TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

La Loupe : Fin de mandat

Patrice Talon

Patrice Talon est,  ou presque à la fin de son mandat Les politiciens béninois avaient commencé par dire, parce que n’ayant pas amorcé l’exécution de ses projets phares, le chef de l’Etat ne peut plus rien faire de grand et de consistant. Il était difficile d’y croire. Ces propos avaient été versés dans la poubelle par ceux qui croient fermement à la Rupture.

Aujourd’hui il existe des raisons de pencher pour cette mauvaise thèse même si c’est à contre cœur. La boîte de pandore qui a été ouverte mardi dernier par la justice avec des procédures jugées bancales par certains juristes, est la maladie incurable qui envahira le régime de la Rupture durant le reste de son quinquennat.

Le bloc de la majorité présidentielle risque d’exploser du fait de la levée d’immunité demandée officiellement par la justice et ou par le gouvernement. La précaire cohésion des amis et partisans autour du chef prendra un coup fatal.

Les informations glanées ces dernières heures ne sont pas totalement favorables à une levée facile d’immunité. La fronde risque de naître de l’intérieur,  sous des prétextes fallacieux. Elle s’ajoutera aux grèves interminables, à la levée de bouclier de la société civile qui  menace de sortir la grande batterie de dénonciation des actes attentatoires contre le respect des institutions, notamment la décision de la Cour Constitutionnelle qui exige du Parlement la désignation des membres du Cos- Lépi ; au débrayage des étudiants,  et surtout à la conjoncture sociale qui devient de plus en plus insoutenable.

Un gouvernement qui se trouve dans l’obligation de faire face à tout ça n’a plus la sérénité convenable qu’il faut pour conduire à terme les grands projets.

C’est  en début de mandat que le cap devrait être rigoureusement mis sur les réformes et la lutte contre l’impunité qui aurait reçu les coudées franches de la majorité des béninois. A cette époque l’euphorie et la fièvre auraient pu favoriser les choses.

Aujourd’hui il va falloir suivre la justice pour vérifier si elle ne déborde pas. Il va falloir résister aux offensives de l’opposition et des mis en cause dans plusieurs dossiers de malversations des présumés coupables. Il va falloir surveiller Sébastien Ajavon comme du lait sur le feu, lui qui promet se battre avec énergie et fougue pour se défendre de sa supposée affaire de plus de cent cinquante-six milliards. Et Dieu seul qu’il est capable de beaucoup de choses.

Sans compter que Boni Yayi vient d’engager un bras de fer politique indirectement avec Patrice Talon, et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Ça aussi est à gérer. Quel temps restera-t-il pour bâtir?

Quel temps restera pour achever les travaux d’asphaltage,de Glodjigbé, du contournement de Cotonou Nord.......?

Nous sommes heureusement ou malheureusement dans la phase de la critique de la politique.

Dine ABDOU

Dernière modification levendredi, 23 février 2018 05:02
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !