TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU
A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale : 18 pays exposés à un risque élevé de surendettement

economie

La Banque mondiale en rendu public hier, mercredi 18 avril 2018, à son siège à Washington, le contenu de son rapport semestriel sur l’état des économies africaines. La cérémonie est suivie en direct par vidéoconférence dans toutes les grandes capitales africaines.

De l’analyse faite par Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale, trois messages importants se dégagent du rapport Africa’s Pulse d’avril 2018. D’abord une bonne nouvelle. La croissance économique rebondit en Afrique. Elle devrait s’établir autour de 3,1% en 2018 et 3,6% en moyenne sur 2019-2020 contre une croissance de 1,5% en 2016 et 2,6% en 2017. En Afrique au sud du Sahara, les pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal sont les moteurs de cette croissance avec un taux de 7 à 8%. Cependant, bien que cette croissance soit positive, l’expert note qu’elle est trop lente et insuffisante pour accélérer les réformes macro-économiques et budgétaires pour  éradiquer la pauvreté dans un avenir proche. Le deuxième message concerne l’augmentation de la dette publique sur le Pib. Contrairement aux années 2000 où la dette est concessionnelle, on note un changement de la structure de la dette. De plus en plus, les pays africains se tournent vers les marchés pour émettre des bons. En moins de 5ans, plusieurs pays africains ont doublé leur dette. Cette situation a entraîné un problème croissant de soutenabilité de la dette. 18 pays sont classés en mars 2018 comme étant exposés à un risque élevé de surendettement, contre 08 en 2013.La troisième information tirée de l’analyse du rapport est liée à l’accès à l’électricité. En 2016, 42% des ménages en Afrique ont accès à l’électricité et 2/3 des entreprises situées dans les grandes métropoles africaines n’ont pas accès à de l’électricité fiable. Ce qui constitue un frein à la création de l’emploi. Le présent rapport Africa’s Pulse s’intéresse particulièrement au rôle que peut jouer l’innovation pour accélérer l’électrification de l’Afrique subsaharienne. Ce qui devrait accélérer la lutte contre la pauvreté grâce à une croissance économique solidaire. « Si l’Afrique adopte la technologie et met à profit l’innovation, elle peut accroître la productivité entre les secteurs et à l’intérieur de ceux-ci, et accélérer la croissance », a affirmé l’expert Albert Zeufack avant de partager avec les journalistes quelques pistes de solution aux problèmes énumérés par le rapport et les projets de la Banque mondiale en cours sur le continent pour accroître l’électrification de l’Afrique. Un autre rapport sera publié en octobre 2018.

Bertrand HOUANHO

Dernière modification levendredi, 20 avril 2018 05:32
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !