TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

La loupe : La gouvernance par l’exemple

Patrice-Talon

Les salaires des nouvelles autorités du pays ont vertigineusement grimpé. On en sait désormais un peu plus. En réalité le problème est loin d’être les montants. Il n’y a rien d’extraordinaire pour moi par exemple qui ai une toute autre idée de la fonction présidentielle et des autres fonctionnaires.

Ce qui est déplorable et qui fait  que ça fait beaucoup de vacarmes et provoque les frustrations, c’est le timing. Les circonstances. Le contexte,  la période. On ne peut pas demander à un peuple de serrer les ceintures et en même temps brandir presque insolemment des revenus de la taille de ce qui se lit partout sur la toile et en dehors.

Cela s’appelle le dédain pour son peuple. Le mépris frontal .De toutes les manières, l’information circule déjà dans les marchés de Saint Michel et de Tokpa.

A une période où la fronde sociale est au zénith et les travailleurs soupçonnent les gouvernants d’avoir des relations non catholiques avec les deniers publics. Evidemment nous sommes dans un pays où le Chef de l’État, quelques mois après son élection, n’a rien trouvé que de s’acheter le domaine de l’Etat tout en  faisant  valider l’opération par la Cour constitutionnelle. L’esprit qui a posé un tel acte ne peut pas comprendre que les salaires dont il s’agit sont exorbitants pour un pays dont les populations sont dans un état d’anxiété élevé.

Voilà que le gouvernement et les syndicats sont en pleine négociation, négociations que les observateurs prévoient comme une opération houleuse et sulfureuse dont l’issue peut être incertaine.

Il est à espérer que tout au moins les revendications des travailleurs seront prises en compte avec humanisme sans regret ni pincement au cœur. Au lendemain de la clôture des négociations, les béninois pourraient être surpris agréablement d’apprendre que plusieurs dizaines de milliards leur seront accordés même si c’est pour joindre les deux bouts.

Il y a donc de l’argent dans ce pays. En moins de deux ans, malgré l’austérité, le gouvernement est parvenu à dégager pour le soin de ses collaborateurs tant d’argent. On n’aura plus l’argumentaire éternel qui consiste à dire que les caisses de l’Etat sont vides et que le peuple ne travaille pas assez.

Il a tellement travaillé qu’en moins de deux ans certains se retrouvent subitement et vertigineusement au frais. Il faut faire diligence. Augmenter le salaire des  travailleurs afin qu’ils aillent mieux, eux et le pays entier.

C’est une suggestion,  c’est même une supplication.

Le monde vous regarde

Dîne ABOU

Dernière modification levendredi, 02 février 2018 04:26
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !