TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Résurgence des marches de soutien : L’échec de la révision, l’alibi pour Talon

Patrice-Talon

Alors même que le chef de l’Etat a montré urbi et orbi son aversion aux marches de soutien et au culte de la personnalité, des pratiques qui ont eu cours sous le régime défunt, il n’est plus un secret pour personne que ces pratiques ont repris de plus belle sous la Rupture/Nouveau départ. Il n’est plus rare de voir, ces derniers semaines, des marches de soutien ou de reconnaissance pour louanger Patrice Talon avec en toile de fond ses photos. Ce que d’aucuns assimilent au populisme et au culte de la personnalité. A l’occasion de sa visite effectuée en milieu de semaine écoulée en Italie, précisément au Vatican, le président béninois a été interrogé sur cette résurgence des marches politiques. Si Patrice Talon n’a pas esquivé la question, il faut tout de même reconnaître qu’il n’a pas convaincu. L’argument avancé par le président de la République ne saurait justifier ce laisser-aller. Est-ce parce que le projet de révision constitutionnelle dans laquelle on aurait introduit un article interdisant la chose n’a pas prospéré qu’on doit subitement admettre la déification ? A défaut d’un arrêté préfectoral, un simple communiqué de la présidence suffit pour discipliner la troupe si effectivement on n’aime pas être considéré comme ‘’ un dieu’’. L’admettre, c’est exposer, ni plus ni moins, à la face du monde la hantise de l’échec de la révision de la loi fondamentale. Patrice Talon veut montrer à l’opinion nationale et internationale qu’il avait vu juste. Mais loin s’en faut. A-t-on réellement besoin d’inscrire dans une Constitution que les marches de soutien sont interdites avant que les citoyens n’obtempèrent ?

Worou BORO

Extrait de l’entretien du chef de l’Etat sur Radio Vatican

Radio Vatican : M. le président, quand vous êtes devenu président de la République vous avez dit que vous ne voulez pas de culte de personnalité, que par exemple on peut faire des manifestations pour vous contester mais pas pour vous louez…

Patrice Talon : Je reste dans la même dynamique. J’ai souhaité faire une révision constitutionnelle pour restaurer ce souhait que la rue ne soit pas instrumentalisée au profit du président, pour sa gloire et ses louanges. La réforme n’est pas passée mais je suis dans cette même dynamique que je n’aime pas, je ne souhaite pas et je trouve que ça n’apporte rien au développement que de soutenir un président à travers les médias, les paques publiques pour ses louanges. Mais, on ne peut pas empêcher les gens de se manifester, d’exprimer leurs sentiments surtout si aucun texte n’interdit.

Mais justement ces derniers temps il y a des manifestations de soutien. Ça vous dérange ? (excusez le terme déranger)  

Je peux vous l’avouer. J’aurais bien voulu que ça ne soit pas le cas. Et c’est pour ça que j’ai souhaité que cela soit réglementé ou interdit carrément, de sorte que quand on a envie de le faire qu’on ne puisse pas le faire. Mais rien ne l’interdisant, vous comprenez combien il m’est difficile de faire le tour des amis, des partisans, de ceux qui se reconnaissent en moi, ceux qui approuvent mon action de leur interdire, chacun, de se manifester. Je laisse faire parce que rien ne l’interdit désormais.  

Transcription : W.B

Dernière modification lemercredi, 23 mai 2018 06:12
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !