TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Ayant milité pour l'avènement du régime de la Rupture : Nicéphore Soglo dans le regret

nicephore-soglo

Face aux derniers développements de l’actualité politique et socio-économique du Bénin, Nicéphore Soglo a réagi. Le président d’honneur de la Renaissance du Bénin nourrit un sentiment de profond regret pour son choix porté sur l’actuel président de la République du Bénin à l’élection présidentielle. Il l’a fait savoir dans une déclaration à la presse, mardi 5 décembre 2017. C’était au siège du parti à Cotonou.

« Je bats ma coulpe et je fais pénitence », c’est en ces termes que le président d’honneur de la Renaissance du Bénin Nicéphore Soglo a exprimé son regret et fait son mea Culpa, pour avoir porté son choix sur le Président Patrice Talon et suscité son élection à la magistrature suprême du Bénin. Et à l’en croire, le Président du Patronat béninois Sébastien Ajavon aurait lui aussi commis « l’imprudence » d’accorder ses voix pour assurer l’élection du candidat Talon. Et pour cause, le nouveau régime au gouvernail du Bénin, ferait preuve d’inconscience, mais également d’acharnement contre de paisibles citoyens. Ainsi, après l’affaire de trafic de cocaïne impliquant Sébastien Ajavon, une véritable chasse aux sorcières est livrée selon ses propos, aux élus locaux par le gouvernement qui se substitue au peuple et ce, au mépris des textes régissant la démocratie locale. Il n’en veut pour exemples que les cas des communes de Parakou, de Djidja, d’Allada, de Porto-Novo, de Ouidah et de Cotonou. Nicéphore Soglo n’a pas occulté le cas du syndicaliste Laurent Mètongnon qui aurait subi le même sort que Sébastien  Ajavon. L’ancien maire de Cotonou a, par la même occasion, dénoncé les tracasseries dont il fait l’objet de la part du gouvernement : « je veux exprimer ici, ma honte et mon indignation devant les tracasseries inacceptables, les mesquineries qui déshonorent leurs auteurs dont ma famille et moi sommes l’objet ». a-t-il déclaré.  « J’ai perdu mon pari », conclura Nicéphore Soglo.

La lutte contre la corruption sous la Rupture

Pour Nicéphore Soglo, les gouverneurs à peau noire, qui prétendent laver plus blanc, utilisent la lutte contre la corruption comme une arme pour intimider leurs opposants. Il incombe donc aux différents corps de contrôle et à la justice, d’agir dans l’objectivité. « En démocratie, il faut aussi respecter la présomption d’innocence », recommande-t-il.

L’ancien président de la République du Bénin n’a pas manqué de d’exprimer son amertume face à l’esclavage des temps modernes qui se pratique en Lybie. Il a pour finir, appelé les gouvernants béninois  à éviter les conflits d’intérêt, à mettre fin à l’exercice solitaire du pouvoir, à l’opacité dans la gestion et à plus de compassion pour les pauvres déshérités.

Thomas AZANMASSO

Soglo doit s’en prendre à lui-même

Il a dégainé hier mercredi. L’ancien président Nicéphore Soglo  n’a pas fait dans la dentelle. Il a crié haro sur le baudet. A l’en croire, la gouvernance Talon reste une gangrène pour la démocratie béninoise. Il a battu sa coulpe et fait pénitence au sujet du choix porté sur le candidat Patrice Talon en 2016. Pour lui, orienter le choix des électeurs vers son «fils chéri» était une erreur. Il a aussi dénoncé «la véritable chasse aux sorcières livrée aux élus locaux par le gouvernement» et l’acharnement judiciaire dont est victime «le célèbre syndicaliste Mètongnon». Moins de deux ans après l’élection de son champion, Nicéphore Soglo sort donc de son silence et se confesse. Il a étalé sa déception et demandé la fin de «l’exercice solitaire du pouvoir et l’opacité dans la gestion…» sous le régime de la Rupture. Cependant, la réaction de l’ancien président de la République paraît intéressée. Il a en effet fallu que son fils Léhady ait été attaqué pour qu’il se réveillât. Léhady Soglo  est presque en exil depuis sa révocation de la tête de la Mairie de Cotonou et sa destitution de la présidence de la Renaissance du Bénin (Rb). Presque toute la famille Soglo est harcelée par le gouvernement de la Rupture. Nicéphore Soglo lui-même n’a pas été épargné par la ruse et la rage des actuels dirigeants. Sa prise de position révèle à tout point de vue les coups bas infligés par Patrice Talon à un ancien allié politique. En réalité, l’ancien Maire de Cotonou ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Il est en partie responsable des difficultés socio-économiques que vivent les Béninois depuis peu. En 2016, il avait farouchement défendu la candidature de Patrice Talon contre celle de Lionel Zinsou  qui avait peut-être commis l’erreur de soutenir que «l’Afrique appartient à l’Europe». Alors que beaucoup avaient pu démontrer les dangers de la candidature de l’homme d’affaires Talon, Nicéphore Soglo avait refusé d’opter pour les choix de la raison. Aujourd’hui, les faits donnent éloquemment raison à ses adversaires. Combattu voire humilié par son propre candidat, Nicéphore Soglo se voit désormais obligé de faire son mea culpa et d’appeler au dialogue. Mais le mal est déjà fait. Les pauvres sont persécutés sous Talon. La famille Soglo aussi. Cette sortie médiatique diffusera, peut-être malgré tout, son onde de choc à toute la scène politique nationale. Mais pourra-t-elle provoquer, elle seule, un réel changement de la gouvernance chaotique imposée jusque-là par l’homme d’affaires Patrice Talon? C’est une question bien difficile.

Mike MAHOUNA               

 

Dernière modification lejeudi, 07 décembre 2017 05:16
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !