TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Trafic de faux médicaments en Afrique : Le Nigeria et le Bénin en tête, selon l’Oms

faux-medicaments

126 millions de médicaments falsifiés ou illicites ont été saisis au cours d’une opération menée entre le 5 et le 14 septembre 2016 dans seize ports africains par l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Le Nigeria est la principale porte d’entrée sur le continent avec 35% du trafic suivi par le Bénin (26 %), d’après les résultats publiés le 20 janvier à Paris par l’Organisation. Ces produits sont écoulés en grande majorité dans les commerces de rue des villes africaines, mais se retrouvent aussi dans les pharmacies des hôpitaux publics ou dans les stocks de grandes ONG humanitaires. Les faux médicaments, avec un sinistre bilan évalué à plusieurs centaines de milliers de morts par an, sont devenus un fléau en Afrique, selon Le Monde. Sur les 243 conteneurs inspectés, 150 contenaient des produits non conformes. L’Inde est le premier fournisseur avec 75 % suivi de la Chine (25 %). Le Nigeria (35 %) et le Bénin (26 %) sont les deux principales portes d’entrée en Afrique, selon les enquêtes.

Cette saisie est la quatrième opération d’interception de l’OMD depuis le lancement du programme commun avec l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) en 2012. Près de 900 millions de médicaments d’une valeur estimée à 400 millions d’euros (262 milliards FCFA) ont été confisqués au cours de ces quatre années.

Ces médicaments ciblent les pathologies les plus répandues, comme le paludisme.

En l’absence d’une convention internationale contraignante que celle adoptée pour lutter contre le trafic de drogue, les magistrats se trouvent de toute façon dépourvus de moyens pour démanteler les filières.

A.B

En savoir plus...

Showbiz international : L’artiste Ivoirien Abobolais a tiré sa révérence

abobolais deces

(2017 engloutit déjà des artistes en Afrique)
Le monde artistique et culturel ivoirien est en deuil. L’artiste-chorégraphe Abobolais a cédé le tablier de la vie dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 janvier 2017 à 22h, dans sa 31ème année. Cela après une lutte acharnée contre la mort.C’est après un grave accident de circulation qui s’est produit le 12 octobre 2016 à Yopougon plus précisément au Terminus 40 que l’artiste Abobolais est entré dans un coma qui a duré 3 mois. Les autres victimes de l’accident toutes actrices du coupé décalé ont eu bien plus de chance que lui. Ces dernières sont rentrées quelques jours après l’accident de l’hôpital. Il se réveille enfin de son coma mais dans un état critique car il était incapable de s’exprimer et de  mouvoir quelque membre de son corps, paralysé donc.Sa famille à bout de souffle demande l’aide des uns et des autres pour son évacuation en Europe. Un appel qui n’est pas tombé dans des oreilles de sourd puisque Dj Arafat a donné une somme de 1 million de Francs Cfa et a invité ses pairs à en faire de même. Dj Leo, quant à lui, donne la somme de 1million 500 mille F Cfa, sans oublier le jeune artiste béninois Fanicko qui a fait don d’une somme de 500.000 Francs Cfa.Des concerts caritatifs ont même été organisés dans le but de récolter des fonds pour sauver la vie de l’artiste. Le dernier en date a eu lieu, il y a trois jours seulement, le vendredi 20 janvier 2017. Les hommes du showbiz et les autorités ne sont pas restés en marge de cette mission de sauvetage. Mais le sort en a décidé autrement. Un artiste ne meurt pas. Salut le génie !

TG

En savoir plus...

Gambie : La Mauritanie en médiateur, ultimatum de l'armée sénégalaise

gambie

Le président mauritanien est en route pour Banjul pour tenter une médiation, tandis que les forces sénégalaises ont annoncé avoir pris position à la frontière gambienne, menaçant de la franchir à minuit si le président sortant Yahya Jammeh refuse de céder le pouvoir. L'armée de l'air nigériane a annoncé mercredi avoir envoyé 200 hommes et des avions au Sénégal.

A minuit, le mandat présidentiel de Yaya Jammeh sera terminé, et après un long silence depuis hier, la situation est en effet en train d’évoluer. Et c’est l’armée sénégalaise, habituellement si secrète qui a ouvert le bal des déclarations. Ce mercredi soir, son porte-parole, Abdou Ndiaye, a indiqué que les troupes étaient déployées le long de la frontière avec la Gambie.

« Nous sommes prêts et attendons l'échéance à minuit. Si aucune solution politique n'est trouvée, nous entrerons en Gambie », a déclaré le porte-parole de l'armée sénégalaise. Aux côtés des troupes sénégalaises, des soldats nigérians sont prépositionnés.

Si une intervention est évoquée se pose la question du mandat, soit des Nations unies, soit de la Cédéao. Sans mandat, il est impossible d’intervenir et quoi qu’il arrive, les forces Cédéao n’ont aucun droit pour intervenir en Gambie avant minuit.

Dakar a présenté au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution visant à autoriser la Cédéao à prendre « toutes les mesures nécessaires » pour assurer une passation de pouvoir en Gambie.

L'option diplomatique

La force d’un côté, la diplomatie de l’autre, car visiblement l’option d’un départ de Yahya Jammeh est toujours possible, envisagée et dans ce cadre, un signe est intéressant : l’arrivée à Banjul en fin d’après-midi du président de la Mauritanie. Mohamed Ould Abdel Aziz est proche de Yaya Jammeh.

La Mauritanie ne fait pas partie de la Cédéao, mais a toujours proposé ses services pour résoudre cette crise gambienne. Et la proximité entre les deux présidents pourraient permettre de trouver une solution négociée, pacifique, voire peut-être un départ de Yahya Jammeh.

Par ailleurs, depuis deux jours le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères et le chef des services de renseignements extérieur du royaume tentent une médiation. Et la Guinée, elle, a dépêché un émissaire très spécial, Tibou Kamara, conseiller du président Alpha Condé, et qui possède des liens familiaux avec le leader gambien.

Voilà la situation ce mercredi soir : d’un côté la pression des armes, de l’autre un espoir de sortie de crise sans coup de feu.

rfi.fr

En savoir plus...

Afrique/Politique : Patrice Talon en Gambie ce jour?

patrice-talon

Le président de la République a annoncé le 11 janvier dernier à Abidjan la visite de plusieurs chefs d’Etat dont Alassane Ouattara et lui en Gambie ce jeudi dans le cadre de la gestion des tensions politiques qui secouent le pays. Depuis cette sortie, les réalités politiques ont évolué en Gambie comme en Côte d’Ivoire au point que certains doutent de la tenue du voyagede Patrice Talon à Banjul ce jour.

La semaine écoulée, le président Patrice Talon  a semblé minimiser les tensions  qui prévalent en Gambie. Lors d’une rencontre avec le président ivoirien, il a déclaré vouloir se rendre à Banjul avec une assurance déconcertante. « Nous nous (les présidents Talon et Ouattara, Ndlr) sommes félicités des déclarations du président Yahya Jammeh, qui rassurent et qui montrent que nous sommes en train de sortir de la crise. Nous allons partir ensemble à Banjul le 19 et cette frayeur sera derrière nous », avait-il lancé tout sourire face à la presse. A l’en croire, la situation en Gambie devrait connaître un dénouement rapide. Seulement Alassane  Ouattara qui devrait faire partie de la délégation de  Chefs d’Etat annoncée en Gambie devrait rester à Abidjan. Et pour cause, son gouvernement fait face à une mutinerie.  Après les évènements du 06 et 07 janvier 2017,  Bouaké, Dimbokro, Man et Daloa et le camp commando d’Abobo (Abidjan) ont été les théâtres de mouvements d’humeur. La situation sécuritaire est encore incertaine. Et le président Ouattara ne devrait pas prendre le risque de quitter Abidjan avant plusieurs jours. Les nouvelles provenant de Banjul ne sont pas non plus bonnes. Yahya Jammeh, le président sortant qui a perdu la présidentielle du 1er décembre 2016 refuse toujours de céder le pouvoir au gagnant Adama Barrow. Pis, il a décrété l’état d’urgence le mardi 17 janvier 2017. Dans un contexte politique aussi tendu, l’avion du président Patrice Talon pourra-t-il se poser à l’aéroport international de Banjul ? Quelle sera la réaction du Chef de l’Etat face au durcissement de ton de Yahya Jammeh ? Réussira-t-il à trouver avec ses pairs de la sous-région une porte de sortie honorable au président sortant désormais très menaçant ? La situation semble bien compliquée pour le moment. Il n’y aura vraisemblablement pas de passation de pouvoir ce 19 janvier en Gambie. Sans doute, Patrice Talon est-il allé vite en besogne, par sa déclaration du 11 janvier dernier.


Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Mutineries successives en Côte d’Ivoire : Le mentor de Patrice Talon à genoux

patrice-talon-et-alassane-ouattara

On croyait la Côte d’Ivoire sortie des crises de rébellion et autres, mais il n’en est rien. Depuis environ 3 semaines, lepays d’Alassane Dramane Ouattara essuie plusieurs mouvements d’humeur qui sont la preuve de la fragilité d’un pays présenté comme en rémission totale. L’attractivité des investisseurs, les grandes infrastructures ont toujours constitué les éléments de langage de la communication officielle jusqu’à récemment. L’Afrique et la sous-région ouest africaine découvre que le Président Ouattara a peu de contrôle sur son pays.

La frustration, longtemps couvée, a explosé

Au lendemain de l’arrestation du Président Gbagbo, le nouveau régime conduit par le président Ouattara avait commencé un vaste programme de développement dont la clé de voûte était la construction d’infrastructures dans le pays. Mais le développement tel que chanté par les institutions de Bretton Woods, n’atteint pas généralement les populations. Ainsi, pendant que le gouvernement se félicitait de sa croissance remarquable (liée à l’après-guerre, ndlr), les populations accumulaient les frustrations et attendaient de pouvoir les exprimer à la moindre occasion. Ainsi, en dépit de l'appel du gouvernement à reprendre le travail, le mouvement de grève au sein de la fonction publique est maintenu jusqu'en fin de semaine. Le 9 janvier, la plateforme des fonctionnaires et agents de l’Etat de la Côte d’Ivoire avait lancé un mot d’ordre de grève de cinq jours pour réclamer, entre autres, le paiement de plusieurs arriérés de salaire et le retrait du décret portant abattement des pensions de retraite avant de le reconduire pour une semaine « sans service minimum » lundi et mardi en raison « du mutisme » des autorités.

Les militaires, principaux frondeurs

Dans ce contexte social tendu de grève des fonctionnaires, rejoints par les élèves et les étudiants qui ont d’ailleurs commencé à déloger leurs camarades du privé des salles de classe, les militaires ont lancé des mutineries partout dans le pays. Parti de l’ex-fief rebelle de Bouaké, le mouvement s’est progressivement répandu dans l’ensemble du pays surtout après qu’une solution ait permis de payer les ex-rebelles, entraînant une fronde des gendarmes à Abidjan qui bloquaient le port d’Abidjan et se mettaient à tirer dans la ville. Cette situation que d’aucuns qualifient de l’avertissement du camp Soro au camp présidentiel déterminé à écarter et isoler l’homme, révèle surtout la fragilité du Président Alassane Ouattara. L’approche de développement basée sur une austérité envers la population aura montré ses limites avec ces crises tous azimuts qui plongent la Côte d’Ivoire dans les souvenirs de ses années les plus sombres.

Un avertissement sans frais à Patrice Talon

Le Président béninois, filleul déclaré du Président Ouattara dont il copie la démarche en tout point, devrait commencer à se poser des questions. Le mouvement du Préfet Toboula mettant des milliers de personnes au chômage, la mise en place de mécanismes d’attribution des marchés publics à des personnes proches du régime, privant le grand nombre de la redistribution des richesses sont, en effet, les principaux axes de la démarche du Président Talon. Il faut ajouter l’appel quasi exclusif aux investisseurs étrangers, de par les conditions exorbitantes de la plupart des projets. En outre, la levée des barrières de police et des syndicats sans mesure d’accompagnement, le musèlement de la presse à travers une HAAC couperet et les grèves sont biens des inhibiteurs. Après seulement 9 mois de gouvernance, le Président Talon et son équipe alimentent les germes du mal dont est frappé la Côte d’Ivoire et Alassane Ouattara, l’homme qui inspire les actions de Cotonou. La crise religieuse d’Abomey entre les adeptes de Parfaite de Banamè et les princes, héritiers de Houégbadja pourrait être le détonateur. Le Bénin n’est pas la Côte d’Ivoire mais Patrice Talon, doit pouvoir lire les signes d’un avertissement sans frais venu d’Abidjan. Ce qui doit  l’amener à être plus vigilant.

Worou BORO

En savoir plus...

‘’Bénin international musique’’ : Cotonou, le pôle mondial de la musique

musique

Le ‘’Bénin international musique’’ est un projet qui vise à promouvoir  la scène musicale, le patrimoine et l’histoire du Bénin. Le projet s’intéresse également à l’éducation et à la formation artistique.Elle consiste à inscrire Cotonou comme berceau et capitale mondiale de la musique. « Le Bénin est en effet le berceau de courants musicaux majeurs du 20ème siècle(jazz, salsa, funk, hip hop…) » selon les organisateurs. Pour eux, le Bénin est le berceau du funk africain et des rythmes vaudous, des références fascinantes en vogue citées par les rappeurs Américains et les grands groupes de rock actuels. Du jazz au rock en passant par le blues, le gospel, le rap, toutes les musiques dites « actuelles » sont parties de Cotonou et de Ouidah. C’est l’agence artistique « Awo Négoce » d’Aristide Agondanou qui est chargée de l’organisation au Bénin. Dans ce cadre, un premier séjour a été réalisé au Bénin du 12 au 16 avril dernier en partenariat avec la ville de Nantes et l’Institut français de Paris. Le projet est une initiative de HervéRiesen, directeur délégué aux antennes et programmes de radio France et membre de l’UER (Unions Européennes des Radios publiques) et Jérôme Ettinger, directeur artistique au sein de Togezer productions. Toute l’équipe d’organisation a été accueillie hier à l’aéroport international Cardinal Gantin de Cotonou.Le lancement du projet est prévu pour très bientôt.

C.D.S(Stag.)

En savoir plus...

Echos des internationaux béninois : Les joueurs béninois muets sur l’Europe

jonathan-tinhan

La Can Gabon 2017 n’a aucunement empêché les championnats européens de se dérouler. Pour cause, plusieurs rencontres ont été disputées le week-end et les internationaux béninois ont connu des fortunes diverses.

Tinhan présent, Estac de Troyes battue
 
Fraichement débarqué à l’Estac de Troyes, l’international Franco-béninois Jonathan Tinhan a raté son premier match avec sa nouvelle équipe. Lors de la 20e journée de la Ligue 2 en France, Troyes a concédé une défaite face à Ajaccio (1-2). Un match pourtant très bien parti pour les locaux qui déjà à la 5e minute de jeu, sur une bonne déviation de Jonathan Tinhan pour Adama Niane, ouvrait le score par l'entremise de Samuel Grandsir (1-0).  Mais au  dernier coup de sifflet, c’est l’équipe d’Ajaccio qui s’empare des trois points. Jonathan Tinhan, a cédé sa place à la 78e minute. Troyes est l'actuel 6e de Ligue 2 avec 32 points.

Adéoti présent, Caen respire un peu
 
Mal en point cette saison en championnat, l’équipe de Caen est en position défavorable et lutte pour le maintien. Face à l’olympique de Lyon, les Caenais ont souffert mais au finish, ont remporté les trois points de la rencontre comptant pour la 20e journée de la Ligue 1 en France. Jordan Adéoti a disputé l’intégralité de la rencontre, contrairement à son compatriote Emmanuel Imorou, toujours à l’infirmerie. Un succès qui fait toutefois du bien au Caen, 15e au classement avec  21 points -11).   

Sessegnon et Mounié présents, Montpellier tenue en échec

Toujours en Ligue 1 de France avec cette fois-ci l’équipe de Montpellier qui a accueilli son homologue de  Dijon. Une lutte pour le maintien qui n’a connu de vainqueur ni de vaincu. Pourtant surpris à la 27e minute, Montpellier a rétabli la parité par l’entremise de Jérôme Roussillon (1-1). Malgré la présence de deux inernatinaux béninois Stéphane Sessegnon et de Steve Mounié, aucun but ne sera plus marqué. Montpellier perd deux points et se positionne à la 12e place avec 23 points (-3).

25mn pour Gestede, Middlesbrough ramène le nul
 
De retour en premier League anglaise, l’attaquant international béninois Rudy Gestede n’a eu que 25 minute pour s’exprime. Un temps insuffisant qui ne peut permettre au Béninois de scorer face à Watfort. Toutefois, il aura apporté son athlétique dans l’attaque de Middlesbroug sans tout de même inquiéter les filets adverses. Avec 16 points, Middlesbroug est 20e au classement avec  16e points (-5).


Réalisation : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Can Gabon 2017 : Et la fête du football africain commença!

Senegal-CAN-2017

(Quatre rencontres disputées, 10 buts déjà marqués)  
Le coup d’envoi de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Gabon 2017 a été donné samedi 14 janvier 2017 au Stade de l’Amitié Sino-gabonais de Libreville. Le match d’ouverture a opposé le Gabon (pays hôte) à la Guinée Bissau. Au terme de cette première rencontre de la Can 2017, c’est le score nul qui a départagé les deux équipes (1-1). Trois autres matches ont suivi.

C’est le match opposant le Gabon à la Guinée Bissau qui a donné le top du 31e chapitre de la Can après une cérémonie d’ouverture sanctionnée par un concert avec la présence de plusieurs artistes africains de renom. Si le pays d’accueil a mis les petits plats dans les grands pour que l’organisation soit une réussite, sur le terrain de Libreville avec une pelouse en bon  état, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Emérick Aubameyang et ses coéquipiers n’ont pas assuré. Le score finale de la rencontre Gabon # Guinée Bissau a émoussé l’ardeur des supporters qui étaient massivement sortis pour apporter leur soutien aux Panthères du Gabon afin de les pousser à la victoire. Le Gabon annoncé favori du match d’ouverture a fini par être piégé par les Lycaons de la Guinée Bissau (1-1).

Pourtant, l’enfant prodige du pays et capitaine de sa formation, Emérick Aubameyang, a montré la voie à son équipe en ouvrant la marque (53e) après une première mi-temps chaotique. Mais les ‘’petits poussins‘’ de la poule A, pour leur première participation à une phase finale de la Can,ont atteint leur objectif en décrochant le match nul (1-1) face au pays hôte. Ceci, à la suite du but égalisateur de la tête de Juary qui a profité d’un coup de pied à la 90e minute de la partie.

Cameroun # Burkina Faso : Ni vainqueur ni vaincu

A l’instar du match d’ouverture, le deuxième match de la poule A entre les Lions indomptables du Cameroun et les Etalons du Burkina Faso n’a connu ni vainqueur ni vaincu. Mais à l’opposé du premier match qui était d’un niveau au-dessous de la moyenne, la rencontre entre le Cameroun et le Burkina Faso a été âprement disputée entre les 22 acteurs. Match tactique, fait de phases de jeu d’une intensité à haut débit avec une débauche d’énergie en milieu de terrain. Les équipes ont tout simplement offert le spectacle qu’il fallait au public de Libreville. Benjamin Moukandjo, capitaine de sa formation, a ouvert la marque sur un coup franc magistralement joué (35e). Mais à force de manquer des occasions de but, le Cameroun a été rattrapé au score. Et c’est à la suite d’un coup franc que Dayo a placé sa tête à bout portant pour rétablir la parité (1-1, 75e). Dans cette poule A, les quatre équipes sont à l’égalité parfaite avec chacune un petit point.                   

Abdul Fataï SANNI

Les résultats du week-end

Samedi 14 janvier 2017

Gabon         #     Guinée Bissau         1-1
Burkina Faso         #      Cameroun         1-1

Dimanche 15 janvier 2017

Algérie         #     Zimbabwe         2-2
Tunisie         #     Sénégal         0-2

En savoir plus...

Can Gabon 2017 : Hermann Mensah parle des enjeux marketing de l’évènement

CAN-Gabon-2017

La 31ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Gabon 2017 a démarré le week-end dernier. Entre les grands espoirs que portent cet évènement et les attentes des nombreux passionnés, nous faisons avec Hermann Mensah, consultant en marketing sportif une analyse des enjeux marketing de l’évènement.

La Coupe d’Afrique des Nations a démarré samedi dernier au Gabon. Quel est le sentiment qui anime le passionné de sport et de marketing sportif que vous êtes ?

Je vous remercie avant tout de me donner l’opportunité d’exprimer mon appréciation par rapport à l’un des évènements sportifs les plus importants pour tous les africains. Comme tous les amoureux du sport et du football, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai suivi le démarrage de la compétition avec la cérémonie d’ouverture et les premiers matchs de cette 31ème édition. C’est une fierté de voir que le peuple gabonais tient le pari de l’organisation, malgré les quelques incertitudes que nous ressentions, il y a encore quelques semaines. Je suis donc très heureux que les africains puissent à nouveau à travers cette Can retrouver la joie et toute l’allégresse que procurent cette compétition qui dans notre culture est perçue comme un véritable moment de fête.

Si, à votre avis, le Gabon tient le pari de l’organisation, quel est selon vous les différents enjeux de cette édition pour la Confédération africaine de football (Caf) et pour les organisateurs ?

De mon point de vue, il existe une pluralité d’enjeux autour de cette édition de la Can. Des enjeux liés à l’édition elle-même et les enjeux traditionnels, non encore relevés et qui sont liés à la compétition. On peut aisément en citer un certain nombre, mais ceux qui retiennent mon attention sont les enjeux sportifs et marketing. Ces deux enjeux sont pour moi inter reliés puisque le rôle du marketing dans le sport est de valoriser les acquis ou qualités du produit sportif. En conséquence, depuis que les millions de spectateurs et de téléspectateurs africains consomment avec assiduité les produits sportifs de grande qualité tels que la Ligue des champions, les Championnats européens de football (qui sont désormais beaucoup plus accessibles); le football africain, en particulier la Coupe d’Afrique des nations connaît une concurrence élevée. La production footballistique doit donc être améliorée et le challenge des différentes Fédérations, des équipes techniques, et des stars du continent sera, au cours de cette édition, de produire un football qui fera rêver le public, un football qui maintient les téléspectateurs devant leurs écrans et qui drainent du monde vers les stades. Le challenge reste entier quand on sait qu’une génération de stars africaines ne participe pas à cette Can : celle des Drogba, Eto’o, Yaya Touré, etc, qui était hyper médiatisée du fait de l’intérêt des clubs dans lesquels ces stars évoluaient et du rôle qu’elles y jouaient. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle génération de joueurs qui se construisent progressivement une image sur le continent et qui se doivent de se surpasser pour donner envie au public de passionnés de les suivre et de les accompagner. C’est le premier niveau de challenge.

Le marketing sportif de manière générale fait appel à des notions parmi lesquelles les droits Tv, les droits commerciaux (sponsoring), la billetterie, et les produits dérivés. Dans le contexte de la Can, l’organisation d’une billetterie rentable reste un gros enjeu en raison des mêmes indicateurs de concurrence que nous avons cités plus haut et de la faiblesse de la culture de se rendre régulièrement au stade. Et l’un des challenges de cette édition de la Can reste incontestablement la capacité des organisateurs à remplir les stades surtout qu’on sait les présages de boycott qui pesaient sur cette édition gabonaise. En clair, il faudra trouver le moyen de susciter chez les populations gabonaises et celles qui vivent sur ce territoire, la détermination de se rendre dans les stades pour être les témoins physiques d’un évènement mémorable. Remplir les stades durant toute la compétition en développant des idées marketing attractives reste un challenge véritable pour cette Coupe d’Afrique des nations.

Vos attentes ne sont-elles pas idéalistes quand on connaît le programme marketing de la Caf?

Lorsqu’on fait une analyse du programme marketing de la Can, on peut y voir des progrès par rapport à ce qui se faisait il y a encore quelques années. Sur le terrain de la commercialisation des droits Tv et droits commerciaux (sponsoring), il y a beaucoup de choses qui ont été améliorées et des acquis sur lesquels nous pouvons nous reposer puisque la consommation existe réellement au niveau des téléspectateurs (malgré la concurrence des autres compétitions, de nombreux africains suivent les matchs de la Can devant leurs différents terminaux) et il y a également une émulation visible autour des marques qui se positionnent sur l’évènement et qui développent des programmes très attrayants pour valoriser leur sponsoring. La faiblesse existe au niveau de la consommation directe à l’intérieure même des stades et donc des questions de billetterie qui restent posées. Mon point de vue est qu’il faut, à court terme, créer un programme spécial de sport spectacle qui apporte des solutions concrètes aux potentiels consommateurs, puis à long terme, créer une vraie consommation au niveau de la billetterie en construisant une culture réelle de fréquentation des stades par les différentes cibles, grâce au développement des championnats nationaux. Aujourd’hui, on peut donc, de droit, sans paraître idéaliste ou trop ambitieux, attendre de cette édition de la Can des idées de sport spectacle qui drainent les populations gabonaises dans les stades tout au long de la compétition.

Votre mot de la fin Monsieur Mensah…

Je voudrais vous remercier pour cet échange et souhaiter à tous les Africains et aux nombreux passionnés de football de prendre énormément de plaisir au cours de cette Coupe d’Afrique des nations. Je souhaite aussi qu’une réflexion profonde soit faite pour créer les conditions d’un évènement rentable à tous les niveaux pour le continent et que l’obligation pour la Caf et les responsables du football de relever les différents enjeux de cet évènement important pour les africains soit favorable au développement et à la professionnalisation des championnats nationaux sur tout le continent.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !