TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

www.matinlibre.com 1000x250  pixels

A+ A A-

⁠⁠⁠ERDOGAN INSISTE SUR LA FERMETURE DES ECOLES DITES TURQUES EN AFRIQUE : Talon pourrait éviter ce piège

erdogan

En diplomatie, il ne serait pas inutile de rappeler que les liens inter-étatiques doivent être entretenus et préservés pour de réels bénéfices de toutes les parties prenantes.

C'est d'ailleurs dans cette logique que s'inscrit UFUK Benin, cette école Turque implantée au Bénin comme dans plusieurs pays africains depuis des années. Un fait qui témoigne, sans doute du principe de partenariat gagnant-gagnant pour les pays hôtes et le groupe UFUK .

On en veut pour preuve, qu'au Bénin par exemple,  90% du personnel de cette école est composé de cadres béninois de même que les étudiants qui représentent 99% de l'effectif. Des chiffres qui parlent d'eux-mêmes et qui démontrent également de l'importance de la présence de UFUK au Bénin.

Contre toute attente, le président turc Erdogan a décidé de fermer l'ensemble desdites écoles en Afrique. Une triste nouvelle qui de toute évidence bouleverse et inquiète les principaux concernés.

Si les pays comme le Cameroun, le Kenya, le Nigéria et l'Afrique du Sud y ont opposé un refus catégorique, la Somalie et la Guinée-Conakry ont sans se faire prier capituler.

Dans cette atmosphère, plutôt raide, le président de la République du Bénin Patrice Talon se rendra en Turquie les 05 et 06 décembre prochain. Une visite qui pourrait certainement ne rien à avoir avec cette actualité. Toutefois l'on est en droit de se demander si les échanges entre les deux chefs d'Etat pourraient ne pas aller sur ce terrain. Bien malin qui pourra répondre à cette interrogation. Au regard, des éventuelles conséquences fâcheuses que la fermeture de cette école pourrait avoir sur le Bénin, l'on ne peut que faire le plaidoyer pour que l'autorité turque revoir sa position quant à cette décision. Il n'est en rien superflu de faire remarquer que la présence de cette école au Benin contribue non seulement à la formation des cadres béninois et renforce la diplomatie entre ces deux pays sans compter les emplois que cela crée.

Si le déplacement du Chef de l'Etat béninois en Turquie permet d'apporter des pistes de solution à cette situation, toutes les parties impliquées ne pourraient que se frotter les mains à son retour.

Anita MARCOS

Lisez quelques déclarations à cet effet.

Erdogan active la fondation Maarif pour saisir les écoles turques : L’Ong CSACEFA exhorte les dirigeants africains à résister au complot.

Après avoir échoué dans sa tentative de pousser les gouvernements à travers le monde à fermer les écoles dirigées par les sympathisants du mouvement Hizmet, le Président RecepTayyip Erdogan de la Turquie a établi une fondation dénommée ‘’Maarif’’ pour atteindre son objectif.

Présidente de l’Ong CSACEFA, créée en 2000 par 40 ONG d’éducation en Afrique à l’approche du Sommet mondial de l’éducation à Dakar, la capitale du Sénégal et qui compte maintenant plus de 600 OSC en tant que membres, a exhorté les gouvernements africains à résister à tout complot du gouvernement turc de mettre en évidence sa souveraineté et sa respectabilité en acceptant l’ordre déguisé de remettre ces écoles turques à la Fondation Maarif. En effet Mme Osuji a déclaré, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, que les écoles affiliées au mouvement Hizmet, autrement connu comme les écoles turques, contribuent au développement de l’éducation au Nigeria et dans d’autres pays africains.

A signaler ajoute-t-elle, que ‘la Fondation ‘’Maarif’’, ne pouvait pas obtenir le soutien financier des hommes d’affaires locaux turcs, a obligé le gouvernement turc à se tourner vers les pays du Golfe pour le financement. Il faut rappeler que le gouvernement turc a fait des efforts vigoureux pour que d’autres pays ferment les écoles affiliées au Mouvement Hizmet sur les allégations non étayées que les sympathisants du mouvement ont orchestré la tentative du coup d’état échoué le 15 juillet dernier.

Le 14 septembre, le ministre de l’Education en Turquie, Ismet Yilmaz, a annoncé que la Fondation Maarif prévoyait de prendre en charge plus de 65 écoles liées au mouvement Hizmet dans 15 pays sans citer de nom. Des sources gouvernementales unanimes ont indiqué que cette démarche vise à prendre le contrôle des écoles mouvement et par la suite à les fermer. Mme Chioma Osuji, la directrice de la Coalition d’action de la société civile pour l’éducation pour tous (CSACEFA), l’organisme qui regroupe plus de 600 organisations de l’éducation et de la société civile, a déclaré que cette initiative échouerait en Afrique. Elle a dit: «Comment cela est-il possible? Une ONG prenant en charge des investissements privés avec l’aide du gouvernement? Ce n’est pas possible. Ils ne peuvent pas juste se réveiller un jour et prendre en charge les écoles. Ce serait terrible. «C’est l’Afrique. Nous ne permettrons à aucun pays étranger de nous traiter comme un continent bananier. Je ne vois vraiment aucun pays d’Afrique qui accepterait ça. Certainement pas le Nigéria. On y rencontrerait une vive opposition.

Pour rappel, les autorités turques ont lancé une répression massive contre le Mouvement Hizmet après le coup d’Etat échoué le 15 juillet, arrêtant 20.000 fonctionnaires et licenciant près de 150.000 fonctionnaires au sujet de liens présumés avec le mouvement. Le gouvernement turc a également confisqué les propriétés de centaines d’entreprises et a arrêté des hommes d’affaires de premier plan sur des liens suspects avec le mouvement. Malgré les efforts considérables déployés par le gouvernement, seuls quelques pays ont cédé à la pression d’Ankara sur la fermeture des écoles liées au mouvement Hizmet, la majorité d’entre eux refusant de répondre aux demandes du gouvernement turc.
⁠⁠⁠

Dernière modification lelundi, 05 décembre 2016 05:34
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !