TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

A+ A A-

Faits Divers

République Démocratique du Congo : Deux soldats béninois portés disparus

securite

En Rdc, les soldats de la mission onusienne chargée de pacifier à long terme le pays sont depuis plusieurs mois victimes d'attaques sporadiques de groupes d'autodéfense ou de miliciens étrangers. Cette fois-ci, le contingent béninois vient d’être ciblé par les Maï-Maï, un groupe d’autodéfense.L’information émane de la Monusco, la Mission des Nations Unies au Congo. Un convoi de casques bleus a en effet été attaqué en fin de semaine dernière dans la région du Tanganyika. Bilan, deux soldats béninois membres du convoi composé en tout de 13 soldats sont portés disparus.D’après les autorités, tout est actuellement mis en œuvre pour les retrouver. Pour l’instant, aucune information officielle n’a été donnée sur les soldats en question. Ont-ils été blessés pendant l’attaque? Y a-t-il eu une demande de rançon? Plus d’informations dans nos prochaines parutions.

(Source externe)

En savoir plus...

Conférence biennale internationale des femmes juges : Le Bénin représenté à Buenos Aires

justice

L’Association Internationale des femmes juges chapitre Béninois (AIFJ-BENIN) a pris part à la 14ème conférence biennale internationale des femmes juges qui se déroule à Buenos Aires en Argentine du 2 au 6 mai 2018. « En construisant des ponts entre les femmes juges du monde ››, c’est le thème central autour duquel s’est déroulée cette conférence ayant réunie les femmes juges venues de plusieurs pays du monde. Elles étaient 900 participantes de 78 pays du monde à prendre part à cette rencontre. Au cours des deux journées de travaux plusieurs sous thèmes ont été abordés. Il s’agit de l’étude sur les violences basées sur le genre et implication des femmes juges de par le monde, l’implication des femmes juges et de l’IAWJ dans la lutte contre la traite des personnes : analyse de la convention de Palerme, la situation juridique des femmes : perspectives mondiales. Parmi les communications, le Bénin n’a pas été du reste. Les femmes juges du Bénin ont brillamment exposé sur la thématique : « Conciliation de l’office du juge avec le rôle d’épouse ou de femme dans la société ». Dans cette dynamique de faire plus représenter le Bénin à la rencontre de 2020, elles appellent au soutien de toutes les femmes de la magistrature béninoise pour rehausser l’image du pays à cette conférence internationale.

A.B

En savoir plus...

Classement mondial de la liberté de presse 2018 : Le Bénin en chute libre sous la Rupture

Aurelie-Adam-Soule-Zoumarou

(De la 78è à la 84è place, selon Rsf)
Sous la Rupture et le Nouveau Départ de Patrice Talon, la liberté de presse est mise à rude épreuve au Bénin. C’est du moins ce qui ressort du classement fait cette année par l’organisation Reporters sans frontières (Rsf). En effet, sur les 180 pays évalués au plan mondial, le Bénin occupe la 84è place contre la 78è en 2017 ; soit (-)6 points. Une reculade  pour ne pas dire que le pays a perdu des plumes.  Ce triste tableau est dû, entres autres, à la fermeture d’organes de presse privés, des difficultés d’accès aux médias de service public. Le cas de la chaîne Sikka Tv appartenant à l’opposant politique et homme d’affaires, Sébastien Ajavon, toujours fermée malgré une décision de justice qui a demandé sa réouverture et la monopolisation de la chaîne du service public par le pouvoir, et ce au mépris des opposants au régime, sont des facteurs qui confortent Rsf dans son classement. Cependant ; même si certains journalistes subissent des condamnations sans être jetés en prison, l’effectivité de la promesse de campagne du chef Patrice Talon sur la dépénalisation des délits de presse est toujours attendue. Il faut rappeler que l’organisation Reporters sans frontières «assure la promotion et la défense de la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde».

Cyrience KOUGNANDE

Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Rang    Pays                  Score
1           Norvège              7,63
2           Suède                 8,31
3           Pays-Bas          10,01
4           Finlande            10,26
5           Suisse               11,27
6           Jamaïque          11,33
7           Belgique            13,16
8           Nouvelle-Zélande    13,62
9           Danemark         13,99
10         Costa Rica        14,01
11         Autriche             14,04
12         Estonie              14,08
13         Islande              14,10
14         Portugal            14,17
15         Allemagne         14,39
16         Irlande               14,59
17         Luxembourg      14,72
18         Canada             15,28
19         Australie            15,46
20         Uruguay            15,56
21         Surinam            16,44
22         Samoa              16,69
23         Ghana               18,41
24         Lettonie             19,63
25         Chypre              19,85
26         Namibie            20,24
27         Slovaquie         20,26
28         Afrique du Sud          20,39
29         Cap-Vert           20,39
30         Liechtenstein    20,49
31         Espagne            20,51
32         Slovénie            21,69
33         France              21,87
34         République Tchèque 21,89
35         Organisation des États de
    la Caraïbe orientale    22,11
36         Lituanie              22,20
37         Andorre              22,21
38         Chili                    22,69
39         Trinité-et-Tobago  22,79
40         Royaume-Uni    23,25
41         Burkina Faso     23,33
42         Taïwan                23,36
43         Corée du Sud     23,51
44         Roumanie          23,65
45         États-Unis          23,73
46         Italie                   24,12
47         Belize                 24,55
48         Botswana           25,29
49         Comores             25,30
50         Sénégal              25,61
51         Tonga                25,68
52         Argentine           26,05
53         Papouasie-Nouvelle-Guinée       26,19
54         Madagascar       26,20
55         Guyana              26,25
56         Maurice              26,45
57         Îles Fidji             26,55
58         Pologne             26,59
59         République Dominicaine 26,79
60         Haïti                   26,82
61         Géorgie              27,34
62         Bosnie-Herzégovine      27,37
63         Niger                  27,40
64         Malawi               27,43
65         Malte                  27,44
66         Salvador            27,78
67         Japon                 28,64
68         Lesotho              28,78
69         Croatie                28,94
70         Hong Kong         29,04
71         Mongolie            29,05
72         Mauritanie          29,09
73         Hongrie              29,11
74         Grèce                 29,19
75         Albanie              29,49
76         Serbie                29,58
77         Chypre du nord  29,59
78         Kosovo               29,61
79         Sierra Leone      29,98
80         Arménie             29,99
81         Moldavie            30,01
82         Côte d’Ivoire      30,08
83         Guinée-Bissau   30,09
84         Bénin                  30,16
85         Seychelles         30,17

86         Togo                  30,23
87         Israël                  30,26
88         Pérou                 30,27
89         Liberia                30,33
90         Nicaragua           30,41
91         Panama             30,56
92         Équateur            30,56
93         Tanzanie            30,65
94         Bhoutan             30,73
95         Timor oriental    30,81
96         Kenya                30,82
97         Tunisie               30,91
98         Kirghizistan        31
99         Mozambique      31,12
100         Liban                31,15
101         Ukraine            31,16
102         Brésil               31,20
103         Monténégro     31,21
104         Guinée            31,90
105         Koweït             31,91
106         Népal              32,05
107         Paraguay        32,32
108         Gabon             32,37
109         Macédoine      32,43
110         Bolivie             32,45
111         Bulgarie           35,22
112         République Centrafricaine        35,25
113         Zambie            35,36
114         Congo-Brazzaville    35,42
115         Mali36,15
116         Guatemala     36,17
117         Ouganda        36,77
118         Afghanistan    37,28
119         Nigeria            37,41
120         Maldives         37,95
121         Angola            38,35
122         Gambie          38,36
123         Tchad             38,45
124         Indonésie        39,68
125         Qatar              40,16
126         Zimbabwe       40,53
127         Oman             40,67
128         Emirats Arabes Unis   40,86
129         Cameroun      40,92
130         Colombie        41,03
131         Sri Lanka         41,37
132         Jordanie          41,71
133         Philippines      42,53
134         Palestine         42,96
135         Maroc / Sahara occidental       43,13
136         Algérie             43,13
137         Birmanie          43,15
138         Inde                 43,24
139         Pakistan          43,24
140         Thaïlande        44,31
141         Honduras        45,23
142         Cambodge      45,90
143         Venezuela       46,03
144         Soudan du Sud       46,88

145         Malaisie          47,41
146         Bangladesh48,62

147         Mexique48,91
148         Russie49,96
149         Tadjikistan50,06
150         Ethiopie50,17
151Singapour50,95
152Swaziland51,46
153Brunei51,48
154République démocratique du Congo51,60
155Bélarus52,59
156Rwanda52,90
157Turquie53,50
158Kazakhstan54,41
159Burundi55,26
160Irak56,56
161Egypte56,72
162Libye56,79
163Azerbaïdjan59,73
164Iran60,71
165Ouzbékistan60,84
166Bahreïn60,85
167Yémen62,23
168Somalie63,04
169Arabie Saoudite63,13
170Laos66,41
171Guinée Équatoriale66,47
172Cuba68,90
173Djibouti70,77
174Soudan71,13
175Vietnam75,05
176Chine78,29
177Syrie79,22
178Turkménistan84,20
179Erythrée84,24
180Corée du Nord88,87

En savoir plus...

Affaire « Terminaux à Conteneurs à Lomé et Conakry » : Bolloré est-il serein ?

Vincent-Bollore

Hier, mardi 24 février 2018, l’industriel français Vincent Bolloré  a été entendu dans les locaux de la police judicaire de Nanterre. Que reproche-t- on au milliardaire français ?  Il s’agit d’une information judiciaire ouverte pour cerner le fondement de lourds soupçons de corruption qui auraient entaché  des activités portuaires du groupe à Lomé et à Conakry. Au cœur de l’information judiciaire, une question centrale : « La concession des terminaux à conteneurs  pour le compte du groupe Bolloré à Lomé (TOGO) et Conakry (GUINEE) a-t-elle été régulière ? »  Le groupe de l’industriel va à la bataille de l’opinion (I) à travers un communiqué et laisse entrevoir une sérénité à géométrie variable de l’industriel français (2)

I. La bataille de l’opinion

Une communication de crise est vite mise en branle. Le  groupe Bolloré tente un apaisement de l’opinion à travers un communiqué de presse rendu public. Que faut-il retenir ? Tout sauf la sérénité. L’accroche du texte explicatif en dit long. La filiale du groupe tient à informer l’opinion que l’auteur a un passé judiciaire qui en dit long. C’est ainsi qu’il rappelle qu’il s’agit  «  de  facturations de prestations de communication en Guinée et au Togo portant sur les années 2009 et 2010, ». Mais le groupe tient à informer sur l’identité judicaire du plaignant.

Il s'agit d'un ancien collaborateur condamné pour détournement d'actifs à 3 ans et 9 mois d'emprisonnement ferme et environ 10 millions d'euros de dommages et intérêts. Cela s’appelle en dissertation française, un hors-sujet parfait.
C’est en deuxième paragraphe, que la sérénité qui a disparu réapparaît. Le  Groupe  bombe le torse pour  opérer le démenti classique. Et voilà la formule consacrée lâchée sans crier gare : « Le Groupe Bolloré dément formellement que sa filiale de l'époque SDV Afrique ait commis des irrégularités. Les prestations relatives à ces facturations ont été réalisées en toute transparence. L'audition de ses dirigeants permettra d'éclairer utilement la justice sur ces questions qui ont fait l'objet d'une expertise indépendante qui a conclu à la parfaite régularité des opérations. ». C’est donc un communiqué de démenti qui ne va pas plus loin que le mot démenti. La justice ne travaille pas avec du bruit. Il n’en demeure pas moins que l’affaire ne vient que de commencer. A Lomé comme à Conakry, le proverbe africain est constant comme quoi  quand l’aguille va tirer le fil celui-ci tirera le pagne. C’est donc une affaire.

Faut-il croire que l’opinion se trompe lourdement de connaissance du secteur de l’industriel au point  de faire une jonction entre  les opérations de communication et la concession des terminaux à Conakry et Lomé ?  Il y a dans cette sortie du groupe Bolloré quelques arguments de trop quasi non nécessaires. Ainsi, le Groupe rappelle qu’il a  été créée il y a    195 ans, et  ferait  partie des 200 premiers groupes mondiaux  avec comme emplois  80 000 personnes.   On est tenté de se demander : le lien avec l’affaire est où ? Au principal, l’industriel Vincent Bolloré n’est pas serein.

II. Une sérénité à géométrie variable

Autant le Groupe Bolloré parle d’amalgame  autant il entretient la confusion dans les esprits. Le soupçon reste le soupçon. La matière en question est la corruption dont les facettes inconnues du public sont susceptibles d’être révélées par l’autorité  judiciaire compétente. Pour l’instant, tout le monde est soumis à l’observance des précautions en la matière. Pas de vindicte médiatique. Pas de procès d’intention. Mais place à la curiosité qui nourrit l’investigation et l’analyse.  C’est le Groupe Bolloré qui entretient l’angoisse avec beaucoup de profession de foi de transparence. L’insistance quasi bruyante de ce que «  Havas, depuis plus d'un demi-siècle, apporte son expertise en communication à des campagnes politiques dans le monde entier et dans des conditions de transparence irréprochables est suspecte. En étalant ses prouesses en Afrique le Groupe Bolloré agit sur le cœur de qui ? Les autorités judiciaires ou les Présidents africains ?

A y voir de près l’industriel français fait semblant d’être serein. Et pourtant il  a besoin de quiétude  car il  a fait de l’Afrique son nouvel empire .Il y est depuis plus d’une trentaine d’années. Il gère  16 ports maritimes et une vingtaine de ports secs. Il y a de quoi à défaut d’être serein d’être inquiet.

TAUYE DE SAINT HOUNGNIBO
EDITORIALISTE
DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES

En savoir plus...

Royaume-Uni : Un troisième «royal baby» est né

royal-baby

Kate, l'épouse du prince William, a donné naissance ce lundi 23 avril au troisième enfant du couple. Le palais de Kensington a annoncé que la duchesse de Cambridge avait accouché « sans problème d'un garçon à 11h01 ». Son nom sera rendu public « en temps voulu ».

Désormais rompus à l'exercice, Kate et William sont apparus tout sourire en haut des marches de la maternité de St. Mary. Radieux, le couple s'est laissé volontiers photographier en compagnie de leur second fils, un gros poupon de 3,8 kg, endormi dans les bras d'une duchesse de Cambridge maquillée et coiffée avec soin, portant robe rouge éclatante et talons hauts, elle qui avait accouché à peine quelques heures plus tôt.

Dès la nouvelle connue, un crieur public en habit rouge et chapeau à plume était venu « officialiser » l'arrivée du troisième bébé Cambridge toute cloche dehors. Souhaitant longue vie au petit garçon, il a rappelé qu'il était désormais cinquième dans l'ordre de succession après son grand-père, le prince Charles, son père William, son grand frère George et sa grande sœur Charlotte.

Les deux aînés, âgés de quatre et deux ans, ont quant à eux fait sensation en arrivant en compagnie de William à l'hôpital pour faire connaissance avec leur petit frère. Charlotte s'est attirée les faveurs de la foule en saluant avec assurance dans la plus pure tradition royale.

Comme pour ses frère et sœur, on ne devrait pas connaître les prénoms du bébé avant un ou deux jours. Mais déjà parmi les favoris des parieurs figurent Arthur, Albert, Frederick ou encore Philip, du nom de son arrière-grand-père, le mari de la reine, qui s'apprête à fêter ses 97 ans en juin.

rfi.fr

En savoir plus...

Etats-Unis : Sept morts dans des affrontements dans une prison en Caroline du Sud

prisonniers-etats-unis

Sept détenus sont morts dans des affrontements qui ont éclaté dimanche soir 15 avril dans une prison américaine, des violences parmi les pires de ces dernières décennies dans un pays à la politique carcérale est très critiquée.

L'émeute a vu s'opposer des groupes de prisonniers rivaux à la centrale pénitentiaire Lee de Bishopville, un établissement fréquemment secoué par des troubles dans l'Etat de Caroline du Sud. La situation est devenue hors de contrôle à 19h15 (heure locale), avec « de nombreuses rixes dans trois bâtiments d'habitation », a indiqué l'administration pénitentiaire de cet Etat du sud-est du pays.

Aucun gardien ni policier n'a été blessé dans les violences, mais « 17 détenus ont nécessité des soins médicaux à l'extérieur (de l'établissement, ndlr) et sept détenus ont été tués », ont précisé les autorités. Le lourd bilan, succinctement annoncé lundi sur Twitter, illustre la dureté de l'univers carcéral américain, qui se voit souvent reprocher son manque d'humanité, poussant au désespoir nombre de détenus.

La population carcérale aux Etats-Unis atteint un niveau record, avec environ 2,2 millions de personnes derrière les barreaux, dont des légions de malades mentaux et de petits délinquants. La prison Lee de Bishopville, un établissement de haute sécurité, accueille des condamnés de sexe masculin jugés parmi les plus dangereux de Caroline du Sud. Une enquête a été ouverte sur les derniers faits ayant endeuillé la prison Lee, le bilan de victimes comptant parmi les plus lourds depuis un quart de siècle.

rfi.fr

En savoir plus...

Agence de communication : De nouvelles recrues chez Harmonies Media Group

medias

La plus grande agence media d’Afrique francophone renforce ses équipes pour faire face à sa croissance soutenue et à sa stratégie 2021. En effet, en Côte d'Ivoire,  Marie Sandrine Dodo prend la direction de l’agence Harmonies OMD, et Dieudonné Dogo celle de l’agence PhoenixPHD, les deux entités affiliées à Omnicom Media Group. En outre, Yslain Affoyon prend la direction de l’agence Phoenix au Bénin

Marie-Sandrine totalise plus de 7 ans dans le domaine de la publicité ayant accumulé des postes en tant qu’assistante communication et marketing pour diverses entreprises en Grande-Bretagne, puis en tant que commerciale pour la régie de Canal+ à Abidjan, et enfin en tant que Responsable Media en agence communication. Marie-Sandrine détient par ailleurs un MSc en Marketing de BPP Business School à Londres. Précédemment chez McCann Abidjan, Marie-Sandrine a rejoint ses nouvelles fonctions depuis le 19 Mars.

Publicitaire de formation, Yslain a cumulé des années dans différents types d’agence conseil, BTL et production audiovisuelle. Son travail lui a permis de se familiariser avec de grandes multinationales comme DIAGEO, Moov filiale de Maroc Telecom ou encore John Walkden, par la conception et l’implémentation de campagnes media. Parti d’AG Partners, filiale de Publicis One, il s’occupera chez Phoenix de la gestion de nombreux clients internationaux à travers un portefeuille dynamique et en collaboration avec Phoenix PHD.

Dieudonné est un passionné de la Communication qui totalise 10 ans en agence conseil. Titulaire d’une Maîtrise en Sciences de la Communication et du Langage de l’Université de Bouaké, Dieudonné aura été journaliste à Fraternité Matin avant de rejoindre le monde des agences. Sa carrière chez Océan Ogilvy, l’a propulsé aux différentes fonctions du département media. Il aura également réussi à s’expatrier en Guinée Conakry, avant de revenir en Côte d’Ivoire. Avant Phoenix PHD, Dieudonné exerçait en tant que responsable media chez Vitamines Abidjan.

L’arrivée de ses 3 ressources hautement qualifiées, témoigne de la volonté de Harmonies Media Group d’assurer son leadership dans la région en promouvant les pratiques professionnelles d’agence media et en se dotant des personnes pour piloter au niveau local sa stratégie d’expansion géographique et de planification basée sur les données.

Source : agence ecofin

En savoir plus...

Afrique du Sud : Winnie Mandela est morte

Wine-Mandela

Winnie Mandela est décédée ce lundi 2 avril des suites « d'une longue maladie », dans un hôpital de Johannesburg, a annoncé son porte-parole. L'ex-épouse de Nelson Mandela était âgée de 81 ans.

« C'est avec une grande tristesse que nous informons le public que Mme Winnie Madikizela Mandela est décédée à l'hôpital Milkpark de Johannesburg lundi 2 avril », a déclaré dans un communiqué Victor Dlamini, le porte-parole de l'ancienne épouse de Nelson Mandela. Winnie Mandela avait été hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l'année en raison d'une longue maladie. « Elle est partie en paix en tout début d'après-midi, entourée de sa famille », a ajouté Victor Dlamini.

Il y a encore deux semaines, elle s'affichait tout sourire au bras du nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa pour faire renouveler sa carte d'électrice. En décembre, c'est lui qu'elle avait soutenu dans sa course pour diriger l'ANC. Car même après son divorce avec le prix Nobel de la Paix, Winnie Mandela était restée une figure forte de la politique sud-africaine. Son avis comptait et elle avait ses favoris, comme Julius Malema, le président du parti de gauche radicale.

« A l'occasion du décès de cette héroine de notre lutte de libération, prenons le temps de réfléchir ensemble au sens de sa si remarquable vie. Puissions-nous trouver l'inspiration dans les combats qu'elle a livrés et dans ses rêves d'une meilleure société, lesquels ont guidé ses pas toute sa vie. Aujourd'hui, nous avons perdu une mère, une grand-mère, une amie, une camarade, une meneuse et une icône. En tant que Sud-Africains, nous exprimons nos condoléances aux familles Madikizela et Mandela. Votre chagrin est le nôtre aussi. Que son âme repose en paix », a réagi le président Cyril Ramaphosa.

Egérie anti-apartheid

Née le 26 septembre 1936 dans la province du Cap oriental, dans le sud du pays, elle est devenue l'égérie de la lutte contre l'apartheid durant les 27 années d'emprisonnement de Nelson Mandela, qu'elle avait épousé en 1958. Au point de se retrouver à plusieurs reprises derrière les barreaux.

La prison était bondée. Les prisonniers politiques étaient incarcérés avec les prisonniers de droit commun. On dormait sur le sol. On avait chacun deux couvertures et une natte. Rien d'autre. C'était mon initiation. Depuis lors, j'ai été arrêtée à de multiples reprises. Si souvent que je ne sais même plus combien de fois j'ai été arrêtée et emprisonnée.

Winnie Mandela raconte ses expériences en prison

Mais elle était une figure controversée. La « mère de la nation », comme on la surnommait, a notamment encouragé la violence pendant la lutte contre le régime ségrégationniste. En 1986, elle appelait ainsi à libérer le pays avec des allumettes, en référence au supplice du « collier » consistant à enflammer un pneu placé autour du cou.

En 1991, elle avait été reconnue coupable de complicité dans l'enlèvement de quatre jeunes, dont un était décédé, par sa garde rapprochée. L'année suivante, elle était démise de ses fonctions dirigeantes au sein de l'ANC pour corruption et mauvaise gestion. Nommée en 1994 au poste de vice-ministre de la Culture, elle était renvoyée l'année suivante pour insubordination.

Ses discours violents et des accusations de meurtre portées contre ses gardes du corps. « La Commission vérité et réconciliation que présidait Desmond Tutu a fait toute la lumière sur la controverse entourant Winnie Mandela, explique l'écrivain Khulu Mbatha, un pilier de l'ANC joint par RFI. On a alors appris que des jeunes avaient été recrutés par la police pour salir son nom - sans qu'elle ne soit au courant. Elle ignorait ce qui se passait dans son dos. Elle ne savait pas ce que faisaient les jeunes du club de foot qui portait le nom de son mari, le Mandela United Football Club. Cette affaire lui a beaucoup nui parce que quelqu'un a été tué. Ce fut vraiment regrettable. »

Cet épisode l'avait rapidement éloignée de son époux. Après quatre ans de séparation, ils avaient divorcé en 1996.

Mais dans l'Afrique du Sud d'aujourd'hui, Winnie Mandela était une vigie, capable d'être très critique envers son propre parti qui, selon ses mots, avait « trahi » son combat.

Desmond Tutu a salué la mémoire d'un « symbole majeur » de la lutte contre le régime de l'apartheid. « Elle a refusé de céder face à l'incarcération de son mari, le harcèlement perpétuel de sa famille par les forces de sécurité, les détentions, les interdictions et son bannissement. Son attitude de défi m'a profondément inspiré, ainsi que des générations de militants », a déclaré dans un communiqué l'ancien archevêque anglican et prix Nobel de la Paix.

Khulu Mbatha revient sur le parcours de cette égérie de la lutte anti-apartheid durant les vingt-sept années d'emprisonnement de Nelson Mandela.

« Les Sud-Africains se souviendront de Winnie Mandela pour ce qu'elle a fait à l'époque où la direction de l'ANC était emprisonnée à Robben Island. Winnie Mandela a entretenu la flamme de la liberté qui brûlait dans les cœurs et les esprits des Sud-Africains car elle était assez forte, assez courageuse, pour dire haut et fort qu'un jour ce pays serait libéré par le Congrès national africain. Cette femme, la femme noire la plus puissante de toute l'Afrique du Sud, était l'incarnation même de la lutte de libération », a-t-il souligné.

Winnie Mandela, une vie, une histoire, des controverses

Winnie Madikizela-Mandela, égérie de la lutte contre l’apartheid, s’est éteinte à 81 ans. Surnommée « Mama Wethu », la « mère de la nation », cette figure controversée est restée populaire jusqu’au bout, malgré ses frasques et ses déboires avec la justice. Ses compatriotes noirs se reconnaissent en elle, en raison de l’imbrication de son histoire personnelle avec celle du pays, de longues années de souffrances et des blessures qu’elle en a gardées.

Née en septembre 1936 dans un village du Transkei, en pays xhosa, Winnie Madikizela, qui a perdu très tôt sa mère, est « montée » comme nombre des jeunes de sa génération à Johannesburg pour terminer ses études. Poussée par son père, un fonctionnaire du homeland (« bantoustan ») du Transkei, elle fut la première assistante sociale noire de l’Afrique du Sud, dans ce qui était déjà l’apartheid, instauré en 1948.

Repérée pour sa beauté par le magazine Drum, qui a publié des photos d’elle, mais aussi à un arrêt de bus à Soweto par Nelson Mandela, jeune loup du Congrès national africain (ANC), elle le voit divorcer puis l’épouse en juin 1958. Le couple vit dans une modeste maison de briques à Soweto, avec le luxe inouï d’avoir eau courante et toilettes à l’intérieur. Les rues résonnent alors de leurs querelles en voiture, lorsque Nelson tente de lui apprendre à conduire…

Le massacre de Sharpeville, en 1960, la privera un an plus tard de la présence de son mari, sans discussion préalable entre les époux sur leur avenir. Nelson Mandela part du jour au lendemain en clandestinité, alors qu’elle a deux bébés, ses filles Zeni et Zindziswa. La raison ? Il est recherché, puisqu’il dirige l’aile militaire de l’ANC, qu’il vient de fonder pour passer à la lutte armée. Elle ne le reverra plus que pour de courts moments d’amour en cachette, avant son arrestation en 1963 puis sa condamnation à la prison à vie, au bagne de Robben Island, où elle lui rend visite.

Un leader à part entière

En 1980, quand le mouvement anti-apartheid lance la campagne « Free Mandela ! », les projecteurs se braquent sur Winnie, sa femme et mère de ses deux filles cadettes, Zeni et Zindziswa. Nelson Mandela, lui, se trouve déjà en prison depuis plus de 16 ans, et la publication de toute photo de lui est interdite. Winnie se trouve de son côté en exil intérieur, « bannie » (assignée à résidence) par les autorités dans le township rural de Brandfort, à 365 km de Johannesburg.

A 44 ans, sa réputation n’est plus à faire : elle a démis l’épaule d’un policier lors d’une arrestation mouvementée, passé des années en prison, connu l’isolement et la torture, puis été accusée d’avoir fomenté les émeutes écolières de Soweto en 1976.

A Brandfort, elle commence à prendre sa revanche. Visiteurs, chèques et cadeaux affluent du monde entier. Elle accueille les journalistes étrangers et devient le prolongement physique de son mari, même si elle ne parvient pas encore à s’imposer dans les structures internes de l’ANC, interdit en exil, ni dans celles du vaste Front démocratique unifié (UDF), vaste regroupement autorisé d’associations, de syndicats et d’églises formé en 1983 pour résister.

Souvenirs divergents de retrouvailles physiques

En 1984, elle a le droit pour la première fois d’embrasser Nelson, qu’elle n’a pas touché depuis 21 ans. Il a 66 ans et elle, 48. Les échos de ses aventures, réelles ou supposées, sont rapportés par les gardiens de prison à Nelson Mandela pour le démoraliser. En vain. « Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit une sainte, mais à ce qu’elle reste discrète », écrira-t-il dans ses mémoires. « C’était un instant dont j’avais rêvé des milliers de fois », écrit-il aussi, transporté de bonheur lors de leurs retrouvailles. Pour elle, c’est l’amertume. « Je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces années de notre vie fondues comme neige au soleil », confie-t-elle à l’époque à sa biographe, Mary Benson.

En 1985, Nelson fait lire par leur fille, Zindzi, devant un stade comble de Soweto, sa réponse à une proposition de libération conditionnelle. Alors que Pretoria lui demande de se retirer de la politique, Nelson lance : « Seuls les hommes libres peuvent négocier. Je reviendrai ».  L’importance de ce message, le premier depuis 1964, la propulse au premier plan. Elle retourne à Soweto, son quartier général, malgré la mesure de « bannissement » à son encontre.

S’estimant être un centre de pouvoir, elle s’entoure de jeunes qui forment une milice, le Mandela United Football Club (MUFC). Elle devra répondre pour eux de crimes sordides – 12 meurtres et plusieurs cas de tortures –, commis jusque dans son arrière-cour. Le jeune StompieSeipei, en 1989, finit roué de coups parce qu’il est soupçonné d’être un informateur à la solde de la police.

A la libération de son mari, en 1990, Winnie Mandela sort glorieuse, tenant la main de son mari. Elle est alors un leader à part entière, et ne peut se résoudre à vivre dans l’ombre du grand homme. Elle reste elle-même un esprit indépendant, toujours prêt à se rebeller contre l’ordre établi, fût-ce celui de son propre parti.

Frasques et divorce

Nommée ministre déléguée en 1994, elle est limogée en 1995 pour indiscipline, après s'être rendue à l’étranger sans en avoir l’autorisation du président, qu’elle critique par ailleurs pour avoir reçu en grande pompe la reine d’Angleterre. Elle entretient à cette époque une liaison orageuse avec un jeune avocat, Dali Mpofu. Leurs lettres, dans lesquelles elle parle de Mandela comme du « vieil homme », fuitent dans la presse… Pressé par son parti et ses amis de procéder au divorce, Nelson Mandela s’y résout à contrecœur, en 1996, pour « infidélité » de son épouse. Un an plus tard, convoquée par la Commission vérité et réconciliation (TRC) en 1997, elle est sommée de s’expliquer sur plus de douze affaires de meurtres.

Elle n’a admis que du bout des lèvres que « les choses s’étaient horriblement mal passées », pressée par Desmond Tutu de demander pardon – ce qu’elle n’a pas fait. « Je ne me serais jamais pardonnée d’avoir demandé pardon », disait-elle dans une vidéo récente, devenue virale sur les réseaux sociaux en Afrique du Sud.

Le rapport final de la TRC l’a reconnue responsable de violations des droits de l’homme. En principe, puisqu’elle n’a pas demandé l’amnistie ni demandé pardon devant la TRC, elle était exposée à un procès. Mais celui-ci n’a jamais eu lieu, pas plus que celui qu’aurait dû subir Mangosuthu Buthelezi, chef des nationalistes zoulous, pour les mêmes raisons de statu quo politique.

L’une des voix les plus critiques de l’ANC

En avril 2003, Winnie Madikizela-Mandela a été poursuivie et condamnée à quelques mois de prison avec sursis pour fraude – des prêts octroyés à des employés fictifs de la Ligue des femmes de l’ANC, qu’elle présidait. Elle avait dû démissionner de toutes ses fonctions politiques, ce qui ne l’avait pas empêchée de faire son retour en 2009, sous la présidence de Jacob Zuma. De nouveau élue députée et membre des instances exécutives de l’ANC, elle s’était vite désolidarisée de l’équipe gouvernementale et était vite redevenue l’une des voix les plus critiques de l’ANC.

« Faiseuse de rois », elle était courtisée par tous les poids lourds du parti en raison de son énorme popularité, restée intacte malgré ses démêlés avec la justice. Winnie Madikizela-Mandela incarne en effet aux yeux de ses compatriotes noirs les très longues années de souffrances endurées sous l’apartheid. L’ancien président ThaboMbeki avait sollicité son soutien pour s’imposer à la succession de Nelson Mandela, puis s’était brouillé avec elle.

Forte tête et rompue au jeu politique, cette figure controversée a fait l’objet de nombreuses biographies et d’un film « non autorisé » (Winnie, du Sud-Africain Darrell Roodt, sorti en 2011 au Canada). Celle qui fut le visage et la voix de la lutte contre l’apartheid, puis l’une des pièces de l’équilibre politique de la « nouvelle » Afrique du Sud, s’en est allée. Reste à savoir si le président Cyril Ramaphosa, avec qui elle ne s’entendait pas depuis le temps des dérives de sa milice à Soweto, voudra bien organiser pour elle des funérailles nationales.


rfi.fr

En savoir plus...

30ème anniversaire du Barreau du Niger : Me Grâcia Adjagba représente le Bénin au concours de plaidoirie

Gracia-Adjagba

Le Barreau du Niger célèbre son 30ème anniversaire et en prélude aux activités commémoratives, il a été organisé un concours international de plaidoirie qui a opposé quatre (04) Barreaux notamment les barreaux du Niger, Mali, Burkina Faso et du Bénin. C’était mardi, 20 mars 2018 dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères à Niamey. Parmi les cinq candidats qui ont planché, se trouvait la candidate du Barreau du Bénin, Me Grâcia Adjagba Amoussou dont la plaidoirie a porté sur le sujet « Est-il nécessaire d’édicter une charte des droits des femmes ? » Elle a choisi la thèse négative. Il ressort de la position de Maître Grâcia Adjagba Amoussou que pendant longtemps, notamment dans la plus haute antiquité, la femme n’était pas considérée comme un être humain comme l’homme. Elles étaient privées de droits civiques, réduites au silence dans les assemblées, limitées à la procréation, aux tâches ménagères et à la soumission à l’homme. A cette époque, une charte des droits des femmes aurait été salvatrice pour la femme et lui permettrait de sortir de cette sphère privée dans laquelle elle fut contrainte à vivre. Mais aujourd’hui, la femme contemporaine n’a plus besoin d’une nième charte redondante car elle n’apportera rien à l’amélioration de sa condition. En effet, à travers les luttes des femmes dans le temps, les instruments juridiques internationaux et les textes fondamentaux de nos différents Etats proclament unanimement l’égalité entre l’homme et la femme. Une nouvelle charte ne ferait que répéter les droits déjà consacrés. Elle est donc inutile et inopportune à notre époque. Par ailleurs, l’édiction de cette charte serait la négation de la femme. L’admettre serait faire preuve de fatalité. En somme, l’heure n’est plus à l’inflation législative sur les droits des femmes mais à l’effectivité des droits déjà consacrés. Maître Grâcia Adjagba Amoussou a exhorté les femmes à ne pas s’abriter derrière une charte mais à se battre pour l’effectivité de leurs droits par le travail et la compétence. Par ce point de vue quand même délicat dans une société fortement marquée par l’assujettissement de la femme, la candidate béninoise a su convaincre tout le public en l’occurrence les femmes, toujours désireuses d’une loi pour leur attribuer des droits, à rétablir l’équilibre et s’imposer à l’homme par le travail.Le Barreau du Bénin peut donc se réjouir d’avoir été valablement représenté dans ce concours international de plaidoirie, organisé dans le cadre du 30ème anniversaire du Barreau du Niger.

Presse nigérienne

En savoir plus...

Pour distribuer leurs médias : Les patrons de presse lancent un portail commun

presses-cote-divoire

Face à la mévente des journaux en Côte d’Ivoire, les patrons de presse ont lancé, le 13 février dernier, pressecotedivoire.ci, un portail numérique pour distribuer leurs articles en ligne. Le ministre ivoirien de la communication, Bruno Koné, a assisté à la cérémonie de lancement. Pour lui, le lancement du portail en ligne est une preuve de la résilience de la presse et de la capacité de ses acteurs à s’adapter à son environnement.

Le site pressecotedivoire.ci est une propriété du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (Gepci). Ensemble, les médias membres de l’organisation distribueront désormais leurs articles en ligne avec pour objectif, de capter l’audience mobile. En Côte d’Ivoire, on enregistre selon les médias locaux qui rapportent les chiffres du gouvernement, 30 millions d’abonnés au téléphone mobile et 17 millions d’abonnés à l’Internet.

Ce portail permettra à de nombreux quotidiens, en difficulté financière, de continuer à publier sans faire face aux nombreuses charges créées par la distribution en format papier.

agenceecofin

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !