TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bluediamond-TV

A+ A A-

2e congrès ordinaire des Fcbe : Le Plp célèbre le requiem du régime de la rupture

politique

Le Parti pour la libération du peuple (Plp) a marqué sa présence au 2ème congrès ordinaire  des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), tenu du samedi 10 au dimanche 11 février 2018 à Parakou. Dans un discours présenté par le Secrétaire Général, Cécil Ahouélété Adjévi, le Président du Plp, Léonce Houngbadji,  a dressé un sévère réquisitoire contre la gouvernance du Chef de l’Etat Patrice Talon et appelle le peuple à l’action.

Dans ses propos, le porte-parole du Plp Cécil Ahouélété Adjévi, agissant au nom du président Léonce Houngbadji, s’est félicité de du nouvel engagement qu’apporte le congrès des Fcbe à la politique  béninoise. Selon le Plp, le Bénin, pays de gloire et de rayonnement est en proie aujourd’hui à toute sorte d'épreuves, de crises, de menaces, de nuages noirs, qui laissent le  pays exsangue physiquement et blessé moralement. A en croire l’orateur, depuis avril 2016, la démocratie béninoise est traquée et sa tête mise à prix sous le regard impuissant d’un peuple toujours digne, même dans la souffrance. Léone Houngbadji et les siens s’engagent donc à la défendre contre vents et marées « Les brutes du régime … ignorent qu’il se trouvera toujours des âmes républicaines comme nous pour la défendre », rassurera-t-il.

21 mois de « gestion hasardeuse »

 Léonce Houngbadji peint un tableau très sombre des 21 mois de gouvernance de Patrice Talon. Une gouvernance qualifiée de « hasardeuse, mafieuse, ruineuse, prédatrice, affairiste, népotiste, affameuse, insolente et autocratique » et où le président Patrice Talon s’est souvent montré prompt à la violation de la Constitution. « Il est le chef d’État qui aura le plus violé la Constitution du 11 décembre 1990 », affirme-t-il. Le Plp dénonce par la même occasion, le sentiment de profonde inquiétude qui s’est installé dans le cœur et l’esprit des Béninois, du fait « du désordre, de l’arrogance, du mépris vis-à-vis des citoyens et la confusion » qui se développent avec la proclamation officielle du pouvoir de la «ruse» et de la «rage». Une société où le bouclier fiscal est décidé pour exonérer les amis et proches partenaires au détriment de la classe moyenne. L’orateur fustige par ailleurs le recours excessif de l’Etat aux emprunts obligataires, ce qui creuse de déficit et entraine des dettes ; les scandales qui secouent l’actualité, la vassalisation des institutions de la République, des coups de boutoirs contre la justice, avec le mépris pour le secret de l’instruction et la présomption d’innocence faisant progressivement place à la présomption de culpabilité, de sorte qu’un simple rapport d’audit, indépendamment de toute procédure contradictoire, peut faire de n’importe quel indésirable du régime, un dangereux criminel livré à la vindicte populaire parfois avec le soutien des comptes rendus de conseils des ministres.  Le régime Talon et son gouvernement flottant ont échoué, a clamé Cécil Adjévi. Il invite donc le peuple meurtri à l’action et au combat contre l’injustice et l’arbitraire. Il a pour finir ses propos, exhorté les Fcbe à la cohésion pour former ensemble, une équipe dense, solide, dont la finalité est l’action commune pour la mise en place d’une politique aux antipodes des vieux clivages, en vue  d’arracher le Bénin des mains des « pilleurs, affameurs, prédateurs et assassins de la démocratie »

Thomas AZANMASSO

Dernière modification lemardi, 13 février 2018 04:07
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !