TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

www.matinlibre.com 1000x250  pixels

A+ A A-

Who is who : Voici ceux qui feront l’actualité de 2017

who-is-who-217

Une nouvelle année, de nouveaux défis. Comme il est désormais une tradition à Matin Libre, votre quotidien fait une projection dans le futur.  Comme en 2016, des hommes et des femmes, dans divers secteurs d’activités, marqueront l’année et seront d’une manière ou d’une autre sous les feux de la rampe. Voici ceux d’entre eux qui seront les plus en vue.

Modeste Toboula, préfet du Littoral

L’un des tout premiers à être nommé par le pouvoir de la Rupture, Modeste Toboula à la tête de la préfecture du Littoral fait son bonhomme de chemin, vaille que vaille. En dépit des grincements de dents et autres critiques que suscitent généralement ses décisions, l’homme avance. Visiblement, il n’est pas dans les calculs d’être impopulaire ou pas. Il veut faire bouger les lignes. De la sécurisation des centres commerciaux à l’opération de libération des espaces publics en passant par le déguerpissement des abords des écoles, Modeste Toboula semble être bien apprécié, somme toutes, dans l’opinion. Eu égard aux nombreux projets qu’ambitionne de réaliser le gouvernement à partir de son Programme d’action, le préfet sera sans doute encore sous les feux de la rampe cette année. Entre conflits d’intérêt, critiques et  obligation de résultats, 2017 ne se fera pas sans Modeste Toboula.

Charles Toko, maire de Parakou

Journaliste de son état, nul n’ignore ce nom sur le terrain politique. Certains le surnomment même « faiseur de roi » du fait de sa contribution à l’avènement au pouvoir de présidents de la République. Les cas Yayi Boni et Patrice Talon respectivement en 2006 et 2016 sont édifiants. Plusieurs fois candidats malheureux aux législatives, Charles Toko a fini par se faire élire conseiller communal dans la deuxième commune à statuts particuliers du Bénin. Fort de cette position, il réussit en 2016 à détrôner  l’ancien édile dont il prend la place avec l’appui d’un groupe de conseillers. Ce qui jusque-là n’était que rumeur, finit par se concrétiser cette matinée du 3 octobre 2016. L’Histoire retiendra donc qu’en 2016, le promoteur du Groupe de presse Le Matinal a enregistré deux victoires : l’élection de son candidat à la présidentielle et sa propre élection au poste de maire de la cité des Koburu. Charles Toko à la mairie de Parakou, il fait parler de lui à travers ses réformes audacieuses qui finissent par recevoir l’adhésion de ses administrés. La page 2016 tournée, que réserve l’édile de Parakou, aux populations de la vitrine du Borgou cette année ? Une chose est sûre, Charles Toko sait qu’il est très suivi et qu’il n’a pas droit à l’erreur. Il fera certainement l’actualité en cette nouvelle année.

Brice Sinsin, Recteur de l’Uac

Qu’on le veuille ou non, le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Brice Sinsin aura marqué 2016. Jusqu’à un passé récent, son nom était sur beaucoup de lèvres. En ligne de mire, certaines réformes et sanctions qui n’ont pas reçu l’adhésion du grand nombre. Des réformes pour un enseignement supérieur de qualité, cela ne manque pas. Et 2017 est déjà là avec son lot d’actions à mettre en œuvre. De la radiation d’un groupe d’étudiants à l’éclatement de la Flash en deux entités en passant par la sélection d’étudiants sur étude de dossiers, la maîtrise de Brice Sinsin n’a pas sans doute épuisé ses cartouches. Qu’a-t-il dans sa gibecière à proposer cette année sans contestation aux étudiants ? Tout compte fait, l’actualité cette annéene se fera pas sans nos universités publiques.

Patrice Talon, Président de la République

 Chef de l’Etat depuis le 6 avril 2016, Patrice Talon est en train de faire l’expérience du pouvoir d’Etat. Des vives critiques et pressions essuyées les tout premiers mois, il s’en remet peu à peu. Sur le plan de la gouvernance, 2017 est une année décisive à l’ex magnat du coton, comme aiment à l’appeler certains. Doté d’un budget de 2010 milliards de Fcfa, il n’aura pas d’excuses dans la mise en œuvre de son programme d’action lancé mi-décembre 2016. Réussira-t-il à convaincre les Béninois surtout sur le plan social où il est beaucoup attendu ? De toutes les façons, 2017 sans Patrice Talon, c’est comme si tout va bien dans le meilleur des mondes.  

Yayi Boni, ancien Chef d’Etat
 
Il a occupé la scène l’an dernier en multipliant ses sorties quand bien même il n’était plus au pouvoir. De la Côte d’Ivoire à Tourou (Nord Bénin) en passant par Tchaourou et les Collines, Yayi Boni étaient au contact régulier des populations. Sa désignation comme membre titulaire du conseil d'administration de l'Institut de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation (Unesco) ne l’a pas trop éloigné du pays, contrairement à ce qu’on pourrait penser. 2017 sans Yayi Boni, c’est peut-être banaliser cette révélation du To-fâ qui dit qu’ « un ancien chef de l’Etat cherchera à revenir au pouvoir par des moyens peu orthodoxes ».

Sebastien Ajavon, homme d’affaires

 Grand artisan et soutien à l’avènement du régime en place, Sébastien Germain Ajavon a connu les pires ennuis de sa vie en 2016. De sa supposée implication dans une affaire de cocaine au port à la fermeture de ses organes de presse( Sika Tv et Soleil fm) pour « violation » du cahier des charges, le magnat de la volaille qui, aujourd’hui, est en froid avec le pouvoir, a tout de même fait l’actualité l’année écoulée. Quelle sera la suite des relations entre le patron des patrons au Bénin et le président de la République Patrice Talon ? Vas-t-il prendre ses responsabilités au plan politiques, lui qui caresse des rêves ? Affaire à suivre…

Joseph Djogbénou, Ministre de la Justice

Le ministre de la Justice sera au cœur des grands évènements en 2017. Homme de confiance de Patrice Talon et avocat personnel de l’homme d’affaires- Président, Joseph Djogbénou sera l’une des pièces maîtresses de l’équipe devant batailler pour la concrétisation  des grandes réformes annoncées par le Chef de l’Etat.  Chargé aussi des relations avec les institutions, l’Agrégé de droit privé étalera tout son talent et son savoir-faire pour arracher des concessions, même les impossibles sur les réformes politiques et institutionnelles de son client si ledit projet doit être adopté cette année. 

Abdoulaye Bio Tchané, Ministre d’Etat, chargé du plan et du développement

Il est la cheville ouvrière de la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag). L’année 2017 ne sera de tout repos pour le ministre d’Etat chargé du développement, Abdoulaye Bio Tchané. Il devra avoir une vue déterminante sur la conduite des grands projets de développement prévus dans le Pag. Bio Tchané devra aider le gouvernement à combler les attentes économiques et sociales de la population durement touchée par la sévère crise qui sévit actuellement. Numéro 2 du gouvernement de la Rupture, sa responsabilité est lourde. Abt (son nom de guerre) n’échappera pas aussi aux critiques tant les espoirs des Béninois sont grands.  

Pascal Irénée Koupaki, Ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence

Désigné comme le numéro 3 du gouvernement de la Rupture, Pascal Irénée Koupaki  reste  en réalité l’un des piliers de l’équipe de Patrice Talon. Ministre d’Etat et Secrétaire général de la présidence de la République, il continuera à révéler les grandes décisions du  Conseil des ministres tous les mercredis, lors de son point de presse hebdomadaire. Proche de Patrice Talon et apprécié pour son côté pointilleux, cet ancien fonctionnaire de la Bceao assumera également des responsabilités dans la mise en œuvre des vastes réformes contenues dans le Pag pompeusement lancé le 16 décembre 2016 au Palais de la République. 

Johannes Dagnon, Conseiller spécial du Chef de l’Etat

Il fait partie du cercle restreint entourant le Chef de l’Etat. Johannes Dagnon a la confiance du Chef de l’Etat. Conseiller spécial du président de la République, il  a suivi de près, avec plusieurs cabinets, la conception du Pag. Il est au cœur des grandes réformes économiques initiées par Patrice Talon pour son seul et unique quinquennat. Johannes Dagnon reste un Conseiller discret. Mais il sera très présent en 2017 aux côtés de son ami d’enfance.    
 
Pamphile Zomahoun, Patron de la Dsld

Le nouveau patron de la Direction des services de liaison et de la documentation (Dsld) Pamphile Zomahoun a fait parler de lui en 2016 notamment dans le cadre du rôle présumé dans l’affaire 18 Kg de cocaïne. Point n’est besoin de dire que ce fidèle du Chef de l’Etat, incarcéré sous le régime défunt dans l’affaire tentative de coup d’Etat  jouera pleinement sa partition en 2017 dans la traque de toute information susceptible de faire du tort aussi bien au Nouveau départ qu’à la sécurité intérieure. 

Théodore Holo, Président de la Cour constitutionnelle

Le Professeur Théodore Holo contrôlera comme par le passé, la conformité des lois et de certains actes réglementaires à la Constitution. Juridiction déterminante pour la démocratie béninoise, la Cour constitutionnelle régule à travers le président Holo et les autres membres, le fonctionnement des institutions de la République. Le Professeur Holo pourra aussi intervenir dans le processus de la révision de la Constitution, si Patrice Talon envisage de concrétiser son projet cette année. 

Adrien Houngbédji, président de l’Assemblée nationale

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji jouera un rôle important en 2017 au plan politique. La réforme constitutionnelle actuellement sur la table des députés ne pourra connaître un heureux aboutissement sans l’onction du président Adrien Houngbédji et de celui de son parti le Prd, devenu l’un des principaux alliés de Patrice Talon. Le parti pourrait également s’ouvrir non seulement aux anciens dissidents mais également à tous les autres regroupements politiques qui le désirent. Cette proposition a été faite ce week-end par le président du groupe parlementaire Prd Augustin Ahouanvoébla lors de la cérémonie de présentation de vœux au président du parti Me Adrien Houngbédji qui, d’ailleurs, s’est montré favorable à une telle ouverture qui ne fera que renforcer les bases du 1er parti politique au Bénin.
 
Bruno Amoussou, président de l’Un

Le président de l’Union fait la nation Bruno Amoussou fera certainement parler de lui cette année. Lui qui est supposé contraint à une retraite forcée depuis le 06 avril 2016, devra trouver une raison pour rebondir sur la scène politique. La raison est toute simple, l’Un à tort ou à raison se réclame du pouvoir. « Nous ne sommes pas du pouvoir mais nous sommes le pouvoir », avait laissé entendre Bruno Amoussou quelques mois après la formation du 1er gouvernement de la Rupture. Mais jusque-là, autant dans la gestion au quotidien que dans la prise des décisions, les Béninois n’ont pas le sentiment que Bruno Amoussou ait l’oreille du Chef de l’Etat. Pis, ces derniers mois, il est presque porté disparu de la scène politique. Chose que le Renard de Djacotomey devra corriger en 2017 pour démentir les allégations d’une retraite anticipée.
 
Rachidi Gbadamassi, député Fcbe

Le ‘’Taureau’’ de la cité des ‘’Koburu’’ quelles que soient les circonstances se fait toujours parler de lui que ça soit en politique ou dans le domaine du social où d’ailleurs des promesses qu’il a faites attendent d’être réalisées pour le bonheur des populations de Parakou et environ. Et déjà, il a annoncé les couleurs ce week-end en offrant un véhicule 4X4 au nouveau roi de Parakou et en dotant le CHD/Parakou de matériels. En politique aussi, Rachidi Gbadamassi aura un rôle important à jouer en ce qui concerne l’adhésion des populations de la 8e circonscription électorale aux réformes du Chef de l’Etat. Si le référendum pour la révision de la constitution devrait avoir lieu cette année, Patrice Talon aura forcément besoin de cette force politique que représente le député Rachidi Gbadamassi qui, d’ailleurs, ne demande qu’à accompagner le Chef de l’Etat dans ses réformes.
 
Léonce Houngbadji, président du Plp

Depuis l’avènement de la Rupture, il est pratiquement la seule voix critique parmi la centaine de partis politiques. Le président du Parti pour la libération du peuple (Plp) Léonce Houngbadji ne rate aucune occasion pour enquiquiner le régime du Nouveau départ. Dans ses prises de position sur les chaînes nationales et internationales, il ne fait aucun cadeau  au gouvernement Talon dont les actions sont scrutées à la loupe. Les sorties de cet ancien journaliste reconvertit en homme politique font jaser sur les réseaux sociaux et 2017 certainement n’y échappera.
 
Aboubacar Takou, webactiviste

Depuis que son canard ‘’Le Béninois Libéré’’ est interdit de parution, Aboubacar Takou a trouvé dans les réseaux sociaux un espace d’expression. Il en a acquis une certaine notoriété, tant ses posts suscitent beaucoup de commentaires et de controverse. Mais le chômeur, tel qu’il aime s’appeler, ne fait que multiplier des opinions soit pout titiller le gouvernement du Nouveau départ, soit pour attirer l’attention du Chef de l’Etat sur certains dérapages. Par ses prises de position, Aboubacar Takou se fera aussi l’actualité en 2017.
 
Olivier Boko

Olivier Boko ou le ‘’vice-président’’ du Bénin ! Bien qu’il n’ait pas une fonction officielle dans le gouvernement du Nouveau départ, cet ancien bras droit de l’homme d’affaires Patrice Talon est aussi vu comme le N°2 du régime, si ce n’est pas en réalité lui le N°1. Il est de tous les voyages officiels comme officieux du Chef de l’Etat. Il ne dit rien, ne réagit presque pas mais on lui prête la quasi-totalité des grandes décisions du Chef de l’Etat. Quoique Talon fasse, on sent la main invisible d’Olivier Boko qui d’ailleurs gère les intérêts personnels de son emntor Les deux hommes, c’est comme l’arbre et l’écorce, affirment d’ailleurs certains médias. Tant qu’on parlera de Talon en 2017, on parlera forcément d’Olivier Boko.

Kwame SENOU, Co-Président Morocco Africa Business Club

Dans ses initiatives quotidiennes, Kwame SENOU a toujours clairement affiché la fibre marocaine avec un soutien sans faille aux entreprises du Royaume Chérifien avec qui il coopère. Face à l’arrivée massive des capitaux marocains au Sud du Sahara, il a initié le Club qui bâtit les ponts entre les entrepreneurs du Royaume et ceux du Sud du Sahara ; En dehors des grosses multinationales, il y a de la place pour un partage d’expériences et des partenariats entre les PME/PMI des deux côtés, assure-t-il. Mis en place fin 2016, le MoroccoAfrica Business Club est déjà à l’œuvre dans plusieurs pays d’Afrique grâce principalement au carnet d’adresse de cet infatigable afro optimiste, chef d’entreprise dans le monde de la communication, et actif du Sénégal au Kenya.

L’ambition comme il a dit dans une interview récente au Rwanda, est d’implanter le Club dans le maximum de pays en 2017 et d’organiser le 1er MoroccoAfrica Business Forum dans la capitale togolaise ou le club a son siège. KwameSenou fera certainement l’actualité au cours de l’année à travers ce dévouement à la coopération sud sud.

 Anicet Semassa, Administrateur du forum/Whatsapp Infos collectées

Il a investi les réseaux sociaux, les exploite pour imprimer son label. Impacter la société reste son unique objectif. Agroéconomiste, Administrateur du forum/Whatsapp Infos collectées (Ic), il se veut un Web activiste ‘’constructeur’’. On se souvient encore du don de cette plateforme aux polyhandicapés mentaux et abandonnés de l'orphelinat ‘’Vidjingni les Archanges’’ de Dékanmè dans la commune de Kpomassè en juin 2016. On se souvient aussi de la promptitude avec laquelle, les membres du forum et lui, en décembre dernier, ont pris à bras le corps, par un don, le cas grave d’une fillette en situation de malnutrition sévère. Jeune, dynamique, humble, et rigoureux, on a encore en mémoire le sondage qu’il a initié de concert avec le forum les Echos du monde (Edm) toujours en décembre, à l’endroit des e-citoyens afin d’évaluer la gouvernance Talon. Connu plus sous le pseudonyme ‘’Masley’’, Anicet Semassa puisque c’est de lui qu’il s’agit, entend révolutionner l’ère  des réseaux sociaux de plus en plus instruments de dégénérescence de la personne humaine. En mars 2017, Infos collectées fêtera ses noces de cuir. Une année au cours de laquelle, le social sera plus au centre des challenges. «Nul n’est heureux tout seul». Cet adage, Anicet Semassa se l’est approprié. Il ne nous reste plus qu’à lui souhaiter bon vent!  

Oswald Homeky, Ministre de la Jeunesse et des Sports

Incontestablement, le ministre des sports Oswald Homeky a changé les donnes au ministère des Sports. A peine neuf mois, et on sent un «Nouveau Départ» dans les actes et décisions. Toutefois, plusieurs défis restent à relever. Le sport béninois en général est malade de ses hommes et il lui faudra une thérapie de choc, un "Nouveau départ" pour son réel éclosion. Aussi, avec la volonté du jeune ministre Homeky et le Programme d’action du Nouveau départ, le sport béninois devrait renaître de ses cendres. Ce qui justifie d’ailleurs les 18 milliards de Francs Cfa votés pour le ministère des Sports dont 12 milliards d’investissement et six milliards de dépenses ordinaires avec un besoin de dépenses additionnelles qui s’élève à trois milliards sur lequel l’Assemblée nationale a donné son accord. Tout ceci, coordonné par un programme qui va être repensé et désormais coordonné par le ministère des Sports et celui de la fonction publique. Un défi que le ministre Oswald Homeky doit relever en 2017.
 
Claudine Talon, 1ère dame et présidente de la fondation Claudine Talon

La nouvelle 1ère Dame du Bénin a décidé de faire du social, ceci par le biais de sa Fondation. En 2016, cet engagement a été marqué par la campagne ‘’Levons la main contre le VIH/Sida’’. Au plan politique, elle joue aussi un rôle important dans le rapprochement du Chef de l’Etat avec le magnat de la volaille Sébastien Ajavon après le sulfureux dossier de découverte de 18Kg de cocaïne dans l’un des containers de ComonCajaf. Il n’est aucun doute que l’épouse du Chef de l’Etat soit plus active en 2017 aussi bien sur le terrain du social qu’à tout autre niveau où le président va solliciter son intervention.
 
Guy Mitokpè, député Un

2016 était déjà l’année du jeune député Un qui, pour la première fois, a franchi les marches de la représentation nationale. Mais 2017 n’en demeurera pas moins pour Guy Mitokpè, une année de grands défis. En tant qu’élu parlementaire, le suppléant de Candide Azannaï jouera sa partition dans l’accompagnement des réformes du Chef de l’Etat.

Jerry Sinclair Aguénoukoun, Dg Radio Waka Waka

Connu pour ses brillantes activités chez un GSM de la place, Jerry Sinclair Aguénoukoun est l'un des acteurs cachés ayant travaillé à l'avènement du pouvoir en place. Très actif en 2016 sur les médias sociaux, dans les micro-cercles de jeunes cadres d'entreprise et dans le secteur du showbiz, cet entrepreneur (ex animateur radio)aux multiples casquettes est patron de la première webradio béninoise. Radio Waka Waka (www.radiowakawaka.com), une radio généraliste qui rassure depuis 2015, par son professionnalisme et ses innovations. Les réformes annoncées dans le secteur du numérique sous l'impulsion du chef de l'État lui seront probablement favorables dans un environnement médiatique à peine structuré sur le plan digital. Le trentenaire discret, celui dont nous parlons prépare selon nos indiscrétions, de sérieux projets dans les secteurs de l'environnement et de la transformation de produits locaux. Décidément, 2017 fera entendre parler de cet homme. Gardons l'œil sur lui.
 
Fanicko, Artiste talent Trace

Jeune artiste pétri d’un talent hors pair, Franck Olivier Adjanohoun de son vrai nom alias Fanicko, est une révélation du Hip hop béninois qui inspire sérénité et espoir. Avec un genre musical béni par un style unique, il réussit une percée à l’échelle continentale et internationale. De « On va faire comment » à « Faut pas m’embrouiller », ce jeune, de moins de la trentaine d’âge, fait la une des hit-parades du hip-hop béninois, en témoigne le trophée Benin Golden Awards qu’il a remporté en octobre 2016. Sans doute, avec la grosse machine qui le fait tourner désormais, c’est-à-dire sa maison de production « Blue Diamond » de Sidikou Karimou, Fanicko va certainement confirmer sa place de meilleure vedette de la Pop music au Bénin, en  2017. Surtout avec le lancement officiel de sa promotion sur ‘’Trace Tv’’ par Blue Diamond, l’aventure de grandes réalisations et de grosses ambitions ne fait que commencer.

Daagbo, dieu de Banamè

Parfaite, le dieu autoproclamé de la Très sainte Église de Jésus Christ Mission de Banamè fera parler d’elle encore en 2017. Daagbo, comme aiment l’appeler ses fidèles, a démarré l’année avec vacarme. Les sanglants affrontements d’Abomey du dimanche 08 janvier dernier sont encore dans les esprits. Et beaucoup craignent encore de nouvelles altercations entre les "Daagbovi" dont le nombre s’accroit, et d’autres groupes religieux.
 
L’Eglise catholique

Le clergé catholique garde toute sa capacité d’influence sur les hautes instances de décision du Bénin. Il ne dérogera pas à son rôle. L’église catholique continuera d’encadrer la bataille politique et d’interpeler les décideurs par rapport à leurs missions. Le clergé catholique devrait également œuvrer davantage pour la consolidation du dialogue interreligieux dans un Bénin de plus en plus menacé par l’extrémisme religieux.
 
Romuald Wadagni, ministre des Fiances

Très connu dans les milieux d’audit, il a été révélé à la majorité des Béninois par le successeur de Yayi Boni. Le Grand argentier Romuald Wadagni a une lourde responsabilité dans l’exécution du premier budget de Patrice Talon. Présenté comme le Fouquet du Chef de l’Etat, ce diplômé de l’Ecole supérieure des affaires de Grenoble et ancien de Deloitte déploiera cette année toute son énergie dans la concrétisation des grandes réformes économiques de la Rupture.
 
José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie

2017 sera pour le ministre du Cadre de vie et du développement durable une année charnière. José Didier Tonato gère le ministère le plus concerné par l’opération portant sur la libération du domaine public. C’est une opération difficile qui n’a pas encore l’assentiment de tous les citoyens désignés comme des victimes. Le ministre Tonato devrait aussi être au centre des grands projets d’assainissement urbain contenus dans le Pag.
 
Richard Attias, Homme d’affaires

C’est l’ancien président de ''Publicis Events Worldwide'' qui organise désormais les grands évènements initiés par le palais de la Marina. Le Marocain Richard Attias a en effet posé ses valises à Cotonou depuis quelques temps. Patrice Talon qui tient toujours à son image d’homme d’affaires prospère a fait recours à son expertise  pour réussir le lancement de son Pag le 16 décembre dernier. Il a donc choisi l'un des meilleurs professionnels au monde, dans le domaine de l'évènementiel politique. Le fondateur de ''Richard Attias & Associates'', une société spécialisée dans la communication d'influence et l'organisation de séminaires internationaux fait partie de la scène politique nationale. Il devrait y rester pendant plusieurs années.

La Rédaction

Dernière modification lemercredi, 18 janvier 2017 04:29
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !