Logo
Imprimer cette page

La Loupe : Le clergé aussi est de l’opposition ?

скачать шаблоны joomla 3.5
каталог музыкальных инструментов

la-loupe

Marche de colère pour la libération ou l’ouverture du procès du célèbre syndicaliste Laurent Mètongnon. Relance des débrayages dans le secteur de l’éducation. Les travailleurs de la justice étaient en sit-in hier à Porto-Novo. Une nouvelle vague de protestations s’ouvre donc pour les politiciens ‘’banaliseurs’’. Chaque jour que Dieu fait le climat social se dégrade et les mécontentements s’amplifient. On arrache aux populations de Glo-Djigbé ce qu’ils ont de plus cher au monde et on leur jette à la figure trente -sept mille francs. Quand elles protestent, on les matraque et on les poursuit. On a déguerpi les bonnes et pauvres dames, depuis deux ans sans pouvoir les recaser. On leur construit des marchés modernes depuis, cependant elles attendent toujours. Les fonctionnaires de la Sonapra, de Libercom, de Global Com, de Aic et autres sont plus ou moins en l’air. Le commerce est perdu, le job est perdu, l’emploi est perdu, les rêves sont brisés,  et la lueur d’espoir se fait rare. Les travailleurs du Port autonome de Cotonou  s’ennuient et se désespèrent à l’idée que l’avenir est sombre et l’emploi obtenu de longue date va se perdre.

Si on n’arrive pas à faire un agencement entre ces faits, et les mouvements de débrayage et de protestations pour savoir que la crise est profonde, qu’elle n’est pas qu’administrative, qu’elle n’est pas que politique,  qu’elle n’est pas animée que par l’élite, alors on est encore très loin du compte.

Les dirigeants, une fois au pouvoir, du haut de leur piédestal, ne parviennent pas à cerner de telles situations. Les courtisans et leur égoïsme leur bouclent la tête,  le cœur, l’esprit et la vision. Ils prennent tout ce qui leur arrive comme étant des coups de l’opposition,  la haine, la jalousie, la calomnie, les montages, les faux coups et l’hypocrisie. Il n’y a que les structures de contre-pouvoir et de veille citoyenne, pour le leur rappeler et attirer leur attention. En attendant que tout tombe,  en attendant que le dernier mur ne fléchisse, en attendant que les redressements fiscaux asphyxient définitivement,  en attendant que la terreur et le trafic d’influence aient raison de tous, en attendant que tout s’écroule,  il restera une barrière pour dire attention, ça va mal, de mal en pis, de pis en pire.

Le gouvernement de Patrice Talon doit cesser de regarder ce ‘qui arrive en ce moment comme un épiphénomène. Le Benin est en crise. Crise de confiance,  crise institutionnelle, crise politique, crise sociale, crise spirituelle, crise intellectuelle et morale.

Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui font semblant de ne pas le savoir, quand le clergé monte au créneau au Bénin,  c’est qu’il y a crise. C’est un baromètre crédible et qui mérite d’être considéré. La récente lettre épiscopale n’est pas rédigée par l’opposition,  ni les syndicats encore moins les anti-Talon. Il faut absolument en tenir compte pour ne pas conduire le pays vers le gouffre, ce gouffre qui n’engloutit pas tout le monde, ce gouffre qui n’engloutit que le bas peuple.


Dîne ABOU

Dernière modification lemercredi, 31 janvier 2018 05:06
перчатки для бодибилдинга
игры для android бесплатно

Éléments similaires (par tag)

Matin Libre 2014. All rights reserved.