TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Can Guinée Equatoriale 2015 : Le grand point

andre-ayew

La Can 2015 est rentrée dans l’histoire dimanche avec le sacre de la Côte d’Ivoire. Les Eléphants sont venus à bout des Black stars du Ghana tard dans la nuit après une folle séance de tirs au but (9-8 après 11 tirs partout). Deuxième sacre continental pour la Côte d’Ivoire, mais belle moisson de récompenses individuelles pour le Ghana.

Pas vraiment de quoi consoler mais le Ghana s’est taillé la part du lion au moment des mérites individuels après la finale de la Can 2015. Le plus beau but de la compétition est allé à Christian Atsu pour son second but en quarts de finale face à la Guinée. Un lobe de plus de 30 mètres sur Naby Yattara. La Caf (Confédération africaine de football) a dévoilé les 5 plus belles réalisations du tournoi. Le joueur d’Everton (prêté par Chelsea) est également meilleur joueur de la compétition. Il succède ainsi au Burkinabé Jonathan Pitroipa.

Afriyie-Acquah, homme de la finale !

Andre Ayew inconsolable après la finale finit meilleur buteur du tournoi avec 3 réalisations. Trois autres joueurs ont également atteint ce quota de buts. Il s’agit du Tunisien Ahmed Akaichi, l’Equato-Guinéen Javier Balboa et le Congolais Thievy Bifouma. Le joueur Fair Play de la Can 2015 se nomme Kwesi Appiah. L’attaquant de Cambridge (D4 anglaise) a impressionné pour sa première compétition sur le sol africain.
Sur la finale, le milieu de terrain ghanéen Afriyie-Acquah a été élu Homme du match, tandis que l’Ivoirien Wilfried Bony repart avec le trophée du joueur Fair-Play.

Toutes les récompenses

But du tournoi: Christian Atsu (Ghana)
Joueur Fair Play de la finale: Wilfried Bony (Côte d’Ivoire)
Joueur du tournoi: Christian Atsu (Ghana)
Homme de la finale: Afriyie Acquah (Ghana)
Meilleur buteur de la compétition: Andre Ayew (Ghana) 3 buts
Joueur Fair Play de la compétition: Kwesi Appiah (Ghana)

Buts et buteurs

68 buts ont été marqués lors des 32 matches de la phase de poules et des quarts de finale de la CAN Orange Guinée2015, 45 buts au premier tour et 16 en quarts de finale. 7 en demi-finale; 15 dans le groupe C, 11 dans le groupe D, 10 dans le groupe A, 9 dans le groupe B. La moyenne est  de 2,125 buts par match. Sur les 28 rencontres, 15 se sont soldées par un résultat nul dont 10 sur le score de 1 à 1. La moyenne générale s’établit à 2,125 buts contre 1,87 à l’issue du premier tour.

But contre son camp

Thulani Hlastshwayo (RSA) contre l’Algérie

Pénalties

9 penalties ont été tentés, 7 ont été réussis, 2 manqués

But le plus rapide

Given Singuluma (ZAM) 1’04 contre la RD Congo

But le plus tardif

Gervinho (CIV) 90+4, contre l’Algérie
Javier Balboa (EQG) 90+3, penalty contre la Tunisie
Moussa Sow (SEN)  90+3 contre le Ghana
Gyan Asamoah (GHA) 90+2 contre l’Algérie

Classement des attaques (après les quarts de finale)

10 :   Ghana
9 :     Côte d’Ivoire
7 :     RD Congo
6 :     Algérie, Congo,
5 :     Guinée Equatoriale, Tunisie
3 :     Afrique du Sud, Guinée, Mali, Sénégal
2 :     Cameroun, Gabon,  Zambie
1 :     Burkina Faso, Cap Vert

Classement général

1 :     Côte d’Ivoire
2 :     Ghana
3 :     Rd Congo
4 :     Guinée équatoriale
5 :     Congo
6 :     Algérie
7 :     Tunisie
8 :     Guinée
9 :     Sénégal
10 :     Mali
11 :     Cap Vert
12 :     Gabon
13 :     Cameroun, Zambie
15 :     Afrique du Sud
16 :     Burkina Faso

La CAF a partagé 10 millions de dollars

La CAF a partagé 10 millions de dollars aux équipes qui ont pris part à la CAN 2015 en fonction de leurs performances. Organisée tous les 2 ans, la CAN offre à son vainqueur la bagatelle somme de 1500.000 dollars.

Vainqueur             :     1, 500,000 dollars
Finaliste             :     1, 000,000 dollars
Vainqueur match 3e place     :     750, 000 dollars
Perdant match 3e place         :     750, 000 dollars
Quart de finale             :     600, 000 dollars
3e de groupe             :     500, 000 dollars
4e de groupe             :     400, 000 dollars

En savoir plus...

CAN 2015 : La RD Congo monte sur le podium

rdc-3e-can-2015

Grâce à Robert Kidiaba, décisif lors de la séance des tirs au but, la RD Congo quitte cette Coupe d'Afrique des nations 2015 à la troisième place (0-0, 4 t.a.b à 2). Fatigués après une demi-finale éprouvante, les joueurs équato-guinéens ont pêché physiquement et n'ont pas réussi à grimper pour la première fois de leur histoire sur le podium de cette compétition.On n'attendait que ça : une dernière danse des fesses de Robert Kidiaba. A 39 ans, le portrier du TP Mazembe avait l'occasion de prendre sa retraite internationale de la meilleure des manières, avec une médaille de bronze autour du cou. Notre voeu a été exhaussé, mais que ce fut long.Pour être franc, on s'est pas mal ennuyé durant cette petite finale, principalement en première période. Sans surprise, les joueurs des deux équipes ont eu bien du mal à rentrer dans cette rencontre sans grand intérêt. Même le stade de Malabo, bouillant et très bruyant jeudi soir lors de la demi-finale électrique entre le Ghana et le pays hôte, sonnait largement creux au coup d'envoi avec un petit milieu de spectateurs seulement pour assister à un début de match à l'avantage de locaux.

Source : rfi.fr

En savoir plus...

CAN 2015 : Le Ghana rejoint la Côte d'Ivoire

ghana-guinee-equatoriale-can-2015

Au terme d'une demi-finale marquée par une longue interruption, le Ghana s'est qualifié pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations en battant la Guinée Equatoriale (3-0). Jordan Ayew (42e, sp), Wakaso Mubarak (46e) et André Ayew (75e) ont permis aux Black Stars de concrétiser une large domination.Malheureusement, le fait marquant de cette rencontre restera l'interruption d'environ 30 minutes due à la violence d'une partie du public qui a obligé les supporters ghanéens à se réfugier derrière les cages. D'ailleurs, lorsque le match a repris, l'arbitre n'est pas allé au bout des 8 minutes restantes, ce que personne n'a contesté.

La honte équato-guinéenne !

Jusque-là, elle a gagné le pari de l’organisation. Primo, en accueillant à la dernière minute la Can 2015 alors que le Maroc, pays hôte dès le départ jetait l’éponge pour cause d’Ebola. Secundo, elle a atteint le dernier carré d’as de sa Can, une première pour le pays de Théodoro Obiang N’Guéma Mbassogo, alors qu’elle était disqualifiée de la compétition en phase éliminatoire. Malheureusement, en l’espace d’une demi-heure, elle a balayé du revers de la main, tous les qualificatifs qu’on leur aurait décernés au soir du 8 février 2015 quand le vainqueur aurait brandi son trophée dans les cieux guinéens. Elle, c’est la Guinée équatoriale, pays hôte de la Can 2015, qui, avant ce drôle de match de demi-finale face aux Blacks Stars du Ghana recevait déjà les félicitations de part et d’autre malgré les petits dysfonctionnements qui ont émaillé l’organisation en début de compétition. L’horrible scène que nous a offerte la Guinée équatoriale est une honte pour toute l’Afrique car les rencontres de la Can en général et celle d’hier en particulier sont suivies à travers le monde. L’aptitude barbare des équato-guinéens démontrent combien l’enjeu a pris le dessus sur le jeu. Et pourtant, le slogan de la Fifa n’a toujours pas changé : « My Game is Fair-Play ». Les actes d’incivisme observés hier sur le terrain de Malabo doivent être bannis de la mentalité africaine. Certes, la Guinée équatoriale aura évité la honte à l’Afrique en accueillant la 30è édition de la Can 2015 mais a encore fait honte à tout un continent en laissant une mauvaise image qui restera longtemps gravée dans les mémoires des observateurs du football continental et international. La Guinée équatoriale a donc gâché sa fête à laquelle elle a invité toute l’Afrique. Des sanctions doivent donc tomber !!!

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Deuxième demi-finale de la Can 2015 : Le Ghana face à un public ‘’tout rouge’’

SUPPORTER-GHANA

Après la qualification de la Côte d’Ivoire, on connaitra la deuxième équipe finaliste ce jeudi 5 février 2015 au terme de la seconde demi-finale qui va opposer le Ghana à la Guinée équatoriale, 20 heures au Bénin.

Après son faux pas dès le premier match de poule face au Sénégal 1-2 (déjà éliminé), les Blacks stars du Ghana ont su, très tôt, trouver la thérapie de choc pour ne plus tomber dans le même travers. Et la suite a été remarquable avec le retour de Gyan Assamoah, capitaine de sa formation. L’Algérie (1-0) et l’Afrique du Sud (2-1) en ont fait les frais de la cohésion du groupe des étoilés. La Guinée de Michel Dussuyer, laminé (3-0) par André Ayew et ses partenaires n’a dira pas le contraire. « Le Ghana était plus fort que nous » a martelé le technicien français de la Guinée. Le Ghana est dans une ascendante qui le conduira certainement vers une énième finale. Mais face au pays hôte, qui, lors de ses deux derniers matches reçoit un petit pouce des hommes en noir, cette rencontre n’est donc pas gagnée d’avance. De plus, face à un public de Malabo habillé en ‘’tout rouge’’ à l’image de son équipe locale, la tâche s’annonce pénible pour le Ghana mais pas impossible, car, les Blacks Stars ont l’expérience nécessaire pour ces genres de match. Tel n’est pas le cas de la Guinée équatoriale qui se retrouve à ce stade pour la première fois de son histoire. Mais l’appétit vient en mangeant, dit-on. Elle aura envie de construire son propre histoire de sa Can. Ce qui est sûr et certain, le Ghana qui court derrière un nouveau titre depuis 1982 part avec la faveur des pronostics et est favori mais le ballon étant rond, il l’est pour les 22 acteurs. La qualification de la Guinée équatoriale serait donc une belle surprise à déguster.

En savoir plus...

CAN 2015 : Les Ivoiriens proches du nirvana

cote-divoire-rdc-can-2015

Vainqueur logique de la République démocratique du Congo (3-1), la Côte d'Ivoire de Hervé Renard va tenter de remporter la CAN pour la première fois depuis 1992.Hervé Renard va-t-il remporter une deuxième CAN après celle gagnée avec la Zambie ? En tout cas, l’ancien entraîneur de Sochaux a mené les Ivoiriens en finale grâce à une victoire contre la République démocratique du Congo (3-1). Les Eléphants ont pu compter sur leurs hommes forts pour se qualifier pour une troisième finale en huit ans: Bony a notamment adressé deux passes décisives à Touré et Gervinho. La RDC, qui rêvait d’un exploit lors de sa première demi-finale depuis 1998, sort tout de même la tête haute puisqu’elle a presque fait jeu égal avec le grand favori de la compétition. Ce dernier affrontera la guinée Equatoriale ou le Ghana pour un titre qu’il chasse depuis 1992.

L'homme du match : Gbohouo, le dernier rempart

Sylvain Gbohouo est le seul joueur du groupe ivoirien à évoluer au pays (Séwé Sport). Mais il est sûrement l’une des révélations de cette CAN. Très bon depuis le début de la compétition, le gardien de 26 ans a encore été très solide devant les Congolais alors qu’il s’est blessé à la jambe droite en cours de rencontre. Il a sorti au moins quatre occasions chaudes dont deux tirs de Bolasie en quelques minutes (47e, 53e). En début de match, il avait empêché Bokila d’ouvrir le score à la 6e.

Le fait du match : La frappe terrible de Yaya Touré

Auteurs d’un début de match poussif, les Ivoiriens ont vu Yaya Touré débloquer la situation à la 20e. Trouvé par Bony plein axe, le milieu de Manchester City profite du rebond de la balle pour expédier une frappe terrible sous la barre de Kidiaba, qui n’a rien pu faire. Très critiqué depuis le début de la compétition, Yaya Touré a été l’auteur d’un grand match il a obligé le gardien adverse à un gros arrêt à la 58e) et a pesé dans la qualification pour la finale.

Source : lequipe.fr

En savoir plus...

Burkina : La garde présidentielle appelle Isaac Zida à la démission

zida1

Au Burkina Faso, les soldats du régiment de sécurité présidentielle (RSP) sont opposés aux nouvelles nominations au sein de leur unité. Ils réclament la démission du Premier ministre Isaac Zida. D’intenses négociations sont en cours en vue d’un retour à la normale.  

Tous les Burkinabè ont les yeux tournés vers le palais présidentiel où les militaires réclament la démission du Premier ministre Yacouba Isaac Zida. Ce mercredi, alors qu’il se rendait au Conseil de ministres, son cortège a dû être détourné et conduit au palais du Mogho Naba, le chef suprême des Mossé.

Le Conseil des ministres a été annulé alors que les membres du gouvernement étaient déjà à la présidence. D’intenses tractations ont été menées durant toute la journée. On a vu défiler dans le palais du Mogho Naba le général Gilbert Diendere, ancien chef d’état-major particulier du président déchu Blaise Compaoré, ainsi que l’ancien président Jean-Baptiste Ouedraogo et certains leaders religieux.

Les soldats du régiment de sécurité présidentielle exigent également l’annulation de la décision d’affectation d’une dizaine d’officiers du régiment de sécurité présidentielle dans d’autres corps de l’armée. La troupe au RSP a interprété cette mesure comme le début du démantèlement de leur régiment qui avait été annoncé par le Premier ministre Zida à la Place de la révolution en décembre 2014.

Dans la soirée, tous les chefs militaires ont été convoqués en urgence à la présidence pour une réunion avec le président Michel Kafando. Une rencontre tenue loin des micros et caméras des journalistes qui ont été priés de quitter tout le périmètre du palais présidentiel.

rfi.fr

En savoir plus...

Transition au Burkina : Des partis politiques réclament le départ de Zida

partis-burkina-faso

Pour des raisons qu’ils ont énumérées lors d’une conférence de presse ce 4 février 2015 à Ouagadougou, Arouna Dicko, président du Rassemblement politique nouveau (RPN) et Seni Boucoulou, membre du directoire de l’Alliance des démocrates révolutionnaire (ADR), « demandent au président Michel Kafando de jouir de ses prérogatives de l’article 46 de la Constitution, pour mettre fin aux fonctions du Premier ministre Yacouba Isaac Zida»  

Face à la presse, Arouna Dicko et Seni Boucoulou ne sont pas allé du dos de la cuillère pour fustiger ce qu’ils qualifient d’ « agissements de certains partis politiques et d’incohérences dans la rédaction de la charte de la transition ». Pour les deux hommes politiques, aux  termes de l’article 17 de la charte de la transition, le gouvernement de transition a pour mission principale de «restaurer et de renforcer la cohésion sociale et l’unité nationale et non d’organiser des élections qui relèvent de la commission de la réconciliation nationale et des réformes ».

En trois mois de gestion des affaires de l’Etat, « le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida a trahi l’espérance des populations par ses propres contradictions », estiment les conférenciers qui crient « halte au pilotage à vue ! ». Arouna Dicko estime que « si malgré les multiples contestations de ses décisions, surtout celles faites par le Régiment de sécurité présidentielle le 30 décembre 2014 à Kosyam, il n’a pas pris la mesure de la situation pour démissionner avec dignité, la dissolution de son gouvernement s’impose comme préalable à un nécessaire redressement de la transition si singulière afin de la rendre véritablement inclusive et apaisée ».

Le RPN et l’ADR disent avoir pour souci d’ « éviter au Burkina Faso ce que les autres ont connu en ne réunissant pas les mêmes conditions qui les ont conduits eux, dans le chaos ». Les raisons évoquées par les conférenciers sont entre autres que « les réformes constitutionnelles doivent être adoptées directement par le peuple par référendum ».

Charte truffée d’incohérences

Car pour eux, le Conseil national de transition n’en a pas la prérogative, même de par la charte de la transition. « Aussi, pour aller aux élections, il faudrait attendre l’adoption des réformes électorales qui vont fixer les conditions d’élections transparentes, libres et justes telles que réclamées par le peuple burkinabè et telles que souhaitées par la communauté internationale en l’occurrence l’UA qui en fait une exigence dans sa charte de la démocratie, des élections et de la gouvernance », ajoute M. Dicko.

« Dans ces conditions, pourquoi se précipiter pour fixer des dates pour des élections dont toutes les modalités ne sont pas encore déterminées ? Veut-on bâcler la transition qui a mal débuté, ou veut-on organiser des élections qui ne seront pas crédibles ? », se demande le président du RPN.

En conclusion, Arouna Dicko estime que « si les dispositions impératives de l’article 43 de la Constitution n’ont pas été respectées pour organiser l’élection présidentielle 90 jours après la démission de Blaise Compaoré, ce serait un moindre délit de se donner le temps pour réconcilier les Burkinabè avant d’aller à des élections crédibles, même après le délai indicatif de 12 mois au plus fixé par l’article 20 de la charte de la transition qui, d’ailleurs, est truffée d’incohérences.

Une de ces incohérences est que l’article 21 fixe une transition dans la transition en disant que « les institutions de la période de la transition fonctionnent jusqu’à l’installation effective des nouvelles institutions ».

Fasozine.com

En savoir plus...

Quatre questions à André Ayew : « On ne va pas s’enflammer »

andre-ayew

André Ayew restait modeste après une victoire 3-0 face à la Guinée en quart de finale de la CAN 2015. Car le milieu de terrain ghanéen était déjà focalisé sur la demi-finale face à la Guinée équatoriale, le 5 février prochain.

Est-ce que l'équipe du Ghana monte en puissance ?

Je pense qu’on monte en puissance depuis notre victoire face à l’Algérie. Il faut continuer sur cette lancée. On ne peut pas se satisfaire d’être en demi-finale. On doit se battre pour aller plus loin.

Vous méfiez-vous particulièrement de votre futur adversaire, la Guinée équatoriale, hôte de la CAN 2015 ?

Toutes les équipes qui sont là sont bonnes. La Guinée équatoriale est une très bonne équipe. S’ils sont là, c’est qu’ils le méritent.

Avez-vous peur de la manière dont les matches face à la Guinée équatoriale sont arbitrés ?

On ne va pas rentrer dans ce genre de débat. Nous, nous focalisons sur le terrain. Je suis sûr qu’il y aura du fair-play.

Etes-vous surpris par le niveau de cette jeune équipe du Ghana ?

Surpris, non. Mais je suis content qu’on arrive à jouer comme ça lors d’un quart de finale avec autant de pression. Je suis fier de mes coéquipiers. Je les félicite tous. […] On ne parle pas encore du titre. On va d’abord se préparer pour la demi-finale.

Source : rfi.fr

En savoir plus...

1ère demi-finale de la Can 2015 : Qui l’emportera entre Eléphants et Léopards ?

can-2015

Les Eléphants de la Côte d’Ivoire, après leur brillante qualification face à l’Algérie (3-1) pour le carré d’as, affrontent ce mercredi 4 février 2015, les Léopards de la Rd Congo, tombeurs de l’autre Congo (les Diables Rouges) 4-2 dans une rencontre à rebondissement. Certes, à cette étape de la compétition, plus de calcul à faire. Un billet pour la finale est en jeu et les 22 acteurs devront batailler dur pour l’arracher. Dans cette rencontre où les états majors se connaissent pour avoir évolué dans la même poule qualificative des éliminatoires de cette Can 2015, le match s’annonce déjà comme une finale avant la lettre. Ce duel des animaux (Eléphants et Léopards) va certainement laisser un goût amer du côté du vaincu. Mais dès le coup d’envoi de la rencontre, les chances des deux équipes restent égales. Même si la Côte d’Ivoire, qui a éliminé l’une des équipes favorites de la compétition (Algérie), avec son écurie de stars, part avec un léger avantage. Cependant, elle ne devrait pas balayer du revers de la main la Rd Congo qui misera sur la qualité technique et physique de ses hommes de devant sans omettre l’expérience de Kidiaba, en tant que dernier rempart. Ce qui est certain, une petite erreur de part et d’autre sera mise à profit. Et le dénouement de ce match se fera sur de petits détails, notamment le génie individuel des forces en présence. Un pronostic est donc interdit.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !