TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU
A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Rencontre entre les Corées jumelles : Les tisserands de la paix du matin calme

Rencontre-Corees

Dans les annales de l’Histoire de la Corée qu’elle soit du Nord ou du Sud, le vendredi 27 avril 2018 est marqué au rouge vif. En effet, Kim Jong-un de la Corée du Nord et   Moon Jae-in de la Corée du Sud ont pu se retrouver sur la ligne de démarcation militaire qui met en deux parties l’ex empire de Tachan. 65 ans après la fin de la guerre de la Corée (I) une métamorphose diplomatique se profile à l’horizon (II)

I.    Pourquoi parle –t-on de deux Corées ?

Si la rencontre entre les deux hommes forts de la Corée du Nord et de la Corée du Sud a retenu l’attention c’est que l’évènement est historique  et comporte une signification qui va au-delà de la péninsule.   

La Corée entre 1897 et 1910 a été un empire, l’empire de Tachan . Il a été sous l’influence du Japon. La Russie n’a jamais caché son  appétit d’annexion sur la péninsule notamment sur la Mandchourie. La guerre russo-japonaise s’est soldée par la victoire du Japon qui a étendu sa  domination sur la Corée par le biais d'un protectorat mal accepté par la population. En guise de représailles après l'assassinat de son représentant, le Japon annexe le pays et dépose son empereur. La Corée devient alors la province japonaise de Chosun .

C’est l’issue de la Seconde Guerre mondiale  qui va faire apparaître l’appellation Corée du Nord  et Corée du Sud.  Le 15 août 1945, la reddition du Japon est effective. La Corée est partagée  par les vainqueurs. Ainsi,  la Corée est divisée à hauteur du 38ème parallèle en deux régions d’influences plus ou moins symétriques. Au nord, l'Union soviétique promeut  un régime communiste dont la figure emblématique  est le secrétaire du Parti du Travail. Cet ancien  résistant à l'occupation japonaise s’appelle  Kim Il-sung. Plus au sud, les américains lancent le   vieux leader nationaliste, vigoureusement et radicalement  anticommuniste, Syngman Rhee . On peut donc comprendre pourquoi la Russie et les Etats-Unis suivent de très près les évènements en Corée.

La Corée ainsi scindée  constitue l'une des manifestations de la  Guerre froide. Staline  a conduit une  politique d'extension du communisme dans les pays « libérés » par l'Union soviétique en empêchant l’organisation des élections librement comme  le recommandaient les accords de YALTA. A l’opposé  Truman exécute  la doctrine du Containment  qui consiste  à stopper la volonté populaire au niveau des territoires. Depuis 1953, les deux Corées, ne rêvent, chacune à leur façon, que de réunification. Le sommet de Panmunjom peut être le début du commencement d’une nouvelle ère diplomatique. La  Maison de la paix, située du  côté sud du village de Panmunjom, où a été signé l'armistice en 195 peut en être le symbole.

II.    Une métamorphose diplomatique

La rencontre de Panmunjom est importante en ce qu’elle permet de panser les plaies de souvenir d’une guerre meurtrière soutenue par la Russie et les Etats-Unis. La guerre de Corée a duré trois ans entrainant trois millions de morts mais au bout du compte elle se solde par un statu quo ante bellum. C’est-à-dire   « comme les choses étaient avant la guerre »  L'armistice e a été signé le 27 juillet 1953 à Panmunjom, sur le 38ème parallèle - là où tout a commencé.  

La rencontre entre les deux dirigeants est seulement la troisième du genre, après deux réunions intercoréennes à Pyongyang, en 2000 et 2007.  Ce sommet  prépare une rencontre  non moins importante , le face-à-face entre le très controversé  président américain Donald Trump et Kim Jong-un.

Le sommet a été un succès diplomatique, l’accueil chaleureux, les confidences à la vue des caméras, tout a été mis en œuvre pour  faire exprimer la volonté des deux dirigeants d’aller à la paix.  Le principal problème demeure la « dénucléarisation». Pyongyang est formel. Il y a deux conditions : le départ des soldats américains stationnés au Sud et le retrait du parapluie nucléaire américain.

L’ère diplomatique qui s’ouvre  c’est que Séoul est confiant que d’armistice de 1953, pourrait être désormais  substituée par un  traité de paix pour mettre formellement un terme à la guerre de 1950-1953. Les relations entre les deux Corées  se rétablissent lentement mais sûrement. C’est ainsi par exemple qu’on a pu observer   l’effectivité d’une  délégation de Pyongyang aux Jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud en février.

Séoul a fait montre de  grand volontarisme. Par exemple, le Président Sud Coréen a souhaité « un accord audacieux » pour la paix, et aspire  se rendre au mont Paektu, montagne sacrée pour les Coréens, située au Nord. Tout un symbole. Séoul  reste la cheville ouvrière de la réunification.  

La Corée du Sud et la Corée du Nord organiseront par ailleurs, en août, une nouvelle réunion des familles séparées depuis la fin de la Guerre il y a 65 ans. Cette une offensive diplomatique de valeur pour promouvoir la paix.

TAUYE DE SAINT HERBERT HOUNGNIBO
EDITORIALISTE
EXPERT EN DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES

Dernière modification lemercredi, 02 mai 2018 05:50
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !