TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

La loupe : Collectif des Organisations syndicales des ministères ?

la-loupe

Un nouveau syndicat est né en plein débrayage. Le pays entier est en crise et tous les syndicats de tous les secteurs sont entrés simultanément en grève. L'administration est paralysée et l'économie prendra un coup quoi qu'on dise.

Au moment où tout le monde s'inquiète et se demande où va le pays, des quidams se révèlent et créent un fameux collectif.

On connait tout ça. C'est la volonté politique de tuer la grève qui sous-tend cela, afin de dire que la grève a échoué ou que les travailleurs n'ont pas suivi le mot d'ordre des syndicats.

Questions à présent.

Quelle différence existe-t-il entre le système Feu Kérékou et le système Talon ?

Quelle différence existe-t-il entre la Rupture et le Changement?

Le talonnisme et le Yayisme?

Diviser pour régner,  distraire pour continuer à piétiner,  créer des syndicats fantoches, pour faire échouer des' mouvements de grève.

Comme on disait pour Yayi et que Patrice Talon n'est pas différent,  nous sommes obligés de demander aux talonnistes si l'énergie qui se déploie  en sourdine pour fabriquer de faux syndicats éphémères, si l'argent dépensé pour les nourrir ne pourra pas servir à négocier formellement et faire des  œuvres sociales?

Ces recettes n'ont jamais payé durablement en matière de fronde sociale.

Il faut absolument revoir la copie. Le collectif fantôme n'ira nulle part et ne pourra pas assouplir les ardeurs. Il faut regarder le dossier en face, l'examiner afin de lui trouver une solution apaisante pour le bien de la communauté.

Croiser le fer avec les acteurs sociaux en ces temps de conjonctures diverses est une attitude des perdants.

Ce qui urge au Bénin actuellement n'est point la suppression du droit de grève ni l'activation de la tension permanente.

C'est une fausse route.

Aucun gouvernement quelles que soient son intelligence et son insolence ne peut venir à bout de cette machine foudroyante des travailleurs. Ceux qui conseillent l'entêtement aux gouvernants sur ce dossier ne font aucun bien à L'État.

Il y a possibilité de négociation. Même le peuple sait faire la part des choses. Il suffit de descendre dans l'arène pour sonder la majorité des béninois sur par exemple la grève des agents de santé. On pourrait découvrir que l'opinion est légèrement favorable pour ce cas. Ça veut dire quoi? Ça veut dire qu'il ya possibilité de s'asseoir pour discuter. Les grévistes aussi savent écouter leurs syndiqués et les populations.

Si on ne sait pas lire ces choses-là, Il ya lieu de se demander si on ne continue pas par prendre un pays pour une entreprise.
De toutes les manières, ce qui pointe à l'horizon n'est ni bon pour le gouvernement ni bon pour personne.
Et le silence, qui paie dans les autres cas, peut ne pas améliorer les choses pour celui-ci.

Dine ABDOU

Dernière modification lemercredi, 17 janvier 2018 04:57
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !