TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

www.matinlibre.com 1000x250  pixels

A+ A A-

Faits Divers

Censure de l’information en Guinée-Bissau : Les travailleurs de la télévision nationale veulent en finir

medias

Les travailleurs de la Télévision de Guinée-Bissau (TGB) sont en guerre contre la censure de l’information imposée par les autorités en place. Le syndicat des travailleurs de la chaîne nationale, seule station de télévision du pays, vient d’annoncer le lancement d’une pétition contre cette pratique qui réduit de manière significative la liberté d’exercice de leur métier.

Présentée par Francisco Indeque, le président du syndicat des travailleurs de la TGB, la pétition a déjà réuni 88 signatures auprès des 141 employés de la chaîne de télévision. Une copie du document a également été envoyée à Victor Peirera, le ministre de la communication sociale.

Si les plaintes des travailleurs de la TGB datent de plusieurs années, selon Francisco Indeque « il n’y a jamais eu autant de censure que maintenant ». « Les responsables de la télévision se rendent même au studio pour dire au journaliste quelles informations il devrait couper », raconte le président du syndicat des travailleurs de la chaîne nationale.

Source : Agence Ecofin

En savoir plus...

Terrorisme : Solidarité et compassion du PLP au peuple du Burkina Faso

leonce-houngbadji

Ce lundi 14 août 2017, en fin de matinée, Léonce HOUNGBADJI a pris la parole au siège du Parti pour la Libération du Peuple (PLP) qu’il préside pour une déclaration solennelle. Entouré de plusieurs militants dont le numéro 2 du parti, Cécil Ahouélété ADJEVI, le Président du PLP a souligné que l'heure est à la «solidarité» et à la «compassion» de tous ses militants, militantes et sympathisants «à l'égard des victimes, de leurs proches et des autorités du Faso, face à l'horreur des attaques terroristes survenues au Burkina Faso», dans la nuit du dimanche 13 août 2017, à 21h TU, faisant 18 morts, dont plusieurs étrangers, et une vingtaine de blessés.

Le Président Léonce HOUNGBADJI s’est dit «catastrophé» par la brutalité des attaques et a rendu «hommage aux forces de sécurité et de secours du Faso dont le courage et la détermination ont été admirables». Il a souligné que «les militants du PLP partagent le deuil du peuple du Faso face à la tragédie».

Le Président Léonce HOUNGBADJI a insisté sur «le devoir, pour les autorités béninoises, de prendre en compte l'extrême gravité de la situation sécuritaire dans la sous-région et d'en tirer les conséquences pour des actions préventives efficaces». Il appelle «la sous-région à ne pas céder à la peur, à se rassembler pour la liberté, l'égalité et la fraternité, et pour la paix».

En savoir plus...

Mali : La HAC reçoit 113 demandes de licences pour 57 fréquences radios disponibles

medias

Au Mali, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a fait le point dans une conférence de presse tenue le jeudi 3 août 2017, du processus d’attribution de 57 fréquences radios, débuté le 13 juin 2017. La HAC a déclaré que le 13 juillet à l’arrêt du dépôt des candidatures, le nombre de candidatures reçues étaient de 113.  D’après Gaoussou Drabo, président de la commission d’appel à candidature, la région de Kayes a enregistré 14 candidatures, pendant que la région de Koulikoro en a compté 19. Par ailleurs, 18 radios ont postulé pour Sikasso et Ségou, 5 pour Tombouctou, 3 pour Mopti et Gao. Une seule candidature a été déposée pour Taoudéni tandis que 32 dossiers ont été présentés pour Bamako.

Le processus d’étude des candidatures débute ce lundi 7 août. Pour cette tâche, la HAC a annoncé qu’elle se ferait aider de spécialistes du secteur des médias.
 
 SOURCE : Agence Ecofin   

En savoir plus...

Nigeria : Lagos accueille la première édition du C3

conferenre-for-creative-content

(Un événement qui connecte les producteurs de contenus audiovisuels à de potentiels clients)
Le 04 Août prochain, l’Oriental Hotel de Lagos accueillera la première édition du C3 (Content Creative Conference), un événement dédié à l’écosystème de l’industrie audiovisuelle nigériane et à la création de contenu. Son objectif est de mettre en contact les éditeurs de chaînes TV et de services de streaming ou de VOD, avec les créateurs de contenus et les studios de production africains.

L’évènement est organisé avec le soutien de l’ACCA (African Creative Content Association), de la NBC (Nigerian Broadcasting Commission) et de la NFC (Nigerian Film Cooperation). D’importants acteurs de l’industrie audiovisuelle africaine tels que Startimes ont d’ores et déjà confirmé leur présence.

D’après l’UNESCO, les industries créatives, avec Nollywood en tête d’affiche, pèsent 1,3% du PIB du Nigeria. Le gouvernement fédéral a récemment manifesté son intention d’attirer les investisseurs vers ce secteur. Cette performance et l’engagement des autorités nigérianes envers les industries créatives ont motivé le choix de la nation pour abriter la première édition du C3.

SOURCE: agence ecofin

En savoir plus...

Pour financer son passage à la radiotélévision numérique : Le Burundi bénéficie d’un prêt de 32,6 millions de dollars d’Exim Bank China

medias

L’Exim Bank China a octroyé un prêt de 32,6 millions de dollars au Burundi pour financer son passage à la télévision numérique. C’est ce qu’a annoncé, le 24 juillet, Nestor Bankumukunzi, le ministre burundais des TIC, des Postes et des Médias.Ce prêt est assorti d’un taux d'intérêt de 2% par an avec des charges de gestion équivalant à 0,5% du montant du crédit sur une période de 20 ans, avec une période de grâce de cinq ans. Le gouvernement a également précisé que le Burundi s’était doté d’un projet de loi organisant le passage de l’analogique au numérique. Ce texte confie l’exécution du projet à la Société de télévision numérique du Burundi, un organe mixte géré par l’opérateur chinois StarTimes et les autorités burundaises. Prévu pour débuter le 17 juin 2015, le passage de la télévision analogique à la télévision numérique n’a toujours pas démarré dans la plupart des pays africains.

Source : agence ecofin

En savoir plus...

Sénégal : Enquête après les incidents meurtriers dans un stade de foot

incidents-stade-senegal

Une enquête a été ouverte au Sénégal après la mort de huit personnes samedi à Dakar dans des violences en finale de la Coupe de la ligue de football, a annoncé lundi le procureur de la République.La campagne des élections législatives du 30 juillet a par ailleurs repris lundi après une suspension de 24 heures en raison de ce drame, ont annoncé plusieurs listes en compétition.

"Nous avons aussitôt décidé de l'ouverture d'une enquête" après ces violences. "L'enquête sera complète. Les auteurs de ces actes ignobles seront traduits devant la justice", a déclaré le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, au cours d'un point de presse lundi au Palais de justice de Dakar.

Des "indices, témoignages, films et enregistrements" sont à la disposition de la justice. "Nous allons les exploiter", a dit M. Guèye.

"Des violences de toutes sortes ont été commises. Les traces de sang et autres débris sur place renseignent sur l'atrocité des actes commis. L'autopsie des corps a été ordonnée", a ajouté le procureur.

La Fédération sénégalaise de football (FSF) a suspendu l'Union sportive de Ouakam (USO), une équipe d'un quartier de Dakar, dont les supporters sont soupçonnés d'avoir provoqué les incidents meurtriers pendant les prolongations de la finale de samedi, face au Stade de Mbour, un club à 80 km au sud de la capitale.

"Une mesure de suspension est prononcée à titre conservatoire à l'encontre de l'Union sportive de Ouakam", a indiqué la FSF dans un communiqué publié lundi.

La Commission de discipline de la FSF doit en outre se réunir prochainement pour éventuellement prononcer d'autres sanctions, selon ce communiqué.

Le chef de l'Etat MackySall a présidé dimanche une réunion spéciale sur le drame et "est resté ferme: la loi sera appliquée dans toute sa rigueur", a annoncé lundi la présidence, précisant que seuls deux blessés étaient encore hospitalisés.

Huit personnes sont mortes samedi soir à Dakar et plusieurs dizaines ont été blessées, selon un bilan officiel, dans un mouvement de foule survenu à la suite d'échauffourées entre supporters dans le stade Demba Diop de Dakar où se déroulait la finale.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters, qui avaient envahi la pelouse, tandis qu'une partie du mur soutenant des gradins où se trouvaient des aficionados des deux camps s'effondrait. La foule a alors été prise de panique et des personnes ont été écrasées.

Le gouvernement a annoncé dimanche la suspension de toutes les activités sportives ou culturelles pendant toute la campagne électorale ouverte le 9 juillet.

Des organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé samedi "les attaques violentes contre des caravanes politiques qui ont eu lieu à Dakar, à Ourossogui" (nord-est) et ailleurs pendant la première semaine de campagne, sommant les candidats de faire comprendre à leurs partisans "que la violence est interdite et qu'elle ne sera pas tolérée".

SOURCE : Slate Afrique

En savoir plus...

Simone Veil : La gloire pour le crime légalisé ?

Simone-Veil

Elle n'est plus,Simone Veil. La déportée française devenue amazone politique s'est éteinte. L’Europe pleure la 1ere présidente de l'Union Européenne et les françaises,l'icône supposée de leur liberté. L'ex ministre de la santé a piloté et fait voter,sous CHIRAC, et ceci par un parlement à 98% mâle, la toujours controversée loi autorisant la femme à avorter. Pendant que nous chantons son militantisme, personne ne se demande si des milliers d'enfants privés de leur droit à la vie ne réclament justice.

L'avortement : Un défi du sort!

Des situations embrasent et embarrassent. Bien des fois,poussent dans les entrailles apeurées de la femme, une vie jamais invitée. La pauvre femme ainsi doublée voire triplée s'en découvre torturée. C'est malheureusement  le quotidien de nos sœurs indiennes qui subissent quotidiennement des attentats de ces mâles, boucs ambulants sexe en main. Et ceci,devant la sécurité et la justice impuissantes .Dans ce pays Amnesty International dénonce un record de viols. Et si en Asie,en Europe ou partout sur la terre,une pauvre ado violée bestialement se retrouvait enceinte ?  Ces situations sont malheureusement légion. Comment s'accepter mère d'un enfant fruit d'un viol ? Le viol est maudit,le violeur aussi. Mais quelle serait la culpabilité de l'enfant qui tape tristement à la porte de la vie? Toutes les fois que ce bout de vie bouge dans son utérus endolori, c'est une torture que cette mère forcée subit. C'est une tragédie sociale du genre qui détermina l'engagement de Simone Veil dans cette France conservatrice et protectrice de la vie. Se débarrasser de cet enfant devenu Colis encombrant soulagerait la grosse déjà martyre. L'avortement devint une nécessité.

En outre,l'enfant attendu a d'abord besoin de sa mère, unité sociétale incarnée, la femme enceinte, la future mère est un couvent de complicité. C'est donc l'univers propice au développement intégré et harmonieux de l'enfant. Et si ce cops protecteur de la femme est défaillant. Si malgré sa volonté de co-créer avec le très  saint divin créateur, si malgré sa volonté de répondre à la loi naturelle et divine de maternité,la pauvre femme a une physiologie qui ne répondait pas ? Puisque porter une grossesse est un marathon olympique. Devant la puissance médicale,la femme se verrait obligée de retourner cet enfant au créateur pour protéger et panser sa vie. Avorter dans ces cas s'imposerait au bien-être. Des conservateurs extrémistes recommanderaient que la mère se sacrifie pour que pousse et vive l'être en elle. Soit. Mais cet enfant né orphelin peut se retourner contre cette société où n'existe plus sa maman. Et nous savons ce que cela implique. L'avortement est une décision difficile. C'est vrai. Mais la légaliser dans une Europe de plus en plus libertine, risque de devenir une tragédie.

Toute vie est missionnaire

La loi Simone Veil a manqué de gant. La femme est autorisée à solliciter les compétences médicales pour avorter si elle le décide. Cette loi ne demande pas l'autorisation du fœtus. Simplement par ignorance ou négligence de la définition faite par l'UNICEF. De " zéro ans" il est enfant. Le fœtus d'une seconde est donc un probable futur médecin, un probable futur mécano d'à côté, le futur Messie. Décider injustement de l'abattre ou de le charcuter,c'est priver la société d'un pilier indispensable. Généralement, nous ignorons que le  fœtus est déjà l'être essentiellement et mystérieusement complet. Tout le reste, toutes les transformations naturelles constituent  son premier parcours,sa préparation à son achèvement " sa perfection " pour citer l'année Ernest OUINSOU,spécialiste des Sciences du Mariage et de La famille. Et sur ce chemin de croissance pour être plus simple, le fœtus a la joie. Bingo! Mais il a aussi la peine et crie de toute ses menu-forces sa douleur quand le gynéco assassin lui envoie des couteaux maudits. Et pendant d'éternelles minutes, cet être innocent tente de fuir,de supplier sa maman méchante, d'implorer le créateur violemment bousculé par des adultes sourds et insensible. Le fœtus d'une seconde est une vie qui veut vivre. Le fœtus d'une seconde est un être qui veut et doit naitre. Si on respecte ce droit, c'est qu'on lui permet d'arpenter avec les aînés, les échelles de la vie. Il peut décoder sa mission et d'assumer. Qu'il vienne d'un viol ou créé des problèmes de santé, il serait plus juste de le laisser naitre,être pour devenir.

Les dérapages

La légalisation de l'avortement peut ou est devenue la promotion du gaspillage sexuel. L'Ado n'a plus une grossesse à craindre. Contre une grossesse platement déclarée non désirée, il oppose la loi pour l'avortement. Sale paradoxe : le sexe est désiré à temps et à contre- temps. Mais la grossesse, conséquence normale du sexe sans censure,est non désirée. Je les imagine à la queue leu leu devant les hôpitaux officiels et en plein jour, la loi en main,les enfants à sacrifier emprisonnés dans des corps de péché. Par milliers, des bébés invités sont charcutés au quotidien. De l'abstinence ? Elles  n'ont rien à cirer. Même des mesures de protection ne sont pas dans leurs soucis. Ainsi ces ado apprenties tueuses seront des femmes couloirs des maux du siècle. Sida et ses compagnons de malheurs: fruits de la bêtise humaine en " arrogance constante contre la vertu " pour citer le regretté Pliya Jean.

Au fait si la française adore son héroïne Simone Veil  légalisatrice de l'avortement qui pouvait s'imposer, c'est qu'elle se voit affranchie des pressions nécessaires sur son ego dévastateur. Les corps est un monde de pulsions qui faut vaincre pour devenir.Elle,femme émancipée maladroite, oublie que le mystère de l'essence humaine dépasse toute loi perfectible de nous Homme limité. Cette loi devient un alibi de dispersion .Ce qui dégrade la femme et sabote les bases de l'humanité.

Au Bénin, des ONG qui luttent au service des femmes désapprouvent les grossesses des élèves. On en cite une quarantaine dans les collines cette année scolaire 2016 -17. Seulement, personne n'a les statistiques de la boucherie clandestine dont nos élèves sont responsables. Ces enfants avortés sont impuissants devant la folie humaine malheureusement légalisée.

Simone Veil est morte. La quatre-vingtaine. Mais,par sa faute,des milliers d'enfants n'ont jamais bu les rayons solaires et piétinés frénétiquement la terre où se reposent les ancêtres. Ce serait difficile de ne pas comprendre qu'après les hommages politiques, ne purifient pas l'âme.  Si les français se trompent en la déposant au panthéon, elle aura fort à faire avec Zola, Hugo qui ont passé leur vie à défendre les véritables faibles.

JB  Eric M GANGNIAHOSSOU

En savoir plus...

28ème session du Crans Montana Forum : Oswald Homeky honore le Bénin

oswald-homeky

A l’occasion de la 28ème session du Crans Montana Forum à Barcelone en Espagne, mercredi 05 juillet 2017, le ministre des Sports du Bénin, Oswald Homeky a été honoré à travers une distinction reçue des mains de Pierre-Emmanuel Quirin, président du Crans Montana Forum. Un prix international, synonyme de son dévouement, son engagement et ses actions en faveur de la jeunesse et du sport au Bénin et sur le continent africain.«La jeunesse au service de la paix, vers une nouvelle gouvernance du sport », c’est d’ailleurs sous ce thème que s’est ouvert le forum qui a réuni plus de 2000 personnes en provenance de 150 pays représentés au plus haut niveau. 36 nations européennes, 27 d’Amérique, 43 d’Asie et d’Océanie et 44 d’Afrique dont le Bénin puis 39 organisations internationales et régionales ainsi que des décideurs venus du monde entier étaient présents à ce creuset qui vise à échanger, à trouver des résolutions puis faire des recommandations en vue de la construction d’un monde plus humain et plus impartial. Il sera aussi question de promouvoir la coopération internationale et la croissance globale. Pour Oswald Homeky, ministre des Sport du Bénin, si la jeunesse est considérée à sa juste valeur, il y aura la paix dans le monde. Il a ajouté que contrairement aux armes de destruction, la jeunesse aussi bien que le sport, est une arme de construction massive. «Contrairement aux armes de destruction massive, le sport est une arme de construction massive. Si la jeunesse est bien prise en compte, il y aura la paix dans le monde » a laissé entendre l’actuel président en exercice de la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (Confejes).

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Gabon : Un journaliste incarcéré pour avoir interviewé un syndicaliste

medias

Juldas Biviga, journaliste de la radio Massanga, un média local de Tchibanga (Sud-Ouest), a été arrêté samedi, après la diffusion d'une interview du syndicaliste Marcel Libama, rapporte l'AFP. Cette arrestation fait suite à la décision du gouvernement gabonais d’interdire les activités d'une confédération de syndicats d'enseignants, la Conasysed, en grève depuis fin décembre 2016. A cet effet, la Confédération syndicale Dynamique unitaire, la société civile et l'opposition dénoncent ces arrestations qu’elles qualifient « d’arbitraires » et demandent  la libération sans condition du journaliste ainsi que celle du cyber-activiste Landry Amiang, détenu depuis son retour des Etats-Unis, mi-août. Pour rappel, le syndicaliste interviewé serait poursuivi pour diffamation par voie de presse, contre le procureur de Tchibanga. « L'interview avait été réalisée avant son arrestation.», informe une source syndicale. Par ailleurs, le Gabon est classé 108ème sur 180 pays selon l’ONG Reporter Sans Frontières (RSF).

Source : Agence Ecofin

En savoir plus...

11e édition de la Conférence annuelle de l’Aca : Cotonou, capitale mondiale du cajou en septembre

aca

Du 18 au 21 septembre 2017, Cotonou sera le pôle attractif de tous les acteurs de l’industrie du cajou. Le Palais des Congrès abritera la 11e édition de la Conférence annuelle de l’Alliance africaine du cajou (Aca). Après l’édition 2012, le Bénin accueille une nouvelle fois cet événement, une initiative de l’Aca en collaboration avec l’interprofession de la filière anacarde (Ifa) et le gouvernement du Bénin.

Autour du thème « Une nouvelle vision pour des partenariats et des investissements », la   11e édition de la Conférence annuelle de l’Aca, réunira des experts de l’industrie du cajou, à travers la chaîne des valeurs, des producteurs, des négociants, des transformateurs, des exportateurs, des institutions gouvernementales, des équipementiers et des prestataires de service. Elle permettra aux participants, d’approfondir leurs connaissances et de discuter des voies et moyens de stimuler la production et définir de meilleures perspectives pour la transformation du cajou en Afrique et une organisation efficace et durable du secteur. Pour le président l’Aca, Florentino Nanque, la conférence sera l’occasion d’élaborer et d’examiner des stratégies d’adaptation aux exigences de l’évolution du secteur et de conclure sur une vision commune pour l’industrie, « une nouvelle vision pour le partenariat et les investissements », d’où l’intérêt du thème de la conférence. L’Aca envisage donc à en croire le président, mobiliser un large éventail d’experts qui présenteront des communications et assureront la modération des forums thématiques, des tables rondes et des sessions pratiques. Selon les propos de la présidente de l’interprofession de la filière anacarde, Georgette Taraf, c’est un privilège pour le Bénin d’abriter pour une seconde fois la conférence. A l’en croire, c’est l’occasion pour le gouvernement du Bénin de se prononcer sur sa politique de la filière anacarde dont le défi est  d’ « accroître la production du Bénin de 100 000 à 300 000 tonnes de noix brut et de transformer les 50% de cette production d’ici à 2021 ». Elle exprime donc l’engagement de l’interprofession de la filière anacarde dans cette nouvelle dynamique de l’Etat pour voir le Bénin se doter de véritables spécialistes de l’anacarde.

L’Aca est une alliance créée en 2006 et constituée d’associations de producteurs, de transformateurs, des différents pays producteurs de noix de cajou, de Pme, Pmi et autres institutions intervenant dans le secteur.
 
Thomas AZANMASSO

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !