TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Exonérations accordées à NOCIBE : Barthélémy Kassa énumère les avantages

kassa

Ne partageant pas l’avis du député Antoine KolawoléIdji sur la question d’actualité relative aux exonérations accordées à la société NOCIBE lors de son installation, exonérations que ce dernier juge d’exorbitantes, l’honorable Barthélémy Kassa, comme un professeur a administré des cours de commerce à ses collègues. Ce dernier a passé au scanner les avantages liées à la mise en service de NOCIBE et les dispositions prises pour que son fonctionnement ne crée pas de problèmes ni à l’environnement, ni aux personnes vivant aux alentours.

Lire ci-dessous sa déclaration     
 
«  Je vous remercie monsieur le président. Monsieur le président, vous convenez avec moi que j’ai été cité par mon collègue lorsqu’il a rappelé l’une de mes positions anciennes. Je suis alors dans l’obligation de lui apporter des clarifications afin qu’il évite de me citer prochainement. Monsieur le président, je voudrais regretter une chose.  Ce que je regrette, c’est qu’en ce siècle-là, nous continuons d’être des boites à intoxications préjudiciables au développement. Parce que tout ce que j’entends ne rassure pas. Que si certains étaient à des postes de responsabilités, ils pourraient  prendre des décisions favorables au développement. Monsieur le président.  Cette ressource dont on parle  a été découverte pendant la colonisation avant les indépendances. Mais monsieur le président, c’est laisser là parce que de valeur ajoutée était négligeable.   Il fallait faire beaucoup d’efforts pour quelle contribue au développement. Il fallait convaincre beaucoup d’investisseurs, des gens décidés puisque  tout le monde sait, tout le monde a connaissance de la disposition de cette ressource-là. Je voudrais rappeler une disposition du code minier  qui dit que lorsqu’une ressource est découverte dans le sous-sol,   la population qui occupe le sol disparait. On est propriétaire terrien,  mais on n’est pas propriétaire de la ressource.  Je ne sais pas pourquoi on se pose la  question de savoir pourquoi la concession est donnée sur 2000 hectares. C’est petit. Ça doit être donné sur toute l’étendue de la ressource afin qu’elle soit mobilisée pour contribuer au développement.  Vous savez autant que moi monsieur le président que lorsque vous mobilisez une ressource aujourd’hui, elle contribue mieux au développement que de la mobiliser  10 ans, 20 ans, 30 ans, 50 ans plus tard. C’est clair parce que les infrastructures de base  susceptibles de soutenir notre économie méritent d’être mises en place tout de suite si l’Europe est avancée, c’est grâce à la révolution industrielle connue depuis des années.   S’ils restaient dormants sur la nécessité de réveiller la révolution industrielle, qu’en serait-il aujourd’hui du développement ? Je suis peiné quand certains pensent qu’il fallait laisser cette argile gonflante continuer d’abriter simplement  les populations  qui ne font que de cantines de maïs par an.  Monsieur le président, le gouvernement a reconnu très bien qu’en matière de gestion environnementale,  nous avons des institutions nationales crédibles qui suivent la mise en œuvre du plan de gestion environnementale  de la société Nocibe. Mieux monsieur le président, tout comme moi, vous connaissez le restaurant les 3 mousquetaires qui se trouve à côté d’une cimenterie qui broie tout le temps du clinker avec des pollutions énormes. Je suis surpris qu’en parlant de la question de la pollution atmosphérique que des collègues ne citent pas la nécessité d’évaluation  des conditions environnementales de toutes les cimenteries. C’est dommage  en tant que représentant du peuple, nous devons parler pour tout le peuple. Si nous avons des doutes sur la qualité de la gestion environnementale de la Nocibe, que nous puissions profiter pour auditer  toutes les sociétés de ciment installées sur toute l’étendue du territoire national afin que la vérité soit restaurée. Monsieur le président, on peut se demander quelle  est   la contribution de Nocibe.  Cela saute à l’œil, le gouvernement a indiqué déjà les mesures sociales qui sont en vigueur. Le gouvernement a indiqué que le prix du ciment  a chuté de  façon  drastique dès  la mise en service   de Nocibe. C’est honnête. Certains collègues sont privilégiés et ne trouvent plus nécessaire de construire et ne savent que le prix du ciment a chuté.  C’est dommage et il faut que ceux-là se rapprochent de la population pour avoir les vrais témoignages et en faire une bonne appréciation. C’est dommage si on ne  sait pas qu’avant la mise en service de Nocibe, il y avait une, deux ou trois sociétés qui produisaient du ciment, et  cependant on disait que le prix officiel  de 70.000 était encore moins cher. Ces sociétés menaçaient d’augmenter encore le prix  mais quand Nocibe est entrée en production, ce sont les mêmes sociétés qui sont revenus au prix de 54.000 et assurer la concurrence. Je pense qu’il faut qu’on soit honnête à reconnaître que l’effet de la mise en production de la Nocibe   a été très bénéfique pour notre  pays. Aujourd’hui  le ciment,  on le  trouve partout à moindre coût. Le gouvernement reconnait même que nous  sommes exportateurs du ciment. Les exonérations, c’est vrai  qu’on en parle. Je voudrais vous rappeler monsieur le président que le gouvernement a dit dans sa réponse que Nocibe a eu accès  au régime E du code des investissements. Qu’on vienne nous dire quelles sont les facilitées accordées aux entreprises éligibles au régime E avant de savoir si les exonérations sont des exonérations  fantaisistes. ?. Si nous devons respecter les textes, il faut qu’on les respecte. Ce n’est pas le parlement qui va demander de ne pas respecter une loi. Je voudrais également ajouter que nous sommes dans un environnement hautement concurrentiel.  Pour le moment, renseignons- nous au Nigeria. Le géant Dangoté, premier cimentier africain. Il bénéficie non seulement des exonérations mais des subventions directes sur la tonne du ciment. C’est ça qui fait que tout le marché sous régional est inondé du ciment Dangoté.  Vous pensez que la bas, il n’y a pas des économistes pour dire que c’est impossible ? Pour finir, je voudrais dire que les mesures sociales ont été volontaires et je voudrais  ici rappeler une disposition du code minier de septembre 2006 qui indique que les communes riveraines  où se trouve la ressource doivent bénéficier de la rétrocession  de 40 % de la valeur de la ressource exploitée et cette disposition n’est pas supprimée dans la convention de Nocibe à ce que je sache.  Nocibe est assujettie au paiement de cette valeur et Adja Ouèrè et Kétou pourront réellement budgétiser  cela et en faire ce qu’elles veulent en plus des autres   mesures volontaires souscrites par Nocibé. Je vous remercie.   »

Propos recueillis par Kola Paqui

Dernière modification lemardi, 02 mai 2017 05:39
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !