TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

USA- 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium : Trump mène une politique de tigre sans griffes

Donald-Trump

Comme si c’était une mesure de rétorsion dans le cadre de  l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Président des Etats-Unis, Donal Trump  a mis son plan de chantage à exécution en signant le jeudi 08 mars 2018 le décret augmentant de25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium. Raison évoquée par l’hôte de  la Maison-Blanche, « Il s’agit d’une promesse de campagne ! ». Raison tout aussi insolite qu’elle ne se fonde sur rien de démontrable à part que la taxe infligée vise à sécuriser les Etats-Unis, dit-il et à protéger les producteurs locaux d’aciers et d’aluminium. La décision unilatérale de Trumpne manque cependant pas de stratagème  de politique intérieure (I) dont les conséquences sur l’économie mondiale seront effroyables tant, la Maison Blanche provoque un conflit commercial international volcanique de grande portée (II).

I.    Un stratagème de politique intérieure

Le visage victorieux, le Président des USA brandit son décret d’augmentation des droits de taxe de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. Il est content d’avoir posé un acte qui protégerait des producteurs locaux en acier et en aluminium. Pour expliquer le fondement de cette mesure commerciale,Trump  s’écarte de l’analyse de la balance commerciale pour enfourcher les  sifflets de la campagne électorale. En effet, Trump est en campagne. Son parti en bas dans les sondages a besoin d’un souffle, de l’oxygène pour rebondir. Il a trouvé une formule peu originale, la flatterie par l’acier et l’aluminium.  En disant que l’acier, c’est l’Amérique, il prend le lobby industriel en la matière pour un corbeau. Lui, le renard en feu ou en furie, voudrait exprimer combien de fois, il aime l’Amérique et il tient à la sécurité de ses travailleurs.   "Nous devons protéger notre pays et nos travailleurs", a twitté Donald Trump vendredi 09 mars 2018 pour justifier l'imposition de taxes. La formule ne manque pas de panache et reçoit un écho chez l’extrême droite. C’est du chantage ! La mesure laisse entrevoir des flexibilités et des exemptions. C’est ainsi que les voisins des Etats-Unis comme le Canada et le Mexique ne sont pas concernés. Les autres, l’Europe, la Chine, peuvent négocier. Cela se  nomme : « Appel à la Négociation ». Visiblement, Trump est conscient qu’il mène une politique de tigre sans griffes qui n’est pas de nature à conforter les secteurs manufacturier et de construction qui utilisent assez d’aluminium et d’acier que le marché intérieur est loin de couvrir. In fine, c’est bien le consommateur final américain qui va faire les frais à court terme.

La politique protectionniste de Trump n’est pas inédite. Avant lui, Le Président Bush, républicain comme lui, en 2002 avait aussi augmenté les droits de douanes pendant plus d’un an. Les objectifs de cette politique commerciale n’ont pas été atteints. La perte de plusieurs emplois en est le corollaire car quand l’acier devient plus cher à l’imploration, il faut rééquilibrer les budgets et procéder à des coupes sombres. Le licenciement pour raison économique s’invite dans les restructurations. Adieu les emplois ! Mais on gagne les suffrages des radicaux d’extrême droite. Cette mesure vient renforcer le sentiment anti-mexicain chez plusieurs américains qui sont résolus à ne pas voir les Etats-Unis envahis pas les Mexicains et les Canadiens. Autrement dit, Trump  n’a pas agi en l’air. Ce décret est un signal fort à la renégociation du traité de libre-échange nord-américain en vigueur de puis 1994.
 

Le Parti de Trump n’est pas en phase avec lui. De Paul Ryan, Président de la Chambre des représentants à Jeff Flake, le spécialiste des propositions des lois à effet d’annulation, la ligne contestataire de la mesure  est maintenue. Mais le Président américain s’en moque et reste droit dans ses bottes. Il  connait les américains et a gagné les élections sans suivre les lignes directrices de son parti. Cette stratégie de politique intérieure ne manquera pas de provoquer un conflit commercial international aux conséquences lourdes.

II.    Un conflit commercial international volcanique

La mesure d’augmentation de la taxe de l’acier et de l’aluminium  a provoqué déjà des réactions légitimes contre le décret attentatoire au libre-échange. L’Europe tout en privilégiant la voie du droit international dans le cadre de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) tient à montrer le biceps comme la Chine qui plus pratique ouvre une consultation contre le dumping sur les importations du sorgho et du soja en provenance des  Etats-Unis. Pour mémoire, le dumping (de l'anglais to dump, « déverser », « se débarrasser de ») désigne la minimisation des contraintes légales en matière de fiscalité, de protection sociale ou de protection de l’environnement par un État.Comme on peut bien l’apercevoir, la Chine annonce les couleurs de protection de ses exportateurs de l’acier et de l’aluminium. Le couple franco-allemand n’est pas du reste.Le ministre  français de l'Économie Bruno Le Maire s’est fait plutôt diplomate : « nous allons évaluer les conséquences sur nos industries et les réponses à apporter". La solution diplomatique c’est bien celle qui est recommandée par  l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais il n’y a pas de négociation si les rapports de forces ne sont pas visibles. C’est ce qu’a compris l’Union Européenne qui a dû comprendre qu’être  flegmatique en la matière serait préjudiciable pour les Etats de l’Union.  Le  vice-président de la Commission européenne, JyrkiKatainen est monté au créneau pour montrer la capacité de l’Europe à prendre des mesures de rééquilibrage sur les jeans et le beurre de cacahuète. Comme pour dire à Trump si tu taxes l’acier et l’aluminium, nous aussi nous taxons vos jeans et votre beurre de cacahuète. C’est l’équilibre de la terreur. Le front asiatique s’est annoncé avec la chine sur le soja et le sorgho. La guerre commerciale entre dans sa phase préliminaire avec  la liste de produits que l’UE pourrait taxer en riposte.

La guerre commerciale est plutôt dévastatrice pour l’économie mondiale.   Car l’économie est un tout. Ce qui se joue aux Etats-Unis a des effets sur tout le monde. Et singulièrement sur l’Afrique. La conséquence visible est la hausse des prix. Ce sont les consommateurs  qui en feront les frais. Voilà pourquoi la voie diplomatique du dialogue est nécessaire tout comme le règlement du litige par l’Omc qui reste la  clef de voûte du système commercial multilatéral. On peut toujours garder l’espoir qu’elle contribuera (Omc)  une fois encore à stabiliser l’économie mondiale.  La procédure de l’OMC consacre le règne du droit et permet de rendre le système commercial plus sûr et plus prévisible.  Le principal n’est pas de de rendre un jugement.  La priorité en  la matière, c’est de trouver des solutions aux litiges principalement par voie de consultations. Le tableau statistique  de règlements  des différends de l’OMC est plutôt rassurant.   En janvier 2008, environ 136 seulement des 369 affaires avaient atteint le stade de la procédure de groupe spécial. Plusieurs affaires ont   été réglées à l’amiable ou restent au stade de la phase de consultation prolongée — depuis 1995 pour certaines.

En somme, Trump ne peut pas de son propre chef déconstruire le commercial international par des décrets préjudiciables aussi bien à l’économie américaine qu’à l’économie mondiale. L’usage de la taxe douanière comme une nouvelle arme d’hégémonie est limité et contenu par le droit international et la démocratie multilatérale. Le sénat américain devrait le faire savoir en adoptant la loi de rectification de Jeff Flake.

TAUYE DE SAINT HERBERT HOUNGNIBO
EXPERT EN DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dernière modification lemardi, 13 mars 2018 04:59
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !