TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Coup d’Etat constitutionnel en Chine : Xi Jinping arrache un mandat unique à vie

Xi-Jinping

C’est fait. Le Palais du peuple à Pékin a commis l’inédit monarchique au résultathallucinant : deux voix contre, trois abstentions et un vote invalidé sur les 2 964 députés présents. Le verdict des urnes est clair. Les amendements à la constitution sont adoptés. En conséquence, le verrou de la limitation de mandats est sauté.  Le dimanche 11 mars entre dans l’histoire du Parti Communiste Chinois (PCC) qui par l’entremise des délégués a confié à Xi Jinping, un mandat unique à vie. Ce coup de force constitutionnel cache à peine un enjeu générationnel (I) et une réponse à une menace internationale (II)

I.    Un enjeu générationnel

Ceux qui sont à la manœuvre au sein du Parti Communiste Chinois sont d’une génération. La  plupart des élites sexagénaires de l’actuelle Chine ont connu  des expériences qui  les ont marquées aussi bien dans le corps que dans l’esprit.  C’est la génération des fils de révolutionnaires, les  nés « Rouges » comme on le dit. Ils sont implacables sur leur droit divin à guider la Chine. Rien ne saurait les dérouter. C’est le reflet de leur éducation. Ils ont fait le chemin, le parcours au sein du parti tout en cumulant cela avec leurs études.  On ne saurait occulter  comme le souligne si bien Jean-Louis Rocca,Professeur à Sciences Po, chercheur au Centre de recherches internationales (CERI)que les souffrances de la Révolution culturelle, puis les troubles des années 1970 et 1980 ont rendu cette génération assez peu sensible aux sirènes du désordre politique. Pour la génération de Xi Jinping,  la modernisation de la Chine passe par la création d’une élite moderne, rationnelle et  autoritaire.   L’ouverture occidentale est une menace permanente pour la Chine.

Pour les cadres du parti, ce qui se joue actuellement en Chine, c’est son avenir qui passe par la maîtrise de l’Education. Les vents réformateurs qui soufflent ne sont pas de nature à rassurer la génération des « enfants rouges ». Ils sont donc arrivés à la conclusion que la loyauté  au parti et à la Nation est compromise  avec ceux qui se proposent de leur succéder. On le sent déjà dans les programmes des universités. Xi Jinping est  sans état d’âme. Il n’est pas conseillé d’étudier les valeurs occidentales dans les universités chinoises. Ce pendant, les étudiants Chinois  peuvent aller étudier aux Etats-Unis l’économie, le droit, la finance ou le management mais pour faire des affaires au profit du Parti et de la Nation. La ligne est dure, très dure, elle est celle de la génération Xi.  Pour conquérir et renforcer le pouvoir, Xi a fait appel à la vieille recette de la lutte contre la corruption. On le sait, très bien, un pouvoir en quête de légitimité populaire brandit toujours la lutte anticorruption pour éliminer des adversaires gênants et se présenter comme garant de l’intérêt national.  Cela s’appelle, nettoyer le parti  pour converger vers l’assaut final.  En fin tacticien, il a réussi à faire  destituer, M. Sun Zhengcai. C’était en juillet 2017. M. Sun Zhengcai  fut le patron  de la  province autonome de Chongqing qui avait remplacé cinq ans plutôt  M. Bo Xilai actuellement  derrière les barreaux pour corruption aggravée. Le motif laisse souvent sourire les spécialistes de la Chine : «  abandon des  objectifs du parti et mépris de  la discipline et des règles du parti ». La génération des enfants rouges a perçu vite la montée en puissance de jeunes brillants aux carnets d’adresses impressionnants et non rassurants. Ils ont donc décidé de rester aussi longtemps pour ne pas occidentaliser la Chine.

II.    Une réponse à une menace internationale

XI Jinping  est sourd aux  des critiques occidentales de démocratie. Pour lui et sa génération, le mandat unique à vie vise à rendre la gloire à la Chine.  Xi Jinping  voudrait bien rendre la Chine quasi-indispensable dans le monde. Cette ambition, ce projet, le bureau politique du parti l’a approuvé.  Rien ne saurait empêcher cette ambition d’être un rempart  à la « tigritude » américaine. La Chine est donc prête …même au prix de la révision constitutionnelle ! Dans un monde instable et dangereux, fait de stratagèmes commerciaux pour déstabiliser la Chine, le comitécentral apporte des réponses politiques énergiques. Il ne peut donc y avoir de déstabilisation de l’intérieur. Le message est clair. Le rappel à l’ordre sans faille. La dictature est la règle. Elle est  porteuse de fierté et de gloire pour la Chine. C’est bien le message. Il semble être entendu au-delà de la Chine.

A  64 ans, le président de la République populaire  de Chine  a concentré le pouvoir  comme aucun de ses prédécesseurs ne l'avait fait depuis l'ère cataclysmique de Mao (1949-76). Il tient à mener une politique  ambitieuse. Xi Jinping a pris directement sous ses ordres la direction de plusieurs groupes de travail consacrés à la sécurité nationale et cyberespace, économie et finances. Il y a des signes qui ne trompent pas. Le pouvoir est ultra centralisé.

Quand la concentration est excessive, elle cache une ambition de démesure. D’ailleurs, les méthodes par lesquelles Xi Jinping est parvenu à écarter des concurrents n’augurent rien de bon. Par exemple, il  a remis en cause le binôme politique appartenant à la sixième génération et programmé pour lui succédercomme Sun Zhengcai, ex-secrétaire du parti de Chongqing et plus jeune membre du bureau politique, arrêté pour corruption et expulsé du parti. Ce peut être une habileté à la Chinoise. Mais cela reste une chinoiserie.

TAUYE DE SAINT HERBERT HOUNGNIBO
EXPERT EN DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dernière modification lejeudi, 15 mars 2018 04:43
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !