opposition s’accapare à défaut de trouver de réels sujets de campagne, les candidats de la liste Forces cauris pour un Bénin émergent veulent massivement réussir au test électoral pour pouvoir voter des lois devant permettre de conserver les acquis clés des années de gestion de Boni Yayi. C’est donc pour cette raison que le Chef de l’Etat, quoique n’étant candidat à rien, ni aux législatives ni à un 3ème mandat présidentiel, se donne l’obligation d’être actif sur le terrain. Il se donne le défi de compter sur les populations bénéficiaires de ses actions pour pérenniser ce qui a été fait. Autrement, un parlement à majorité opposante pourrait non seulement ne pas conserver ses acquis mais bloquer la finition de ses réalisations. C’est donc pour cette raison liée au développement que Boni Yayi est, comme on l’a toujours vu, actif sur le terrain. Il en profite d’ailleurs pour lancer des travaux de certains projets dont les financements sont bouclés. Une manière pour lui de montrer que la politique doit aller de paire avec le développement. Dans leurs différentes interventions, les candidats Fcbe sur toute l’étendue du territoire national, présentent le bilan et indiquent les lois nécessaires à voter pour que ce bilan satisfaisant à moins d’un an de la fin du mandat, amènent les populations à renouveler le K.O de 2011. Enfin, il faut dire qu’en dénonçant le soutien qu’il apporte aux candidats de sa liste, l’opposition voudrait que Boni Yayi reste enfermé au palais de la Marina pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs. Certains n’hésitent même pas pour faire croire aux électeurs que Boni Yayi a plusieurs listes qu’il parraine. Une manière de tromper encore les populations. Des lois pour jeunes et femmes En effet, les Forces cauris pour un Bénin sont en campagne pour les élections législatives avec des promesses concrètes et claires à l’endroit des populations. En dehors des besoins spécifiques de chaque région, la seule liste que parraine le Chef de l’Etat ambitionne de faire des propositions de loi qui impactent directement toutes les couches de la société. Ces propositions de loi visent à pérenniser les acquis du Chef de l’Etat durant ces deux quinquennats. Qu’ils soient à Cotonou, Abomey-Calavi, Bonou, Porto-Novo, Parakou ; Natitingou, Malanville ou N’dali, les Fcbe énumèrent les premières lois qu’ils pourront soumettre à leurs collègues au parlement.

Fcbe, des propositions concrètes de projets de lois

C’est ainsi que les Fcbe entendent introduire avec une grande célérité une proposition de loi pour la jeunesse. Cette loi portera essentiellement sur l’emploi des jeunes. Il s’agit selon les ténors de cette liste candidate aux élections législatives, de légiférer pour que les facilités innovantes accordées aux jeunes pour la création des entreprises ainsi que les améliorations des conditions d’exercice des entreprises de jeunes soient sécurisées. Cela permettra aux jeunes de pouvoir bénéficier sur une longue durée, sinon de manière permanente des nouveaux avantages obtenus grâce à Boni Yayi. Les Fcbe promettent aussi d’œuvrer pour que les fruits des efforts du Chef de l’Etat dans le sens de l’autonomisation des femmes soient pérennisés. Dans ce sens, les institutions et structures œuvrant pour l’émancipation des femmes pourront bénéficier d’une loi leur permettant de résister au temps. Par conséquent, permettre à ceux que la satisfaction qu’elles procurent aux femmes reste, même après les deux mandats de Boni Yayi. Dans le même temps, les candidats des Fcbe, la liste la plus représentative sur toute l’étendue du territoire national ambitionnent de proposer une loi pour encadrer la location des logements surtout en milieu urbain. C’est la seule possibilité d’éviter les surenchères et les conditions parfois inhumaines que vivent certains locataires notamment à Cotonou et autres grandes villes béninoises. Il est envisagé aussi que la loi sur le régime d’assurance maladie universelle soit enfin votée. Ceci permettra aux populations en général de bénéficier des soins de santé avec moins de dépenses. Ce sont quelques unes des lois que les Fcbe se donnent le défi de proposer dès les premiers jours de leur mandature à l’assemblée nationale.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Activités du président Dioncounda à Cotonou : La Cena et la Haac visitées par l’émissaire de l’Union africaine

legislatives

En séjour au Bénin depuis le mardi 21 avril, l’ancien président malien déroule son carnet de route. La formation des observateurs des élections et la visite à la Céna, ont constitué l’essentiel de son programme officiel, ces derniers jours.

Dioncounda Traoré, le chef de la mission de l’Union africaine a procédé, ce mercredi 22 avril, à la séance de formation des membres de la délégation, devant participer sur le terrain aux opérations de supervision du scrutin. Dans son discours à l’endroit des medias, l’ancien président malien a émis le vœu un jour, de voir des pays africains, organiser des élections sans l’intervention des observateurs. Dans le  cadre de cette formation, le journaliste Wilfried Léandre Houngbédi, fin observateur de la vie politique nationale, a présenté la vie politique béninoise aux participants à la formation.

Dans la soirée de ce mercredi 22 avril, le chef de la mission africaine s’est rendu à la Commission électorale nationale autonome (Cena) pour s’enquérir des préparatifs. Dioncounda Traoré  s’est aussi rendu à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication, ce jeudi 3 avril, pour prendre langue avec les membres de cette institution. D’autres visites et échanges sont aussi prévus dans le cadre de cette mission d’observation de l’Union africaine dirigée par Dioncounda Traoré.

YPL    

En savoir plus...

Législatives de 2015 à Tanguiéta : Deux acheteurs de cartes d’électeur suspects arrêtés

politique

Une bande de fraudeurs a été démasquée hier jeudi à Tanguiéta dans la partie septentrionale du Bénin.  Selon les faits rapportés par le magistrat Michel Adjaka sur sa page Facebook, deux acheteurs de cartes suspects ont été appréhendés par les forces de sécurité. Ils ont été mis à la disposition du Parquet de Natitingou. Dans son post, le président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) a souligné que face à ce cas,  «la justice béninoise, même fragilisée et désarticulée, jouera pleinement sa partition».

MM

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !