TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Djalil ASSOUMA, Directeur général de Bénin Télécoms SA : Une belle cure de jouvence pour le service public des télécommunications

dg-bt

Alerte et intelligent, il l’est assurément. Mais disons-le aussi en un mot, Djalil Assouma est courageux. Car, il en faut du courage et de la détermination pour accepter sans sourciller un poste dans une maison où, disons les choses clairement, il n’était pas vraiment attendu. C’est pourquoi, nous nous risquerons d’affirmer que les mots peur et démission ne font pas partie de son vocabulaire. Et d’ailleurs, pourquoi avoir peur d’une mission pour laquelle on estime être prêt, pour laquelle on est assuré d’avoir les compétences ? Et puis, c’est qu’il faut croire en la jeunesse. Comme le disait François Mittérand, « Si la jeunesse n’a pas toujours raison, la société qui la méconnait et qui la frappe a toujours tort ».

A 35 ans, Djalil Assouma est en effet, l’un des plus jeunes dirigeants de société d’Etat au Bénin.  Il est titulaire d’un MBA en Finances et Stratégie de l’Université Concordia de Montréal, d’un Master Es Science en génie Informatique et d’un diplôme d’ingénieur en Télécommunications de l’École Polytechnique de Montréal au Canada. Mais le talent ne vient pas tout seul, il faut le polir, le travailler. Djalil Assouma a toujours été un élève studieux et assidu. Sa rigueur et sa ténacité au collège, lui permettront de décrocher à 17 ans, son Bac série C avec mention Bien. L’Etat le récompensera par une bourse d’étude. Son expérience en ingénierie des Télécommunications et dans les systèmes d’information, sa vision novatrice, moderne et dynamique du service publique, son envie de contribuer à l’émergence économique de son pays, lui ont permis de se distinguer et de rejoindre le cercle convoité des jeunes managers béninois qui comptent au Bénin. Depuis sa nomination en mars dernier, il a décidé de faire parler ses actions et impacter le secteur, à travers le repositionnement de l’entreprise mère des télécommunications au Bénin.

Vous avez fait tout votre cursus universitaire et professionnel à Montréal au Canada, Bénin Télecoms est votre première expérience africaine. La différence est-elle énorme ?

Oui, la différence est très considérable. Mais je tiens à rappeler que le Bénin n’est pas ma première expérience africaine car j’ai eu à travailler pendant 2 ans pour le compte de Algérie Télécoms, dans le cadre de la préparation à son ouverture de capital en vue du renforcement des capacités du réseau de télécommunications. La différence se remarque surtout au niveau de l’organisation du travail. A Montréal, l’organisation du travail est basée sur la recherche constante de l’efficacité à travers un processus d’amélioration continue. Ici, il existe une lourdeur administrative qui va parfois contre la performance et l’efficacité. Un autre aspect est le niveau de la responsabilisation. En Amérique du nord, le plus simple agent se sent responsabilisé à travers la fonction qu’il occupe. Ici, la responsabilité est souvent au niveau élevé de la hiérarchie.

Vous avez décidé de quitter l’occident pour rentrer au pays. Un cheminement que certains jeunes, ne comprendront peut-être pas, vu le nombre croissant d’entre eux qui veulent aller à l’étranger.

Vous savez, je comprends tous ces jeunes qui se livrent à cette aventure. C’est certainement, parce qu’ils ne sont pas assez informés des conditions de vie, d’étude ou de travail en occident et pensent que c’est l’eldorado. A tous ceux-là qui peuvent me croire, je voudrais dire qu’il y a vraiment beaucoup à découvrir à l’extérieur mais, il vaut mieux rester au pays pour participer à sa construction. D’ailleurs, aujourd’hui avec la technologie, le monde de plus en plus, devient un village planétaire et toute sorte de connaissances peuvent s’acquérir sur place. Moi, c’est à la faveur d’une bourse d’étude obtenue grâce à mon rendement en classe que j’ai voyagé. Pour ceux qui sont dans ces conditions aussi, il est important qu’ils comprennent qu’ils devront revenir au pays, mettre les connaissances acquises à l’étranger, au service du développement de leur Nation.

Expliquez donc à ces jeunes, comment devient-on Directeur Général d’une des plus grandes sociétés du Bénin ?

C’est par le travail et le travail bien fait. Il faut pouvoir se faire distinguer depuis les écoles et se montrer capable d’assumer de hautes fonctions. Comme je viens de le dire, c’est la Nation qui m’a permis de faire de hautes études et je me trouve en position redevable vis-à-vis de la République d’où l’opportunité du service que je lui rends en tant que Directeur Général aujourd’hui, grâce à la confiance faite en moi par le Chef de l’Etat à qui je rends un grand hommage. Par ailleurs, pour assumer convenablement une telle responsabilité, il faut pouvoir développer une certaine maîtrise du domaine d’activité et avoir des aptitudes avérées en management.  

Vous êtes en pleine offensive commerciale avec un de vos produits phares : FIBE. Parlez-nous-en.

Vous savez Bénin Télécoms SA pendant longtemps, s’est évertuée à satisfaire les demandes de la clientèle sans chercher à identifier les besoins réels de ces clients pour leur faire des propositions adaptées. C’est l’une des raisons pour lesquelles, notre capacité de bande passante sur la fibre optique, est restée dormante pendant que la population se plaint de la disponibilité de l’internet. Aujourd’hui avec l’offre FIBE, nous donnons, en commençant par les grandes entreprises (hôtels, ambassades, banques, etc), la possibilité de se connecter directement à la fibre optique afin de bénéficier d’une connexion internet très haut débit. Notre objectif est de lancer au moins trois nouveaux produits par an. Et je vous confie que nous réservons aux Béninois, une belle surprise avant la fin de cette année. Nous communiquerons là-dessus au moment venu.

Benin Télécoms est-elle donc prête à lutter efficacement contre la concurrence ?

Bénin Télécoms SA en tant qu’opérateur historique des télécommunications ne devrait pas se livrer à une bataille concurrentielle mais plutôt, s’en démarquer. En effet, en matière de télécommunications, les infrastructures dont dispose Bénin Télécoms SA aujourd’hui et celles qu’elle envisage de mettre en place font que la concurrence n’aura rien à faire que de solliciter son soutien. Il suffira pour nous d’améliorer et de mettre en avant la satisfaction clients. D’ailleurs, nous nous y attelons déjà avec la mise en place d’un système de guichet unique à notre Point de Présence (PoP) de Ganhi. Aujourd’hui, un client qui entre dans ce guichet unique (pilote), pourra bénéficier de toutes les prestations fournies par Bénin Télécoms SA sans être obligé de se déplacer d’un point à l’autre comme par le passé. Nous envisageons généraliser progressivement ce système de guichet unique dans tous nos PoP sur toute l’étendue du territoire national.

dg-bt1

Vous dirigez Bénin Télécoms SA depuis 6 mois. Vous en avez été le DGA entre mai 2013 et mars 2014. Est-ce assez pour vous sentir complètement adapté et opérationnel?

Je viens d’un pays de pragmatisme et je préfère parler par l’action. Les résultats aujourd’hui sont assez parlants et les performances réalisées par toute l’équipe de Bénin Télécoms SA sont assez édifiantes. En très peu de temps, je me suis adapté puisque je m’étais retrouvé dans un modèle d’environnement et de configuration que je connaissais et j’avais déjà acquis à travers mon expérience, une grande capacité de relèvement de défis.  Alors DGA, j’ai eu le temps de connaître mes collaborateurs, les processus métiers et les façons de faire au niveau de l’Entreprise. C’est ce qui m’a permis dès ma nomination, de m’attaquer aux leviers de contre-performance afin de renverser la tendance baissière au niveau des finances de la Société.

On vous imagine aisément en technophile, ne pouvant vivre sans internet, toujours collé au téléphone etc. Votre image réelle répond-t-elle à cette description ?

La vie professionnelle m’a façonné. Aujourd’hui, je n’ai pas le choix puisque depuis mes études, en passant par mes expériences professionnelles jusqu’à mon poste actuel, j’ai toujours été largement très proche de la technologie. Si seulement on pouvait vraiment mesurer l’économie temporelle, matérielle et même financière que nous permet de faire le travail par les TIC, la technologie serait encore plus cotée dans nos pays. Mais je suis confiant que ces indicateurs de performance seront bientôt mis en lumière.

Le diplôme d’ingénieur en télécommunication ou en Informatique semble être l’un des plus prisés de nos jours. A quoi cela est-il dû à votre avis ?

Cela est dû à la vitesse de l’évolution technologique et les gains que permet de faire le développement technologique donc un ingénieur des TICs, aux firmes.  Les nouvelles technologies fascinent dans tous les domaines : agriculture, banques, automobiles, ...

Vous avez effectué récemment une tournée sur vos sites de la région septentrionale de notre pays.  C’était à quelle fin ?

Vous savez, l’envergure et la couverture nationale de Bénin Télécoms SA font que le personnel est réparti sur tout le territoire et certains agents se retrouvent dans des zones, les unes plus déshéritées que les autres. Ma visite à ces collaborateurs m’a permis de m’imprégner des réalités qu’ils vivent sur le terrain, de leur doper le moral en partageant avec eux les nobles ambitions et défis de Bénin Télécoms SA aujourd’hui ; mais également de doter plusieurs centraux et unités d’intervention de moyens roulants. Ce fût l’occasion de lancer des travaux de construction ou d’aménagement, de visiter les installations techniques et de constater la fin des travaux d’extension réalisés sur certains sites de l’Entreprise.

Au cours des séances de travail que j’ai eu avec le personnel des sites de Parakou, Djougou, Natitingou, Kandi, Malanville, Abomey et Lokossa, je me suis rendu compte que dans ces localités également, le personnel en place est assez compétent et très engagé pour la satisfaction de la clientèle en dépit de la vétusté des équipements, du phénomène de vol de câbles et du besoin d’amélioration de leurs conditions de travail. Mes échanges avec des Autorités en l’occurrence avec le Maire de Malanville, m’ont permis entre autre, de me rendre à l’évidence qu’un nouvel ordre de priorité mérite d’être défini quant à l’attention à accorder aux Points de présence de Bénin Télécoms SA dans les régions. En clair, cette tournée impose à la Direction générale de rechercher les ressources nécessaires à la satisfaction des besoins de cette frange du personnel et de la population, en vue de garantir cette part potentielle de marché.


Partagez avec les lecteurs de Matin Libre, vos rêves et grands projets pour cette grosse entreprise dont vous avez aujourd’hui la lourde charge.


En termes de projets pour Bénin Télécoms SA, nous avons aujourd’hui comme défi primordial, de faire aboutir les réformes qui devront faire de Bénin Télécoms SA, une entreprise performante reconnue comme la meilleure plateforme de services de télécommunication et mettant à disposition des clients, les meilleures solutions en TICs. Pour cela, toutes nos initiatives gravitent autour des axes institutionnel, stratégique, organisationnel et technologique qui sont les 4 axes de notre plan de relance. Ainsi, nous conduirons la Société à la certification ISO 9001 version 2008 puisque que la démarche qualité permettra de la développer suivant les normes requises. Bénin Télécoms SA projette d’installer un data center de classe internationale dans la sous-région et s’emploiera à maintenir et moderniser son réseau filaire, afin de développer des services innovants comme le « tripleplay » et autres.

Grâce à l’offre FIBE, nous entendons desservir dans de meilleurs délais toutes les entreprises et opérateurs en fibre optique et leur assurer avec la redondance de l’atterrissement d’un 2ème câble sous-marin, une meilleure qualité de service en nous basant sur la dynamisation du personnel. Aussi, envisageons-nous de devenir un hub sous-régional en exploitant convenablement nos capacités infrastructurelles en fibre optique à travers le SAT3 et le deuxième câble sous-marin ACE qui lui servira de redondance.

A la date d’aujourd’hui, Bénin Télécoms SA entend, avec le soutien du Gouvernement, procéder au maillage de tout le territoire en fibre optique afin d’emmener le haut débit dans toutes les communes du Bénin. Avec le déploiement de la technologie LTE fixe pour lequel elle vient d’avoir l’autorisation, nous serons en mesure de régler définitivement l’épineuse question de la qualité du service internet. Cette technologie aussi nous permettra de déployer un service de Télévision numérique.

dg-bt2

Quelle est votre citation favorite, celle qui guide par exemple vos actes au quotidien, ou qui revient comme un leit motiv ?

C’est une locution latine : Age Quod Agi (Fais ce que tu fais. Incitation à faire correctement ce qu’on entreprend.)

Que lisez-vous en ce moment ? (si bien sûr vous lisez…)

J’avoue ne pas être vraiment un grand lecteur. (sourire)

Vous êtes un jeune papa de 3 filles, avez-vous encore le temps par exemple, le soir en rentrant, de changer la couche de la petite dernière, de lui donner le biberon ou même la border avant qu’elle ne s’endorme?

(soupirs) C’est vrai que la volonté d’assumer convenablement les hautes fonctions que la Nation m’a confiée à la tête de Bénin Télécoms SA, font que je n’arrive pas à passer du temps avec ma famille comme je l’aurais souhaité. Toutefois, j’essaye de leur consacrer 2 à 3 heures chaque soir à l’heure du diner puisque je travaille parfois très tard la nuit.


Et pour conclure ?

Je voudrais remercier sincèrement toute l’équipe du Quotidien Matin Libre pour cette opportunité qu’elle m’offre de m’ouvrir une fois encore, au monde en tant que Directeur Général de Bénin Télécoms SA. Je m’en voudrais de ne pas profiter de cet entretien pour remercier à nouveau, le Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, le Docteur Thomas Boni YAYI pour la confiance placée en moi et l’opportunité qu’il me donne de mettre mes compétences au service de la Nation. J’exhorte ensuite, toute la clientèle et les partenaires de Bénin Télécoms SA à la patience et leur demande de continuer de nous faire confiance puisque de nouveaux jours approchent. J’invite enfin le personnel à soutenir avec plus de détermination et d’engagement, toutes mes initiatives en vue d’un bien-être collectif.

Entretien réalisé par Djamila IDRISSOU SOULER

Mini bio


Djalil ASSOUMA est né à Cotonou où il a fait ses études primaires et secondaires, au Camp Guezo et au Collège de l’Union. En 1997, il part au Canada pour ses études supérieures et ne revient définitivement au pays qu’en mai 2013 à la faveur de sa nomination comme Directeur Général Adjoint de Bénin Télécoms. Entre 2005 et 2007, il a été ingénieur de la sécurité des télécommunications à Algérie Télécoms, avec l’objectif de faire des recommandations sur les initiatives à mettre en place, afin d’augmenter la qualité du réseau national de Fibre Optique. Avant Bénin Telecoms, notre manager était Président Directeur Général, chargé de la gestion stratégique et opérationnelle de Dacsys, une firme de services conseils basée à Montréal et spécialisée dans la sécurité des Technologies de l’information et des communications.

Il possède de nombreuses certifications professionnelles en audit, gouvernance, sécurité et gestion des risques des Tics. Il a essentiellement travaillé dans le domaine de la consultation au Canada et à l’international avec les normes Iso 27001/27002, PCI et les normes de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Djalil ASSOUMA est par ailleurs, l’auteur de plusieurs articles publiés dans des revues prestigieuses telles que celles de l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) au sujet de la gestion de la mobilité dans les réseaux mobiles de prochaines générations et l’état de la sécurité des TICs au Canada. Il est membre de l’Ordre des Ingénieurs du Canada.
          

Dernière modification levendredi, 10 octobre 2014 04:53
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !