TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Hi-Tech

Présentation des Predictions 2017 : Deloitte Benin dévoile les 8 tendances des TMT

deloitte

Chaque année, depuis 16ans, Deloitte publie une étude portant sur les TMT Predictions, une compilation des tendances clés liées à l’évolution du marché dans les secteurs des Télécoms, des Médias et des Technologies. Cette année, Deloitte Bénin lance sa première édition des TMT Predictions en adaptant cette étude prédictive aux réalités du marché béninois. La présentation des résultats de cette étude a eu lieu ce 18 Mai au Novotel de Cotonou en présence des acteurs de ces différents secteurs d’activité au Bénin.

Partager et vulgariser les tendances majeures qui feront l’actualité dans les secteurs des télécoms, des médias et des technologies ; tel est l’objectif de la publication des TMT Prédictions 2017 dont le but est également de permettre à chaque acteur béninois dans ces différents secteurs d’activité de prendre en compte ces tendances dans les processus de prise de décision et d’analyse du marché. C’est ce qu’a expliqué d’entrée Gilles Ahouanmènou, Managing Director de Deloitte Bénin en faisant ressortir le caractère tout à fait opportun d’une telle étude dans un contexte où le Programme d’Actions du Gouvernement béninois intègre 12 projets d’envergure pour développer le secteur du numérique et transformer le Bénin en une plateforme du numérique en Afrique de l’Ouest d’ici à l’horizon 2021.

Cette étude d’envergure mondiale a été adaptée au Bénin et permet à Deloitte Bénin d’attirer l’attention sur les différentes opportunités de ces secteurs aujourd’hui et pour les années à venir. Les 8 grandes tendances TMT Prédictions 2017 ont été présentées aux acteurs présents par Habib Bamba, Directeur Conseil chez Deloitte. Elles concernent : la sécurité biométrique, les attaques DDoS ou attaques par déni de service, les véhicules à freinage automatique, le  Machine Learning, la navigation intérieure et la technologie 5G. L’étude a également permis de faire remarquer, selon Deloitte, que les ventes de tablettes dans le monde ces dernières années ont connu une baisse de 10%. Un zoom a, par ailleurs, été fait sur le  défi de la transition à la Télévision Numérique Terrestre

Un riche panel de discussions

Suite à cette présentation, un panel composé de Djalil Assouma, Directeur Général de Bénin Télécoms Infrastructures, de Ahmed El Attat, Directeur Général de Etisalat Bénin et de Serge Adjovi, Directeur de l’Unité d’Exécution du Conseil du Numérique, une institution rattachée à la présidence de la République et qui a en charge la mise en œuvre de la vision du Gouvernement en matière de promotion de l’Economie Numérique ont donné leurs points de vue et appréciations sur certaines tendances présentées.

On retiendra des interventions des panélistes que l’Afrique en général et le Bénin en particulier s’est laissé aller à un bypass en matière de télécommunication. En effet, les efforts ont été mis sur le débit de connexion en premier alors qu’il aurait fallu installer les infrastructures capables de véritablement apporter la satisfaction attendue avec ce type de connexion. En outre, ils ont aussi mis un accent particulier sur la nécessité d’une réactivité rapide et efficace en cas d’attaque cybercriminelle subie. Ce qui ne se peut sans une disponibilité en infrastructures et en compétences, ont-ils reconnu.

Le panel a laissé place à un débat et une série de questions-réponses entre les participants et les panélistes avant le discours de clôture prononcé par Monsieur Serge Adjovi.

Deloitte veut désormais inscrire la présentation annuelle des TMT Predictions dans l’agenda des acteurs de ce secteur au Bénin et prend donc date pour 2018…

En savoir plus...

Lancement officiel de « Mtn, vis ma vie » : La population d’Abomey-Calavi salue l’initiative du réseau Y’ello

MTN-1

« Mtn, vis ma vie », c’est parti ! Le top management et les employés de l’opérateur Gsm descendent sur le terrain pour vivre l’expérience des abonnés par rapport aux produits et services du réseau, mieux faire connaître ces produits et services, renforcer l’affinité à la marque et collecter, en retour, les préoccupations de la clientèle afin d’y apporter les réponses idoines. Vendredi 28 avril 2017, ce sont les populations de la zone Togba-Somè, dans la commune d’Abomey-Calavi qui ont eu l’insigne honneur d’accueillir le lancement de l’initiative. Occasion pour elles d’exprimer à toute l’équipe de Mtn leur satisfaction pour cette marque de considération. Abordant les préoccupations, elles ont plaidé pour une revue à la hausse des bénéfices sur la vente des crédits par Mobile money, l’activation des forfaits en fonction du besoin du moment du client et non une imposition de montant. Aussi, les intervenants ont-ils demandé qu’on travaille à empêcher les disparitions subites de crédits sur des comptes, l’instabilité du réseau  dans certaines zones et que Mtn pense à doter, à nouveau, ses points d’opérations et de services, de parasols et autres affiches de marketing après l’opération de déguerpissement qui a fait plusieurs victimes. Mtn, grâce à sa Fondation, a prouvé qu’elle est une entreprise citoyenne. Elle s’est beaucoup investie dans la construction d’infrastructures socio communautaires dans plusieurs localités du pays. Les populations de Togba et Somè ont saisi l’opportunité pour faire un plaidoyer afin que leur zone en soit aussi bénéficiaire. Ces préoccupations exprimées, les intervenants ont tout de même avoué que Mtn reste le réseau de proximité et donc leur réseau préféré. « On a très bien écouté la population. Et nous la rassurons qu’à chaque problème, nous allons trouver une solution concrète », a réagi promptement le Responsable réseau de Mtn Bénin, AtoulKatyal. « Nous avons un plan de renforcement du réseau dans les différentes zones dans lesquelles nous avons observé certaine instabilité du réseau », a renchéri Franck AdjouMoumouni, Responsable Segment Abonnés particuliers à Mtn Bénin. « Mtn, vis ma vie », ce sera dans les différentes contrées du Bénin. Après la première édition de cette initiative qui est prévue pour chaque dernier vendredi du mois, la prochaine édition, selon Franck AdjouMoumouni, aura lieu dans la région Nord du pays.

En savoir plus...

Start-up d’annonces par mobile : L’offre Vip de CoinAfrique pour maximiser les chances de vos annonces

coin-afrique

L’hôtel Azalai de Cotonou a servi de cadre, jeudi 13 avril 2017, au lancement officiel de l’offre Vip de Coin Afrique, la start-up de petites annonces par mobile. Une offre qui permet à ses utilisateurs de mettre en avant leurs annonces sur une durée donnée dans l’application. Il s’agit d’accroitre le nombre de vues et de contacts des annonces, précise Igor Koucoi, Country Manager Bénin et Togo.

Première application interactive 100% africaine de petites annonces avec déjà plus de 300.000 téléchargements et 120 000 visites par mois, CoinAfrique entend aider les africain à trouver les meilleures occasions près de chez eux. Avec une audience en pleine croissance (soit 15%/mois), la start-up reste une grande plateforme de mise en relation acheteur-vendeur à travers toute l’Afrique. L’offre VIP qui consiste à passer les annonces en première position moyennant un coût très accessible offre 4 fois plus de vues et 2 fois plus de contacts aux produits mis en ligne. L’application reste toujours gratuite en dehors de l’offre Vip qui est accessible déjà à partir de 1000Fcfa, selon Igor Koucoi. Avec cette nouvelle offre,  CoinAfrique consolide son positionnement de facilitateur de bonnes affaires en permettant à ses utilisateurs de vendre plus vite leurs produits sur téléphone portable. « Je suis ravi que nos vendeurs béninois soient les premiers à pouvoir tester ce dispositif de mise en avant de leurs annonces. Ils vont pouvoir accélérer leurs ventes et leur visibilité sur la première plateforme mobile de mise en relation au Bénin. L’utilisation de la plateforme reste bien sûr gratuite pour tous, mais nous souhaitons proposer des solutions innovantes pour nos utilisateurs pour les accompagner dans leur développement du commerce sur mobile », analyse Igor Koucoï, Country Manager Bénin et Togo.  « Notre stratégie répond à un objectif clairement identifié : proposer un service adapté à l’ensemble de l’écosystème mobile de nos utilisateurs. Notre position de pionnier et de leader sur le marché nous oblige à continuellement proposer un produit innovant et à accompagner l’utilisateur. Ainsi, nous travaillons au développement de  véritables solutions publicitaire», précise  le Bèninois Jimmy Kumako, co-fondateur de CoinAfrique. Achetez et vendez dans toute l'Afrique. Trouver ce que vous cherchez près de chez vous. Négocier avec les annonceurs en toute discrétion, avec Coin Afrique.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Sixième module de la formation « Moi leader » : Open Conscience outille les jeunes sur le E-commerce

Moi-leader

Le sixième module de la formation « Moi leader » s’est déroulé samedi, 25 mars 2017 à la salle Obama Center de l'Université d'Abomey-Calavi. “La révolution du E-commerce“, c’est le thème autour duquel se sont déroulés ces échanges initiés par l’ Organisation Open Conscience que préside Nadie Précieuse Sèmana.  Dans le souci d'informer et de former la jeunesse sur les défis et opportunités actuels, le communicateur principal, Vital SOUNOUVOU, fondateur de “Exportunity“ a partagé avec la jeunesse les multiples avantages liés au e-commerce. Vital Soumanou, c’est un modèle de réussite. Et en jetant son dévolu sur lui, Open conscience ne s’est pas trompé. D’ailleurs, il a été distingué par le Magazine Forbes, comme l’un des entrepreneurs les plus prometteurs d’Afrique Tout comme le module 5 dont l'invité était un Jeune Béninois brillant du nom de Ulrich Sossou qui a permis à beaucoup participants de concrétiser leurs idées d'entreprises, 56 participants ont été présents à ce sixième module de formation et ont chacun bénéficié gratuitement d'une boutique en ligne sur la plateforme Exportunity. Open Conscience renouvelle son engagement à toujours servir la jeunesse en donnant un nouveau rendez-vous pour Avril prochain. En effet, « Moi leader »  a pour objectif de montrer aux jeunes ce qu’il faut faire, les astuces pour être un bon leader.     Pour ce faire, la présidente Nadie Précieuse Sèmanou  invite des personnes qui ont un parcours impressionnant, des modèles de leadership qui vont inspirer les jeunes, pour un partage d’expériences ou des success stories. Créée  pendant la période des élections  de 2016 au Bénin « Open conscience », vise à éveiller  la conscience des jeunes béninois, africains et du monde en vue de faire d’eux des leaders engagés  pour le développement. Depuis sa création, l’organisation mène plusieurs actions de sensibilisation dont la première, axée sur les réseaux sociaux, avait pour but d’amener les jeunes à sortir voter.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Conférence publique au Ministère des Affaires étrangères : Blolab expose les avantages du numérique aux entreprises

Blolab

Le Blolab a organisé, vendredi 24 mars 2017, en partenariat avec Solidd Group et le Campus numérique francophone, une conférence publique sur les nouveaux usages du numérique appliqués à l’entreprise. Partie intégrante de la quinzaine de la Francophonie, la présente conférence qui s’est déroulée dans la salle “Fleuve jaune“ du Ministère des affaires étrangères a permis aux chefs d’entreprises de cerner les multiples avantages liés à l’usage du numérique.

Partager les enjeux clés du numérique pour les entreprises et organisations et anticiper l’évolution des usages du numérique et de leurs impacts. Tel est l’objectif visé par Blolab à travers la présente conférence publique à laquelle étaient conviés des chefs d’entreprises, des jeunes entrepreneurs, des étudiants et autres. A l’ouverture des activités, le président du Blolab, Médard Agbayazan a fait savoir que d’éminents conférenciers ont été sollicités en vue de partager avec l’assistance, quelques solutions numériques pratiques pouvant faciliter la croissance des entreprises. Dans sa communication, le Conseiller technique à l’information de l’Assemblée nationale, Parfait Ahoyo a démontré que la transformation numérique est aujourd’hui, le véritable levier de compétitivité et de croissance des entreprises. Exposant les impacts de l’économie numérique sur la croissance en général, il s’est référé à une étude de Coe-Rexecode, pour estimer double, la contribution de l’économie numérique. Seul secteur n’ayant pas été affecté par la crise et la seule révolution en croissance aujourd’hui, l’économie numérique apporte une contribution directe par l’augmentation du capital numérique en tant que facteur de production. Après avoir évoqué les différents mécanismes de productivités en lien avec le numérique, il a souligné la nécessité pour les entreprises d’aller vers le numérique et de s’approprier les nouveaux usages  pour plus de rentabilité. Quant à Noah Agbaffa Padonou, il a partagé quelques solutions numériques susceptibles d’accroître la  performance des entreprises. Selon ses propos, disposer d’une entreprise 3.0 amène à se doter impérativement d’un site internet pour la visibilité des produits et  services et surtout à procéder à la veille concurrentielle pour protéger sa réputation. D’autres points importants ont été abordés par le conférencier. A sa suite, le président Médard Agbayazan a exposé au public, les activités et startups du Blolab. Espace d’innovation numérique, sociale et de démocratisation technologique, le Blolab, à travers son startup Solidd Group apporte des solutions numériques aux entreprises. Les principaux domaines d’activités concernent la Stratégie web et communication, la géolocalisation, le marketing digital, les productions audiovisuelles. Le Blolab est le tout premier Fablab, laboratoire de fabrication numérique au Bénin, un espace de démocratisation de l’accès aux technologies numériques. Prenant la parole, le Directeur du Campus numérique a également fait savoir les domaines d’intervention notamment la formation à distance qu’offre le Campus. Une séance trouvée très  édifiante à la fin par l’assistance.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Gestion moderne et efficiente des Pme : Mtn Bénin propose ses innovations technologiques aux pharmacies

MTN-Benin-pharmacie

Des solutions technologiques innovantes  qui font leurs preuves ailleurs, existent aussi au Bénin. Ces solutions, Mtn en a le secret. C’est pourquoi, l’opérateur Gsm, dans son ambition d’élargir sa liste de partenariat, a jugé utile de rencontrer l’Ordre national des pharmaciens du Bénin, aile Toukourou ; des grossistes et pharmaciens, pour échanger avec eux sur ses offres qui vont contribuer à révolutionner leur secteur d’activité. La rencontre breakfast a eu lieu vendredi 10 mars 2017 dans un hôtel vers l’aéroport de Cotonou.
                                                           
Les innovations digitales en pharmacie, comment profiter du cloud : la gestion intelligente du stock de médicaments, l’alerte de stock faible, l’anticipation de rupture grâce à des procédés d’analyse, le web to store… Ce sont entre autres réalités technologiques qui existent et qui ont été exposées aux professionnels en pharmacie. De façon pratique, le bureau de l’Ordre, les grossistes et pharmaciens présents à la rencontre ont pris connaissance des offres dont dipose Mtn à travers son entité Mtn Business créée en 2015 pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises. Que ça soit Mtn control, logiciel conçu pour la gestion efficace des stocks, du parc automobile, la limitation de zone ou de la vitesse chez le conducteur de véhicule ; Mtn standard Pro pour la gestion des flux d’appels entrants en fonction des besoins de chaque appelant ; Mtn Internet Pro avec une connexion illimitée à coût réduit et efficient ; le Mobile money et ses différents modes de paiement déjà effectifs dans certaines pharmacies  du Bénin, aucune solution et ses avantages pour le secteur spécifique de la pharmacie n’a été laissée de côté. « C’était vraiment passionnant, et les pharmaciens étaient très intéressés. Ils ont posé beaucoup de questions, ils ont fait pleins d’apports  pour nous permettre d’améliorer les solutions que nous avons envisagées pour eux. On a pu nouer de sérieux contacts et beaucoup se sont engagés à nous recevoir dès la semaine prochaine pour poursuivre les discussions et nouer des partenariats, signer des contrats », a confié Prisca Dedegbe, chef de vente pour le segment des petites et moyennes entreprises à Mtn Bénin à la fin de la séance. De leur côté, les invités de Mtn, à travers la présidente de l’Ordre, Moutiatou Toukourou, ont salué l’initiative et bien apprécié les différentes présentations à eux faites par des jeunes compétences locales. 

En savoir plus...

Télécoms au Bénin : BBCOM de nouveau actif ?

bbcom

L’homme d’affaires Issa Salifou dit « Salé » a enfin réussi à céder ses parts dans la société de téléphonie mobile Bell  Bénin Communication. « L’opérateur de téléphonie mobile BBCOM n’est plus fonctionnel depuis plusieurs semaines. Les portes de l’opérateur Gsm sont fermées et les diverses raisons de ce disfonctionnement restent encore obscures. Impossible pour les 132 800 abonnés d’effectuer des appels et les 187 agents sont condamnés au chômage. » C’est ce qu’écrivait le 19 janvier 2016 le site Internet beninwebtv.com

Mais tout cela appartient désormais au passé, par cession d’actions publiée dans les annonces classées du GUFE le 6 Février 2017, Monsieur Salifou a cédé à Global Tecomnet Limited, 540000 actions sur les 600 000 actions qu’il possède. Selon les premières informations, le dernier directeur des ressources humaines (une dame, ndlr) a déjà averti les anciens employés de se préparer à participer à des tests de recrutement à venir. Cette opération sonne donc le réveil de l’opérateur, le seul détenu par des capitaux béninois et permet aussi la reprise des emplois et une dynamisation du secteur des télécommunications. Issa Salifou qui avait manifesté le désir de voir l’opérateur repris par une entreprise disposant de l’expérience nécessaire pour la développer, voit son vœu exaucé.

Mais qui a vraiment racheté Bell Benin ?

De nos investigations, il ressort quelques informations qui gagneraient à être clarifiées. Il s’agit du fait que Global Tecomnet Limited ne semble pas avoir d’existence autre que légale. Nos recherches ne nous ont pas permis d’identifier une activité préalable dans le secteur des télécoms ou même un simple site Internet. La question qui se pose à ce niveau est de savoir si les autorités de régulation, ont pu vérifier les documents du nouvel acquéreur pour s’assurer que la continuité du service ne sera plus mise en péril. Une petite recherche sur le site des autorités nigérianes, montre que la société GLOBAL TECOMNET LIMITED, sous le numéro 1300123 et sise au 23B Dr. S Ezukuse Close Lekki Phase 1, a été enregistré le 19 Novembre 2015. Moins de 2 années d’existence pour le nouvel acquéreur ? En outre le représentant légal de ladite société Steve Ideh OCHUKO né en Mai 1954, ne serait connu que dans la zone offshore de Londres pour une société Pneuma Connect Limited. Un profil ressemblant à celui d’un prête-nom.

Worou BORO

En savoir plus...

Open data Day 2017 à Cotonou : L’Ab-Bénin expose le lien données ouvertes - bonne gouvernance

Maurice-Thantan

L’Association des blogueurs du Bénin (Ab-Bénin) a célébré, à l’instar de la communauté internationale, l’édition 2017 de l’Open data day. Les manifestations commémoratives se sont déroulées samedi, 04 mars 2017 dans les locaux de Blolab à Kindonou. A travers une série de communications, les participants ont cerné l’importance des données ouvertes dans la bonne gouvernance des affaires publiques.

“Apprendre et comprendre les données ouvertes comme levier de transparence”, c’est le thème qui a focalisé toutes les attentions au cours de la célébration de la Journée des données ouvertes (Open data). Initié par l’Ab-Bénin en collaboration avec Blolab qui vient de boucler une campagne de crowdfunding pour sa rénovation, l’évènement a permis de sensibiliser davantage les pouvoirs publics, les médias, les organisations de la société civile mais surtout les citoyens de façon générale sur l’intérêt des données ouvertes. Cet objectif s’inscrit dans une perspective de lutte contre la corruption et de promotion de la transparence dans la gestion des choses publiques à travers la facilitation de l’accès à l’information, but ultime des données ouvertes. Dans son mot de bienvenue, le président de l’Ab-Bénin a rappelé certaines difficultés motivant la non-organisation des précédentes éditions de ladite Journée avant de s’acquitter d’un devoir de reconnaissance à l’endroit des partenaires financiers de l’Open data day 2017. Dans sa communication liminaire, il est revenu sur l’historique des données ouvertes dans le monde. De l’étape d’écriture à celle de la mise en données des populations ou statistiques publiques en passant par l’archivage, les métadonnées, la mise en données de l’espace, les données ouvertes ont été véritablement prônées à partir de 2009 aux USA avec la volonté politique de Barack Obama. Aux dires de Maurice Thantan, une donnée n’est ouverte que lorsqu’elle peut être librement utilisée, modifiée et partagée sans restriction aucune. L’ouverture technique, juridique et économique des données ouvertes a été également abordée sans oublier les principes contenus dans la Charte internationale de l’Open data. A sa suite, Franck Kouyami a, dans son intervention, fait ressortir la nécessité d’opter pour les données ouvertes en vue de promouvoir la bonne gouvernance des ressources publiques. Pour lui, l’Open data est un mouvement visant à rendre accessible à tous via le web, les données publiques, non nominatives, ne relevant ni de la vie privée ni de la sécurité collectées par les organismes publics ou financés par des fonds publics. Toute chose qui, selon Franck Kouyami, devra permettre de prendre des décisions éclairées, de formuler des idées innovantes à partir de nouvelles perspectives acquises, d’améliorer la performance des services publics, d’analyser les données pour l’évaluation des projets/programmes etc. L’occasion a été également donnée à l’expert MalickTapsoba pour partager avec les participants, les progrès réalisés au Burkina Faso en matière d’Open data. Plusieurs autres communications étaient au menu pour faciliter une meilleure appropriation de la notion des données ouvertes.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Présentation du rapport financier 2016 du Groupe : Malgré les difficultés, Mtn s’engage à mieux satisfaire sa clientèle

mtn-benin

Présent dans 22 pays d’Afrique, le Groupe Mtn a présenté ses résultats financiers pour l’année pour l’année 2016. C’était hier jeudi 2 mars 2017, en direct de l’Afrique du sud. Faisant d’une pierre, deux coups, Mtn Bénin a divulgué ses propres données en termes de chiffres d’affaires et d’investissements au pays.
 
Globalement, en terme de performances, au plan financier, 2016 a été l’année la plus difficile de l’histoire du Groupe depuis 22 ans. En effet, la société a été confrontée à un certain nombre de défis importants liés au contexte macroéconomique, politique et surtout à la réglementation. Cependant, rassurent les dirigeants, en dépit de ces difficultés, l’entreprise commence à montrer des signes encourageants d’un revirement. Pour ce qui est de Mtn-Bénin, Constant Guidibi, le chargé du contrôle de gestion et du pilotage de la performance a fait savoir qu’entre 2015  et 2016, le chiffre d’affaires n’a connu qu’une augmentation de 0, 3%. « Le revenu n’a pas trop augmenté. Dans un environnement où l’économie est en souffrance, on a essayé de maintenir le niveau de revenu à 0, 3%. Pendant ce temps, toutes les charges du Régulateur ont significativement augmenté, et encore en 2017 », a ajouté le Dg Mtn-Bénin, Stephen Blewett. En effet, si le nombre d’abonnés s’est accru d’1%, les investissements réalisés par l’opérateur mobile ont presque doublé (99%) de 2015 à 2016. Parallèlement, pour la même période, les redevances du Régulateur sont évaluées à 94%. Tout ceci a conduit à une baisse nette du bénéfice de l’entreprise, qui a chuté jusqu’à 43%. Et selon les statistiques projetées et interprétées par le chargé du contrôle de gestion et du pilotage de la performance, Mtn Bénin s’est vu obligé de réduire jusqu’à 78% et 51%, respectivement, les Sms gratuits et minutes gratuites offerts aux abonnés.

D’autres données clées…

De 2009 à 2016, en terme d’investissements, Mtn Bénin c’est 187 milliards de FCfa, en plus 1, 5 milliard FCfa de dépenses faites par la Fondation et 2,6 milliards consentis dans l’énergie en 2016. Tout calcul fait, les emplois créés sont chiffrés à 205910. Aujourd’hui, près de 98% de la population disposent d’un réseau via lequel ils peuvent communiquer (97, 67% de couverture de la population). Ce sont des chiffres qui ne mentent pas puisque sur les 22 opérateurs du Groupe Mtn en Afrique, le Ghana et le Bénin ont été les plus cités en terme de performances. Et c’est tout à l’actif de l’équipe de Mtn Bénin. « C’est heureux pour nous de savoir que nous accompagnons l’inclusion financière au Bénin », s’est réjoui Stephen Blewett.

Investir plus…

« Pour 2017, malgré la pression sur les frais de régulation qui continuent d’augmenter, nous allons continuer à investir dans la qualité du réseau et à donner plus de valeur aux consommateurs pour qu’ils puissent nous rester fidèles. Cela peut d’ailleurs se constater sur nos nouvelles offres depuis début février ». Ces mots d’assurance du Dg Mtn Bénin qui montrent à suffisance combien Mtn n’entend pas dormir sur ses lauriers, seront renchéris par le Directeur Mobile money, Virgile Toffodji. L’offre Mobile money étant l’une des offres phares de Mtn, « nous allons continuer par booster le produit Mobile money dans les contrées. Nous allons continuer par développer, avec les banques, de nouveaux services de paiements pour encourager l’épargne… », a-t-il confié.  

En savoir plus...

Pour rassembler les 2010 milliards du budget 2017 : La Rupture met les GSM à terre

GSM

Sale temps pour les réseaux de téléphonie mobile. Le gouvernement de la Rupture, du Nouveau départ puis du Bénin révélé, multiplie les décisions qui n’arrangent pas les réseaux GSM. Il joue habilement sur le prétexte du coût élevé des communications pour acculer les réseaux dans leur dernier retranchement, tout en faisant croire à la population, que c’est pour son intérêt. En effet, quel consommateur n’a pas envie de payer sa communication au prix le plus bas, si possible ne rien payer du tout ? En même temps qu’une campagne médiatique est faite pour montrer à l’opinion que le gouvernement a baissé les taxes au niveau des GSM afin qu’ils baissent à leur tour le coût des communications, on passe par d’autres moyens pour demander à ces mêmes GSM des montants faramineux. Les opérateurs GSM qui ont payé la Licence à plusieurs milliards de FCFA, on leur envoie une facture qui dépasse l’argement le coût de la même Licence en moins de 10 ans. Du coup, les opérateurs GSM ont contre eux et l’Etat, et les consommateurs. Mais la raison de cet acharnement, de cette volonté de pressurer  les GSM est tout autre. Rassembler 2010 milliards dans un contexte de morosité économique, de baisse des recettes suite à la crise du naira, se révèle de plus en plus un casse-tête pour le gouvernement Talon. Alors, il jette son dévolu sur les GSM.

En son temps, beaucoup de voix s’étaient levées pour dire que rassembler 2010 milliards Fcfa dans un contexte de crise économique relèverait de l’utopie. Même les députés qui ont voté le budget n’y avaient pas trop cru. Aujourd’hui, les faits prouvent combien le gouvernement du Bénin révélé peine à donner corps à son rêve. A la douane, les équipes se renouvellent sans que le résultat attendu ne soit au rendez-vous. Les emprunts obligataires se succèdent sans grand succès. Ne sachant plus que faire, le gouvernement trouve dans les GSM l’autre moyen de renflouer les caisses de l’Etat. Dans un contexte international où les acteurs de l’industrie des télécoms se réunissent au Mobile World Congress à Barcelone pour discuter des questions de dérégulation du secteur des télécoms, au Bénin, les acteurs subissent une pression à travers les frais de régulation qui ont doublé en une année. De 9%, les frais de régulation du revenu annuel des réseaux de télécom sont passés à 21% l’année dernière et la probabilité est grande que des augmentations soient encore constatées cette année. Aujourd’hui, dans la sous-région ouest-africaine, le Bénin est le pays où les frais de régulation dans le secteur des télécoms sont les plus élevés. Dans le même temps, le gouvernement du Chef de l’Etat Patrice Talon demande aux opérateurs de réduire sensiblement les tarifs de communication. Mais ce que la grande partie des consommateurs ignore, c’est que tous les surcoûts auxquels les GSM sont actuellement confrontés rejailliront d’une manière ou d’une autre sur le consommateur final.

Mauvais signal aux investisseurs, des actions de développement en berne

A bien analyser la situation, on est tenté de dire que le gouvernement veut d’une chose et son contraire. Comment comprendre, en effet, que le même gouvernement qui prône le partenariat public-privé, qui a même fait voter par le parlement une loi  dans ce sens et dont le chef parcourt le monde entier pour inviter les investisseurs à venir au Bénin, comment comprendre que ce même gouvernement exerce une pression sur les entreprises qui opèrent déjà sur le territoire national ? Quel signal le Chef de l’Etat est en train d’envoyer à la communauté des affaires au plan international ? En tout cas, ce n’est sûrement pas celui d’un pays où l’Etat aide les entreprises à prospérer dans leurs affaires.

Dans le même temps, ces surcoûts qu’on crée aux opérateurs GSM dans le seul but de rassembler coûte que coûte 2010 milliards Fcfa, quand bien même cela s’avère une mission presque impossible, auront un impact direct sur les services «Plus» dont bénéficiaient les consommateurs. Cela entraînera l’absence de promotion, des SMS gratuits, des Forfaits internet gratuits, des Bonus Mobile Money, etc. Mais le plus grave, c’est les actions de développement et d’assistance aux couches démunies auxquelles ces réseaux de téléphonie mobile s’adonnent. N’oublions pas qu’autant qu’ils sont, les GSM investissent une partie de leur bénéfice dans des actions sociales avec des dons dans les orphelinats, la construction d’infrastructures éducatives et sociocommunautaires. Il y a là un vide que l’Etat a laissé depuis des lustres et que les GSM essaient de combler. Mais s’ils ne disposent plus de beaucoup de marge de manœuvre, les populations qui ont besoin de ces actions sociales ne pourront plus en bénéficier. Le gouvernement a alors intérêt à revoir sa copie. Vouloir tout prendre en même temps chez les GSM peut priver le Bénin de beaucoup d’autres choses dont ont besoin les populations.

Worou BORO

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !