TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU
A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Macédoine - Grèce : Un conflit de nom !

grece

Deux pays  la Grèce et la Macédoine  se querellent sur un nom : la Macédoine. C’est une ancienne querelle vielle de  25 ans. Le nom Macédoine est porté par une province chargée d’histoire en Grèce. Et la Macédoine est un pays de l’ex Yougoslavie. Si l’antériorité  joue en faveur de la Grèce, il n’en demeure pas moins que l’ex Etat yougoslave  jouit de la liberté de nom.  Ce conflit  a  un mobile d’ordre historique (1) et semble vouloir trouver une solution diplomatique (2)

1. Une querelle d’Histoire

La République  de Macédoine  est devenue un État indépendant et souverain en 1991. ,La Grèce avait bien accepté la dénomination de Macédoine dans le cadre de la Yougoslavie, elle ne l'accepta pas pour la république indépendante. Et pour cause,  l'utilisation par ce nouvel état slave de l'histoire et des symboles identitaires de la  Macédoine de l’antiquité grecque qui, pour la Grèce, font partie de ses racines à elle. La Grèce est jalouse de la conservation de son histoire.  Un contentieux est né ainsi.   Avec ses conséquences politiques et économiques comme les  bocages des frontières.  La  nouvelle République est reconnue par la Grèce et par la communauté internationale sous le nom d'ARYM (ancienne république yougoslave de Macédoine) ou FYROM (Former YugoslavRepublic Of Macedonia), conformément à la Résolution 817 du Conseil de Sécurité des Nations unies. Cependant, la même résolution permet à « chaque pays en particulier de reconnaître l'État macédonien sous le nom qui lui convient, pour son usage intérieur, et l'immense majorité des États adoptèrent le nom de « Macédoine » en dépit des propositions alternatives (d'inspiration grecque) du type « Macédoslavie » ou « Vardarie »

2. Une solution diplomatique

La diplomatie peut beaucoup.  Athènes  propose à la Macédoine  «un nom composé comprenant le terme de Macédoine», comme par exemple Haute-Macédoine. Les deux pays s’approcheraient d’un accord pendant que le 25 juin   l'UE est appelée à trancher  dans le cadre de l’ouverture de l’Union à la République de Maécdoine.  Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev a indiqué qu'une «solution acceptable», dont on ne connaît pas les termes, a été trouvée avec son homologue grec Alexis Tsipras, en marge du sommet UE-pays des Balkans ce jeudi 17 mai 2018. C’est le premier ministre grec a donné tout l’art du compromis en des termes bien diplomatiques : «    «Nous ne sommes pas encore en position de parler d'accord», «nous avons couvert le plus gros de la distance, mais il y en a encore à parcourir». Autrement dit, la négociation est la solution aux conflits entre les Etats.

Tauyé de Saint
Herbert HOUNGNIBO

Dernière modification lemardi, 22 mai 2018 06:12
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !