TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Couverture linkedln

A+ A A-

Politique dans le Plateau d’Abomey : Comment Talon veut avoir le contrôle

Patrice-Talon

Citadelle imprenable de la Renaissance du Bénin pendant longtemps, le département du Zou, en particulier le Plateau d’Abomey a témoigné cette fidélité, quoiqu’effritée, aux Soglo lors de la présidentielle dernière. Patrice Talon, le choix de l’ancien couple présidentiel a été élu chef de l’Etat à un score fleuve dans cette partie du pays.

Même si la Rb et les Soglo  n’avaient plus pour autant le contrôle de leurs fiefs traditionnels, il n’en demeure pas  moins qu’à l’avènement de la Rupture portée par Patrice Talon, les choses se sont aggravées. Le parti qui résistait vaille que vaille aux intempéries politiques avec les quelques cadres restants, a fini par craquer. Au nombre des têtes de pont rebelles, plusieurs fils du Plateau d’Abomey qui ont fait l’option de soutenir les actions de Patrice Talon avec le bout de la Rb dans leurs mains. De l’autre côté, la famille Soglo, Papa, maman et fils, en disgrâce avec celui qu’ils ont œuvré à amener au Pouvoir. Le contentieux reste pendant devant la Justice, mais depuis lors, c’est une guerre à peine voilée entre le chef de l’Etat et le couple Rosine etn Nicéphore Soglo. Blessé dans son propre amour par le traitement qui a été réservé à l’ex première dame et à son fils Léhady délogé de la mairie de Cotonou pour l’exil, Nicéphore Soglo a multiplié ses descentes du côté d’Abomey où quelques mois plus tôt, il vendait encore cher son candidat, Patrice Talon. La suite, selon des indiscrétions, le chantre de la Rupture ou du Nouveau départ est en chute libre dans les sondages de ce côté-là. Difficile de convaincre la population sur la gouvernance Talon à Abomey et environs. Ayant certainement pris conscience du feed-back pas reluisant, le président Talon n’entend pas se laisser faire. Lui qui n’était pas trop connu dans le Plateau d’Abomey avant 2016, y multiplie maintenant ses descentes. Au risque de se tromper, il s’y est rendu plus qu’à Ouidah, son origine première. Il en est de même de certains de ses ministres et collaborateurs qui, subitement, se sont rappelé leur origine après leur promotion. Presque chaque week-end, ils vont communier là-bas avec leurs frères et sœurs. Les enjeux électoraux comptant pour beaucoup.

Le forcing pour s’imposer

La mayonnaise Talon peine à prendre dans la zou. Ses lieutenants convainquent difficilement la base, selon nos sources. On peut tout dire, Nicéphore Soglo n’est pas encore fini dans le Plateau d’Abomey. Mieux, les 10 ans de Yayi Boni restent de bons souvenirs pour beaucoup. Patrice Talon sait que les législatives arrivent à grandes enjambées. Il faut donc huiler la machine pour renverser la tendance. Ce n’est pas la stratégie qui manque. Patrice Talon, ancien faiseur de rois, a certainement plus d’un tour dans son sac. Il pousse aussi les pions pour pouvoir saisir le bon bout. Pour certains observateurs, les différentes décisions prises ces temps-ci au profit du Plateau d’Abomey ne sont pas anodines. Le gouvernement a annoncé pour bientôt, la mise en œuvre des projets de construction des musées d’Abomey et bien d’autres villes sans oublier la réalisation de grands projets notamment le développement d’équipements culturels et touristiques des localités d’Abomey et autres pour valoriser le tourisme au Bénin. La cerise sur le gâteau, c’est le lancement à grande pompe de plusieurs infrastructures routières qui vont désenclaver les communes du Plateau d’Abomey. Il s’agit des travaux d’aménagement et de bitumage des routes Toffo-Lalo (28,44 km), Lalo-Agbangnizoun (20,12 km), Agbangnizoun-Abomey (12,37 km), Abomey-Djidja (23 km) et autres bretelles connexes (23,60 km). Outre ces principaux tronçons, ces travaux qui dureront trente-six mois, comportent la construction d’un pont de 60 mètres de portée entre Toffo et Lalo, des bretelles Agnagna-Rnie2, de la voie Cana-Abomey (9,90 km); Abomey-Mougnon (6,5km) et des bretelles Mougnon-Ceg2 Zakpo (8,20km), Ceg2-
Marché Bohicon (2,30km) et Actel Bohicon (0,80km) et Mougnon-Djidja (16,50 km), lancés le mardi 20 mars 2018 par une forte délégation ministérielle et des cadres de la localité. Ces chantiers, d’un coût global de plus 98,365 milliards F Cfa, sur financement du budget national avec un préfinancement direct de l’entreprise adjudicataire, viennent s’ajouter à ceux en cours de réalisation comme la route de Banamè. Ce sont de vieux projets, a-t-on dit, dépoussiérés par Patrice Talon pour soulager les peines des populations du Plateau d’Abomey. Peut-être, sa façon de montrer à ses « parents » d’Abomey et environs qu’il a réussi ce que ses prédécesseurs, même Nicéphore Soglo fils du Plateau d’Abomey n’a pu leur offrir quand il était dans la même position. En politique, ces petits points comptent. Sans doute que Patrice Talon va passer à la vitesse de croisière avant les prochaines joutes électorales pour faire graver son nom dans les cœurs des populations du Zou. En politique, rien n’est à minimiser.

Worou BORO

Dernière modification levendredi, 30 mars 2018 05:16
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !