TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

La Loupe : Un pays de sensation

Patrice-Talon

Si Patrice Talon est beau et charmant, que gagne le paysan Holli ou la bonne dame de Toucountouna?

Si Patrice Talon a de la tenue,  civilisé et élégant, quel gain pour la vendeuse du tissu  Hitarjet de Dantokpa ?

Si le Palais a été rénové et tout beau, tout flamboyant,  qu'en tire la vendeuse de poisson du marché Gbogbanou?

Christine Lagarde est en visite au pays, pour le compte du FMI puisqu'elle en est le chef, et tout  le monde jubile, sous le fallacieux prétexte qu'elle a dit du bien de la gouvernance de Patrice Talon. Mieux que tout ça,  les béninois sont concentrés  sur deux choses: le Palais rénové est somptueux et magnifique. Et Patrice Talon est stylé.

Après ces genres de petitesse,  à partir du jeudi prochain,  date à laquelle Lagarde aurait déjà plié bagage,  que retiendront  nos compatriotes?

La conjoncture ambiante va-t-elle disparaître d'un coup?

Tout ceci n'est pas nul. Tout cela n'est pas à minimiser. En matière de communication et d'offensive diplomatique ça mérite une place.

Mais voici ce qu'il convient de retenir fondamentalement : le social.

Christine Lagarde, malgré tout, ne s'est pas elle aussi empêché de tirer la sonnette d'alarme,  même si c'est en des termes voilés. Elle sait, et elle n'a pas manqué de marquer le coup,

Le social souffre, et cela signifie simplement que le béninois lambda,  les béninois les plus nombreux peinent à joindre les deux bouts. Patrice Talon et la directrice du FMI  dineront pour la énième fois en guise d'au revoir. Ils se souriront et échangeront encore des mots doux. Mais pour le Bénin, les retombées ne varient que rarement.

Messieurs les dirigeants du Bénin du Nouveau départ ou de la Rupture après l'effet de sensation de Lagarde, il faut retrousser les manches car aucun peuple ne peut être en harmonie avec le beau discours qui s'éteint après quelques heures.

Ceux qui magnifient la visite de Lagarde pour des raisons habituelles, souvent se trouvent au sein de l'élite qui fait à peine un ou deux pour cent de l'électorat béninois.

Le peuple a faim.

Il faut absolument en tenir compte et trouver la formule pour le convaincre.

Le reste est dilatoire.

Dine ABDOU

Dernière modification lejeudi, 14 décembre 2017 05:02
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !