TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Société

Constitutionnalisez le droit à l’eau : Vous avez le soutien de la communauté internationale

eau-potable

Depuis les années 1960, la planète a commencé par faire face à une crise sans précédent en ce qui concerne la disponibilité de l’eau propre . Cette crise de l’eau s’exprime aujourd’hui sous deux formes : l’épuisement massif des bassins hydrologiques et la contamination sans cesse croissante dont sont l’objet les ressources en eau, qu’elles soient souterraines ou de surface.

En effet, le pompage excessif des eaux souterraines à l’échelle mondiale a plus que doublé entre 1960 et 2000 et constitue la cause d’environ 25% de la hausse du niveau des mers . Selon une étude de la Banque Mondiale, la demande en eau d’ici à 2030 dépassera l’offre de plus de 40% . Parallèlement, les hommes continuent de polluer l’eau et l’on estime que dans les pays du Sud, plus de 90% des eaux usées et 70% des eaux usées industrielles sont déversées dans les eaux de surface sans aucun traitement. Chaque jour, c’est 2 millions de tonnes d’eaux usées qui sont déversées dans les eaux du monde, soit le poids d’environ 6,8 milliards d’êtres humains. La quantité d’eau usée produite annuellement est six fois supérieure à la quantité d’eau contenue dans toutes les rivières du monde . Or aujourd’hui déjà, plus d’un milliard de personnes souffrent d’un manque d’accès durable à l’eau potable et deux milliards et demi n’ont pas un accès approprié à des installations d’hygiène et d’assainissement . Cette situation ne peut pas laisser indifférente la communauté internationale même si les lobbies constituées par les sociétés privées de commercialisation d’eau semblent tout faire pour que le statu quo soit durablement maintenu.

Face à cet état des lieux alarmant concernant l’eau et consciente de la nécessité de ce précieux liquide pour la vie, la santé et la dignité humaine , la communauté internationale a jugé utile de clarifier et de compléter les principaux textes relatifs aux droits de l’homme avec de nouveaux instruments juridiques précisant le droit à l’eau. C’est ainsi qu’en janvier 2003, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (Comité DESC) de l’ONU a jugé nécessaire de sortir l’Observation générale n°15 pour clarifier et préciser la place de ce droit de l’homme dans le dispositif international sur les droits de l’homme. Au plan politique, à travers deux résolutions adoptées en 2010 par  l’Assemblée générale et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, la communauté internationale décide de reconnaitre le droit à l’eau. Les Nations unies ont par ailleurs nommé un rapporteur spécial chargé de suivre les efforts des pays concernant la mise en œuvre de ce droit.

Pour internaliser la dynamique internationale en faveur du droit à l’eau, le Bénin a pris en 2010, la loi 2010-44 du 24 novembre 2010 portant gestion de l’eau qui affirme à son article 6 que chaque citoyen béninois a le droit de disposer de l’eau pour ses besoins et les exigences élémentaires de sa vie et de sa dignité. La formulation ne précise pas le contenu que la loi donne à ce droit à l’eau. S’agit-il d’un droit de disposer de l’eau potable pour les besoins de consommation ? Parle-t-on de l’eau pour l’hygiène corporelle ? Doit-on y voir le besoin d’eau pour la petite agriculture puisque pour plusieurs béninois, les exigences élémentaires de la vie passent par la réalisation d’activités agricoles ? S’agit-il de disposer d’eau pour les besoins d’irrigation lorsque l’on voit que le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies inclut les ouvrages d’irrigation  dans les « biens indispensables à la survie de la population » et qu’il faut protéger en cas de conflits armés conformément aux prescriptions du droit international humanitaire ?

Nous voulons ici circonscrire le droit à l’eau à celui de disposer d’eau potable pour les besoins d’alimentation et d’hygiène corporelle car selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce sont ceux qui affectent le plus, la personne humaine dans sa santé et sa dignité . C’est d’ailleurs cette compréhension que véhiculent les instruments internationaux notamment l’Observation générale n°15 du Comité des droits économiques, sociaux et culturels. Le contenu du droit à l’eau retenu par le Comité et approuvé par plusieurs experts tourne autour de quatre points que sont : la disponibilité, la qualité et l’accessibilité.

Mais comme évoqué plus haut, s’il est vrai que le Bénin aborde la question du droit à l’eau dans une loi qui soit dit en passant est plutôt consacrée à la gestion des ressources en eau, les formulations laconiques ne permettent pas de mesurer le contenu de ce droit, ce qui peut en limiter la mise en œuvre. Il y a lieu aujourd’hui d’inscrire le droit à l’eau, reconnu comme un droit de l’homme, dans la constitution au même titre que le droit à un environnement sain, le droit à l’éducation, le droit au développement, et de prendre des mesures législatives appropriées pour donner un contenu, fut-il béninois, à ce droit.

La situation au plan mondial est alarmante mais le Bénin dispose encore de réserves d’eau qui lui permettent d’assurer le droit à l’eau à ses citoyens. Une volonté politique exprimée de manière forte à travers la constitution permettra au pays de bénéficier de l’accompagnement de la communauté internationale tel que recommandé par l’Observation générale n°15 du Comité DESC. Une révision constitutionnelle n’intervient pas tous les jours et il est à espérer que notre pays saisisse cette belle occasion pour se mettre dans le peloton de tête en matière de promotion des droits de l’homme en Afrique à l’instar des pays comme l’Afrique du Sud ou le Burkina Faso qui ont déjà constitutionnalisé le droit à l’eau.

Sègla LIHOUSSOU, Juriste,
Expert Décentralisation et Eau à l’ANCB

En savoir plus...

Journée internationale de la Paix : Le message du Sg/Onu, Ban Ki-Moon

ban-ki-moon

A l’occasion de la Journée internationale de la paix célébrée ce 21 septembre, Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (Onu) s’est adressé au monde entier dans un message dont voici la teneur.

LE SECRETAIRE GENERAL
MESSAGE PUBLIE A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE
DE LA PAIX

LE 21 SEPTEMBRE 2016

Chaque année, à l’occasion de la Journée internationale de la paix, l’Organisation des Nations Unies invite les belligérants du monde entier à déposer les armes et à observer un cessez-le-feu de 24 heures. La valeur symbolique d’une journée sans combats nous rappelle de façon opportune que les conflits peuvent et doivent prendre fin.

Mais la paix ne se réduit pas à une simple trêve. Elle implique de bâtir à l’échelle mondiale une société dont les membres vivent à l’abri de la pauvreté et bénéficient tous de la prospérité, une société où tous grandissent ensemble, unis par la solidarité de la grande famille universelle.

Cette année, le thème de la Journée fait la part belle aux 17 objectifs de développement durable, qui sont les piliers de la paix. En effet, la ruée vers des ressources limitées est souvent à l’origine des conflits. Nous devons nous appuyer sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour empêcher que de tels conflits éclatent en faisant en sorte que personne ne soit laissé pour compte.

Lorsque les 193 États Membres de l’Organisation des Nations Unies ont adopté à l’unanimité les 17 objectifs de développement durable en septembre dernier, leur message était clair.

Le développement durable est essentiel pour l’instauration d’une paix durable, et le respect des droits de l’homme en est la condition préalable. Nous devons protéger la planète, notre lieu de vie commun, et ce n’est qu’en œuvrant de concert que nous pourrons la rendre sûre pour les générations à venir.

Nous pouvons tous être les hérauts du développement durable et faire connaître le Programme 2030 et les objectifs de développement durable. Nous pouvons aussi tous demander à nos dirigeants de rendre compte de ce qu’ils font pour tenir les engagements qu’ils ont pris pour l’avenir.

Tous ensemble, mobilisons-nous en faveur de la dignité et de l’égalité de tous les êtres humains, ainsi que d’une planète plus verte, en veillant à ne laisser personne de côté.

Célébrez la Journée internationale de la paix en vous faisant le champion des objectifs de développement durable.

En savoir plus...

Bénin : La « mort prématurée » à la pompe

essance-pompe

Un rapport de l’Ong suisse Public Eye rendu public par la radio Rfi en fin de semaine écoulée fait état de ce que sur le continent africain, plusieurs nations à l’instar du Bénin pourraient rapidement avoir le taux de mort prématurée liée à la pollution automobile le plus élevée au monde.

L'Angola, le Bénin, le Congo-Brazzaville, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et la Zambie. Soit au total, huit pays du continent noir. C’est l’échantillonnage sur lequel ont porté trois ans d’enquête menée par l'ONG suisse Public Eye sur la qualité des carburants disponibles à la pompe dans ces pays.  Pour les confrères de Rfi, ces enquêtes ont abouti à « un rapport inquiétant qui met en lumière les pratiques des traders suisses dans le secteur des carburants en Afrique ». Ledit rapport indique que le continent noir est inondé par des carburants toxiques. « Les négociants profitent de la faiblesse des législations dans de nombreux pays pour vendre sur le continent des produits bon marché, mais extrêmement dangereux pour la santé des populations. Du carburant fourni par quatre grands négociants suisses. La conclusion du rapport est édifiante et sans appel : sur les quarante échantillons prélevés, aucun ne pourrait être vendu ailleurs que sur le continent africain ».

La grande question qui se pose est de savoir pourquoi ces compagnies se permettent de vendre en direction de l’Afrique de la carburation dont la teneur en soufre est entre 200 et 1 000 fois plus élevée que le niveau autorisé en Europe ou aux Etats-Unis avec un triste record enregistré au Mali. Sans oublier la présence de certains métaux lourds et d'autres produits toxiques comme le benzène, très fortement réglementé, alors que ces produits sont pourtant fabriqués en Europe et exportés par des entreprises européennes.

Est-ce seulement parce que les Africains ont besoin d’un carburant à un coût abordable ou c'est la faiblesse des standards des pays africains où les taux de soufre autorisés restent très élevés. Mais le pire est que dans le vil dessein d’augmenter leurs marges, ces commerçants véreux mélangent les carburants avec des produits toxiques qu'ils achètent en gros à faible coût. Dans le milieu, il y a même un nom pour qualifier ces produits pétroliers : on parle de « qualité africaine ».

Le rapport de l’Ong Public Eye pense qu’aucune loi n’est encore violée en Afrique. Aussi, incite-t-il donc les Etats à adopter des législations plus contraignantes pour éviter l’hécatombe. En tout cas le gouvernement béninois doit très vite se saisir de ce rapport. Il en est de même de l’Assemblée nationale pour pouvoir légiférer dans ce domaine afin d’éviter un drame. Celui en gestation aura des conséquences plus lourdes que Tori Avamè. Il n’y aura alors pas de hauts gradés à sanctionner. Puisque tout le monde serait déjà dans l’au-delà.

Plus que le Bénin, c’est toute l’Union africaine qui doit s’en préoccuper. A défaut, chaque nation doit prendre le taureau par les cornes.

Mais en attendant la prise de textes de loi plus contraignante, il faut déjà exiger de la qualité dans les importations de carburant en Afrique et au Bénin. Si l’union européenne n’est pas prête à accepter sur son territoire l’ananas béninois qui ne respecte pas les normes internationales, pourquoi tolérer sur notre continent les leurs qui sont dans le dénorme ?


Symplice Comlan

En savoir plus...

Diplomatie Patriote du Front national en Afrique : Ong-Aganer, Pjud-Bénin et Comef, la génération souverainiste

diplomatie-patriote

Le Délégué national à la Prospective du Front national français et Président du Collectif mer et francophonie (COMEF), Loup Viallet ainsi que le Secrétaire général du COMEF Gwenaël Blancho, ont effectué une mission d’un mois au Bénin. Cette visite est porteuse de la nouvelle vision du Front national à travers Marine Le Pen, dans la perspective de la prochaine élection présidentielle française. Tous les sondages la donnent au second tour du scrutin, peu importe son concurrent.

Cette visite a permis au Délégué national à la prospective du Front national et Président du COMEF, Loup Viallet ainsi qu’à son secrétaire général, Gwenaël Blancho, de comprendre les réalités socio-cultuelles du peuple béninois en vue de coopérations futures. Pour Loup Viallet, l’Afrique est un contient riche par sa culture, son histoire et la diversité de ses peuples. La nouvelle vision du Front national pour l’Afrique est de montrer que le peuple français peut opérer un nouveau départ avec ce continent. Il a donc insisté sur la nécessité de respecter les souverainetés et les modes de vie des peuples d’Afrique. Les Africains ne sont pas condamnés à émigrer en Europe pour chercher un avenir. Nos peuples ont des intérêts convergents en travaillant à être Bien Chez Soi.

Un nouveau type de partenariat avec l’Afrique

Le problème de l'Afrique n'est ni l'inintelligence, ni l’incapacité, a insisté Loup Viallet, mais plutôt le financement et la prédation dans les relations commerciales, notamment avec l’UE. C’est pourquoi il prône désormais un développement co-profitable de l’Afrique, basé sur l’investissement dans le développement plutôt qu’une aide au développement en trompe-l’œil, liée à des programmes de démantèlement des Etats qui enfoncent l’Afrique davantage dans la pauvreté. Marine Le Pen a d’ores et déjà proposé dans son discours de Québec de mars 2016 la création, sous sa présidence, d’une Banque francophone d’investissement pour financer les petites et moyennes entreprises francophones, avec pour leitmotiv, la transformation locale de produits et matières premières.  « Le commerce international et l’immigration incontrôlée sont mauvais pour nos peuples, excellents pour les multinationales et les lobbies », a-t-il signifié. Pour ce faire, il sera mis en place des conditions favorables à l’entrepreneuriat de la jeunesse et le commerce équitable co-profitable à tous sera promu. Les injections massives de capitaux ne peuvent pas développer l'Afrique, c'est un développement conduit dans une logique de mendicité qui s'est soldé par la paupérisation de l'Afrique, a-t-il conclu.

Modèle de jeunes incarnant la vision du FN

Ernest Agbokoumissi et Cyrille Djowamon sont deux jeunes président d’ONG béninoises qui s’illustrent dans des actions de développement. A travers son ONG AGANER, M. Agbokoumissi œuvre pour la promotion des droits de l'enfant, des femmes et des personnes en situation difficile. Il est reconnu dans Cotonou (Menontin), à Ganvié et aux Aguégués. Cyrille Djowamon, directeur exécutif du PJUD-Bénin est environnementaliste reconnu par le PNUD et l’OIF ; son institution, basée à Parakou, a déjà formé plus de 400 jeunes aux techniques de l’apiculture tropicale. La vision de son ONG : « Servir la Communauté, ne pas s’en servir ». La délégation française trouve en ces jeunes des modèles de prise de conscience et de rupture d’avec la mentalité de main tendue.

La langue française comme vecteur de développement

Pour Gwenaël Blancho, la langue française est un vecteur de coopération qui respecte les identités des peuples francophones. Elle est le patrimoine commun des peuples francophone, leur héritage. Elle ne constitue pas une menace pour les langues nationales comme le fon ou le bariba a-t-il déclaré, car à l’en croire le Français est une langue des hommes libre et ne saurait être un motif d’aliénation des libertés des autres.

La diplomatie de la candidate souverainiste à la présidentielle française de mai 2017 promet un nouveau départ avec l’Afrique et avec la Francophonie, respectueux des souverainetés et des modèles de développement de chacun. La devise du COMEF : coopérer et comprendre, plutôt qu’asservir.

M.M

En savoir plus...

Hélène Clark, Directrice du Pnud à la Ticad VI : « L'inégalité hommes-femmes coûte chaque année 95 milliards de dollars à l'Afrique sub-saharienne »

helen-clark

Les inégalités entre hommes et femmes coûtent chaque année quelque 95 milliards de dollars à l'Afrique sub-saharienne, a affirmé dimanche le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), appelant le continent à prendre des mesures afin de bénéficier du "potentiel des femmes".

"Là où il y a des hauts niveaux d'inégalités entre les genres, les sociétés passent à côté de quelque chose", a regretté Helen Clark, directrice du PNUD, dans un entretien à l'AFP. "Lorsqu'on n'exploite pas le plein potentiel des femmes, cela a un coût, que ce soit au niveau de la famille, de la communauté ou de la nation".

Prenant l'exemple de l'agriculture, Mme Clark a détaillé : "dans de nombreux cas, les femmes ne peuvent pas posséder de terres ou hériter de terres, ce qui rend difficile pour elles d'emprunter de l'argent. Cela a pour conséquence qu'elles n'ont pas les moyens d'acheter les meilleures graines, les meilleurs engrais".

"Donc, au final, même si elles travaillent très dur, les femmes produisent moins", a conclu Mme Clark, présente à Nairobi à l'occasion de la sixième édition de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l'Afrique (Ticad).

Le PNUD a estimé dans un communiqué que l'inégalité entre hommes et femmes coûte chaque année quelque 95 milliards de dollars (84 milliards d'euros) à l'Afrique sub-saharienne, avec un pic à 105 milliards en 2014.

Mme Clark s'est toutefois gardée de généraliser les inégalités entre hommes et femmes dans tous les pays d'Afrique, saluant notamment les efforts réalisés au Rwanda, où de nombreux postes à responsabilités sont occupés par des femmes, et où 64% des députés sont des femmes, soit le pourcentage le plus élevé au monde.

(Source externe)

En savoir plus...

Réélection d’Ali Bongo au Gabon : Des ressortissants béninois persécutés

violences-gabon

(De nouvelles réactions du gouvernement de Talon attendues)
A peine la victoire d’Ali Bongo Ondimba a-t-elle été proclamée que plusieurs villes gabonaises ont sombré dans la violence. Depuis plusieurs heures, des Béninois sont pris au piège dans l’ancien petit Emirat d’Afrique centrale. D’autres sont visés. Ils n’espèrent que le secours des autorités béninoises.

A Cotonou,  Abomey-Calavi ou encore à Porto-Novo, les familles des Béninois vivant au Gabon sont anxieuses. Suite à la proclamation des résultats donnant Ali Bongo Ondimba gagnant de la présidentielle face à son challenger principal, Jean Ping (49,80% contre 48, 23%), leurs craintes se sont accrues. Les informations parvenant de Libreville ne rassurent pas. Joints  au téléphone, des Béninois ont déclaré vivre cloitrés chez eux depuis quelques jours. Les commerces de certains d’entre eux ont été pillés hier après le déclenchement des manifestations violentes. Si aucun Béninois n’a encore été physiquement attaqué selon nos sources, beaucoup redoutent le pire.  Puisqu’il ne fait pas bon d’être identifié comme Béninois ces dernières heures à Libreville. Les ressortissants béninois ont été pris à partie durant la campagne électorale. Certains candidats de l’opposition les accusent d’accointance avec le régime Bongo. Ils visent particulièrement Maixent Accrombessi, le Directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba. Il serait l’un des faucons du gouvernement gabonais. Cet homme qui a une réputation plutôt sulfureuse  avait été accusé en avril 2015, d’être responsable de la mort de l’ancien opposant André Mba Obame. A l’époque, l’ambassade du Bénin à Libreville avait été brûlée par des surexcités. Ce mercredi, les magasins des Béninois n’étaient pas les seuls visés. Le bâtiment de l’Assemblée nationale gabonaise a été incendié. Et des émeutiers proches et les forces de l’ordre se sont aussi affrontés dans les rues selon les témoignages recueillis sur place.

Talon : Aller  au-delà

Le mercredi 24 août 2016, le gouvernement de la Rupture avait informé le peuple avoir « dépêché  une mission spéciale à Libreville du 14 au 17 août 2016 pour prévenir  les menaces de violence contre la communauté  béninoise résidant dans ce pays». « Le Conseil a décidé de quelques mesures préventives de secours et de sécurité en liaison avec les autres chancelleries accréditées  à Libreville et quelques organisations de la société civile», pouvait-on lire dans le relevé dudit Conseil. Le gouvernement a même décidé de mettre en place une commission interministérielle pour le suivi quotidien des mesures prises. Cependant, les Béninois vivant au Gabon se sentent pour le moment abandonnés. Ils vivent dans la crainte. En effet, depuis hier, le gouvernement de Patrice Talon n’a publié aucun communiqué  sur la situation sécuritaire qui prévaut au Gabon. Cette attitude ne révèle, certes, pas encore l’insouciance du gouvernement. Mais les familles des compatriotes ont besoin d’être rassurées pour cesser de vivre dans la hantise. Le climat sécuritaire à Libreville reste volatile. Patrice Talon doit ferrailler dur pour éviter le pire aux Béninois. Depuis son élection, c’est la première crise extérieure majeure à laquelle le Chef de l’Etat doit faire face depuis Cotonou. Un vrai test pour l’équipe de la Rupture. 

A.S

En savoir plus...

Libre circulation des personnes et des biens : Une pure incantation dans l’espace Cedeao

cedeao

Jusqu’à quand les gouvernants de la sous région vont-ils cesser avec les théories des grandes réunions pour passer aux choses concrètes ? Depuis que la résolution de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace Cedeao a été prise, elle est loin d’être une réalité au niveau des frontières. Un calvaire quotidien pour les usagers.

Le spectacle était ahurissant, honteux, à la limite révoltant en fin de semaine dernière à la frontière de Sèmè-Kraké entre le Bénin et le Nigeria. «  J'ai une voiture nigériane et un passeport béninois. J'ai tous mes papiers en règle et pourtant je dois dépenser en moyenne 3000 naira à chaque passage pour des tampons et autres frais "d'enregistrement" dont il n'est fait mention nulle part », s’indignait une victime de cette pratique. Elle décrit par la suite, le modus operandi des arnaqueurs: « J'ai amené des amis en week-end et j'ai eu honte ! Malgré le fait que tous les papiers soient en ordre, il nous a été demandé de payer des frais illégaux à chaque étape. Illégaux parce que, bien sûr, aucune facture ou reçu ne peut être délivrée etclairement cet argent ne va pas dans les caisses de l'Etat. Depuis l'agent qui demande 2000 nairas pour mettre un tampon dans un passeport alors que c'est ce pour quoi il est payé, jusqu’à l’infirmier qui veut 1000 nairas pour marquer VU dans un carnet de vaccination totalement en règle, en passant par le civil sans qualification qui veut 200 ou 500 nairas pour soulever une barrière qui n'a aucune raison d’être là, toutes les personnes travaillant au poste frontière sont corrompues et cherchent par tous les moyens à profiter des usagers qui pour la plupart ne veulent que découvrir un pays voisin ». Inutile de préciser que comme dame A.T, les passagers qui subissent de ces tracasseries chaque jour sont légion. Et donc, plusieurs millions de naïras ou de FCfa non déclarés, qui vont directement dans les poches d’individus. Ça fait beaucoup, et bien évidemment, cet état de choses  n'encourage pas le développement du tourisme, qui pourrait apporter des devises à notre pays, le Bénin puisque les étrangers en gardent un souveniramer et ne sont même pas prêt à revenir. « C'est avec effarement que j'ai vu un douanier demander à une amie venue de Nouvelle Zélande de payer  2000 nairas pour qu'il la laisse passer alors que celle-ci avait bien son visa qui lui a coûté plus de 100 dollars (35000 naira au taux officiel) », ajoute avec désolation la Béninoise. Il urge que les autorités à divers niveaux se penchent véritablement sur cette question de rançonnement qui est une préoccupation majeure à nos frontières pendant qu’on agite à tout vent la libre circulation des personnes et des biens dans la sous région. L’image et le développement des Etats en dépendent.

J.B

En savoir plus...

Opinion : Les Îles de l’océan Indien devraient miser sur leur diversité pour renforcer leur résilience

jose-graziano-da-silva

Par José Graziano da Silva*
Les Petits États insulaires en développement (PEID) représentent 40 pays parmi les pays membres de la FAO dans le monde. Il s’agit du groupe le plus touché par le changement climatique. La fréquence des catastrophes climatiques limite leur capacité à réagir aux risques environnementaux naturels et anthropiques qui les rendent particulièrement vulnérables.

Les secteurs agricoles de ces PEID sont parmi les plus menacés. Les aléas naturels, y compris les risques phyto- et zoo-sanitaires (les risques acridiens, par exemple) et les risques liés à la variabilité et au changement climatiques, mais également les aléas économiques (notamment la hausse des prix alimentaires), socio-politiques et sécuritaires (dont les conflits) pèsent sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des îles de l’océan Indien, en particulier sur les petits producteurs agricoles.

Les PEID sont identifiés en trois groupes régionaux: la région des Caraïbes, la région du Pacifique et la région AIMS (Atlantique, Océan Indien, Méditerranée et mer de Chine méridionale). Ce dernier groupe n’est pas constitué sur une base géographique et devrait pouvoir renforcer son identité à travers une stratégie basée sur la diversité.

Pour les îles de l’océan Indien, la Commission de l’océan Indien (COI) est le principal partenaire régional dans la formulation et la mise en œuvre du Programme d’action  mondial de la FAO sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les PEID. Ce programme comprend cinq éléments clés: promouvoir la sécurité alimentaire et une alimentation saine; assurer la gestion durable des ressources naturelles; renforcer la résilience aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles; promouvoir le commerce et l’accès aux marchés; et améliorer les partenariats et la coopération internationale.

Si nous voulons concrétiser un tel Programme, nous devons appuyer les initiatives émanant des groupes régionaux comme celle des îles de l’océan Indien. La COI a amorcé sa contribution à travers la formulation du Programme Régional de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PRESAN), élaboré avec l’appui technique de la FAO. Le document du PRESAN tient compte des recommandations issues de la Stratégie de Maurice pour avancer dans la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des PEID, de la Troisième Conférence internationale sur les PEID, de Rio +20, des Orientations de Samoa sur l’interdépendance entre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le changement climatique et le développement durable.

Nous constatons que les réflexions et les concertations sur ces sujets s’intensifient. Une Conférence ministérielle de dialogue entre les secteurs public et privé sur l’Économie océanique face  au changement climatique en Afrique est organisée par la Banque mondiale à l’Île Maurice, du 1er et 2 septembre 2016, afin d’examiner les réalisations, les défis et les priorités relatifs aux côtes africaines, où une attention particulière porte sur PEID de la COI avec pour thème «Les PEID en première ligne du changement climatique: Que faut-il pour inverser la tendance?».
 
L’Agenda pour 2030 et les Objectifs de développement durable (ODD) soutiennent la diversité et l’inclusion. Cette diversité peut être considérée sous l’angle des trois piliers du développement durable. La diversité écologique est relative à la biodiversité et aux ressources naturelles existantes. La diversité économique porte sur la dépendance des pays à l’agriculture, aux forêts et à la pêche ainsi qu’aux secteurs du tourisme et du commerce notamment. Enfin, la diversité sociale est fondée sur les habitudes, les pratiques et le savoir-faire des populations issues de différentes origines et cultures. Toute cette diversité peut contribuer d’une manière significative à renforcer les piliers de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à savoir la disponibilité, l’accès, la stabilité et l’utilisation.

Il faut que la volonté politique de chaque pays de la région à partager et à se conformer à une vision commune dans la diversité des objectifs respectifs soit forte. Nous devons encourager l’implication des jeunes pour leur capacité d’innovation et celle des femmes pour leur qualité entrepreneuriale, avec l’appui du secteur privé, afin d’assurer la rentabilité des investissements. Les efforts des partenaires doivent converger vers un objectif commun et se mettre en œuvre dans le respect et l’optimisation de la diversité.

La FAO, engagée à soutenir les initiatives des gouvernements des îles de l’océan Indien, dispose de l’expertise nécessaire, compte tenu du rôle important que jouent l’agriculture, la foresterie et les pêches dans une stratégie efficace de croissance économique.

Il est maintenant grand temps de renforcer et pérenniser nos actions.  Nous devons accroître les investissements  pour renforcer la résilience économique et environnementale des petits agriculteurs des îles de l’océan Indien. Cela se fera à travers la pratique des méthodes intelligentes d’adaptation inclusives et durables en matière d’agriculture, d’élevage et de pêche face aux effets du changement climatique.

Notre message pour la Journée mondiale de l’alimentation (le 16 octobre, 2016) est «Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi.»

Ce concept correspond à la période cruciale au cours de laquelle sera célébrée cette Journée annuelle, à quelques semaines de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 22, qui se tiendra du 7 au 18 novembre 2016, à Marrakech, au Maroc.

Notre appui aux PIED sera largement couvert lors de ces deux évènements.     

La FAO appelle les pays à inclure les questions relatives à l’alimentation et l’agriculture dans leurs plans d’action sur le climat et à investir davantage dans le développement rural.

En savoir plus...

2ème Assemblée générale hémodialysés de la sous-région : Le Bénin prend la présidence du Rashir-Uemoa

association

Les membres du Réseau des associations des hémodialysés et insuffi-sants rénaux de l’espace Union économique et monétaire ouest africaine (Rashir-Uemoa) ont renouvelé leur bureau  le samedi 27 août à Coto-nou. Ils étaient en Assemblée générale. La deuxième. A l’issue des tra-vaux, Maximin Gbaguidi a pris la présidence du réseau. Il a succédé au Nigérien Moumouni Adamou. Dramane Paré (Burkina-Faso) a été élu, lui, vice-président et le Secrétariat général permanent reste contrôlé par Edmond Amoussou (Bénin) (lire la liste complète des membres du bu-reau à la suite de l’article). Mais avant l’élection du nouveau bureau du Rashir-Uemoa, certains grands défis du réseau ont été rappelés aux parti-cipants venus entre autres de la Côte d’Ivoire, du Burkina-Faso, de la Guinée-Bissau, du Niger, du Mali, du Sénégal et du Togo.  Selon Mou-mouni Adamou dont le mandat est arrivé à terme depuis août 2015, l’Assemblée générale de Cotonou doit permettre d’insuffler un nouveau dynamisme au creuset. « Nous allons  revoir nos textes, les adapter aux réalités actuelles », a déclaré, pour sa part, Edmond Amoussou. « Au-jourd’hui le dialysé est bloqué dans son pays. Un  dialysé ne peut pas sor-tir de son pays parce que la prise en charge est encore nationale. Elle de-vrait être normalement sous régionale pour faciliter la circulation des dialysés. Nous allons faire le lobbying nécessaire afin que nos gouver-nants comprennent que la dialyse ne devrait pas être un frein à nos dépla-cements ». Edmond Amoussou  a ajouté : « Nous voulons aussi tout faire pour qu’il y ait un centre de transplantation rénale dans la sous-région pour soulager les dialysés. Nous voulons aussi réfléchir sur l’harmonisation des soins en dialyse». Dans leur bataille pour l’amélioration de leurs conditions de vie, les  hémodialysés ont déclaré avoir le soutien de la Commission de l’Uemoa. Le gouvernement béni-nois à travers Dr Lucien Toko, le Directeur de cabinet du ministre de la Santé, a également affirmé prendre à cœur la situation des dialysés. Une situation qui doit continuer à s’améliorer selon lui.

A.S

Nouveau bureau du Rashir-Uemoa

Président : Maximin  Gbaguidi (Bénin)
Vice-président : Dramane Paré (Burkina-Faso)
Secrétaire général permanent : Edmond Amoussou (Bénin)
Secrétaire général adjoint : Dembélé Ibrahima (Mali)
Trésorier général : Lucienne Sèwa (Sénégal)
Trésorier général adjoint : Rock Agbédokou (Togo)
Secrétaire à la sensibilisation : Moussa Bemba (Côte d’Ivoire)
Responsable à l’organisation : Handane Boubacar (Niger)
Secrétaire à la communication : Odette Rosa da Silva (Guinée-Bissau)

En savoir plus...

Réchauffement de la planète : La Vulnérabilité des stocks de poissons face à l’acidification des eaux

poissons-morts

La planète se réchauffe à grandeéchelle. Les conséquences sur les ressources en eau se ressentent aisément avec pour corollaire la diminution du pH des océans. Ce qui crée de nombreux dommages pour les ressources qui y viventnotamment, le stock de poissons. La problématique est à l’ordre du jour  est de la 71ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies,qui se tiendra à New York du 18 au 23 septembre 2016. A cette occasion, le Bénin s’adressera à la communauté internationale sur le thème : « Les changements climatiques : La baisse de la productivité des stocks de poissons face au réchauffement de la planète et à l’acidification des eaux ». Sujet de grande préoccupation, votre journal Matin Libre  s’y penche.

Selon les experts, l'acidification de l’océan est la diminution progressive du pH des océans. Il a été estimé que de1751 à 2004, le pH des eaux superficielles des océans a diminué, passant de 8,25 à 8,14. C'est « l'autre problème », induit par l'augmentation des émissions de dioxyde de Carbonne (CO2) d'origine anthropique dans l'atmosphère. En effet, l'océan absorbe naturellement une partie du CO2 de l'atmosphère. Mais l'augmentation de la quantité de ce gaz dans l'air a des conséquences encore méconnues sur les océans, contribuant à leur acidification. L’augmentation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère influence plus directement les océans (Sabine et al., 2004). Tel que décrit dans un rapport du comité de recherche scientifique en océanologie de l’Unesco, la combustion d’énergies fossiles libère du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, ce qui provoque un réchauffement climatique. Mais ce n’est pas le seul effet direct de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, puisque celle-ci modifie aussi la chimie des océans. L’océan absorbe le CO2 produit par les activités humaines à raison de 22 millions de tonnes par jour. Il élimine ainsi 30 % du CO2 émis dans l’atmosphère et atténue les effets nocifs de ce gaz dit « à effet de serre » sur le climat. Mais ce précieux service que rend l’océan pourrait bien avoir un coût élevé au plan écologique. Lorsque du CO2 se dissout dans l’eau de mer, il s’y forme de l’acide carbonique. Ce phénomène, qu’on désigne par « acidification de l’océan », a pour effet de diminuer la quantité de carbonate dans le milieu océanique, au détriment de nombre d’organismes marins qui puisent dans des minéraux, le carbonate de calcium nécessaire pour former leurs organes solides. L’effet conjugué de l’augmentation de l’acidité de l’eau et de la diminution de la concentration en carbonate a par ailleurs des conséquences sur les fonctions physiologiques de nombreux organismes marins.

Impacts sur les stocks de poisson

Selon la FAO, certains impacts sur les systèmes marins et aquatiques résultant d'importantes modifications liées aux températures, aux vents et à l'acidification peuvent être prévus "avec un degré de confiance élevé". A des échelles temporelles courtes - de l'ordre de quelques années - la hausse des températures aura des répercussions sur la physiologie des poissons en raison du transport limité d'oxygène vers les tissus à destempératures plus élevées. Cela se traduira par des changements de la répartition des espèces d'eau douce et marines, avec le déplacement de la plupart des aires de répartition des espèces marines en direction des pôles, l'expansion de l'aire des espèces d'eau plus chaudeet la contraction de celle des espèces d'eau plus froide.La plupart des animaux aquatiques étant à sang froid, le rythme de leur métabolisme est fortement affecté par les conditions environnementales, en particulier les températures, dont la modification peut avoir un effet important sur les cycles de reproduction du poisson, y compris la vitesse à laquelle celui-ci atteint sa maturité sexuelle, les périodes de ponte et la taille des œufs. Par conséquent, outre les modifications des sites de capture du poisson, il y a de fortes probabilités que le changement climatique altère l'abondance et le "recrutement", c'est-à-dire les processus du cycle de vie qui marquent l'entrée des poissons juvéniles dans la population adulte fertile et exploitable.

Des effets sur la pêche artisanale dans le golfe de Guinée

A en croire l’acte du colloque sur le réchauffement climatique et ses conséquences sur la pêche artisanale dans le golfe de Guinée, les océans des tropiques seront moins productifs alors que les océans d’eau froide verront leurs productions augmentées (ceci est déjà observé dans les pêcheries du Golfe de Guinée. Par exemple les pêcheurs de Soumbédioune à Dakar au Sénégal sont aujourd’hui obligés de parcourir de très longues distances – voire jusqu’aux côtes mauritaniennes- pour pouvoir capturer de quantités acceptables de poissons). En effet, certaines espèces de poissons verront leur cycle de vie se modifier. Certaines espèces de planctons se développeront plutôt ce qui va entrainer des discordances entre les premiers stades de vie des poissons et de leurs proies, et par conséquent, des baisses d’abondances de la ressource.  Par ailleurs, les récifs coralliens qui abritent de nombreuses espèces de poissons sont affectés par le blanchiment et la destruction d’une part et par l’interruption de la calcification due à l’acidification des océans d’autre part.  Dans les eaux marines, les évolutions et les évènements climatiques extrêmes augmenteront en fréquence et en intensité avec le plus connu de ces derniers, « le phénomène El niño dans le Pacifique sud ».  Des observations ont déjà été faites sur les changements de répartitions des poissons dus aux variations climatiques, avec généralement une expansion vers les pôles des espèces vivant dans les eaux chaudes et une contraction de celles vivant dans les eaux froides.  Des variations du niveau des cours d’eau qui jouent un rôle important dans le cycle de reproduction des poissons, seront notées, avec la prolifération des plantes aquatiques: réduction des zones de pêche (Lac Tchad, fleuve Nyong, fleuve Niger,…), ainsi que la diminution de la production de poissons et celle de toutes les activités connexes de la pêche (transformation, transport, commercialisation, navigation, etc.) Une étude faite en Normandie dans le cadre du Projet – SACCESS en 2011, fait état notamment de l’apparition des espèces subtropicales (le poulpe, la Dorade royale) que les pêcheurs de ces pêcheries n’avaient pas l’habitude de rencontrer. Déjà en 1982, une étude menée sur l’influence des variations climatiques dans les pêcheries ivoiro-ghanéennes de Sardinellaaurita a révélé une variation des prises entre 1971 – 1978, (période correspondant à la grande sécheresse ) une diminution de la biomasse de zooplancton et un effondrement des stocks de certaines espèces pélagiques notamment Sardinellaaurita et Scomberjaponicus (maquereau) et parallèlement un accroissement spectaculaire de Balistes coralinensis, espèce qui n’était capturée que de façon occasionnelle avant 1970.

Conséquences socioéconomiques de l’acidification de l’océan

Faute d’une meilleure connaissance des effets de l’acidification sur les écosystèmes, il est difficile de faire des prévisions pertinentes quant à ses impacts socioéconomiques. Quoi qu’il en soit, l’ampleur potentielle de ces effets est inquiétante et doit inciter à développer les connaissances sur le sujet. L’acidification pourrait perturber l’ensemble des réseaux trophiques marins et entraîner d’importants bouleversements dans les stocks de poissons commerciaux, et mettre ainsi en péril la sécurité alimentaire de millions de personnes et une industrie qui brasse plusieurs milliards de dollars. Les récifs coralliens rapportent plusieurs milliards de dollars par an grâce au tourisme, mais une menace plane sur cette manne à l’heure où les zones de récifs s’amenuisent et où les coraux deviennent plus vulnérables aux maladies. Le dépérissement des barrières de corail rendra en outre les côtes plus vulnérables à l’érosion et aux inondations.

L’acidification de l’océan, phénomène auquel s’ajoutent le réchauffement des eaux de surface et des modifications dans le brassage des eaux océaniques, pourrait réduire la capacité de l’océan à absorber du CO2, d’où une augmentation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et une aggravation de son impact sur le climat. Si cette réduction se vérifie, il deviendra plus difficile, et aussi plus coûteux, de stabiliser la concentration de CO2 dans l’atmosphère.

Des mesures,  politiques et interventions nécessaires pour gérer le problème

Dans son document, l’UNESCO, à travers son comité de recherche scientifique en océanologie, a proposé des mesures devant permettre de gérer au mieux les conséquences de l’acidification des océans. Ainsi, pour protéger l’océan de la menace que représente l’acidification, l’Unesco préconise avant tout la réduction des émissions de CO2. L’Organisation recommande également de compenser chimiquement l’acidification de l’océan par des méthodes techniques directes est irréaliste à l’échelle de l’océan mondial, sans compter qu’on ne connaît pas encore les risques qu’une intervention de cette ampleur sur la chimie de l’océan ferait peser sur les écosystèmes marins. Une meilleure gestion des écosystèmes peut être de nature à réduire la vulnérabilité des certaines espèces de grande valeur. Par exemple, des réserves marines ont été créées le long de nombreuses zones maritimes littorales, afin de préserver la diversité biologique et de permettre une recomposition des stocks de pêche, ont reconnu les experts, il faudra mettre en œuvre des politiques assez flexibles pour permettre de déplacer les limites de ces réserves au fur et à mesure de l’évolution de la chimie de l’océan et des écosystèmes en réaction à l’acidification. Selon le rapport, les eaux côtières souffrent actuellement d’agressions anthropiques d’origine terrestre qui sont susceptibles d’affaiblir la capacité de survie de la faune et de la flore marines compte tenu des transformations chimiques résultant de l’acidification de l’océan. Des éléments semblent même indiquer que certaines formes de pollution côtière aggravent l’acidification. Il est donc urgent d’adopter des politiques nationales et internationales plus fermes et radicales visant à protéger les eaux littorales de l’écoulement de déchets toxiques et de nutriments. Étant donné qu’il est vraisemblable que l’acidification de l’océan a des conséquences négatives sur les pêches commerciales, qui s’ajoutent aux effets du changement climatique sur l’agriculture, il est essentiel d’adopter des politiques mondiales pour parer aux pénuries alimentaires extrêmes. Il faut intégrer les résultats de la recherche sur l’acidification de l’océan, y compris les études par modélisation, dans les prévisions relatives aux stocks de poissons en vue de veiller à ce que des pratiques de gestion appropriées soient mises en place avant que les stocks ne s’épuisent. Grâce aux données déjà disponibles. Un problème de cette ampleur présentant des incertitudes si importantes pose un énorme défi aux responsables politiques mondiaux, à qui incombe la tâche très délicate de prendre des décisions malgré l’incertitude qui pèse sur des problèmes sans précédent, durables et intergénérationnels. Il est nécessaire selon l’Unesco, de déployer des efforts à l’échelle mondiale pour réduire ces incertitudes et faire des projections utiles dans les domaines écologique et économique. À cet effet, il faudra mener un travail de recherche coordonné au plan mondial s’appuyant sur une méthode efficace d’établissement de priorités, la normalisation des procédures expérimentales, le partage des informations et données et un financement à long terme.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !