TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Malida Dovonon sur « Président d’un jour » : «Il faut finir avec l’impunité»

Malida-Dovonon

Elève en classe de Terminale D1 au  Ceg Bio-Guera, Malida Dovonon  est l’invitée de ce jour pour la rubrique «Président d’un jour». Dans la peau du premier magistrat de ce pays, cette dernière a dévoilé ses ambitions, sa vision.

Matin Libre : le Benin aujourd’hui se porte-t-il bien ?

Malida Dovonon : Beh ! Avec les changements que j’y opère, je crois que le Bénin ira mieux.

Nous allons entrer dans le vif du sujet avec le volet éducation. Madame la présidente, quel  est votre constat dans ce domaine ?

Vraiment, merci d’abord pour cette question, concernant le domaine  de l’éducation, je dirai que ça va très mal et pour ne pas dire donc grande, je vous donnerai tout simplement l’exemple de l’éducation sportive, pourquoi j’ai plusieurs rapports dans ce domaine, certains professeurs se plaignent pour le fait que le degré  de valeur du sport diminue  au B.E.P.C et au B.A.C, car chaque année le taux de réussite  des candidats n’a jamais changé, ça a été toujours dans l’intervalle de 30 à 40% contrairement aux autres pays. Et cela est dû au fait que les candidats composent les épreuves écrites avant les épreuves orales dont faire partie le sport, or dans les autres pays comme le Niger, ce n’est pas le cas.C’est le sport avant toutes les épreuves écrites.

Mais puisque vous êtes là aujourd’hui, que comptiez-vous faire ?

J’aimerais donc avec l’aide de tous, sensibiliser nos professeurs à lutter  pour introduire cette réforme  sur le plan de l’éducation  car cela pourrait réellement  améliorer  notre taux de réussite  et nous permettre de marquer  une différence par rapport  aux années passées car grand nombre sont nos candidats  qui échouent juste à cause d’une petite moyenne et donc avec cette réforme  cela pourrait les avantager et finalement les encourager à s’adonner à cette pratique. Ne vous inquiétez  pas, tout ira bien, j’ai juste pris cet exemple pour vous montrer  que c’est par là que je vais commencer.

Le manque d’emploi des jeunes, parlons-en madame la présidente!

Voilà encore un gros problème, le manque d’emploi des jeunes.Ne vous en faites  pas, comme vous le savez, je suis là  aujourd’hui pour opérer des changements et donner un nouveau visage au Bénin parce que  c’est un pays vraiment sous-développé, alors qu’il dispose de plusieurs potentialités. Donc  tous ensemble, nous allons faire développer assez de secteurs d’activités afin que des jeunes puissent s’inscrire dans ces différents domaines, commencer à y travailler et gagner assez d’argent.

Mme la présidente nous allons évoluer dans nos échanges pour aborder le secteur énergétique. Nous avions pensé que le spectre du délestage en matière d’énergie électrique est enterré au Bénin malheureusement, de plus en plus il est de retour. Vous n’aviez donc pas eu la bonne formule ?

Si !  J’ai la bonne formule. C’est vrai, cela était corrigé et est censé ne plus être de retour. Je veux parler des coupures intempestives et autres. C’est juste que des reformes sont en train d’être opérées également dans ce domaine pour maintenir la stabilité du courant électrique. Je vais donc demander aux agents de la Sbee que pour des perturbations qu’ils fassent l’effort  de passer l’information à la population concernée à travers les presses.

Quelles sont vos ambitions pour le secteur de la santé ? Avec le régime précèdent nous avons assisté à la gratuité de la césarienne et au Régime d’assurance maladie universelle (Ramu). Qu’est-ce qu’on aura de vous ?
 

Je suis tout à faire d’accord pour la gratuité de la césarienne et du Régime d’assurance universelle. Il faut plutôt faire diligence pour que les subventions parviennent au plutôt aux hôpitaux. Il faut aussi revoir à la hausse la rémunération des agents de la santé pour que ces derniers ne se plaignent plus et ne prennent  plus d’argent chez ces femmes concernées.

Le Ravip, vous vous êtes inscrite déjà ? Que corrigera t-il ?

Quand même ! C’est la moindre des choses, et en tant que présidente je dois donner un bon exemple et une bonne image au pays. J’ai initié cela pour aider ceux-là qui n’ont pas eu la chance de faire leur carte d’identité nationale, sinon ! Tout le peuple Béninois profite bien de cette carte Ravip.

Pourquoi tant de Dg en prison, est-ce une manière pour lutter contre la corruption ?

Justement, c’est pour lutter contre la corruption et  mettre en garde tous les autres fonctionnaires de l’Etat qui pensaient aller sur ce terrain. Il faut finir avec l’impunité. S’il y a malversation financière quelque part, il faut que les concernés répondent de leurs actes devant la justice.

Votre mot de fin ?

Merci infiniment pour cette interview, je suis très contente car les gens  au moins auront une idée de mavision pour mon pays et de mes réflexions dans certains domaines. Je ferai le meilleur de moi-même pour impulser un nouveau souffle au pays et relever le défi  de développement pour peu qu’une bonne gouvernance accompagne les actions dans ce sens.

Propos recueillis par Kola PAQUI

Dernière modification levendredi, 04 mai 2018 05:52
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !