TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Culture

Benin international Music : Signature d’un accord de coopération entre Radio France et l'Afrique

Aristide-Agondanou

Le projet s’intéresse à l’ouverture de la scène musicale Béninoise au patrimoine, à l’histoire, à l’éducation, et à la formation artistique dans le pays. Il s’agit, en effet, d’inscrire Cotonou comme berceau et capitale mondiale de la musique. Et pour y parvenir, une délégation française est attendue à Cotonou le 21 mai dans le cadre du projet Bénin international Music (Bim) pour un Accord de la coopération et d'échanges Radio France et l'Afrique. À la  tête de cette délégation Hervé Riesen, directeur  adjoint de la Radio France et délégué aux antennes aux programmes de la radio. Il  y aura également Olivier Zegna-Rata, directeur des relations institutionnelles de la Radio France. «Nous souhaitons contribuer à la prise en compte par le monde de la richesse culturelle de ce pays accompagné de partenaires nationaux et internationaux tels que Radio France, Uer (Union européenne des radios), Urti (Union des radios et télévisions internationales). Radio France sera le lien avec les radios publiques de l’Union Européennes des radios et télévisions publiques et de l’Union des radios et télévisions internationales»,mentionnent les responsables du projet. Après la nomination de plusieurs Directeurs d’Instituts français issus de Radio France en Afrique francophone, de nouveaux outils de coopération et d’échanges d’expertise européens sont mobilisés par Radio France du type de «fonds de jumelage». Cette réflexion a notamment été engagée avec le Bénin et le «Benin  international musical», avec le Gabon et le Congo profitant de l’officialisation prochaine de l’arrivée de spécialistes de la musique  en relation avec plusieurs salariés de Radio France. La Radio France souhaite,en fait, proposer dans l’année, un modèle d’accord de coopération avec la radio publique d’un pays d’Afrique francophone, reposant avant tout sur l’échange d’expertise soutenu par le Quai d’Orsay, et l’échange de programmes en particulier musicaux ou culturels, cela, en application exacte de la formulation en développant les partenariats de distribution dans le réseau des instituts notamment.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Le morceau Faut Pas M’embrouiller de FANICKO signé chez Wagram France !

FANICKO-WAGRAM
Blue Diamond vient de signer son artiste Fanicko, chez Wagram Music, le 1er label indépendant français. Cette signature vient après la signature du contrat Trace Talents avec le groupe TRACE en fin d’année 2016 sur le même artiste Fanicko.

Le succès du morceau « Faut Pas M’embrouiller » à l’international a convaincu les spécialistes français. Ainsi le label Wagram, qui a permis à l’artiste camerounais Franko, d’être sacré DISQUE D’OR, a décidé de tenté un nouveau pari sur le continent africain avec Fanicko.

Cette signature vient comme un double témoignage, de l’ascension internationale de Fanicko, et de la volonté démontrée de Blue Diamond de donner une approche professionnelle à la production musicale en Afrique francophone. Cette volonté va continuer à travers le renforcement de Fanicko sur toutes les plateformes susceptibles d’en faire un artiste international convaincu et un phare de la musique urbaine au Bénin.

Sidikou KARIMOU
Président

A propos du label Wagram

Wagram Label est le label historique de Wagram Music, première maison de disques indépendante avec de nombreux artistes tels que Corneille, Jessy Matador, Ridsa, JSK, Franko, Orelsan, Yves Jamait etc...

A propos de Blue Diamond

Blue Diamond est une maison de production indépendante fondée et présidée par Sidikou KARIMOU, acteur privilégié du monde des médias, de la communication, du divertissement et du showbiz ouest africain. Blue Diamond bénéficie dès sa création du réseau de Sidikou KARIMOU présent à travers ses activités dans plus de 18 pays en Afrique subsaharienne et partenaire des principaux médias et des grandes marques de la région.                       

En savoir plus...

‘’Prix découvertes Rfi’’ 2017 : Ouverture de l'appel à candidatures

prix-decouvertes-rfi

L’appel à candidatures pour la 37ème édition du Prix découvertes Rfi est ouvert dès aujourd’hui à tous les artistes ou groupes musicaux professionnels d’Afrique, de l’Océan Indien, et des Caraïbes.

Le lauréat bénéficiera d’un prix de 10 000 euros, d’une tournée en Afrique et d’un concert à Paris.Les candidats ont jusqu’au 30 juin 2017 pour envoyer leurs candidatures. Ces derniers doivent disposer d’une page personnelle sur Internet ou sur les réseaux sociaux incluant un minimum de quatre titres en écoute.Les inscriptions sont ouvertes sur le site www.prixdecouvertes.com

(Règlement complet en ligne).Depuis 1981, le Prix Découvertes Rfi met en avant les nouveaux talents musicaux du continent africain. Au cours des années, ce Prix a contribué au lancement de nombreux artistes qui ont depuis conquis un public international : Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire), Amadou et Mariam (Mali), Rokia Traoré (Mali), Didier Awadi (Sénégal)… Le chanteur de R’n’B guinéen Soul Bang’s a remporté l’édition 2016 du Prix découvertes Rfi.

Son Jury, composé de professionnels, est chaque année présidé par une personnalité. De FallyIpupa à Jacob Desvarieux, Youssou N’Dour, Angélique Kidjo, Richard Bona, Passi ou Asalfo, les présidents du Prix découvertes Rfi apportent leur caution et leur expérience à son rayonnement.

Rfi et ses partenaires sont des acteurs engagés auprès du lauréat, ils lui offrent un soutien professionnel et une exposition médiatique.

Le Prix découvertes Rfi est organisé en partenariat avec L’Institut français, l’Organisation internationale de la francophonie, la Sacem, Deezer et Ubiznews.

Source : Rfi

En savoir plus...

Célébration du 11 Mai : Bob Marley et le mouvement rasta à l’honneur ce jour

bob-marley

(Déjà 36 ans qu’il n’est plus)
Ce jour 11 mai 2017 l’emblématique Robert Nesta Marley connu sous le pseudonyme de Bob Marley sera une fois encore célébré partout à travers le monde. La figure de proue du rythme reggae aura laissé derrière lui un riche héritage qui se célèbre chaque année par ses disciples. Le rastafari est encore à l’honneur avec à la clé la consommation dans certains endroits de tous les produits stimulant qui accompagnent, pour ne pas nommer les stupéfiants de tout espèce. Les grandes scènes des espaces d’animation culturelle seront en ébullition et vibreront aux morceaux évangéliques du prophète à savoir : Africa unit, One love, No woman no cry, Redemptionsong et autres.

Qui est Bob Marley ?

Bob Marley, Robert Nesta Marley à l’état civil né le 6 février 1945 à Nine Miles (Jamaïque) il est  mort le 11 mai 1981 à Miami (États-Unis), est un auteur-compositeur-interprète, chanteur et musicien jamaïcain.Bob Marley rencontre de son vivant un succès mondial, et reste à ce jour le musicien le plus connu et le plus vénéré du reggae, tout en étant considéré comme celui qui a permis à la musique jamaïcaine et au mouvement rastafari de connaître une audience planétaire. Il a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde

TG

En savoir plus...

2è édition du «Africandrum’s festival» à Abèokuta au Nigéria : La compagnie artistique «Toffodji» du Bénin, distinguée

festival

Un groupe artistique béninois vient de rehausser l’image culturelle du Bénin à l’étranger. Il s’agit de la compagnie artistique ‘’Toffodji’’. Fondée et dirigée par Franklin LokoSènou, elle a été distinguée lors de la 2è édition du «Africandrum’s festival» (festival africain des tambours et des tam-tams), déroulée du 20 au 22 avril 2017 à Abèokuta(Ogun State) au Nigéria.

Inscrite sur la liste de la délégation des pays francophones invités à savoir : le Burkina Faso, le Togo, le Niger, le Haïti, et le Bénin, la compagnie de danse Toffodji a impressionné plus d’un pendant les 03 jours du festival. Sous les regards influents des autorités de l’Etat d’Ogun, coiffées par le Gouverneur en personne, les danseurs, sous la houlette de Franklin Loko Sènou, ont démontré un talent hors pair à travers de riches tableaux de danses. Entre autres, la création «Yèhouéégblémakou», une danse aux dimensions cultuelles et culturelles qui évoque dame nature. L’autre prestation qui a émerveillé le public et tous les festivaliers, c’est la virevoltante et mystérieuse danse sur bambou, intitulée «Dawé». A en croire Franklin, l’exécuteur de ladite danse, c’est une prestation qui se fait sur un bambou d’au moins 12 à 15 mètres de hauteur. «C’est d’ailleurs grâce à cette danse que la délégation étrangère francophone a été récompensée», a-t-il affirmé. En guise de récompense pérenne, la compagnie «Toffodji» du Bénin sera invitéepour se produire sur tous les autres festivals organisés chaque année dans tous les 36 Etats du Nigéria, à en croire la promesse à lui faite par le Gouverneur de l’Etat d’Ogun, satisfait des riches prestations qui ont rehaussé l’événement.

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Promotion des arts et de la culture sur le continent : Les journalistes culturels d’Afrique créent le magazine Baobab Afrique

Fortune-Sossa

Concept pluriel et transversal, la culture occupe une place centrale dans le processus de développement de l’Afrique. Conscient de cet état de chose, les membres de l’association dénommée Journalistes Culturels d’Afrique en Réseau (JOCAR) ont initié un magazine panafricain exclusivement dédié à la valorisation des arts et de la culturel sur le continent  et la diaspora africaine. Ce magazine, dont le siège social se trouve à Dakar au Sénégal, a pour adresse numérique www.baobabafrique.com. Il traite de tous les domaines de l’art à savoir, le théâtre, la musique, la danse, le cinéma, les arts visuels, le patrimoine, la littérature. Les rédacteurs, répartis à travers une trentaine de pays sur le continent et la diaspora, traitent de sujets aussi variés qu’importants avec leur maîtrise des genres journalistiques majeurs. Le magazine ouvre également une fenêtre sur les sujets relatifs à l’artisanat et au tourisme.

Selon Alassane CISSE, le Directeur éditorial, le magazine est initié pour la promotion et la diffusion d’informations culturelles ainsi que la vulgarisation du patrimoine africain voir universel. Il s’agit, renchérit-il, « de soutenir, d’accompagner et de promouvoir d’autres rendez-vous dans les secteurs de la culture à travers le monde.  Et d’avoir aussi un regard critique c'est-à-dire sans complaisance sur les productions artistiques et littéraires ».

Somme toute, le magazine Baobab Afrique est un outil dont la vocation est de mettre à la disposition du public des documents de qualité intellectuelle et artistique avérée. Son contenu se résume, pour ainsi dire, à des articles fouillés, des dossiers de référence, des reportages vivants et documentés, des interviews exclusives, des analyses, des commentaires.

En dehors des journalistes culturels, des chercheurs, universitaires, philosophes, sociologues, critiques de cinéma, d’art, de littérature sont mis en contribution pour l’animation du magazine.

Extrait du comité rédactionnel

Directeur éditorial : Alassane CISSE (Sénégal)
Directeur de la Rédaction : Fortuné SOSSA (Bénin)
Rédacteur en Chef : Casimir YAMEOGO (Burkina Faso)
Rédacteur en Chef adjoint : Assane KONE (Mali)
Chargé de l’Afrique de l’Ouest : Yacouba SANGARE (Côte d’Ivoire)
Chargé de l’Afrique du Centre : Jean-François CHANNON (Cameroun)
Chargé de l’Afrique du Nord : Fouad SOUIBA (Maroc)
Chargé de l’Afrique de l’Est : Kimani WA WANJIRU (Kenya)
Chargée de l’Afrique Australe : Michelle CONSTANT (Afrique du Sud)

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Edition 2017 des ‘’Embuscades de la scène’’ : La jeune création théâtrale prend d’assaut la capitale togolaise

embuscades-de-la-scene

Lomé accueille sa toute première édition du festival théâtral ‘’les embuscades de la scène’’ dont le promoteur est le  comédien acteur culturel béninois Giovanni Houansou. Les organisateurs manifestaient le désir d’élargir l’initiative sur le marché théâtral de la sous-région. Cette première édition à Lomésera le premier acte qui marquera d’un sceau particulier le champ d’extension des activités entrant dans le cadre des embuscades de la scène. Elle est conduite par Kokou Paraiso. Ainsi que ‘’SUDCRÉA’’ association et son partenaire Olatomi. Lesquelles  associations tiendront l'action du 10 au 12 avril avec des jeunes dévoués et talentueux.

TG

En savoir plus...

4ème édition de Visa for music : L’appel à candidature lancé

visa-for-music

Le premier marché professionnel des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient, se tiendra du 22 au 25 novembre 2017 à Rabat, Maroc. Un appel à candidatures est ouvert aux artistes et groupes de musique pour la participation aux show cases jusqu’au 15 Avril 2017. Il s’agit d’une initiative dont la première édition a eu lieu en 2013. Son objectif principal est de pallier le manque de visibilité des artistes d’Afriques et du Moyen-Orient sur l’échiquier international de la musique. Ses organisateurs sont préoccupés par la valorisation, l’encouragement, la mobilité et le développement des créations musicales d’Afrique et du Moyen-Orient. Le festival à ce jour, a déjà enregistré la participation de 3200 professionnels  aux 123 show cases donnés par quelques 693 artistes. Pour le compte de cette 4ème édition qui est en cours de préparation une trentaine d’artistes ou groupes seront sélectionnés pour présenter leurs créations devant des professionnels du secteur venus du monde entier. Il est prévu à l’occasion, des conférences, des speeds-meetings et des ateliers de formations et d’échanges professionnels. Pour les éléments à fournir dans le dossier de candidature, deux CD de l’artiste ou du groupe : soit deux albums différents ou un Wetransfer avec l’ensemble des morceaux. Il faut par ailleurs, fournir un dossier de presse présentant la biographie et la discographie ainsi qu’une fiche technique. Les candidatures sont à envoyer à l’adresse électronique Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Les candidatures en format papier sont à envoyer à l’adresse Atlas Azawan-Visa For Music BP 13431 Talborjt, 80 005 Aguadir, Maroc. Date limite du dépôt des dossiers 15 avril 2017.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

25ème édition du Fespaco : Stop et fin, le palmarès complet

fespaco-2017

La 25ème édition du festival panafricain du cinéma de Ouagadougou a pris fin ce samedi 05 mars 2017 au Burkina Faso. Le Bénin y était présent dans 07 catégories avec au total 8 films. Il a tiré son épingle du jeu à travers deux distinctions avec le film ‘’L’orage africain, un continent sous influence’’ de Sylvestre Amoussou. La grande soirée de distinction a connu la présence des présidents Rock Marc Kaboré du Burkina Fasso et Allassane Ouattara de la Côte d’Ivoire. Dans la Catégorie Fiction long métrage, l’étalon d’or va au film ‘’Félicité’’ de Alain Formose Gomis du Sénégal. L’étalon d’argent est attribué au film du réalisateur béninois Sylvestre Amoussou avec son film ‘’L’Orage africain, un continent sous influence’’.L’étalon de bronzeest allé au film ‘’A mile in myshoes’’ de Saïd Khallaf du Maroc. Quant au prix des institutions, nous avons le prix spécial de l’intégration de la Cedeaoqui a été décerné au film ‘’Frontières’’ de Appoline Traoré du Burkina Faso. Toujours dans la même catégorie, le prix Unicef pour les droits des enfants est allé à‘’La rue n’est pas ma mère’’et le Prix Félix Houphouët Boigny du Conseil de l’entente à ‘’Frontières’’.

Voici tout le reste des prix

Prix des écoles africaines de cinéma
Meilleur film fiction des écoles
“Down side up” de Peter Owusu du Ghana
Meilleur film documentaire des écoles
‘’Nubuke’’de Aryce Bismark
Prix spécial des écoles africaines de cinéma
‘’Héritage’’ de Fatoumata Tioye Coulibaly du Mali
Pour la compétition officielle : série télévisuelle
Meilleure série télé
‘’Tundu Wundu’’ de AbdoulahadWoné  du Sénégal
Prix spécial du jury
« Aphasie » de Hyacinthe Hounsou de la Cote d’Ivoire
Fiction, court métrage
-Poulain d’or
‘’Hymenee’’ de Violaine Maryam Blanche Bellet du Maroc
-Poulain d’argent
‘’The bicycle man’’ de Twiggy Matiwana de l’Afrique du sud
-Poulain de bronze
‘’Khallina hakka khir’’ de Mehdi M. Barsaoui de la Tunisie
Mention spéciale du jury
‘’A place for myself’’ de Marie Clémentine Dusabejambodu Rwanda
Prix techniques et artistiques
– Prix du meilleur montage
‘’L’interprète’’ de Olivier Meliche Koné de la Côte d’Ivoire
-Prix de la meilleure musique
‘’Le puits’’ de Lotfi Bouchouchi  de l’Algérie
– Prix du meilleur décor
« The luckyspecials » de Rea Rangaka (Afrique du Sud)
– Prix du meilleur son
‘’Félicité’’ de Alain Formose Gomis (Sénégal)
– Prix de la meilleure image
‘’Zin’naariya !’’ de Rahmatou Kéïta du Niger
– Prix du meilleur scénario
‘’La forêt du Niolo » de Adama Roamba du Burkina Faso
– Prix de la meilleure interprétation féminine
‘’A la recherche du pouvoir perdu’’ de Mohammed Ahed Bensoudadu Maroc
– Prix de la meilleure interprétation masculine
‘’Wulu’’ de Daouda Coulibaly du Mali
– Prix de la meilleure affiche
‘’The lucky specials’’ de Rea Rangaka de l’Afrique du Sud
-Prix Oumarou Ganda
‘’Le puits’’ de Lotfi Bouchouchi de l’Algérie
-Prix Paul Robeson
‘’Frontières’’, de Apolline Traoré du Burkina Faso
-Prix de la ville de Ouagadougou
‘’La rue n’est pas ma mère’’ de Jérôme N Yaméogo du Burkina Faso
-Prix « Sembène Ousmane » de EcoBank
‘’Wulu’’ de Daouda Coulibaly du Mali
-Prix « Soumanou Vieira » de la Féderation africaine de la critique cinématographique (Facc)
‘’A mile in my shoes’’ de Said Khallaf du Maroc
-Prix « Signis »
‘’The luckyspecials’’ de Rea Rangaka de l’Afrique du sud
Mention spéciale à « A mile in myshoes » de SaidKhallaf du Maroc par le jury de l’Association catholique mondiale de la communication (SIGNIS).
-Prix « Thomas Sankara »
‘’A place for myself‘’de Marie ClémentineDusabejambo
– Prix « de la chance » de la Lonab
‘’A place for myself’’ de Marie Clémentine Dusabejambo
-Prix de l’Ong Water Aid pour l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement
‘’Le puits’’ de Lofti Bouchouchi
- Prix santé et sécurité au travail
‘’Bons baisers de Morurua’’ de Larbi Benchihade l’Algérie
- Prix spécial de l’Assemblée nationale
« L’Orage africain » de Sylvestre Amoussou du Bénin
- Prix Union européenne et Acp
‘’Kemtiyu, Séex Anta Kemtiyu, Cheikh Anta)’’ Ousmane – William MBAYE du Sénégal
‘’The bicycle man’’ de Twiggy Matiwana

CodjoDonatien SODEGLA (Stag)

En savoir plus...

10ème édition du Femua : Les grandes innovations annoncées

FEMUA-2017

Jeudi 02 mars dernier, le commissariat général du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) organisé par le groupe «Magic System» a effectué la cérémonie du lancement officiel de sa 10ème édition au siège de l’Unesco à Paris. Placée sous le thème « l’Afrique face aux défis du réchauffement climatique», cette 10ème édition est prévue du 25 au 30 avril 2017 à Abidjan et à Adiaké (Côte d’Ivoire).

«Chacun doit de son côté jouer son rôle dans la sensibilisation contre le changement climatique. Le Femua est une belle tribune pour sensibiliser surtout les jeunes à ne pas détruire l’environnement», a formulé Salif Traoré dit A’Salfo leader vocal du groupe Magic system lors du lancement. C’était en présence de Charles Gomis, Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, Denise Houphouët Boigny, Délégué permanent de la Côte d’Ivoire auprès de l’Unesco et de plusieurs autres personnalités. Cette édition sera marquée par la construction de deux écoles, l’une à  Gagnoa  promet A’Salfo. Le leader vocal du groupe Magic System a aussi affirmé qu’en prélude au Femua 2017, un hommage sera rendu à l’artiste, le regretté Papa Wemba décédé lors de l’édition 2016. Le lundi 24 Avril 2017, date du premier anniversaire du décès du Roi de la Rumba Congolaise, sera donc consacré à cet hommage à travers un concert donné par le groupe «Viva la Musica» qui aura l’honneur de terminer la symphonie inachevée de 2016. L’hommage ne s’arrête pas là car Papa Wemba aura également une place en son nom dans le village qui a vu naître le Femua, Anoumabo. «En accord avec les autorités ivoiriennes, la place du Femuaà Anoumabo sera rebaptisée place Papa Wemba», a poursuiviA’salfo devant la fille et le manager du défunt qui ont fait le déplacement à Paris. Séduit par le Femua, le chanteur de R&B français d’origine centrafricaine par son père et Congolaise par sa mère, Singuila, de son vrai nom Bedaya N’Garo Singuila compte exporter ce Festival dans d’autres pays d’Afrique, voyant en ça, une réussite qui doit être exportée comme modèle pour la jeunesse. Il fait partie des artistes programmés pour l’évènement avec Salif Keita (Mali), Black M (France), Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire), Maréma Fall (Sénégal), Bisa Kdei (Ghana), Soul Bangs (Guinée Conakry), Kiff No Beat, Dj Léo, le groupe Révolution, Nash, et la Formation Kruman Group Orchestra de la Côte d’Ivoire. Projet immense et évolutif, le Femuaa vu le jour en 2008 à l’initiative de Salif Traoré, lead vocal du groupe Magic System et Commissaire Général dudit festival. De nombreuses innovations ont été annoncées pour l’édition 2017 concernant le nombre de concerts à Anoumabo qui passe de deux à trois (Jeudi, Vendredi et Samedi). L’Institut Français accueillera cette année deux spectacles contrairement aux Femua précédents. Ayant connu un véritable succès l’an dernier le «Carrefour Jeunesse» et le «Femua Kids» sont reconduits pour 2017 a déclaré le commissaire général du Festival. Facteur de développement par ses actions sociales, le Femua compte à son actif, la réhabilitation et l’équipement d’hôpitaux, d’orphelinats, de pouponnières, des dons aux réfugiés ainsi que la construction de plusieurs écoles primaires et maternelles offertes à l’Etat de Côte d’Ivoire.

Kamar ADJIBADE

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !