TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

www.matinlibre.com 1000x250  pixels

A+ A A-

Affaire Sonapra et Onasa : Dakpè Sossou demande que lumière soit faite

dakpe-sossou

L’honorable Dakpè Sossou, deuxième secrétaire parlementaire, a donnée, lundi 03 juillet 20417, au Palais des gouverneurs une conférence de presse. Le député a exhorté les concernés par l’affaire Sonapra et Onasa de se remettre à la justice eux même afin que lumière soit faite sur cette affaire Sonapra et Onasa pour que le peuple béninois soit fixé.

Lire ci-dessous sa déclaration liminaire

Mesdames,
Messieurs,
Chers Amis de la Presse,

Il y a un an jour pour jour, dans cette même salle de conférence El Hadj Abdel Aziz SACCA KINA du palais des Gouverneurs, je vous ai entretenus sur mon bilan à mi-parcours d’exercice du pouvoir législatif. Vous étiez nombreux, non seulement, à participer à cette conférence de presse et à rehausser son image par la qualité des débats qui l’ont marquée, mais aussi à en assurer un relais médiatique digne de mérite exceptionnel.

Je tiens à vous témoigner toute ma gratitude et ma reconnaissance pour les efforts que vous fournissez au quotidien afin d’accomplir l’œuvre sacerdotale par laquelle, par votre professionnalisme et votre sagesse, l’opinion publique est mise au même niveau d’information que les acteurs concernés par tel ou tel sujet. Je vous exhorte à persévérer sur cette lancée, comme vous le faites déjà si bien.

Chers Amis de la Presse,

Pour commémorer cette journée de reddition de compte d’il y un an, j’ai choisi de partager avec vous un sujet d’actualité qui suscite des débats intéressants, tant du côté du pouvoir exécutif que des personnes mises en cause. Comme vous vous en doutez, il s’agit de la fameuse affaire dite « Affaire SONAPRA / ONASA ».

La plénière du jeudi 8 juin dernier a connu l’examen de quatre (04) questions d'actualité adressées au Gouvernement, dont celles relatives à la liquidation de la SONAPRA, à la situation de certains d'agents de la SONAPRA et de l'ONASA. Vous n’étiez pas restés sans suivre les déclarations suffisamment graves, frustrantes et incitant des troubles à l’ordre public qui ont émané d’un collègue Député. Pour cet élu de da nation, peut-être impliqué, la liquidation de la SONAPRA et de l’ONASA est un abus du pouvoir, de même que les licenciements de personnels, l’un des corollaires qui en découlent.

En toute responsabilité et ne pouvant laisser cette intoxication semer de la discorde et de l’embrouille sociales, j’ai adressé au Gouvernement, le vendredi 09 juin 2017, et ce, conformément aux dispositions de l’article 106 du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, une question orale, aux fins de voir clair dans cette affaire, les tenants et les aboutissants, ainsi que la situation des responsabilités. Comme cela ne suffisait pas, compte tenu de l’intérêt de la question et de mon sens de veille sociale, j’ai dû renforcer ma requête par une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’information, d’enquête et de contrôle, en date du 12 juin. Cette commission qui sera chargée de vérifier la gestion administrative, économique et financière de la SONAPRA et de l’ONASA et d’identifier les périodes de prospérité, les périodes difficiles de chacune de ces deux entreprises publiques ainsi que les raisons fondamentales qui ont motivé la liquidation querellée, les quinze (15) dernières années. Or, qu’il vous souvienne qu’un audit de la gestion de ces deux structures avait été déjà réalisé jusqu’à l’année 2012, sur l’ordre du Gouvernement YAYI.

Mesdames, Messieurs,

A la suite de ces deux actions de contrôle de l’action gouvernementale, le Conseil des Ministres, en sa séance ordinaire du 28 juin 2017, a accordé une place privilégiée à ce dossier dans la rubrique des comptes rendus, dossier qui a fait parler de lui, aussi bien dans la presse nationale qu’internationale ces derniers jours et qui fera parler de lui toute cette année.

J’étais à Dakar dans le cadre de la 23èmesession extraordinaire du Comité Interparlementaire de l’UEMOA quand j’appris avec joie et grande fierté la nouvelle. Au même moment, ma stupéfaction est à son comble quant aux plusieurs dizaines de milliards de malversations qui ont été révélées.

Malgré la publication du compte rendu de ce conseil des ministres qui a non seulement, révélé de graves irrégularités dans la gestion de la SONAPRA et de l’ONASA, mais aussi identifié et cité des personnalités non moins importantes de notre pays, des cadres et même des députés, certains acteurs impliquésdans cette sale affaire continuent d’embrouiller l’opinion publique par des déclarations vides de sens, en tout cas, en ce qui concerne leur responsabilité.

Au lieu de se livrer à ce malheureux exercice habituel d’intoxication et de désinformation, je voudrais appeler, chacun en ce qui le concerne, à son courage et à sa responsabilité.

Celui qui est ‘‘Garçon’’ parmi les personnes indexées n’a qu’à se présenter de son propre gré au juge pour prouver son innocence. S’il était Député à l’Assemblée Nationale, qu’il s’adresse formellement au Président de l’Assemblée Nationale lui demandant de faire lever par ses pairs l’immunité parlementaire afin qu’il puisse répondre au Procureur de la République, ou encore ignorer son immunité parlementaire et se présenter au juge.Il aura rendu un grand service à la nation Béninoise en général et à ses amis en particulier et ce serait de l’inédit dans l’histoire du Bénin.

Chers Amis,

Pour finir, je voudrais féliciter le Gouvernement pour l’intérêt accordé à mes requêtes en général et au dossier SONAPRA / ONASA en particulier, en l’étudiant en conseil des ministres, en prélude à la démarche légale et orthodoxe.Mon souhait le plus cher est que les ministres ayant reçu des instructions aux fins de conduire ce dossier y mettent la diligence et la dextérité requises.

Quant à la justice, je plaide pour une célérité, une transparence totale et l’impartialité dans le traitement dudit dossier.

Par la même occasion, j’invite le peuple béninois au calme à avoir confiance aux Institutions de la République. D’une façon ou d’une autre le verdict doit tomber tôt ou tard et les responsabilités serontsituées, au moment opportun.

En dernier ressort, je vous remercie, vous, professionnels de la presse et des médias, qui avez accepté partager avec moi ces moments de joie. Tout en restant disponible à vos questions, je vous réitère ma reconnaissance et ma gratitude pour votre présence ici, ce qui témoigne encore une fois votre amour et votre attachement au développement de notre cher et beau pays, le Bénin.

Je vous remercie

Dernière modification lejeudi, 06 juillet 2017 04:26
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !