TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Couverture linkedln

A+ A A-

La loupe : Après deux ans, Patrice Talon est-il fier ? Lui-même est très malin

Patrice Talon

Il n’osera publiquement pas faire  un bilan. Il intimera l’ordre à ses ministres  de ne pas faire formellement un bilan. A cette veille du 06 Avril, on tournera autour du pot comme cela se laisse constater déjà sur l’Ortb,  avec les émissions Le Bénin en Chantier. Émissions consacrées essentiellement aux activités à venir, aux projections, aux maquettes, aux projets en vue. Aux rêves,  aux études en cours, aux études finies, aux études finissant. A mettre sous la dent, pas grande chose de concret. Non pas que rien ne se fait,  mais rien de notable, en dehors des réformes engagées pour le bien des affaires des barons du régime surtout.

Pourtant, l’année deux mille dix-huit a été annoncée par les rupturiens et le chef de l’État en personne comme étant l’année de la concrétisation, l’année du social. Le mois de Mars est terminé et donc le premier trimestre de l’année deux mille dix-huit a tiré sa révérence. Patrice Talon qui disait timidement certes, lors de son adresse à la nation, que les travaux d’asphaltage, ce projet phare du Programme d’Action du Gouvernement, allait démarrer au cours de ce trimestre avait-il fait économie de vérité?  Certainement pas. Mais est ce que son gouvernement est confronté aux dures réalités de la mobilisation de fonds en tant de crise sociopolitique aiguë? Oui.

On appelle cela les dures réalités de l’exercice du pouvoir d’État, qui n’a rien à voir avec la gestion des affaires du groupe Talon. La gestion d’une et même de plusieurs entreprises n’est pas comparable à la gestion d’un pays. Le fossé est bien grand. Pour gérer un pays de dix millions de personnes, il faut malgré son intelligence,  malgré son parcours, malgré son savoir-faire en entreprise, faire profil bas. Ne pas être trop tendu, faire preuve de souplesse dans la gestion des hommes de l’administration qui est effectivement un peu pourrie, mais qui ne doivent pas être traités comme des employés de Bénin Control ou du Novotel Orisha que l’on le veuille ou pas.

Le régime de la rupture est un régime ambitieux, un régime rigoureux, un régime méthodique, un régime moderne, qui peut mettre le Bénin sur la route de la prospérité,  mais il lui reste d’être un régime humble,  un régime un peu plus souple, un régime à l’écoute de son peuple, un régime détendu, un régime un peu plus social, et sociable.

Ce régime doit cesser de se prendre pour un groupe extraterrestre qui sait tout, et qui est plus fort que tous. A force  de fonctionner ainsi, on finit par passer à côté de son rêve.

Souhaitons vivement que la rupture ne passe pas à côté de son rêve.

Dine ABDOU  

Dernière modification lejeudi, 05 avril 2018 05:13
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !