TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Refus de donner suite aux revendications à incidence financière : A quoi servent alors les nouvelles taxes créées depuis 2016 ?

Patrice-Talon

La situation économique actuelle du Bénin ne favoriserait pas une augmentation des salaires, le relèvement du Smig fixé depuis de longues années à 40 000Fcfa ou encore l’application des statuts particuliers des enseignants. En tout cas, c’est le message servi mardi dernier par le Chef de l’Etat, Patrice Talon aux secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales. Et pourtant, de nouvelles taxes ont été imposées et on évoque une forte augmentation des recettes de l’Etat…

Les recettes de l’Etat auraient connu une forte augmentation de 21% en 2017 pendant que le Produit national brut (Pnb) a atteint une croissance économique de 6% avec une projection de 8,4% envisagée pour 2018. De même, les exportations auraient augmenté de 16%. Ce sont des chiffres évoqués par l’associé du Cabinet Arconseil, Rizwan Haider dans un entretien accordé à un journal de la place et qui, selon lui, relèvent du dernier rapport du Fonds monétaire international (Fmi). Selon ses propos rapportés par le quotidien en question, le Fmi a été sollicité par le gouvernement actuel pour mettre en place un nouveau programme de financement appelé FCE (Facilité du crédit étendue) d’environ 158 millions de dollars pour aider le Bénin à faire face aux difficultés liées à la dégradation de la situation économique chez le grand voisin du Nigéria. Il s’agit, à l’en croire, d’une facilité de financement décaissable sur trois ans. Si ces informationsconfirment bien la bonne santé économique des caisses de l’Etat, une question mérite d’être posée. A quoi joue alors le gouvernement en refusant d’accéder aux revendications des partenaires sociaux pour désamorcer la crise sociale qui s’enracine de plus en plus au Bénin depuis peu ? En effet, mardi 06 février 2018, au Palais de la République, le Président Patrice Talon a simplement refusé de mener des discussions approfondies autour des questions à incidence financière notamment l’augmentation des salaires, le relèvement du Smig, l’application des statuts particuliers et autres. La raison évoquée est que la situation économique actuelle n’est pas favorable et les grandes réalisations en cours dans le pays nécessitent de financements colossaux. Une raison jugée très tôt de fallacieuse par les travailleurs car pour ces derniers, si la situation économique a permis d’augmenter les salaires des préfets, ministres et autres collaborateurs, elle devrait permettre aussi de solutionner les préoccupations d’ordre économique des partenaires sociaux. Voilà qui vient donc pourrir davantage l’ambiance entre travailleurs et gouvernement et remettre le doute sur la volonté du Chef de l’Etat d’œuvrer à sortir de la précarité, les vrais acteurs de la production de la richesse. L’autre question qu’il convient de se poser est de savoir à quoi ont servi jusque-là les nouvelles taxes créées depuis 2016 et qui asphyxient les pauvres populations en ces périodes de morosité économique ? Par quelle alchimie veut-on alors faire croire aux travailleurs que les recettes n’augmentent pas ? On évoque les critères de convergence dans l’Uemoa pour justifier la stagnation du Smig et des contraintes économiques pour légitimer un refus d’augmentation de salaires et d’application des statuts particuliers des enseignants. La confusion s’installe et le corollaire immédiat, c’est que les grèves se poursuivent dans plusieurs secteurs. Pendant que le gouvernement n’entend pas reculer, les travailleurs en grève refusent également de démordre ! Difficile de connaitre l’issue de cette crise que l’Etat, selon les syndicalistes, refuse délibérément de solutionner. Le pire reste à craindre…

Aziz BADAROU

Dernière modification lemercredi, 14 février 2018 05:48
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !