TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Pris dans l’engrenage de deux ans de gouvernance solitaire : Talon obligé d’ouvrir les portes du Palais

Patrice-Talon

La Rupture a tôt fait de déclencher le ‘’intifada’’ contre le régime de l’ancien président Yayi Boni en optant, au départ, pour une démarcation nette d’avec sa gouvernance jugée à tort de populiste, pourrait-on dire. Le constat est qu’aujourd’hui, Patrice Talon se voit obligé de recevoir les corps constitués de la République, l’un après l’autre, ainsi que des populations de certaines localités pour mieux leur expliquer ses réformes qui suscitent assez de remous dans l’opinion.

Le chantre du Nouveau départ rompt d’avec sa gouvernance solitaire et range définitivement au placard la ‘’normo communication’’. Après deux ans de pouvoir, Patrice Talon s’est sans doute rendu compte que la Rupture a tôt fait de clouer au pilori la méthode ou l’approche Yayi de la gouvernance au sommet de l’Etat. Depuis quelques jours, la Haute école Yayi (allusion à son prédécesseur), est en marche au Palais de la République. En effet, après son bain de foule sur le chantier de protection de la côte Est du Littoral, ses séances qu’il a eues avec le clergé catholique, les protestants méthodistes, les évangéliques, les acquéreurs de parcelle de Glodjigbé côté nouvel aéroport, les Imams de la communauté islamique, le président de la République a poursuivi avec les femmes du marché Dantokpa et des marchés secondaires de Cotonou avant de prendre une pause. Agenda présidentiel oblige, il s’est envolé dans la journée du dimanche sur Paris. Certainement que de retour, il va renouer avec ses rencontres au Palais de la République. Devant ses hôtes, Patrice Talon a reconnu qu’il a péché en faisant cette option suicidaire de rompre radicalement d’avec ce qui se faisait ces dix dernières années. Il a même pris l’engagement qu’il ne commettra plus ce genre d’erreur. Il fera de la concertation avant toute décision allant dans le sens de l’intérêt général. C’est dire donc que la salle du peuple du palais de la République, retrouve de mieux en mieux ses « attributs ». Les portes de cette salle qui a dormi pendant deux ans, sont désormais grandement ouvertes au peuple. Du populisme ou de la gouvernance participative, cela se saura dans les semaines ou mois à venir avec les décisions qui seront prises et la façon dont certains dossiers de la République seront conduits par Patrice Talon et son gouvernement. Le moins qu’on puisse dire pour l’heure est qu’il semble que le ‘’Compétiteur né’’a tiré les enseignements de sa gouvernance très décriée et ses choix incompris qui se sont soldés par les grèves dans des secteurs sensibles de l’administration publique tels que la santé, l’éducation, la justice…

Worou BORO

Dernière modification lemercredi, 07 mars 2018 04:32
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !