TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Succession de Djogbénou au gouvernement : Difficile choix pour Talon

Patrice-Talon

Le Chef de l’Etat doit nommer incessamment le successeur de Me Joseph Djogbénou désigné membre de la Cour  constitutionnelle, 5ème mandature. Mais visiblement, ce ne sera pas un choix aisé pour le locataire de la Marina.

Le portefeuille de la Justice ne restera pas inoccupé. Patrice Talon  doit  trouver le successeur de son Joseph Djogbénou. Si Talon a les prérogatives de nommer qui il veut, il lui sera tout de même difficile de découvrir une compétence très proche de lui, capable de faire le même job que l’Agrégé des facultés de droit. Ce choix relève pratiquement d’un casse-tête. En effet, si nul n’est indispensable comme le pensent certains, il est quand même compliqué de se séparer de certains collaborateurs avec qui on a pu cultiver la complicité. Et comme probables candidats à la succession de Joseph Djogbénou, la short list du président de la République pourrait avoir des noms comme Charles Badou, SévèrinQuenum, Armand Zinzindohoué ou encore l’ancien Bâtonnier Jacques Migan. Mais ils n’ont pas les mêmes chances devant le président Talon. Des facteurs pourraient favoriser certains et éliminer d’autres. Beaucoup voyaient Me Abraham Zinzindohoué à la Cour constitutionnelle. Mais Patrice Talon qui a dû avoir l’approbation de cet avocat, a porté son choix sur son épouse Me Cécile de Dravo.Pour certains observateurs, il est désormais très difficile pour le président de la Renaissance du Bénin (Rb) de reprendre les rênes du ministère de la Justice. Dans l’opinion, certains se demandent si Patrice Talon fera fi des critiques pour faire la promotion du couple dans la même période. Me Sévérin Quenuma, lui, peut-être quelques chances de succéder à son ami et confrère Joseph Djogbénou. Très effacé de la scène médiatique depuis l’élection de Patrice Talon, Me Quenum est considéré comme l’ «enfant marginalisé» de la Rupture au regard de la lutte qu’il a menée entre 2012 et 2016 pour que Patrice Talon prenne le pouvoir. Il part en tout cas favori pour le poste ministériel puisque le Chef de l’Etat avait déjoué les pronostics en évitant de le désigner à la Cour constitutionnelle pour remplacer SimpliceDato le sage démissionnaire. De son côté, Me Charles Badou très proche de Joseph Djogbénou pourrait, comme son confrère Quenum, bénéficier de la confiance du Chef de l’Etat. Ardent défenseur des réformes politiques de la Rupture, il fait partie du collège d’avocats qui défend l’Etat béninois actuellement en Tanzanie face à l’homme d’affaires, Sébastien Ajavon. Le dernier potentiel successeur de Djogbénou, mais pas des moindres est Me Jacques Migan. Même s’il est ces derniers jours moins actif dans les médias pour défendre la Rupture, l’ancien Bâtonnier ne cache pas sons soutien à Patrice Talon. Il était aux côtés du Parti du Renouveau démocratique (Prd) lors du meeting organisé par les Tchoco-tchoco pour remercier le gouvernement. Seulement, l’ancien avocat de Sébastien Ajavon qui n’était pas un soutien de première heure de Patrice Talon pourrait être écarté de la course, le poste de ministre de la Justice étant stratégique. Fin calculateur, Patrice Talon pourrait, face aux enjeux, se passer de ces compétences vivant au Bénin et aller dénicher l’oiseau rare à l’extérieur. Un choix bien risqué.      

Mike MAHOUNA             

Dernière modification lemercredi, 06 juin 2018 06:16
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !