TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Hi-Tech

Conférence publique au Ministère des Affaires étrangères : Blolab expose les avantages du numérique aux entreprises

Blolab

Le Blolab a organisé, vendredi 24 mars 2017, en partenariat avec Solidd Group et le Campus numérique francophone, une conférence publique sur les nouveaux usages du numérique appliqués à l’entreprise. Partie intégrante de la quinzaine de la Francophonie, la présente conférence qui s’est déroulée dans la salle “Fleuve jaune“ du Ministère des affaires étrangères a permis aux chefs d’entreprises de cerner les multiples avantages liés à l’usage du numérique.

Partager les enjeux clés du numérique pour les entreprises et organisations et anticiper l’évolution des usages du numérique et de leurs impacts. Tel est l’objectif visé par Blolab à travers la présente conférence publique à laquelle étaient conviés des chefs d’entreprises, des jeunes entrepreneurs, des étudiants et autres. A l’ouverture des activités, le président du Blolab, Médard Agbayazan a fait savoir que d’éminents conférenciers ont été sollicités en vue de partager avec l’assistance, quelques solutions numériques pratiques pouvant faciliter la croissance des entreprises. Dans sa communication, le Conseiller technique à l’information de l’Assemblée nationale, Parfait Ahoyo a démontré que la transformation numérique est aujourd’hui, le véritable levier de compétitivité et de croissance des entreprises. Exposant les impacts de l’économie numérique sur la croissance en général, il s’est référé à une étude de Coe-Rexecode, pour estimer double, la contribution de l’économie numérique. Seul secteur n’ayant pas été affecté par la crise et la seule révolution en croissance aujourd’hui, l’économie numérique apporte une contribution directe par l’augmentation du capital numérique en tant que facteur de production. Après avoir évoqué les différents mécanismes de productivités en lien avec le numérique, il a souligné la nécessité pour les entreprises d’aller vers le numérique et de s’approprier les nouveaux usages  pour plus de rentabilité. Quant à Noah Agbaffa Padonou, il a partagé quelques solutions numériques susceptibles d’accroître la  performance des entreprises. Selon ses propos, disposer d’une entreprise 3.0 amène à se doter impérativement d’un site internet pour la visibilité des produits et  services et surtout à procéder à la veille concurrentielle pour protéger sa réputation. D’autres points importants ont été abordés par le conférencier. A sa suite, le président Médard Agbayazan a exposé au public, les activités et startups du Blolab. Espace d’innovation numérique, sociale et de démocratisation technologique, le Blolab, à travers son startup Solidd Group apporte des solutions numériques aux entreprises. Les principaux domaines d’activités concernent la Stratégie web et communication, la géolocalisation, le marketing digital, les productions audiovisuelles. Le Blolab est le tout premier Fablab, laboratoire de fabrication numérique au Bénin, un espace de démocratisation de l’accès aux technologies numériques. Prenant la parole, le Directeur du Campus numérique a également fait savoir les domaines d’intervention notamment la formation à distance qu’offre le Campus. Une séance trouvée très  édifiante à la fin par l’assistance.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Gestion moderne et efficiente des Pme : Mtn Bénin propose ses innovations technologiques aux pharmacies

MTN-Benin-pharmacie

Des solutions technologiques innovantes  qui font leurs preuves ailleurs, existent aussi au Bénin. Ces solutions, Mtn en a le secret. C’est pourquoi, l’opérateur Gsm, dans son ambition d’élargir sa liste de partenariat, a jugé utile de rencontrer l’Ordre national des pharmaciens du Bénin, aile Toukourou ; des grossistes et pharmaciens, pour échanger avec eux sur ses offres qui vont contribuer à révolutionner leur secteur d’activité. La rencontre breakfast a eu lieu vendredi 10 mars 2017 dans un hôtel vers l’aéroport de Cotonou.
                                                           
Les innovations digitales en pharmacie, comment profiter du cloud : la gestion intelligente du stock de médicaments, l’alerte de stock faible, l’anticipation de rupture grâce à des procédés d’analyse, le web to store… Ce sont entre autres réalités technologiques qui existent et qui ont été exposées aux professionnels en pharmacie. De façon pratique, le bureau de l’Ordre, les grossistes et pharmaciens présents à la rencontre ont pris connaissance des offres dont dipose Mtn à travers son entité Mtn Business créée en 2015 pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises. Que ça soit Mtn control, logiciel conçu pour la gestion efficace des stocks, du parc automobile, la limitation de zone ou de la vitesse chez le conducteur de véhicule ; Mtn standard Pro pour la gestion des flux d’appels entrants en fonction des besoins de chaque appelant ; Mtn Internet Pro avec une connexion illimitée à coût réduit et efficient ; le Mobile money et ses différents modes de paiement déjà effectifs dans certaines pharmacies  du Bénin, aucune solution et ses avantages pour le secteur spécifique de la pharmacie n’a été laissée de côté. « C’était vraiment passionnant, et les pharmaciens étaient très intéressés. Ils ont posé beaucoup de questions, ils ont fait pleins d’apports  pour nous permettre d’améliorer les solutions que nous avons envisagées pour eux. On a pu nouer de sérieux contacts et beaucoup se sont engagés à nous recevoir dès la semaine prochaine pour poursuivre les discussions et nouer des partenariats, signer des contrats », a confié Prisca Dedegbe, chef de vente pour le segment des petites et moyennes entreprises à Mtn Bénin à la fin de la séance. De leur côté, les invités de Mtn, à travers la présidente de l’Ordre, Moutiatou Toukourou, ont salué l’initiative et bien apprécié les différentes présentations à eux faites par des jeunes compétences locales. 

En savoir plus...

Télécoms au Bénin : BBCOM de nouveau actif ?

bbcom

L’homme d’affaires Issa Salifou dit « Salé » a enfin réussi à céder ses parts dans la société de téléphonie mobile Bell  Bénin Communication. « L’opérateur de téléphonie mobile BBCOM n’est plus fonctionnel depuis plusieurs semaines. Les portes de l’opérateur Gsm sont fermées et les diverses raisons de ce disfonctionnement restent encore obscures. Impossible pour les 132 800 abonnés d’effectuer des appels et les 187 agents sont condamnés au chômage. » C’est ce qu’écrivait le 19 janvier 2016 le site Internet beninwebtv.com

Mais tout cela appartient désormais au passé, par cession d’actions publiée dans les annonces classées du GUFE le 6 Février 2017, Monsieur Salifou a cédé à Global Tecomnet Limited, 540000 actions sur les 600 000 actions qu’il possède. Selon les premières informations, le dernier directeur des ressources humaines (une dame, ndlr) a déjà averti les anciens employés de se préparer à participer à des tests de recrutement à venir. Cette opération sonne donc le réveil de l’opérateur, le seul détenu par des capitaux béninois et permet aussi la reprise des emplois et une dynamisation du secteur des télécommunications. Issa Salifou qui avait manifesté le désir de voir l’opérateur repris par une entreprise disposant de l’expérience nécessaire pour la développer, voit son vœu exaucé.

Mais qui a vraiment racheté Bell Benin ?

De nos investigations, il ressort quelques informations qui gagneraient à être clarifiées. Il s’agit du fait que Global Tecomnet Limited ne semble pas avoir d’existence autre que légale. Nos recherches ne nous ont pas permis d’identifier une activité préalable dans le secteur des télécoms ou même un simple site Internet. La question qui se pose à ce niveau est de savoir si les autorités de régulation, ont pu vérifier les documents du nouvel acquéreur pour s’assurer que la continuité du service ne sera plus mise en péril. Une petite recherche sur le site des autorités nigérianes, montre que la société GLOBAL TECOMNET LIMITED, sous le numéro 1300123 et sise au 23B Dr. S Ezukuse Close Lekki Phase 1, a été enregistré le 19 Novembre 2015. Moins de 2 années d’existence pour le nouvel acquéreur ? En outre le représentant légal de ladite société Steve Ideh OCHUKO né en Mai 1954, ne serait connu que dans la zone offshore de Londres pour une société Pneuma Connect Limited. Un profil ressemblant à celui d’un prête-nom.

Worou BORO

En savoir plus...

Open data Day 2017 à Cotonou : L’Ab-Bénin expose le lien données ouvertes - bonne gouvernance

Maurice-Thantan

L’Association des blogueurs du Bénin (Ab-Bénin) a célébré, à l’instar de la communauté internationale, l’édition 2017 de l’Open data day. Les manifestations commémoratives se sont déroulées samedi, 04 mars 2017 dans les locaux de Blolab à Kindonou. A travers une série de communications, les participants ont cerné l’importance des données ouvertes dans la bonne gouvernance des affaires publiques.

“Apprendre et comprendre les données ouvertes comme levier de transparence”, c’est le thème qui a focalisé toutes les attentions au cours de la célébration de la Journée des données ouvertes (Open data). Initié par l’Ab-Bénin en collaboration avec Blolab qui vient de boucler une campagne de crowdfunding pour sa rénovation, l’évènement a permis de sensibiliser davantage les pouvoirs publics, les médias, les organisations de la société civile mais surtout les citoyens de façon générale sur l’intérêt des données ouvertes. Cet objectif s’inscrit dans une perspective de lutte contre la corruption et de promotion de la transparence dans la gestion des choses publiques à travers la facilitation de l’accès à l’information, but ultime des données ouvertes. Dans son mot de bienvenue, le président de l’Ab-Bénin a rappelé certaines difficultés motivant la non-organisation des précédentes éditions de ladite Journée avant de s’acquitter d’un devoir de reconnaissance à l’endroit des partenaires financiers de l’Open data day 2017. Dans sa communication liminaire, il est revenu sur l’historique des données ouvertes dans le monde. De l’étape d’écriture à celle de la mise en données des populations ou statistiques publiques en passant par l’archivage, les métadonnées, la mise en données de l’espace, les données ouvertes ont été véritablement prônées à partir de 2009 aux USA avec la volonté politique de Barack Obama. Aux dires de Maurice Thantan, une donnée n’est ouverte que lorsqu’elle peut être librement utilisée, modifiée et partagée sans restriction aucune. L’ouverture technique, juridique et économique des données ouvertes a été également abordée sans oublier les principes contenus dans la Charte internationale de l’Open data. A sa suite, Franck Kouyami a, dans son intervention, fait ressortir la nécessité d’opter pour les données ouvertes en vue de promouvoir la bonne gouvernance des ressources publiques. Pour lui, l’Open data est un mouvement visant à rendre accessible à tous via le web, les données publiques, non nominatives, ne relevant ni de la vie privée ni de la sécurité collectées par les organismes publics ou financés par des fonds publics. Toute chose qui, selon Franck Kouyami, devra permettre de prendre des décisions éclairées, de formuler des idées innovantes à partir de nouvelles perspectives acquises, d’améliorer la performance des services publics, d’analyser les données pour l’évaluation des projets/programmes etc. L’occasion a été également donnée à l’expert MalickTapsoba pour partager avec les participants, les progrès réalisés au Burkina Faso en matière d’Open data. Plusieurs autres communications étaient au menu pour faciliter une meilleure appropriation de la notion des données ouvertes.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Présentation du rapport financier 2016 du Groupe : Malgré les difficultés, Mtn s’engage à mieux satisfaire sa clientèle

mtn-benin

Présent dans 22 pays d’Afrique, le Groupe Mtn a présenté ses résultats financiers pour l’année pour l’année 2016. C’était hier jeudi 2 mars 2017, en direct de l’Afrique du sud. Faisant d’une pierre, deux coups, Mtn Bénin a divulgué ses propres données en termes de chiffres d’affaires et d’investissements au pays.
 
Globalement, en terme de performances, au plan financier, 2016 a été l’année la plus difficile de l’histoire du Groupe depuis 22 ans. En effet, la société a été confrontée à un certain nombre de défis importants liés au contexte macroéconomique, politique et surtout à la réglementation. Cependant, rassurent les dirigeants, en dépit de ces difficultés, l’entreprise commence à montrer des signes encourageants d’un revirement. Pour ce qui est de Mtn-Bénin, Constant Guidibi, le chargé du contrôle de gestion et du pilotage de la performance a fait savoir qu’entre 2015  et 2016, le chiffre d’affaires n’a connu qu’une augmentation de 0, 3%. « Le revenu n’a pas trop augmenté. Dans un environnement où l’économie est en souffrance, on a essayé de maintenir le niveau de revenu à 0, 3%. Pendant ce temps, toutes les charges du Régulateur ont significativement augmenté, et encore en 2017 », a ajouté le Dg Mtn-Bénin, Stephen Blewett. En effet, si le nombre d’abonnés s’est accru d’1%, les investissements réalisés par l’opérateur mobile ont presque doublé (99%) de 2015 à 2016. Parallèlement, pour la même période, les redevances du Régulateur sont évaluées à 94%. Tout ceci a conduit à une baisse nette du bénéfice de l’entreprise, qui a chuté jusqu’à 43%. Et selon les statistiques projetées et interprétées par le chargé du contrôle de gestion et du pilotage de la performance, Mtn Bénin s’est vu obligé de réduire jusqu’à 78% et 51%, respectivement, les Sms gratuits et minutes gratuites offerts aux abonnés.

D’autres données clées…

De 2009 à 2016, en terme d’investissements, Mtn Bénin c’est 187 milliards de FCfa, en plus 1, 5 milliard FCfa de dépenses faites par la Fondation et 2,6 milliards consentis dans l’énergie en 2016. Tout calcul fait, les emplois créés sont chiffrés à 205910. Aujourd’hui, près de 98% de la population disposent d’un réseau via lequel ils peuvent communiquer (97, 67% de couverture de la population). Ce sont des chiffres qui ne mentent pas puisque sur les 22 opérateurs du Groupe Mtn en Afrique, le Ghana et le Bénin ont été les plus cités en terme de performances. Et c’est tout à l’actif de l’équipe de Mtn Bénin. « C’est heureux pour nous de savoir que nous accompagnons l’inclusion financière au Bénin », s’est réjoui Stephen Blewett.

Investir plus…

« Pour 2017, malgré la pression sur les frais de régulation qui continuent d’augmenter, nous allons continuer à investir dans la qualité du réseau et à donner plus de valeur aux consommateurs pour qu’ils puissent nous rester fidèles. Cela peut d’ailleurs se constater sur nos nouvelles offres depuis début février ». Ces mots d’assurance du Dg Mtn Bénin qui montrent à suffisance combien Mtn n’entend pas dormir sur ses lauriers, seront renchéris par le Directeur Mobile money, Virgile Toffodji. L’offre Mobile money étant l’une des offres phares de Mtn, « nous allons continuer par booster le produit Mobile money dans les contrées. Nous allons continuer par développer, avec les banques, de nouveaux services de paiements pour encourager l’épargne… », a-t-il confié.  

En savoir plus...

Pour rassembler les 2010 milliards du budget 2017 : La Rupture met les GSM à terre

GSM

Sale temps pour les réseaux de téléphonie mobile. Le gouvernement de la Rupture, du Nouveau départ puis du Bénin révélé, multiplie les décisions qui n’arrangent pas les réseaux GSM. Il joue habilement sur le prétexte du coût élevé des communications pour acculer les réseaux dans leur dernier retranchement, tout en faisant croire à la population, que c’est pour son intérêt. En effet, quel consommateur n’a pas envie de payer sa communication au prix le plus bas, si possible ne rien payer du tout ? En même temps qu’une campagne médiatique est faite pour montrer à l’opinion que le gouvernement a baissé les taxes au niveau des GSM afin qu’ils baissent à leur tour le coût des communications, on passe par d’autres moyens pour demander à ces mêmes GSM des montants faramineux. Les opérateurs GSM qui ont payé la Licence à plusieurs milliards de FCFA, on leur envoie une facture qui dépasse l’argement le coût de la même Licence en moins de 10 ans. Du coup, les opérateurs GSM ont contre eux et l’Etat, et les consommateurs. Mais la raison de cet acharnement, de cette volonté de pressurer  les GSM est tout autre. Rassembler 2010 milliards dans un contexte de morosité économique, de baisse des recettes suite à la crise du naira, se révèle de plus en plus un casse-tête pour le gouvernement Talon. Alors, il jette son dévolu sur les GSM.

En son temps, beaucoup de voix s’étaient levées pour dire que rassembler 2010 milliards Fcfa dans un contexte de crise économique relèverait de l’utopie. Même les députés qui ont voté le budget n’y avaient pas trop cru. Aujourd’hui, les faits prouvent combien le gouvernement du Bénin révélé peine à donner corps à son rêve. A la douane, les équipes se renouvellent sans que le résultat attendu ne soit au rendez-vous. Les emprunts obligataires se succèdent sans grand succès. Ne sachant plus que faire, le gouvernement trouve dans les GSM l’autre moyen de renflouer les caisses de l’Etat. Dans un contexte international où les acteurs de l’industrie des télécoms se réunissent au Mobile World Congress à Barcelone pour discuter des questions de dérégulation du secteur des télécoms, au Bénin, les acteurs subissent une pression à travers les frais de régulation qui ont doublé en une année. De 9%, les frais de régulation du revenu annuel des réseaux de télécom sont passés à 21% l’année dernière et la probabilité est grande que des augmentations soient encore constatées cette année. Aujourd’hui, dans la sous-région ouest-africaine, le Bénin est le pays où les frais de régulation dans le secteur des télécoms sont les plus élevés. Dans le même temps, le gouvernement du Chef de l’Etat Patrice Talon demande aux opérateurs de réduire sensiblement les tarifs de communication. Mais ce que la grande partie des consommateurs ignore, c’est que tous les surcoûts auxquels les GSM sont actuellement confrontés rejailliront d’une manière ou d’une autre sur le consommateur final.

Mauvais signal aux investisseurs, des actions de développement en berne

A bien analyser la situation, on est tenté de dire que le gouvernement veut d’une chose et son contraire. Comment comprendre, en effet, que le même gouvernement qui prône le partenariat public-privé, qui a même fait voter par le parlement une loi  dans ce sens et dont le chef parcourt le monde entier pour inviter les investisseurs à venir au Bénin, comment comprendre que ce même gouvernement exerce une pression sur les entreprises qui opèrent déjà sur le territoire national ? Quel signal le Chef de l’Etat est en train d’envoyer à la communauté des affaires au plan international ? En tout cas, ce n’est sûrement pas celui d’un pays où l’Etat aide les entreprises à prospérer dans leurs affaires.

Dans le même temps, ces surcoûts qu’on crée aux opérateurs GSM dans le seul but de rassembler coûte que coûte 2010 milliards Fcfa, quand bien même cela s’avère une mission presque impossible, auront un impact direct sur les services «Plus» dont bénéficiaient les consommateurs. Cela entraînera l’absence de promotion, des SMS gratuits, des Forfaits internet gratuits, des Bonus Mobile Money, etc. Mais le plus grave, c’est les actions de développement et d’assistance aux couches démunies auxquelles ces réseaux de téléphonie mobile s’adonnent. N’oublions pas qu’autant qu’ils sont, les GSM investissent une partie de leur bénéfice dans des actions sociales avec des dons dans les orphelinats, la construction d’infrastructures éducatives et sociocommunautaires. Il y a là un vide que l’Etat a laissé depuis des lustres et que les GSM essaient de combler. Mais s’ils ne disposent plus de beaucoup de marge de manœuvre, les populations qui ont besoin de ces actions sociales ne pourront plus en bénéficier. Le gouvernement a alors intérêt à revoir sa copie. Vouloir tout prendre en même temps chez les GSM peut priver le Bénin de beaucoup d’autres choses dont ont besoin les populations.

Worou BORO

En savoir plus...

Communications électroniques et poste : L’ABSU-CEP passe à la norme ISO 9001 version 2015

emile-kougbadi

Certifiée ISO 9001 : 2008 le 04/01/2016, l’Agence Béninoise du Service Universel des Communications Electroniques et de la Poste (ABSU-CEP) a, après un an postulé à la version 2015 du certificat ISO 9001à l’occasion de l’audit de surveillance en date des 25 et 26 octobre 2016. Au cours de l’audit, le déroulement des processus a été examiné sur la base d’exemples concrets et représentatifs. Le respect des exigences du référentiel a également été vérifié par rapport à la documentation du système de management de l’Agence. Ceci a été fait par sondage, en questionnant et en prenant connaissance des documents de travail correspondants. L’Agence a intégralement respecté les exigences du nouveau référentiel de certification. Cela a permis à l’organisme DEKRA certification SAS de décerner le certificat ISO 9001 version 2015 à l’ABSU-CEP pour compter du 04 janvier 2017.

Le système de management qualité est complet et couvre toutes les activités de l’Agence. Tous les processus relatifs à l’intitulé de l’activité « Pilotage et mise en œuvre des stratégies et politiques de service universel des communications électroniques et de la poste » sont certifiés.

Une activité qui répond aux objectifs de l’axe2 du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) 2016-2021 : « amélioration de la gouvernance ». Le passage en 2017 à la certification ISO 9001 version 2015 traduit l’engagement de l’Agence à améliorer sans cesse ses processus et la qualité de ses ressources humaines par des formations appropriées afin de satisfaire les besoins de la population pour une inclusion numérique.

Cette nouvelle distinction augure d’une bonne qualité de la gouvernance managériale de l’ABSU-CEP.

 

En savoir plus...

Innovation dans le secteur des Gsm au Bénin : « MyMTN », l’application qui vous simplifie désormais la vie

MyMTN

Le souci de la qualité des services fournis par le réseau, l’écoute des abonnés et clients, l’enregistrement et le traitement de leurs préoccupations avec ses près de 200 agences un peu partout sur l’étendue du territoire national, et enfin l’innovation. C’est ce qui caractérise Mtn-Bénin dans ses activités au quotidien. Fort de cela, l’opérateur Gsm met à la disposition de sa clientèle, une application. MyMTN, c’est le nom donné à cette interface qui n’est rien d’autre qu’un conseiller clientèle en poche. Son lancement officiel a eu lieu hier lundi 20 février 2017 à la nouvelle Direction générale de Mtn-Bénin.

Avec MyMTN, tout devient désormais plus simple chez MTN. Il suffit juste de télécharger la nouvelle application dans Google play, App store ou windows store sur votre smartphone ou Android. Après l’avoir installée, vous avez tous les produits MTN dans une application. En effet, avec MyMTN, vous avez la possibilité d’activer directement et de gérer plus facilement votre compte, vos opérations Mobile money, vos forfaits, de transférer du crédit à un proche, de voir le relevé de vos transactions, d’envoyer des requêtes au service client. Cerise sur le gâteau, grâce à MyMTN,  vous pouvez  géo localiser une agence MTN pour vos besoins. Autant de clients, autant de besoins ou de préoccupations. Conscient de cela et pour satisfaire au mieux sa clientèle dans un monde qui se modernise et se numérise à grand pas, MTN a eu l’ingénieuse idée d’inventer cette application aux nombreux avantages. Pour Alain Bossou, Point focal Bénin de MyMTN, c’est une application à très faible volume (moins de 4 Mo), compatible avec les smart, Android… et qui permet au client de gagner en temps. C’est encore nulle part ailleurs ! Pour preuve, sur les 22 opérations que compte le Groupe MTN, MTN Bénin est le premier opérateur à procéder au lancement de cette innovation.  C’est donc à juste titre que le Directeur général de MTN-Bénin, Stephen Blewett s’est réjoui de cette prouesse devant la délégation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), les représentants des consommateurs et autres invités présents à la cérémonie.

Carolle Toho Acclassato, Vice-présidente de l’Arcep-Bénin livre ses impressions :

« Vous savez très bien que dans le programme d’actions du gouvernement, le Bénin a pour objectif de transformer sa plateforme en une plateforme numérique. L’innovation de MTN est à saluer (…). C’est une application qui est la bienvenue (…). Il y a beaucoup de choses que nous venons de découvrir à travers ce lancement et nous pensons que c’est une application que les abonnés vont apprécier surtout que MTN a promis de faire en sorte que l’Internet soit à un niveau tel que l’Arcep l’a défini »

En savoir plus...

A la suite de la ministre de l’Economie numérique : L’Arcep tient à la baisse des tarifs de communication

Flavien-Bachabi-Pr-Arcep

L’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep) tient au respect des engagements contenus dans les cahiers de charges pour une concurrence saine dans le secteur des Gsm, surtout que le gouvernement de Patrice Talon a revu à la baisse la taxation comme indiqué dans la loi de finances 2017. C’est pourquoi, ses membres ont tenu une séance huis clos vendredi 17 février 2017 avec les différents opérateurs de téléphonie mobile au Bénin. Cette rencontre, la première depuis la prise de service des  nouveaux acteurs de l’Arcep, s’inscrit dans la droite ligne de celle qu’a eue la ministre de l’Economie numérique avec ces opérateurs. Outre la question de la qualité des services, des tarifs de voix et de Sms à réduire, les échanges ont porté sur les Sim box. Par ailleurs, ces opérateurs ont été conviés à procéder à la désactivation de toutes les cartes Sim des abonnés non identifiés, de contrôler leurs master distributeurs. En retour, les opérateurs ont appelé l’attention de l’Arcep sur la question relative aux redevances de fréquences sur lesquelles ils ne sont pas encore fixés et qui sont partie intégrante des coûts et donc des tarifs.Voici le point de la séance, fait par Flavien Bachabi, président de l’Arcep Bénin, structure trait d’union entre le gouvernement, l’Etat et les consommateurs.

« …C’était l’occasion pour nous de présenter les membres du conseil et faire un suivi des différentes réunions que les mêmes opérateurs Gsm ont eues avec le ministre de tutelle notamment sur les questions liées à la qualité des services. Et ce n’est qu’une manière pour nous d’amplifier les plaintes de tous les usagers que nous recevons. Egalement, nous avons parlé des problèmes de Sim box qui sont des manipulations un peu frauduleuses dans nos réseaux, et qui sont préjudiciables mêmes aux opérateurs, eux-mêmes, aux consommateurs et à l’Etat. Finalement nous avons parlé des tarifs. Et pour cette réunion, nous avons mis l’accent particulièrement sur les tarifs, étant donné que l’Etat a fait un effort significatif en direction des opérateurs en baissant les taxes, et c’est une baisse significative ; c’est pratiquement divisé par deux, ces taxes. Nous pensons que l’Etat ayant fait cet effort, eux ils devraient pouvoir faire un effort dans le sens de baisser les tarifs pour les consommateurs surtout que nous avons la conviction que s’ils baissent les tarifs ils verront leurs chiffres d’affaires augmenter parce que les gens vont communiquer plus… Nous avons fait certaines propositions qui feront objet de décisions dans le sens d’une baisse significative des tarifs dès la semaine prochaine (…). Les opérateurs ont reconnu que l’Etat a fait un effort significatif, ce qu’ils ont beaucoup apprécié…».

En savoir plus...

Les réseaux GSM au BENIN : Le Gouvernement appelle à une amélioration des services

Rafiatou-Monrou

Le vendredi 10 février 2017 s’est tenue une rencontre entre les opérateurs des réseaux GSM installés au Bénin  et madame la Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Rafiatou Monrou en présence du Secrétaire Exécutif de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP), dans les locaux du cabinet de ce même ministère, suite aux kyrielles de plaintes que les abonnés dénoncent chaque jour.

Etaient présents à cette séance de rencontre, tous les responsables des réseaux GSM exerçant sur le territoire béninois, il s’agit de MTN, MOOV, GLO et LIBERCOM. Les points inscrit à l'ordre du jour de cette rencontre avec la Ministre Rafiatou Monrou, ont porté premièrement sur la qualité des services offerts aux abonnés et  ensuite sur les tarifications de communication appliquées.Les raisons qui ont motivé l’organisation de cette rencontre sont subjectives au désirde garantir à moindre coût la tarification de la communication en république du Bénin, des services de très haute qualité dans ce secteur,conformément au vœu du Chef de l’Etat. Tour à tour, chaque responsable des réseaux GSM a pris la parole pour s’expliquer sur les différentes raisons qui justifient le fait que, malgré les reformes des taxations sur les services qui sont passés de 23% à 10% depuis le début de l’année 2017, les abonnés des différents réseaux  ne sentent toujours pas l’amélioration de la baisse du coût de la communication.L’autre situation à laquelle la ministre a sommé les responsables des réseaux GSM à régler très vite,  est celle qui concerne le «SIM BOXING». Qui est un système de fraude sur les appels internationaux entrants.

Le fonctionnement du «Sim Box»est la suivante, imaginez par exemple  que vous recevez un appel international,au lieu que le numéro de téléphone qui apparait sur votre téléphone soit un numéro international, c’est plutôt un numéro local que vous voyez.Et ce qui est plus surprenant encore, il vous est impossible de rappeler votre correspondant de l’étranger parce que ce numéro local ne passe pas par la suite.Une fraude qui fait perdre beaucoup d’argent au Trésor public.A cet effet, un délai d’une semaine a été donné aux différents réseaux pour désactiver les utilisateurs des «SIMBOXING» au risque de subir des pénalités qui leurs seront appliquées en cas de récidive, car ils ont l'obligation d'assurer la sécurité de leur réseau.Pour ce qui concerne l’effectivité de l’amélioration de la qualité des services, il est à préciser qu’un comité composé des représentants du Ministère, de l'ARCEP et des opérateurs GSM passera dès la semaine prochaine aux contrôles et des pénalités seront appliquées aux opérateurs défaillants. Les responsables des Gsm ont promis à la ministre de mettre tout en œuvre dès cette semaine pour revoir les paramétrages afin de remédier aux différents problèmes évoqués pour le bonheur de la population béninoise qui constitue leurs différents clients.

Kamar ADJIBADE

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !