TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Journée Internationale de la biodiversité : La mort est tuée par la nature !

Journee-Internationale-de-la-biodiversite

Le  22 mai, c’est la journée mondiale de la biodiversité !  Organisée chaque année le 22 mai partout dans le monde, la journée internationale de la biodiversité a pour thème cette année : «  Célébrer 25 ans d’action en faveur de la biodiversité ».  Un quart de siècle en faveur de la biodiversité c’est faire le bilan. Un bilan qui n’est possible que si on sait ce qu’est la  diversité biologique (1) et l’effort à consentir  pour la préserver (2).

1.    Ce qu’est la diversité biologique

La définition qui fait l’unanimité en Sciences de la Vie et de la Terre est bien celle-ci : «  La biodiversité, mot composé des mots bio (du grec βίος « vie ») et « diversité », est la diversité de la vie sur la Terre. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes dans l'espace et dans le temps, ainsi que les interactions au sein de ces niveaux d'organisation et entre eux. ». De cette définition on retient trois choses essentielles. D’abord, la pluralité de la vie sur terre. Ensuite la singularité des composantes de la vie à travers les gênes et enfin, l’habitat de chaque espèce.  Il apparaît donc de la diversité de la nature que nous tirons notre  équilibre et notre raison d’être. C’est dans la diversité biologique que nous puisons les éléments du progrès de l’humanité en matière de santé, et d’amélioration de l’intelligence. Par exemple, les architectes en observant avec attention le mode de fonctionnement de certains invertébrés dans la construction de leurs habitats, parviennent à dégager des principes de construction solides.

La diversité biologique ainsi comprise a fait l’objet d’une  Convention. Il s’agit de la Convention  sur la diversité biologique (CDB) .  C’est  un  traité international adopté lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992 avec pour buts de conserver la biodiversité, d’utiliser durablement ses éléments et de partager de façon juste et équitable les avantages découlant de l’exploitation des ressources génériques. On peut dire qu’en Afrique la  convention n'a eu qu'une portée contraignante limitée contrairement  à l’Union Européenne qui met un point  d’honneur à la mise en œuvre du principe de précaution.    

Entrée en vigueur en 1993, la Convention sur la diversité biologique (CBD) a été ratifiée jusqu’à présent par 196 états.  

2.    L’effort à consentir pour la biodiversité

L’année 2018 marque le 25ème anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention sur la diversité biologique. Appliquée par un certain nombre d'états signataires, elle a également été mise à mal par nombre d'autre. Plutôt préoccupés par leur développement économique unilatéral. Et c’est l’Afrique qui est devenue la proie facile de l’industrialisation mal comprise. Beaucoup d’écosystèmes ont été détruits pour l’implantation de champs de coton, pour l’installation des usines  sans études environnementales sérieuses. Le politique est sur le banc des accusés. Si celui-ci définit et conduit la politique de la Nation, il se doit d’être entouré par les personnes avisées. Aussi faudrait-il qu’il comprenne ce qu’est la biodiversité et son importance. D’où la mobilisation de tous pour sauver l’humanité. Car à partir d’espèces précises, de gênes on peut guérir l’humanité de ses maux.

Le Bénin et les pays du Golfe de Guinée doivent continuer les efforts de conservation de la flore et de la faune avec une attention particulière sur la valorisation de tout ce que regorge  l’espace communautaire. Il est vrai que de Cotonou à Accra, d’Ouagadougou à Niamey, d’Abuja à Bamako, des efforts sont faits en matière de  valorisation et des innovations en gestion durable de la biodiversité. Mais ceci est faible. Voilà pourquoi, il convient de se tourner vers  les chercheurs, les Organisations Non Gouvernementales et les Phytothérapeutes pour parvenir à un changement transformationnel qui protège la biodiversité et assure qu'elle continue à fournir les bases du bien-être humain.

Herbert de Saint Tauyé HOUNGNIBO
Droit International et Institutions Diplomatiques

Dernière modification lejeudi, 24 mai 2018 05:23
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !