TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN NEW GO 970x250 Px-01-1

A+ A A-

Gestion du pouvoir d’Etat : Eviter de fonder les critiques

gouvernement

Plus de huit ans déjà d’exercice du pouvoir par Yayi Boni et la majorité présidentielle. S’il est une évidence, c’est que le chef de l’Etat essaie, vaille que vaille, de remplir sa part du contrat social. Aucune œuvre humaine n’est parfaite, et  le moins qu’on puisse dire, la gestion du pouvoir n’est pas chose facile. Mais l’autre certitude aussi, sur laquelle beaucoup s’accorderaient, est qu’une erreur une fois en passant, peut se comprendre. Y persister, devient préoccupant. Quand les erreurs, pratiquement les mêmes, se répètent,  l’on finit par donner raison à tout ceux qui pourraient être rangés dans l’expression le ‘’camp d’en face’’, fondant ainsi leurs dénonciations et critiques taxées toujours  de politiques. La dernière décision en date de la Cour constitutionnelle en dit long. En effet, même si après les irrégularités relevées sur fond de grève par l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) au sujet des nominations opérées en 2012 dans les juridictions du pays, le gouvernement s’est ravisé, il reste que les nominations correctives publiées en janvier 2014 posaient toujours problème avec la nomination d’un autre  magistrat en lieu et place du maistrat Gangny au poste de Juge d’instruction du premier cabinet à Porto Novo. Malgré le recours en inconstitutionnalité que le magistrat Gangny  a exercé, il a été contraint à passer service et à rejoindre la Cour d’appel de Parakou. Le 3 juillet 2014, la Cour constitutionnelle, sous le visa de l’article 126 de la Constitution, a déclaré le décret N°2013-258 du7 juillet 2013 contraire à la Constitution. Une  décision qui vient conforter le réquérant et l’Unamab dans leur position. Ce que l’on ne doit perdre de vue, c’est le contexte dans lequel ladite sentence est intervenue. C’était en plein débat à l’Assemblée nationale sur la proposition de loi relative au  retrait du droit de grève aux magistrats. Le prétexte trouvé, qui tout de même reste fondé, c’est qu’il y a trop de débrayage dans le milieu judiciaire, ce qui pénalise le justiciable. Mais se fondant sur cette décision de la Cour qui n’est pas la première du genre, on peut se demander si le gouvernement ne se fait pas hara quiri puisque pour beaucoup, si ce droit était ôté  aux magistrats, ces affectations qui ne tiennent pas compte des dispositions régissant le corps de la magistrature seraient légion et personne ne pourra les dénoncer.

Avant ça…

Si la décision rendue par la Cour est d’actualité, l’autre que l’opinion publique garde à l’esprit, c’est bien celle concernant la nomination du Juge Euloge Akpo à la Cour constitutionnelle. En son temps, des voix s’étaient élevées pour dénoncer cette nomination parce que le magistrat n’avait pas réuni les 15 ans d’exercice fixés pour siéger. Le gouvernement n’a été contraint à corriger le tir qu’après une décision de la Cour qui a effectivement remis en cause la nomination. Est-il besoin de rappeler ici tout le débat qu’il y a eu au Parlement sur la réinstauration du service militaire d’intérêt national, l’organisation des concours de recrutement querellés et annulés avec à la clé  la condamnation par la haute juridiction de certains acteurs de la chaîne de l’organisation ?
Yayi Boni sur plusieurs fronts, Yayi Boni porteur de beaux projets de développement pour le Bénin,  cela crève l’œil. Mais ses actions auraient été mieux appréciées et acceptées si elles ne portent pas souvent en elles, les gènes d’une remise en cause. Certes, sur certaines questions on pourrait relever de l’exagération dans les comportements et propos de certains acteurs politiques ou de la société. C’est fort de tout cela qu’à moins de deux ans de la fin de deuxième et dernier mandat constitutionnel, le président de la République, aidé de son gouvernement, doit éviter de laisser transparaître dans son édifice, les fissures susceptibles de fonder ces critiques difficiles à tout pouvoir de consommer.

4 Commentaires

Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !