TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Hi-Tech

Marketing : Instagram, nouvelle destination favorite des budgets publicitaires ?

instagram

Après le changement d’algorithme de Facebook et, plus récemment, le scandale Cambridge Analytica, il semble que les annonceurs se dirigent de plus en plus vers Instagram. Récemment, les analystes de Socialbakers se sont intéressés aux destinations des budgets publicitaires des marques sur les réseaux sociaux. Le cabinet a analysé 10 000 pages de marque sur Facebook, Instagram et Twitter à l’international.

D’après les données recueillies par Socialbakers, on observe « un énorme transfert de budgets marketing vers Instagram, suite aux changements de l’algorithme régissant le fil d’actualité sur Facebook, au lancement des Stories Instagram et à la popularité croissante des influenceurs ».

En effet, si pour le moment Facebook reste supérieur en matière de revenus publicitaires, le pourcentage de budgets publicitaires captés par Instagram est en train d’augmenter à une très grande vitesse.

Selon Socialbakers, la part des revenus publicitaires du réseau social a augmenté de 15%, en un an, et si cette tendance se poursuit sur les six à neuf mois à venir, la plus grande partie des annonces publicitaires seront sur Instagram.

Source : agence ecofin

En savoir plus...

Dici à mars 2018 : YouTube va lancer un service de streaming musical

Youtube

D’après de récentes informations, YouTube, la filiale d’Alphabet, va lancer une plateforme de streaming musical en mars 2018. Le service portera le nom de Google Remix et va tenter de concurrencer Deezer, Spotify et Apple Music.

D’importants labels comme Sony Music Entairtenment et Universal Music, auraient contacté YouTube pour être présents sur la plateforme pendant que la Warner Music, l’une des plus grandes major de l’industrie musicale, aurait déjà un accord dans ce sens.
En 2014, la filiale d’Alphabet avait lancé YouTube Music Key, en 2016 devenu YouTube Red sans grand succès.

On se demande quel avenir réserve Alphabet, le conglomérat des sociétés détenues par Google à YouTube Music Key et à Google play, qui avait été créé en 2011. Pour le moment la concurrence ne semble pas inquiète concernant cette tentative de Google qui pourrait avoir le même destin que les précédentes.

SOURCE : agence ecofin

En savoir plus...

Innovation technologique : La plateforme Exportunity révolutionne le e-commerce en Afrique

Exportunity

La plateforme de commerce en ligne “Exportunity“ a été officiellement présenté au public samedi, 14 octobre 2017 au Concerto à Cotonou en présence du Directeur général de la Poste du Bénin, Directeur général de l’Apiex, des représentants de l’opérateur de téléphonie mobile MTN et de United Bank of Africa (Uba).

“Exportunity“ est une plateforme de e-commerce crédible, sécurisée et la meilleure passerelle de payement en ligne. Des achats en ligne au défi de la livraison sans oublier la sécurisation des données sur la plateforme, des partenaires de taille ont été associés pour faire de “Exportunity“, une véritable innovation technologique qui fait grandir les entreprises africaines. A en croire le Pdg d’Exportunity, Vital Sounouvou, il s’agit du résultat d’une aventure qui a duré environ dix ans. Si pour lui, les grandes entreprises du monde n’ont pas fleuri compte tenu du nombre de leurs filiales ou sociétés mais parce qu’elles mènent leurs activités en ligne, il est alors temps de donner la même chance aux entreprises africaines. Repéré par la Fondation Elemelu en 2015, Vital Sounouvou  a été appuyé pour concrétiser ce rêve qui révolutionne aujourd’hui le e-commerce en Afrique. Ce rêve étant de sortir la sous-région du “génocide économique“ grâce à des outils innovants. Ainsi, dans l’optique de garantir la fiabilité des annonces sur la plateforme et écarter toute possibilité d’escroquerie, seules les entreprises légalement reconnues et enregistrées sont autorisées à s’inscrire sur “Exportunity“. Ici, le contrôle se fait grâce au partenariat avec l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex). Pour les achats et payement en ligne, le réseau de téléphonie mobile offre ses services Mobile Money à la plateforme. Le partenariat noué avec la Poste du Bénin a permis à Vital Sounouvou et son équipe de relever le défi de la livraison. Désormais achetez en ligne sur www.exportunity.net et faites-vous livrer dans le bureau de poste le plus proche de vous. De plus, des tarifs de livraison les plus bas y sont appliqués. « Exportunity émet également des cartes VISA rechargeables dans les agences de la Poste » a ajouté Vital Sounouvou. La sécurité des données est aussi garantie grâce à l’expertise d’une structure de technologies. Quant au représentant du Dg/Uba, Fall Samba, il a rassuré que l’outil sera développé dans 18 pays africains dans lesquels se retrouvent le groupe bancaire. Convaincu du fait que l’Afrique ne peut être développé que par les africains, il a dit toute son admiration pour le travail abattu par Vital Sounouvou. Tout en rappelant la nécessité pour toute poste de contribuer au développement du e-commerce, le Dg/Poste, Jonas Gbènamèto a confié qu’en signant un partenariat avec la Poste, Exportunity s’est ouvert les portes du monde. Car la Poste étant le maillon le plus fort de la distribution. Le représentant de MTN, Virgil Toffodji a réitéré l’engagement du réseau à toujours accompagner l’innovation. Le représentant du ministre de l’économie numérique a invité tous à essayer et adopter cette solution numérique. Pour Ulrich Adjovi, l’un des partenaires au projet, cette révolution numérique est très opportune dans la mesure où, à ses dires, il est temps que les béninois puissent acheter aisément par internet et ce, en toute sécurité.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Zambie : Début de la migration vers la télévision numérique dès le 1er octobre ?

Kampamba-Mulenga

Dès le 1er octobre, les grandes villes zambiennes passeront à la télévision numérique. Cette information a été révélée par Kampamba Mulenga (photo), la ministre zambienne de l’information, dans des propos rapportés par Xinhua.

Selon la ministre, la première phase du projet zambien de migration vers la télévision numérique est désormais achevée. Après avoir rappelé que la Zambie avait été le premier pays d'Afrique à acquérir plus de 500 000 décodeurs en préparation de la migration numérique, KamapambaMulenga a assuré que le pays était prêt pour cette transition.

Le gouvernement avait confié à TopStar, la Zambia National Broadcasting Corporation (ZNBC) et StarTimes, la mise en place des installations nécessaires au passage à la télévision numérique.

Alors que l'Union internationale des télécommunications (UIT) avait fixé au 17 juin 2015, la date de migration vers la télévision numérique, le premier pays africain à réellement effectuer la transition pourrait bien être la Zambie.

Source : Agence Ecofin

En savoir plus...

Perspective de création d'un marché unique du numérique dans le pays : Le Nigeria collabore avec l'Union Européenne

TIC

Selon Adebayo Shittu, le ministre nigérian des Communications, le gouvernement fédéral du Nigeria collabore actuellement avec l’Union européenne pour créer un marché numérique dans le pays. Ce marché unique doit permettre aux particuliers et entreprises d’utiliser les TIC pour effectuer diverses activités commerciales sur Internet.  Pour atteindre la pleine réalisation de cette ambition, le Nigeria doit améliorer l'accès des populations aux biens et services numériques dans tout le pays, et les conditions propices à la croissance et au développement des réseaux et services numériques, stimuler la croissance de l'économie numérique.  Pour le ministre des Communications qui s’exprimait sur le sujet, le 25 juillet 2017, lors de la cérémonie de clôture de l’« Information Communication Technology and Telecommunication Expo 2017 », tenue à Lagos, cette collaboration avec l’Union européenne tombe à point nommée. En effet, elle intervient au moment où le pays s'efforce à mettre en œuvre sa feuille de route stratégique pour les TIC comprenant l’e-government et les plans de développement du haut débit.

D’après Adebayo Shittu, la taille du Nigeria et le potentiel du marché TIC et numérique en font la destination d'investissement la plus lucrative en Afrique subsaharienne, avec un retour sur investissement élevé.

Le ministre des Communications a révélé avoir déjà demandé aux différentes agences sous-tutelle de son département et à la Société nigériane d'informatique de former un comité de réflexion sur la question du marché numérique unique. Il souhaite que le gouvernement ait toutes les prévisions, schémas et autres données de croissance induits par ce marché unique avant le sommet UE/Afrique qui a aura lieu en novembre 2017, à Addis-Abeba, en Ethiopie.

SOURCE: agence ecofin

En savoir plus...

Nigeria : Le gouvernement veut empêcher les fausses informations sur réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Le Nigéria veut empêcher de fausses informations de passer par les réseaux sociaux. C’est ce  qu’a annoncé le gouvernement fédéral dans un communiqué publié le 23 juillet, suite à une réunion sur les propos haineux, les fausses informations et l’unité nationale.

Dans ce communiqué, le conseil national de l'information (NCI) a recommandé la « mise en place d'une organisation pour la réglementation de l'utilisation des médias sociaux au Nigeria ». Cette organisation commencera par ouvrir un site web pour dénoncer la publication de toute information erronée publiée sur les réseaux sociaux. Le gouvernement fédéral craint, en effet, que les réseaux sociaux ne créent un climat de haine durant les élections présidentielles de 2019.

En dehors des réseaux sociaux, le gouvernement nigérian a également décidé de surveiller plus attentivement les médias traditionnels. Le Kenya, en plein climat électoral, a également décidé d’établir une régulation plus contraignante des médias.

SOURCE : agence ecofin

En savoir plus...

Sierra Leone : Le régulateur télécoms somme les fournisseurs de service Internet de baisser leurs tarifs

Momoh-Konte

Momoh Konte (photo), le président de l’Autorité nationale des télécommunications et des communications (NATCOM) de Sierra Leone, a sommé les fournisseurs de services Internet de baisser leurs tarifs. Il a donné à Orange, Africell et Sierra Leone Cable Limited (SALCAB) jusqu’au 15 août prochain pour procéder à ces ajustements tarifaires. D’après le régulateur télécom, si ces entreprises rechignent toujours à s’exécuter passé ce délai, l’autorité publique se chargera de faire respecter cette injonction par la force.

Les déclarations du président Momoh Konte interviennent après plusieurs plaintes de consommateurs sur la cherté des forfaits Internet, qui ne contribuent pas à un accès de tous aux avantages du monde numérique. Le patron de la NATCOM souhaite une réduction des tarifs d’au moins 20%. D’après lui, en baissant les prix, les fournisseurs de service ont tout à gagner. Des forfaits plus abordables susciteront la demande et une forte demande générera davantage de profits.

Au-delà de la cherté de l’accès, il y a également l’accès aux services Internet de qualité qui pose problème. La Sierra Leone est connectée au câble sous-marin de fibre optique AfricaCoast to Europe (ACE) depuis 2011. Mais le déploiement de cette infrastructure de connectivité à haut débit à travers le pays reste faible. Les opérateurs de téléphonie mobile Orange et Africell propose déjà la 3G, mais la qualité se dégrade rapidement une fois sorti de Freetown, déplore les consommateurs. C’est d’ailleurs la raison qui a poussé les deux sociétés télécoms à mener la modernisation en cours de leur réseau respectif.


SOURCE : agence ecofin

En savoir plus...

9ème Forum ouest-africain sur la gouvernance d’Internet : Les travaux prévus à Cotonou du 27 au 28 juillet

TIC

Le 9ème Forum ouest-africain sur la gouvernance d'Internet (WAIGF) se déroulera les 27 et 28 juillet à Cotonou. L'événement aura pour thème "Sécurité numérique pour le développement socio-économique et la paix en Afrique de l'Ouest". "Le WAIGF est une initiative conduite par le consortium WAIGF afin d'impliquer les divers acteurs ouest africains dans le processus", a-t-on indiqué. Selon CossiAmèssinou, point focal du forum au Bénin, les réflexions des assises de Cotonou, porteront sur les problématiques liées à l'accès à Internet, à la sécurité d'Internet et à l'application de la loi sur le numérique. "Ce sera une occasion pour les participants de décider de l'avenir qu'il faut avoir pour Internet dans la sous-région ouest-africaine", a-t-il souligné. Il a précisé que cette 9ème édition du forum sera une opportunité pour le gouvernement béninois de présenter ses projets et réalisations dans le domaine du numérique, notamment le projet de création de la cité internationale du savoir et de l'innovation "Seme City" et la loi portant Code du numérique qui a été récemment voté par les députés. Environ 250 participants, dont des spécialistes d'Internet et des décideurs en provenance des pays de la sous-région ouest-africaine, participeront à l'événement.

A.B

En savoir plus...

Ntic : L'Afrique lance son propre nom de domaine sur Internet

africa

Annoncé, il y a plusieurs mois, le nom de domaine « .africa » a été officiellement lancé le 4 juillet en marge du sommet de l'Union africaine qui se tenait à Addis-Abeba, en Ethiopie. Ce nom de domaine internet a été créé, 32 ans après l'extension ".com". « Le .africa nous permettra de raconter notre propre histoire », avait déclaré, en mars, Nkosazana Dlamini-Zuma, alors présidente de la Commission de l'Union africaine.

Pourtant, loin d’être un simple motif de fierté panafricaine, ce nom de domaine aura d’importantes incidences économiques.

Selon des propos de Hamza Aboulfeth, membre du comité de création de l’extension, relayés par RFI, le « .africa » fera économiser beaucoup d’argent aux africains. « C'est une extension qui va couvrir tout un continent, que ce soit dans le domaine de l'assurance, que ce soit dans le domaine des banques... Moi en tant que professionnel, je peux vous dire que ce nom de domaine vaut de l'or.»

L'un des principaux atouts de cet outil, c'est son prix. Selon Lucky Masilela, directeur de ZA Central Registry, l’entreprise en charge de la gestion du nom de domaine, celui-ci « va perturber le marché et permettra de diminuer le coût des noms de domaine ». Il faut payer 18 dollars pour rattacher l’extension «.africa » à l'adresse d'un site web, alors que l’enregistrement d’un site sur un domaine national peut coûter jusqu’à 250 dollars dans certains pays africains.

SOURCE : agence Ecofin

En savoir plus...

MALI : L’accès à Facebook perturbé

facebook

Au Mali cela fait deux jours que l'accès au réseau social Facebook est perturbé voire impossible. Des perturbations qui surviennent alors qu'une grande manifestation contre le projet de réforme de la Constitution doit avoir lieu samedi 17 juin. Pour l'instant, le flou demeure.

Mercredi soir 14 juin l'accès à Facebook était revenu en partie après deux jours de blocage. Impossible de savoir qui est à l'origine de ces perturbations, les opérateurs téléphoniques Orange et Malitel ont refusé de s'exprimer à ce propos tandis que du côté du gouvernement on affirme haut et fort que l'Etat « n'y est pour rien, c'est un problème global ».

Une explication qui tient difficilement la route, car le réseau social est parfaitement accessible si l'utilisateur emploie un VPN, un petit logiciel qui permet de camoufler sa localisation. A l'aide de ce moyen et en cachant donc le fait qu'ils soient au Mali, les internautes peuvent tout à fait se servir de Facebook, ce qui exclut l'idée d'une panne généralisée.

Impossible de tirer des conclusions, mais ce n'est pas la première fois que de telles perturbations sur les réseaux ont lieu. Il y a à peu près un an, après de grosses manifestations dans la capitale, c'est tout internet qui avait été coupé pendant plusieurs jours. Là aussi, le gouvernement et les opérateurs avaient botté en touche.

La multiplication des appels à marcher samedi contre le projet de réforme de la Constitution pourrait bien être un élément d'explication. Les deux précédentes manifestations ont été interdites sous couvert de l'état d'urgence. On ne sait toujours pas si cette marche qui doit regrouper partis politiques et société civile pourra avoir lieu.

rfi.fr

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !