TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Période d’harmattan et floraison du germe de la méningite : Uriel Dassoundo en parle

uriel-dassoundo

(Avis aux malades de la sinusite et de la tuberculose)
La période de l’harmattan bat son plein au Bénin. Avec son cortège de vent sec et de poussière,elle fait des siennes.Déjà un cas de méningite à Parakou! Matin Libre dans ce numéro de votre page Santé s’est intéressé à cette affection. Qu’est-ce que la méningite? Quels sont ses causes et symptômes? Est-elle bénigne? Contagieuse? Tue-t-elle? La réponse à toutes ces questions, c’est avec le Docteur Uriel Dassoundo, spécialiste en santé et sécurité au travail, expert en santé et environnement, à la Polyclinique de l’Amitié ‘’ le Bon Samaritain’’.

Matin Libre : Qu’est-ce que la méningite et quelles en sont les causes?

Uriel Dassoundo : La méningite est l’inflammation des méninges, le plus souvent par une infection. Les méninges, ce sont des organes qui recouvrent le plus souvent le cerveau. Par anatomie, nous pouvons parler de la dure-mère, une enveloppe qui recouvre le cerveau;l’espace sous-dural; l’arachnoïde; l’espace sous arachnoïdien; le liquide céphalo-rachidien; et enfin, la pie-mère. Tout cet ensemble s’appelle méninge et ça recouvre le cerveau. La méningite est une maladie qui est très fréquente dans les pays en développement. Parfois même, nous parlons de ceinture méningitique ou de ceinture sahélienne. C’est-à-dire,  des pays qui sont pour la plupart touchés par cette affection.La voie de transmission est aérienne.Les voies de contagion sont par exemple l’inhalation. Les germes passent par la voie aérienne et atteignent le cerveau ou passent par la bouche. Il y a aussi un mode de contamination qui peut être secondaire.C’est-à-dire, par l’intermédiaire d’une infection au niveau des voies respiratoires telle que la sinusite ou un abcès sur la peau. Les germes qui peuvent créer la méningite peuvent être les bactéries. On peut aussi avoir des virus. Les différentes bactéries que nous constatons, c’est souvent le méningocoque, le pneumocoque, et le Neisseria meningitidis. Chez l’enfant, le méningocoque et le pneumocoque dominent. Au Bénin, en période d’harmattan surtout, le méningocoque et le pneumocoque pullulent notamment  en zone septentrionale et vous avez ces genres d’affections et c’est très facile d’avoir une épidémie de méningite tout de suite quand la chaîne de transmission n’est pas vite coupée. Le germe de la méningite sévit dans les endroits secs. Les milieux secs ou le vent est très sec. Il faut reconnaître que le début de la méningite est souvent brusque et puis le syndrome méningé est perceptible après des signes de grippe généralement chez l’enfant.Parfois, on peut retrouver une cause tuberculeuse.

Parlez-nous de ses symptômes

Sur le plan clinique, nous avons ce qu’on appelle le syndrome méningé. Le syndrome méningé recouvre les signes fonctionnels. C’est-à-dire les signes que le malade ressent. Le malade, souvent, quand vous l’observez, il est en chien de fusil. C’est-à-dire,une position qui ressemble à un chien couché sur la partie latérale droite avec les membres de part et d’autre sur le sol. Ce malade fait généralement dos à la lumière. Nous appelons ça photophobie c’est-à-dire, la peur de la lumière. Le malade de la méningite a des céphalées intenses qui sont rebelles aux antalgiques habituels, c’est-à-dire le paracétamol et consorts. Ce qu’on a l’habitude de prendre et  qui nous soulage en cas de céphalées, vous constatez que les céphalées de la méningite ne cèdent pas rapidement à ces genres d’antalgies.  Le malade vomit aussi. Ici on parle de vomissement en jet, c’est-à-dire qu’il vomit de façon brutale et puis ça sort en jet, comme les jets d’eau. Après les signes fonctionnels, on a aussi le Syndrome infectieux. Le signe le plus important c’est la fièvre. Vous verrez chez ce malade une fièvre à 40 degré de température pratiquement. On a aussi les signes physiques. C’est le médecin qui essaie de les identifier lors de son examen clinique. Comme signes physiques importants nous avons la raideur rachidienne. Au niveau du cou, vous constatez que la colonne vertébrale et le cou du patient sont raids et très durs. Nous avons également la raideur de la nuque. Deux signes qu’il faut identifier chez quelqu’un qui souffre de la méningite, c’est le signe de Kernig et le signe de Brudzinski. Face au signe de Brudzinski, la flexion antérieure de la nuque provoque généralement la flexion des hanches et des genoux. Quand le patient est couché et qu’on essaye de  fléchir sa nuque vers le front, ça entraîne en même temps une flexion de la hanche et du genou. Le signe de Kernig,c’est l’impossibilité de fléchir en angle droit les membres inférieurs sous le tronc, sans provoquer une vive douleur lombaire et une flexion au niveau des genoux. Ces signes sont très indispensables en cas de méningite et pour confirmer, il faut faire la ponction lombaire en urgence. On fait la ponction lombaire pour identifier le germe en jeu afin d’administrer le traitement. Pour faire la ponction lombaire, il faut que le malade soit assis souvent avec un dos bien rond. On prend les repères, on met une aiguille adaptée et on prélève le liquide céphalo-rachidien. Dans le liquide, nous allons chercher le germe qui est en cause. Si c’est une bactérie ou un virus, la ponction lombaire nous situe. Souvent, il y a deux situations qui se produisent. Quand le liquide est trouble ou purulent et que vous constatez que c’est jaunâtre, il y a beaucoup de chance que ce soit une méningite bactérienne. Mais, quand le liquide est clair avec très peu d’élément set une prédominance de certaines cellules, vous êtes sûr que c’est une méningite d’origine virale.

Chez le nourrisson, la méningite se manifeste par la somnolence, l’agitation, la fixité du regard, le refus d’alimentation, les convulsions. L’enfant fait une forte fièvre jusqu’à parfois convulser.  Par ailleurs, sa nuque est molle à cause d’une hypotonie musculaire.

La méningite serait contagieuse et mortelle!

Non, la méningite n’est pas contagieuse. Sa voie de contagion est aérienne. On peut dire que c’est contagieux si la personne souffre d’un rhume et que le germe de la méningite est à l’origine de ce rhume. Quand cette personne vous côtoie, vous êtes sûr que vous pouvez avoir une méningite.Mais, on en guérit. La méningite est une maladie bénigne. Toutefois, on peut en mourir. Si vous avez une méningite et on ne démarre pas l’antibiotique à temps, ça peut prendre le cerveau et vous pouvez en mourir. Il y a des cas graves qui tuent tout de suite.

Votre mot de la fin

Celui qui souffre de la sinusite ou d’affections Orl doit beaucoup faire attention en période d’harmattan. Il doit normalement se protéger les narines surtout si la personne est dans une zone endémique comme la zone septentrionale. Je rappelle que la méningite est préventive. On peut faire la vaccination contre la méningite et ce, déjà tout petit dans le calendrier vaccinal du nouveau-né.

Cyrience KOUGNANDE

Dernière modification lejeudi, 12 janvier 2017 04:52
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !