TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

La loupe : Mort programmée du Bmp

patrice-talon

Le bureau dirigeant du Bloc de la majorité présidentielle est finalement connu. Pour des raisons de sécurité, Patrice Talon, un averti de la fragilité des soutiens politiques au Bénin, a pris toutes les précautions.

Au Bénin c'est lorsque l'entente est impossible, quand un groupe politique n'est pas capable d'union définitive, et de solidarité durable, qu'on invente le concept de plusieurs présidents pour une organisation politique.

C'est en 2007, lorsque le Parti du renouveau démocratique s'est retrouvé au bord de l'implosion  que j'ai connu pour la première fois ce phénomène. Ce colmatage. C'est avec Adrien Houngbédji que nous avons connu un bureau politique avec plusieurs dizaines de vice-présidents. Même le dernier congrès des Tchoco-Tchoco a révélé au grand jour que cette architecture ne peut plus changer. Pour le Bmp, on parle de plusieurs Présidents. Ce n'est pas deux, ce n'est pas trois.

Vice-président ou président, c'est du même au même.  

On appelle ça bureau de crise.

Voilà un groupe politique naissant,  que l'on dit puissant et redoutable, qui est incapable de désigner un président pour assurer sa coordination.

Les intérêts malsains et hétéroclites n'ont pas pu être aplatis pour dégager un bureau consensuel avec un chef unique capable de fédérer les forces.

Il ya pire !

Au nombre des nombreux présidents, figure le subtile, le mastodonte  Bruno Amoussou. Le bureau ne dit pas premier président. Mais les médias ont positionné son nom, en tête. En fait c'est le positionnement officiel. Il est suivi d'Adrien Houngbédji.

C'est de là que viendra la suspicion. C'est de là que proviendra la guerre. C'est inévitablement à partir de ce cocktail que la cassure surviendra.

Adrien Houngbédji sous, ou à côté de Bruno Amoussou, pour conduire le Bmp. La mort est certaine.

Union Fait la Nation.

Qui se rappelle encore ?

Quand il s'est agi de la candidature unique, Adrien Houngbédji a accepté que Bruno Amoussou en soit le président.

Quand les élections sont terminées,  Houngbédji   a confié à ses militants que les Fons et les Adjas de l'Union Fait la Nation  l'ont trahi. Ce que les chiffres démentent sans aucune gêne.

La mésentente entre les deux hommes date de 1991 au moins. Au parlement, l'un en tant que Président de l'Assemblée nationale, l'autre Bruno Amoussou vice-président.

Les exemples de l'impossible entente sont nombreux.

Bientôt Adrien Houngbédji dira qu'il a plus d'élus que Bruno Amoussou et Bruno Amoussou répliquera doucement que Houngbédji c'est tout sauf l'intellectualisme politique et le savoir-faire.

Ça craint

Dine ABDOU

Dernière modification lejeudi, 28 décembre 2017 06:15
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !