Logo
Imprimer cette page

La loupe : Etat de droit en danger sous la Rupture

скачать шаблоны joomla 3.5
каталог музыкальных инструментов

Jacques-Ayadji

<<La loi dit que le Cos-Lépi doit travailler de juin en décembre. Mais la cour demande que le Cos-Lépi travaille de décembre en juin. La Cour n'est pas au-delà des lois de la République. À voir comment elle a été installée, à voir certaines décisions rendues sous l'autre régime, il faut noter que cette Cour est une cour politicienne.  Je souhaite que les députés jettent à la poubelle cette décision de la Cour >>.
Jacques Ayadji.

Il faut vivre longtemps pour voir tout, et le contraire de tout.

Si c'est vrai que je n'hallucine pas, et que c'est Jacques Ayadji, le tonitruant syndicaliste, au frais du Nouveau départ qui a parlé ainsi au sujet d'une décision de la Cour constitutionnelle, alors là, le monde est à l'envers.

Mais tenez-vous tranquille. Il ne s'agit pas de Jacques en tant que tel. Il s'agit d'un instrument politique de Patrice Talon et de son régime.
Il suffit d'être serein et de réfléchir un peu,  pour se questionner sur ce qu'un directeur des infrastructures,  ancien syndicaliste, qui n'est pas juriste à la base, a à voir avec une décision de haute portée juridique.

C'est un complot ourdi contre la démocratie et l'Etat de droit. Ils cherchent la formule la plus convenable pour passer outre la décision de la Cour qui n'est pas normalement installée. Normalement,  logiquement,  Et naturellement.

Aucun argument valable ne peut justifier le jeu auquel tente de jouer les hommes du régime. Les décisions de la Cour ne sont pas susceptibles de recours. Le rappeler aujourd'hui à un régime de la Rupture dirigé par Patrice Talon est une honte humaine. C'est à la fois désolant et décevant. Mieux,  ça peut inquiéter et fait penser à une machination à plusieurs circonvolutions.

La Cour est très mauvaise, si mauvaise qu'elle a déclaré Patrice Talon président élu de La république en 2016.

Je conçois que les activistes pro Talon s'émeuvent sur la toile pour justifier l'injustifiable. Mais si l'élite s'en mêle il ya danger public. Si Jacques Ayadji ose venir se la jouer sur les ondes, il ya un gros risque, et des raisons d'être déçu, et de ne point espérer sur la crédibilité et la fiabilité de la jeunesse.

"Un gouvernement qui ne respecte pas les décisions de justice, est un gouvernement voyou".  
Patrice Talon.

Que doit-on retenir ?

Croisons les doigts pour découvrir jusqu'où ira le régime.

Croisons les doigts pour voir jusqu'où ira Ayadji Jacques, et compagnons.

Les délais exigés par la Cour tirent déjà à leur fin.

L'attention accrue pour le Ravip par le gouvernement qui ferme les yeux sur le Cos-Lépi sans jamais chercher à les ouvrir est une preuve tangible qu'il y a anguille sous roche.

Dine ABDOU

Dernière modification levendredi, 22 décembre 2017 04:44
перчатки для бодибилдинга
игры для android бесплатно

Éléments similaires (par tag)

Matin Libre 2014. All rights reserved.