TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bluediamond-TV

A+ A A-

La Loupe : Après combien d’échecs Talon va s’arrêter ?

patrice  talon

L’on se demande si en toute quiétude et à tête reposée le Chef de l’État qui n’aime pas du tout les échecs compte sérieusement le nombre de fois que Joseph Djogbénou lui fait mordre le sable.

Le pouvoir de la Rupture qui n’a pas encore fait deux ans, a le devoir pour sa dignité et son honneur de se pencher sur cette question qui commence par faire trop.

Qu’est-ce qui empêche que l’on mobilise plus d’énergie, plus de temps et de vigueur dans la méthode et l’approche participative?

Après la cinglante débâcle de la révision constitutionnelle,  d’autres auraient changé de fusil d’épaules, et corriger le tir. Maintenant c’est la loi sur le retrait du droit de grève, qui reçoit le même désaveu sans compter les nombreuses autres. Par exemple la loi sur les collaborateurs externes.

Quelle gloire tire-t-on des échecs répétés?

On a déjà échoué au plan social, en moins de deux ans. On a échoué au plan de la rétribution des avantages du pouvoir tels que les marchés publics. Voilà pour Glo-Djigbé qui s’annonce sans qu’on ne sache où mettre la tête. La perte de milliers d’emplois sans la possibilité de les remplacer. La morosité économique,  la perte de petits emplois et jobs, de petit et du commerce moyens, du fait du déguerpissement. On attend de connaître intégralement le nombre de centaines d’emplois qui vont s’évaporer.

Est-il opportun qu’à tout cela s’ajoutent les remontrances  répétées de la Cour Constitutionnelle? Où allons-nous?

Quelle est alors la différence entre la Rupture et le Changement?

Où se trouvent l’espoir et le changement radical tant prônés? Les bonnes performances et les grands chantiers sont encore théoriques, et ne peuvent pas être touchés du doigt.

Voilà ce que nous avons sous la dent et qui donne la fierté aux hommes de la rupture.

Il est temps, que le ministre de la justice,  Garde des sceaux, le maître, le professeur Joseph Djogbénou se remettre en cause véritablement. Il ne sert à rien de continuer à croire que ce sont les jaloux et  les aigris qui sont contre l’un ou l’autre. Si tel est le cas, à cette allure,  les béninois finiront par donner raison aux détracteurs. Tout le monde ne peut pas vous faire des reproches, tout le temps, et sur tous les sujets, et vous allez passer votre temps, à vous trouver toujours raison.

Une remise en cause s’impose

Dine ABDOU

Dernière modification lemardi, 23 janvier 2018 04:02
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !