TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Le président français au Bénin, en Angola et au Cameroun : La revue de presse internationale sur la tournée

follow url francois-hollande

speed dating truro FrançAfrique : Tournée africaine de François Hollande du 1er au 3 juillet
source link France à fric!



Le président français, François Hollande, effectuera une visite d’État à partir de ce 1er juillet en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Destinations annoncées : le Bénin, l’Angola et le Cameroun.
Françafrique! En Afrique de l’Ouest, François Hollande sera au Cotonou, capitale du Bénin du 1er au 2 juillet en vue du renforcement de la coopération bilatérale entre la France et le Bénin. Au cours de son séjour béninois, le président français aura des entretiens avec Boni Yayi sur des questions d’intérêt commun et sur des sujets d’actualité liés au continent africain. François Hollande rencontrera également les présidents et les membres des institutions démocratiques du Bénin, notamment ceux du Parlement, de la Cour suprême, de la Cour constitutionnelle et de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication.
En Afrique centrale, François Hollande est notamment attendu en Angola et au Cameroun, deux locomotives économiques de la région. Dans le premier pays, le président français séjournera du 02 au 03 juillet. Le programme annonce un tête à tête avec Eduardo Dos Santos le 3 juillet.
Après l’Angola, François Hollande fera escale de cinq heures, le 3 juillet, au Cameroun où il rencontrera le président Paul Biya. La dernière visite au Cameroun d’un chef d’État français remonte sous Jacques Chirac en 2001, lors du XXIe sommet des chefs d’État et de gouvernement d’Afrique et de France à Yaoundé.
François Hollande sera accompagné par un imposant groupe d’investisseurs et de chefs d’entreprises français.

go to site africanouvelles.com


http://www.lahdentaiteilijaseura.fi/?siftifkar=aktiespararna-bin%C3%A4ra-optioner&e95=20 La tournée africaine de François Hollande



Du 1er au 3 juillet, François Hollande se rend en Afrique. Au menu de ce déplacement, le Bénin, l’Angola et le Cameroun.
La nouvelle tournée de François Hollande en Afrique doit le conduire au Bénin, en Angola et au Cameroun. Trois pays de l’Afrique subsaharienne qu’il n’a jamais visités. Un voyage qui débute par Cotonou, la capitale économique du Bénin, où il doit atterrir mercredi 1er juillet à 23 h 50.

see AU BÉNIN, UNE NOUVELLE ALLIANCE
La dernière visite d’un président français au Bénin est celle de François Mitterrand en 1983. Ce petit pays de 10 millions d’habitants n’a jamais été une pièce centrale dans les relations entre la France et l’Afrique. Mais avec la nomination du franco-béninois Lionel Zinsou à la tête du gouvernement, l’Élysée et le quai d’Orsay ont gagné un solide relais dans ce pays et donc dans la sous-région : une zone pour l’heure stable mais qui n’est pas sans fragilité, puisqu’elle compte le Niger, le Nigeria, le Togo et le Burkina Faso.
En se déplaçant au Bénin, François Hollande vient appuyer le choix du président Yayi Boni de ne pas se représenter pour un troisième mandat présidentiel. L’occasion pour le président français de saluer la transition démocratique dans ce pays. Il doit aussi visiter un laboratoire, fruit d’une coopération entre les deux pays en matière de santé, où l’on teste un vaccin contre le paludisme.

citas en mujeres y hombres y viceversa LA BLUEZONE DE BOLLORÉ
À Cotonou, le président français s’arrêtera aussi à la « Bluezone » du groupe Bolloré, un espace de vie à disposition des Béninois où l’on trouve une salle de spectacle de 220 places assises, un cybercafé, un espace d’e-learning doté d’ordinateurs, une plate-forme multifonctionnelle destinée à promouvoir des métiers artisanaux, un terrain de basket, une salle de ping-pong. La singularité de ce centre est son autonomie énergétique : l’électricité est assurée par des panneaux photovoltaïques et un système de stockage inventé par Bolloré.

enter site RETOMBÉES ÉCONOMIQUES EN ANGOLA
En Angola où il arrivera jeudi 2 juillet dans l’après-midi, François Hollande va se garder de parler de son attachement à la transition démocratique dans un pays dirigé depuis 1979 par José Eduardo Dos Santos. Il sera surtout question d’économie. Une cinquantaine de dirigeants français d’entreprise seront d’ailleurs du voyage. Parmi les retombées attendues pour les entreprises françaises, Total devrait signer deux importants accords, dont l’un sur la commercialisation de lampes solaires. Le groupe Accor espère construire une cinquantaine d’hôtels.

http://diebrueder.ch/piskodral/3314 DIFFICILE CAMEROUN
Des trois pays visités par Hollande, l’étape camerounaise a été la plus difficile à monter, selon l’entourage de l’Élysée. Avec le président Paul Biya, à la tête du Cameroun depuis 1982, il sera surtout question de sécurité : en premier lieu, de la menace de Boko Haram. Les proches de François Hollande ont obtenu que le président français puisse aussi rencontrer les partis politiques camerounais, et des responsables d’ONG. Signe que ce voyage n’a pas été des plus aisé à monter pour Paris, la durée de l’étape camerounaise : 6 heures ! Atterrissant vendredi 3 juillet à 17 heures à Yaoundé, le président français doit quitter le Cameroun dès 23 heures pour Paris.
la-croix.com


http://www.jogadores.pt/?efioped=conocer-mujeres-en-guayaquil&464=4a France : Nouvelle tournée africaine  de François Hollande



Le Président français François Hollande, entreprendra, le 1er juillet 2015, trois visites d’Etat qui vont le conduire successivement au Bénin, en Angola et au Cameroun. Dans ces trois pays, le dirigeant français s’entretiendra avec ses homologues africains. Au menu de cette tournée : volet politique et partenariat économique.
C’est la deuxième tournée africaine du Président François Hollande, après celle de juillet 2014. Ce lundi 29 juin, en conférence de presse, Hélène Legal, Conseillère Afrique et Thomas Melonio, Conseiller adjoint Afrique, ont fait face à la presse, à l’hôtel de Marigny - Salon Jaune, pour présenter le déroulé du programme du Président français. D’après Hélène Legal, la visite du Président se fera dans trois pays africains avec des thématiques différentes.
Début du périple par le Bénin
Selon le calendrier détaillé à la presse, le périple africain du Président français débutera, mercredi 1er juillet 2015, par le Bénin où il sera accueilli par son homologue béninois Yayi Boni. Il prévoit trois étapes : une intervention avec les forces vives notamment les parlementaires et autres personnalités du pays. « C’est un moment qui sera centré sur ce que peut représenter le Bénin en termes de démocratie vis-à-vis de l’Afrique », précise Hélène Legal.
Ensuite, le dirigeant se rendra au CLIP, centre de coopération franco-béninoise en matière de santé, un laboratoire dans lequel est testé un vaccin contre le paludisme, en partenariat avec l’IRD, principal acteur français de coopération. « Ça montre que la coopération, ce n’est pas seulement l’éducation de base, mais c’est des chercheurs très pointus qui travaillent dans le domaine comme celui-là », dit la conseillère.
L’étape béninoise sera clôturée par la visite du Bluezone, un espace qui offre un certain nombre de services : centre d’ordinateur, salle de spectacle,... mis en place par Bolloré.
Après le Bénin, François Hollande se rendra en Angola, à l’invitation de son homologue Jose Edouardo dos Santos. Ce dernier était venu en France, en avril 2014, après une longue absence de 20 ans à cause du différend «Angolagate» du nom de cette affaire qui avait refroidi les relations entre Paris et Luanda.
Le déplacement du Président français en Angola aura pour objectif le réchauffement des relations franco-angolaises. Le volet économique sera aussi abordé. François Hollande sera accompagné par une forte délégation d’hommes d’affaires français qui viendront pour la tenue d’un forum économique, révèle la conseillère Afrique de l’Elysée, avant d’ajouter qu’il y aura plusieurs accords intergouvernementaux qui seront signés en marge de cette étape.
L’affaire de l’avocate Lydienne Yen-Eyoum au menu ?
C’est par le Cameroun que va s’achever la tournée africaine du Président Hollande qui aura un tête-à-tête avec son homologue camerounais. Les deux dirigeants évoqueront la question politique et sécuritaire.
Interpellée par un journaliste sur l’affaire de l’avocate Lydienne Yen-Eyoum, la conseillère de Hollande souligne que « le Président s’entretiendra avec son homologue camerounais en faisant valoir que la peine de 25 ans est choquante pour la France et les Français (...). Le Président fera valoir une justice humanitaire en sa faveur ».
Arrivé au pouvoir en 2012 en France, François Hollande effectue sa deuxième tournée africaine au moment où le débat est dominé par la question des limitations du nombre des mandats présidentiels, les questions des droits de l’Homme et de justice sociale, sujets généralement sensibles pour Paris et ses partenaires africains.

how often should you see someone dating afrik.com

siti per investire in opzioni binarie La troublante tournée africaine de Hollande...



François Hollande part trois jours au Bénin, en Angola et au Cameroun, n’hésitant pas à serrer la main d’autocrates au nom de la lutte contre le terrorisme et la défense de nos intérêts économiques.
En plaisantant avec le président du Gabon, Ali Bongo, le 15 juin au Bourget (ci-dessus), en rendant une visite officielle après-demain au Camerounais Paul Biya (en bas à gauche) et à l’Angolais José Eduardo dos Santos (en bas à droite) demain, François Hollande compose avec les autocrates africains, contrairement à ses intentions affichées lors de la campagne de 2012,
« Comme prévu, ils vont te faire un prix ! » Capté par les caméras de télévision, le trait d’humour lancé par François Hollande au président du Gabon, Ali Bongo, devant une démonstration de Rafale le 15 juin lors du Salon aéronautique du Bourget, en dit long.
Confronté à la menace terroriste, le chef de l’Etat, attendu ce soir au Bénin, première étape d’une mini-tournée sur le continent noir, est désormais contraint de composer avec certains autocrates africains.
Demain, le chef de l’Etat est ainsi attendu en grande pompe en Angola par le président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis... 1979. Et, le lendemain, direction Yaoundé, où le président du Cameroun, Paul Biya, règne depuis bientôt trente-trois ans.
« Ces poignées de main sont une erreur et même une faute, car ladémocratie et l’alternance, c’est aussi pour les Africains », dénonce l’ex-secrétaire d’Etat franco-togolais Kofi Yamgnane, qui n’a pas oublié les proclamations du candidat Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012, notamment celle du 22 janvier. « Présider la République, c’est ne pas inviter les dictateurs en grand appareil à Paris », avait alors lancé le candidat PS au meeting du Bourget. Ce qui n’empêchera pas le Congolais Denis Sassou Nguesso (au pouvoir depuis 1997) de faire coup double le 7 juillet à Paris, où il sera reçu par François Hollande mais aussi par le Premier ministre, Manuel Valls... Comme si les bonnes intentions du début du quinquennat avaient désormais du plomb dans l’aile.
« A la suite de son élection, François Hollande et son équipe ont tenté de mettre en place une nouvelle relation avec les décideurs africains », reconnaissent Aline Leboeuf et Hélène Quénot Suarez, chercheuses à l’Institut français des relations internationales (Ifri). Et ce, d’autant plus facilement que le nouveau président ne les connaît pas. L’Afrique de Hollande ? Un stage ENA à l’ambassade de France à Alger et, moins connu, quelques jours en 1979 dans la Somalie prosoviétique de Siyaad Barre avec les copains de l’époque, Jean-Pierre Jouyet ou Jean-Maurice Rippert, après avoir été refoulés d’Ethiopie. Comme Nicolas Sarkozy au début de son mandat, le nouveau chef de l’Etat fait alors le tri, valorisant les dirigeants africains « bien élus », mais tentant de marginaliser les caciques. Alors qu’il voulait briguer un cinquième mandat, le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est ainsi lâché en 2013.
Mais voilà, comme Nicolas Sarkozy en son temps, Hollande s’est mué en « chef de guerre », l’obligeant à réviser son logiciel africain. L’opération Serval contre les jihadistes au Nord-Mali en décembre 2013 ? Impossible sans le concours de l’armée du Tchadien Idriss Déby, installé par les Français il y a... vingt-cinq ans. La libération de la famille Moulin-Fournier retenue en otage pendant deux mois en avril 2013 par Boko Haram ? « Sans le concours de Paul Biya, cela n’aurait sans doute pas été possible », reconnaît un diplomate de haut rang. Sans compter que les militaires français ont besoin du Cameroun pour l’opération Sangaris en République centrafricaine. Le sous-sol riche d’hydrocarbures de l’Angola ? « Ce pays a un petit côté Qatar africain, difficile de passer à côté », poursuit le même diplomate. Surtout à un moment où la diplomatie économique fait figure de priorité pour François Hollande, désormais converti à un principe : la realpolitik.

leparisien.fr

 
En savoir plus...

1ère édition de Miss Bénin France Europe: Yaroll Ango remporte le premier prix

Yaroll-Ango

L’agence Créative a organisé l’événement culturel le plus fédérateur de la diaspora béninoise d’Europe. C’est le concours Miss Bénin France Europe dont la finale a eu lieu le samedi 06 juin 2015 à Paris. Cette première édition a été conduite par une équipe dirigée par Ezin Pierre Dognon, sous la supervision générale de l’agence Créative, agence porteuse du projet.

06 juin 2015, date désormais mémorable pour les Béninois de France et d’Europe dans la mesure où c’est à cette date qu’a été élue la désormais illustre ambassadrice de la beauté et de l’intellect béninois en Europe lors d’une grande soirée qui a connu la participation de plus de 600 Béninois et amis du Bénin. Yaroll Ango, la jeune Béninoise sacrée Miss Bénin France Europe parmi les 13 finalistes présentées au jury, aura pour missions, entre autres, de représenter et de promouvoir les patrimoines culturels du Bénin en Europe, de porter les différentes activités liées à la lutte contre l’Ulcère de Buruli (cause sanitaire associée à cette première édition de l’événement), etc.

Les participants à la soirée ont pu voir au moins cinq différents jeux de scènes minutieusement préparés depuis semaines par les organisateurs et les coaches de l’événement. Shaun Ollison, élue première Miss noire Californie en 2000 a mis tous ses talents de top model et ancienne Miss au service des 13 finalistes alors que Karlos da Sylva, chorégraphe et danseur professionnel a su créer avec les braves amazones les plus belles chorégraphies jamais montées dans le milieu des concours de beauté en Europe.

Parrainé par l’ancienne Ministre et garde des sceaux Réckya Madougouu et monsieur Romain da Costa, ancien président de la section France du Haut conseil des béninois de l’extérieur, Miss Bénin France Europe 2015 a été à la hauteur du grand buzz qui l’entoure depuis son lancement en septembre 2014.

La culture Béninoise mise à l’honneur

Des tenues aux rythmes traditionnels (Massègohoun, Tchinkounmè, Tipenti, Agbadja, Bourian, etc.)en passant par les danses, le Bénin a brillé et vibré dans toute sa culture sur une des plus belles scènes parisiennes au cœur du Parc de la Villette, le du Cabaret sauvage en forme de chapiteau, devant un public tout hystérique abandonnant chaises et sacs pour danser comme lors de l’une de ces « Ago » au Bénin. La chorégraphie d’entrée faite sur l’un des plus grands titres de Sagbohan Danialou « Dèwèmilè bio » et exécutée par les 13 finalistes du concours a été une manière pour ces jeunes béninoises d’Europe de reconnaître la présence, quoiqu’invisible, et de demander la bénédiction des mânes de nos ancêtres et des dieux de la mère patrie. Cette soirée a été également l’occasion pour les organisateurs de faire prester sur la même scène, une belle brochette d’artistes béninois…et français.

Ils ont émerveillé le public !

Aucun événement auparavant n’a pu réunir à Paris autant d’artistes chanteurs et musiciens béninois vivant en Europe et venus du Bénin ! On se croirait à un concert au stade de l’amitié de Kouhounou. La programmation artistique de la soirée finale était assez variée et diversifiée, ce qui fait d’elle une soirée unique comme le revendiquent les organisateurs. Du sensuel à l’humour et du slam au Coupé décalé, tout le monde en avait eu pour son goût. Les artistes Fafa Ruffino avec ses « Guèlèdè » du Bénin, Pépé Oléka, Martin Hod, le slameur Sergent Markus, la chanteuse Oluwa Kêmi et la compagnie Sèmako Wobaho ont tous enflammé le Cabaret Sauvage en faisant rire et danser le public.

M.M

Qui est Yaroll Ango ?


Yaroll Ango est âgée de 18 ans et mesure 1,65 mètre. De nationalité béninoise et étant en Terminale de Bac Pro Gestion des administrations, elle a choisi de concourir pour Miss Bénin France Europe avec comme rêve de pouvoir se mettre au service de la lutte contre l’Ulcère de Buruli au Bénin. Elle adore faire du sport, du shopping, aller au cinéma et lire les magazines de mode ainsi que les bandes dessinées.

Les Béninois attendent avec impatience de voir bientôt la toute nouvelle Miss Bénin France Europe fouler le sol béninois pour le démarrage de ses actions sociales. Va-t-elle s’associer à la Miss Bénin ?

En savoir plus...

Nouvelles des Ecureuils internationaux : David Kiki proche de Niort !

david-kiki

Après l’échec du milieu de terrain béninois Mama Seïbou, à la suite d’un test infructueux, un autre international est en passe de rebondir à Niort. Il s’agit de David Kiki, l’arrière gauche de Belfort, promu en National (3ème Division de France). De nos sources, le néo international béninois s’engage avec Niort en Ligue 2 française. Il rejoindra dans ce club, son compatriote de l’équipe nationale Saturnin Allagbé, gardien de but des réserves de Niort, champions de leur poule et promu en Cfa. Sorti d’une bonne saison en club et auteur d’une belle prestation pour son baptême du feu en sélection nationale face à la Guinée-équatoriale (1-1) ceci, dans le cadre de la 1ère journée des éliminatoires de la Can Gabon 2017, David Kiki pourrait signer son premier contrat professionnel avec les Chamois Niotais, 11è de la Ligue 2 la saison écoulée. A en croire le site officiel du club, l’Ecureuil devra passer la traditionnelle visite médicale avant de parapher son futur contrat. Par la suite, il sera présenté à ses coéquipiers à l’entraînement. Polyvalent arrière ou milieu gauche, l’ancien pensionnaire de l’académie France Benin Football est un nouveau pari pour les Chamois.

A.F.S.

En savoir plus...

Affaire Etat béninois- Bénin Control Sa : Le Bénin va-t-il quitter la Ccja ?

evelyne-dasilva

L’Etat béninois pourrait bien se désengager vis-à-vis de la Cour commune de justice et d’arbitrage (Ccja) de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada). Il pourrait être amené à prendre une telle décision dans le conflit judiciaire qui l’oppose à la Société  Bénin Control Sa ; un conflit porté devant la Ccja. Le quotidien ivoirien «Notre Voie» a dans sa parution du mercredi 24 juin 2015 évoqué une telle éventualité. Le journal qui s’est mélangé certainement les pédales en précisant Cour de justice et d’arbitrage de la Cedeao au lieu de la Ccja,  a rapporté les propos tenus par des avocats de l’Etat béninois lors d’une conférence de presse à Abidjan. « Notre Voie» a cité entre autres Me Sadikou Alao qui aurait indiqué que face aux violations des principes du droit par la Ccja dans la gestion du contentieux sus cité, le Bénin a décidé de se retirer de la juridiction régionale. Seulement joint au téléphone hier mercredi 24 juin 2015, Me Alao a confié n’avoir pas connaissance du sujet. Lire l’intégralité de l’article publié par «Notre Voie».

notre-voie notre-voie1
En savoir plus...

Journée mondiale des refugiés : Les réfugiés togolais au Bénin ne sont pas restés en marge de l’évènement

refugies-togolais

Le bénin à l’instar des autres pays du monde entier a célébré la journée mondiale des réfugiés. Dans la commune de Comé, c’est par une journée de réflexion et des séances d’information que les réfugiés togolais ont marqué d’un empreint solennel cette journée.

C’est sous une pluie battante, que les réfugiés togolais résidents dans la commune de Comé ont marqué de façon particulière la journée mondiale des réfugiés. Depuis 2005, ces hommes et femmes ont quitté le Togo, dans le but d’échapper à la répression sanglante de 2005 dans leur pays d’origine. Un périple au Bénin, avec le souci de comment reconstruire sa vie. A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, initiée par l’assemblée générale des nations unies, les réfugiés togolais résident dans la commune de comé, ont organisé des séances d’échange sur ‘’ l’avenir des fugitifs de la répression sanglante de 2005 au Togo’’. Une journée, qui a permis aux refugiés de passer au peigne fin, les difficultés qu’ils traversent au Bénin et la solution idoine pour la reconstruction de leur vie.

Pour Nestor Assignon, président de la communauté des réfugiés togolais au Bénin, le 20 juin  doit-être pour eux un moment de douleur et de réflexion sur leur vie. « C’est difficile de tout quitter pour des horizons inconnues, dont on ignore ce que le futur vous réserve » a affirmé le président des réfugiés. Le statut de réfugiés, a  fait que l’avenir de certains écoliers et même apprenants a été hypothéqué. Certains apprenants ont dû abandonner les études parce que les parents n’ont pas les moyens nécessaires pour survenir à leurs besoins. Le droit à l’instruction reste et demeure bafoué dans le rang des réfugiés. Ce qui plonge les parents d’élèves réfugiés dans une atmosphère de psychose générale caractérisée par la tristesse et la désolation. L’autre fait qui vient peindre le tableau  en noir, est la question de l’alimentation. C’est avec peine, que les refugiés et surtout les enfants arrivent à prendre un repas par jour. Un fait,  qui engendre une alimentation déséquilibrée au niveau de ces derniers.  

D’une voix unanime, ils exhortent les autorités à plaider pour leur cause. Et affirment, que l’unique moyen qui va les sortir de ce problème, est la réinstallation dans un pays tiers afin qu’ils refassent leur vie.

M.M.

En savoir plus...

Affaires et mauvaises pratiques en Afrique : Bolloré pourchassé par la justice burkinabè

vincent-bollore

Plusieurs opérateurs économiques se plaignent de ses méthodes et de ses accointances avec les pouvoirs sur le continent noir. Le Groupe Bolloré est bien vomis ailleurs. Une réalité qui doit faire réfléchir les autorités béninoises.

Il n’y a plus de mois où on ne parle de bataille judiciaire entre le Groupe Bolloré et des opérateurs économiques. Le groupe industriel dirigé par Vincent Bolloré est bien connu sous le ciel africain pour ses méthodes nébuleuses. Longtemps protégé au Burkina-Faso par le régime de Blaise Compaoré, ce Groupe a été récemment condamné par la justice à Ouagadougou. De sources informées, la société Sagatrans, une filiale de Bolloré a été condamnée à 7,2 milliards de F Cfa en appel après que le Tribunal de Ouagadougou l’ait condamnée à verser 2,6 milliards de F Cfa. Sagratrans a été attraite en justice pour n’avoir pas respecté ses engagements par rapport au transport d’une turbine jusqu’à Ouagadougou pour le compte du Groupe Sopam Sa. La lourde sanction infligée à la filiale de Bolloré démontre suffisamment que quand la justice travaille en toute indépendance,  l’éclairage peut être fait. Cela montre par ailleurs que Bolloré qui n’a jamais perdu de procès dans ce pays contrôlait la justice, en tout cas, les hautes autorités de la justice burkinabè. En  janvier 2014, l'autorité de contrôle de la Bourse de Paris (Consob), a condamné Vincent Bolloré, à titre personnel, à trois millions d'euros d’amende et 18 mois d'interdiction d'exercer toute fonction dans une société italienne cotée, pour s’être livré à des manipulations opérées en 2010 sur le titre de la holding italienne Premafin. Une décision qui  reste la conséquence de la sanction infligée à Vincent Bolloré par le régulateur boursier de Milan, qui l'accuse d'avoir manipulé le cours d'actions Premafin.  Comme au Burkina-Faso, le Groupe traine également des casseroles dans plusieurs pays africains.  En Guinée, en Côte d’Ivoire ou encore au Togo, il a pu déloyalement arracher des marchés à des concurrents. On parle d’" interventions politiques françafricaines" dont l’homme d’affaires tire souvent profit. Dans un article publié le 10 juin dernier, l’hebdomadaire Grogne d’Afrique, a décrit les méthodes de persuasion dudit Groupe. Mais vu l’évolution enregistrée au Burkina-Faso, les opérateurs économiques béninois grugés par ce groupe français aux "moyens illimités" peuvent  bien espérer que ses agissements soient sanctionnés un jour.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Dakar Fashion Week : « Matin Libre » était au cœur de la 13ème édition

dakar-fashion-week

Notre Envoyé spécial, le photojournaliste Valentin Salako, a activement participé du 09 au 14 juin, à la 13ème édition de Dakar Fashion Week. Un événement majeur organisé depuis plus d’une décennie dans la capitale sénégalaise. De nombreux stylistes ont pris part à ce grand rendez-vous de la mode initié par Adama Paris.

De la participation de « Matin Libre » à Dakar Fashion Week,  Valentin nous ramène ces belles images des défilés.

ADAMA-PARIS00011
ADAMA-PARIS00001
ADAMA-PARIS00002
ADAMA-PARIS00005
ADAMA-PARIS00004
ADAMA-PARIS00010
ADAMA-SARR00003
ADAMA-SARR00005-1
ADAMA-SARR00006
ADAMA-SARR00008

En savoir plus...

Changements climatiques : Les solutions des pays de l’Ue

climate-day

Le 17 juin, c’est la célébration du « Climate Diplomacy Day ». A l'occasion, les Chefs de mission de l'Union européenne et de ses Etats membres résidents au Bénin ont rendu public un article dont nous relayons ici l’intégralité.

Parlons climat


 

Il est urgent d'agir…

Allumez-la télévision. Regardez les informations. Presque chaque semaine votre petit écran vous amène son lot de conditions météorologiques extrêmes ou catastrophes naturelles à travers le globe. Ces désastres coûtent des vies et créent des souffrances.

Le changement climatique, ça n'arrive pas qu'aux autres. Le Bénin est aussi touché. En effet, les changements climatiques se traduisent par des anomalies saisonnières, qui peuvent avoir des conséquences désastreuses pour les agriculteurs, comme une forte concentration des pluies sur une courte période ou une brusque interruption des pluies en pleine saison ou encore l’inexistence, certaines années, d’une démarcation nette entre les deux saisons pluvieuses dans le sud du pays, ce qui accroît le phénomène d’inondation. On observe par ailleurs une augmentation de la fréquence et de l'intensité des épisodes climatiques extrêmes tels que sécheresses, pluies torrentielles et vents violents.
La partie littorale n'est pas épargnée puisque même une très légère variation du niveau de la mer pourrait entrainer un phénomène d'érosion qu'il est difficile de contrôler. A plus long terme, une augmentation des températures et du niveau de la mer pourraient venir perturber complètement les écosystèmes du Bénin, en modifiant par exemple les espèces cultivables, la salinité des sols, la répartition des maladies, la disponibilité en eau et les régimes hydrologiques des fleuves et cours d'eau.

On le voit, le changement climatique constitue l'un des plus grands risques menaçant l'humanité. Des mesures courageuses sont nécessaires afin d'y faire face et d'endiguer ses effets.

Des solutions existent….

Entre 1990 et 2012, l'Union européenne a réussi à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 19% alors que la croissance de son économie était de 45%. Ce faisant l'Union européenne a démontré qu'une croissance verte est possible et que développement ne rime pas forcément avec pollution. L'Union européenne s'est engagée à réduire ses émissions de 40% d'ici 2030. Il s'agit d'un effort considérable, notamment pour les régions qui vivaient de l'industrie du charbon.
Les pays de l'Union européenne, ses entreprises et ses citoyens ont travaillé à améliorer l'efficacité énergétique, par exemple en construisant des bâtiments mieux adaptés au climat, ou encore en multipliant les sources d'énergies renouvelables, moins polluantes. L'Union européenne a pris la décision que pour la période 2014-2020, 20% de son budget sera consacré à des activités liées au changement climatique. Cela donne la mesure de l'importance politique que donne l'Union européenne à cette question. Parce que nous n'avons pas le choix.

… si l'on agit ensemble…

Mais ces efforts ne porteront pas leurs fruits s'ils ne sont pas assumés par l'ensemble de la planète. Il faut que les pays se mettent d'accord pour que l'effort soit commun. L'année 2015 est essentielle pour les négociations climatiques. La Conférence des Etats parties à la Convention des Nations Unies sur le Changement climatique (#COP21) se tiendra à Paris en décembre prochain. Cette Conférence doit aboutir à un accord qui soit ambitieux, complet et contraignant. Il doit être universel et s'occuper autant de la question de l'atténuation - c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C – que des questions d'adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants.
Le travail de préparation est en cours et les négociations avancent. Mais nous ne pouvons plus attendre et il faut absolument arriver à Paris à un Accord universel et contraignant. Dans ce contexte, le Bénin a un rôle à jouer afin de plaider auprès des pays qui ne l'ont pas encore fait, afin que ceux-ci soumettent des engagements ambitieux.

Changement climatique et éradication de la pauvreté

L'un des enjeux majeurs des négociations en cours réside dans le fait de trouver un accord qui puisse appuyer les efforts d'éradication de la pauvreté, à travers le développement durable et l'encouragement d'une croissance verte. Dans ce cadre, l'Union européenne et ses Etats membres, premiers fournisseurs d'aide publique au développement dans le monde, entendent continuer à aider les pays en voie de développement à s'adapter aux effets du changement climatique. L'Union européenne dans son ensemble veut éviter que le changement climatique puisse venir mettre en danger les progrès déjà réalisés dans l'éradication de la pauvreté.

L'un des principaux outils d'aide de l'UE aux pays vulnérables est l'Alliance mondiale contre les Changements climatiques (www.gcca.eu). Le Bénin figure parmi les 38 pays bénéficiaires à travers le projet appelé "Forêts Galerie". Il a pour objectif de lutter contre les inondations dans la basse vallée de l'Ouémé grâce à une gestion intégrée, participative et durable des forêts situées sur les berges du fleuve. D'un montant total de 5,5 milliards de Francs CFA, il est mis en œuvre par le PNUD, le Ministère de l'Environnement chargé des Changements climatiques et 13 communes ciblées. C'est également grâce à ce financement européen que le Bénin est en train de mettre à jour et de numériser sa cartographie de base, ce qui permettra à l'Institut géographique national du Bénin, après une campagne de prise de vues aériennes en cours d'exécution, d'éditer et de diffuser des cartes topographiques d'une grande précision sur l'ensemble du territoire national. Les utilisations de ces cartes sont innombrables et contribueront à l'amélioration de l'analyse pour la prise de décisions dans des secteurs aussi variés que l'agriculture, les transports, le développement urbain, ou encore l'aménagement du territoire.

Vous le voyez, le défi que constitue le changement climatique, nécessite  des efforts communs. Le proverbe chinois dit: "Quand souffle le vent du changement, certains construisent des murs, les autres des moulins." Qu'il s'agisse de moulins, d'éoliennes ou de panneaux solaires, travaillons ensemble à une planète propre.

Les Chefs de mission de l'UE et de ses Etats membres résidents au Bénin

En savoir plus...

Prochains championnats du monde d’athlétisme : Noellie Yarigo obtient les minimas

noelie-yarigo

Samedi, 13 juin 2015, lors du meeting de Diamond League, New York 2015 Adidas grand prix Schedule women’s qui a eu pour cadre la piste d’athlétisme de l’Icahn Stadium de Randall’s Island de New York, aux Etats Unis d’Amérique,l’athlète béninoise, NoellieYarigo a réalisé un chrono de 2’00’’97 sur les 800 mètres. Au décompte final,elle a obtenu son minima, synonyme d’accès à deux grands rendez-vous internationaux : les Championnats mondiaux d’athlétisme qui se dérouleront à Pékin en Chine du 22 au 30 août 2015 et les Jeux olympiques Rio 2016 au Brésil. Pour y parvenir, NoellieYarigo ne s’est donnée aucun répit. Toute l’année, elle a rivalisé d’ardeur afin de décrocher le ticket pouvant lui permettre de participer aux prochains championnats du monde d’athlétisme. Du coup, elle a multiplié ses performances et puisque la rigueur dans le travail paie toujours,  la native de la ville de Matéri (au Nord du Bénin) a concrétisé son rêve. Elle n’attend désormais que l’appui des autorités sportives qui manifestement et vainement ne pensent qu’au football. Il ne serait donc pas infructueux de leur part, encore que c’est de leur devoir, de lui apporter leur soutien moral, technique et financier afin qu’elle puisse honorablement représenter le Bénin, et pourquoi pas, décrocher pour la première fois,la médaille mondiale.

A.F.S.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !