TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Tension sociale, lynchage médiatique contre Yayi et autre répression : Les Fcbe rétorquent

Atchade-Nourenou

Le porte-parole du parti des  Forces cauris pour un Bénin émergent  (Fcbe), le député Nouréni Atchadé était face à la presse hier, mardi 13 mars 2018. Au menu de sa déclaration, la tension sociale au Bénin, le lynchage médiatique contre le l’ancien Chef d’Etat,  Yayi Boni, la répression de la dernière marche du Front pour le sursaut patriotique(Fsp) et les attaques terroristes au Burkina-Faso. La rencontre avec les professionnels des médias s’est tenue au siège du parti à Gbèdjromèdé, Cotonou.

Le porte-parole des Fcbe Nouréni Atchadé a d’entrée condamné l’apathie du gouvernement face à la tension sociale grandissante qui secoue le pays. A l’en croire, depuis plusieurs mois, l’essentiel de l’administration béninoise, la justice, la santé, l’éducation, observe des mouvements de grève. Une tension causée par le vote de lois « scélérates », fin décembre 2017, pour le retrait du droit de grève à certaines catégories professionnelles, la gestion opaque du patrimoine national, la prise de mesures particulières en faveur des entreprises du clan du Chef de l’Etat et des membres de son gouvernement, la vassalisation des institutions,  l’anesthésie des forces sociales, la paralysie la société civile et la volonté de soumission des partis politiques. Il dénonce à cet effet, les solutions inappropriées du gouvernement, faites de défalcations ainsi que de menaces de radiation proférées, qui, loin d’apporter du dégel, ne font qu’endurcir les positions des travailleurs. Ainsi, appelant toutes les parties impliquées  à faire prévaloir l’intérêt supérieur de la nation,  les Fcbe exhortent le gouvernement ainsi que toutes les composantes du corps social à jouer leur partition.
 
Yayi Boni objet de lynchage médiatique

Selon les propos de l’orateur, depuis le congrès de Parakou, février 2018, sa visite de courtoisie le 25 février à la famille royale de Kétou éplorée  et en l’occurrence la virée improvisée à son domicile le 06 mars 2018, des enseignants lors de leur marche de protestation contre le régime Talon , Yayi Boni s’est retrouvé dans le collimateur des hommes du pouvoir, l’accusant d’être l’instigateur des tensions et d’avoir par ailleurs posé des mines à son successeur. « Comment se pourrait-il que l’ancien Chef de l’Etat qui travaillait à faire élire son propre dauphin et y croyait, pose des mines à un successeur qui aurait bien pu venir de son propre camp ? », s’est-il interrogé. Ainsi tout en s’indignant contre cette attitude, il appelle le Chef de l’Etat à discipliner sa troupe contre ces inacceptables médisances.

La répression de la marche pacifique, du Front du sursaut patriotique (Fsp) contre les déviances du régime, par l’usage disproportionné de la force sur instructions et en présence du préfet du Littoral était également à l’ordre du jour. Les Fcbe protestent contre cette entorse à la liberté de manifestation et  condamnent le zèle du préfet.  Ils  expriment pour finir, leur émotion face à l’acte terroriste qui a frappé le Burkina Faso, vendredi 02 mars 2018 et adressent leurs condoléances au peuple Burkinabé, à ses représentants et à son président.

Thomas AZANMASSO

Dernière modification lejeudi, 15 mars 2018 04:42
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !