TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Existence d’un présumé marché d’esclaves près de Tripoli : Les clarifications de l’ambassade de Libye au Bénin

Esclavage-Lybie

Les autorités libyennes ne comptent pas croire au contenu du documentaire diffusé par la télévision américaine Cnn sur le présumé marché d’esclaves  entretenu près de Tripoli sans se poser des questions. L’ambassade de Libye près le Bénin a réagi le mardi 05 décembre 2017 à la faveur d’une conférence de presse à Cotonou. « Le documentaire dont il est question  ne reflète ni la position  officielle de l’Etat libyen ni celle de son peuple. Les Libyens sont très fâchés contre cet enregistrement qui va à l’encontre des valeurs fondamentales de leur société et rejette en bloc la traite des noirs et l’esclavage», a déclaré le Chargé d’Affaires Busheha Busheha. Il sera davantage précis: «La Libye affirme qu’elle n’est pas responsable de l’existence de migrants clandestins qui sont détenus par les bandes armées et les organisations  terroristes disséminées un peu partout dans le désert qui cherchent à attirer les pauvres migrants en leur promettant de l’argent et du voyage en Europe». Selon lui, le gouvernement libyen vérifiera les informations contenues dans le documentaire et « prendra des sanctions sévères». Il indiquera que « la Libye condamne l’appel à l’attaque et l’état de siège des ambassades libyennes en Afrique et rappelle que ses ambassades jouissent de l’immunité diplomatique». Pour Busheha Busheha, la Libye est victime des problèmes liés à l’immigration ; immigration qui reste pour l’Etat libyen un fardeau  en termes de perte en nourriture, en médicaments et autres dans les camps d’hébergement. «Nous sommes surpris par les réactions au moment où rien ne prouve la véracité du contenu de cet enregistrement, dans la mesure où par le passé, plusieurs enregistrements retentissants ont été réalisés à de différentes occasions et il s’est avéré que les allégations n’étaient pas fondées. Les conséquences de ces allégations étaient désastreuses et ont même conduit à l’intervention militaire», a-t-il déploré. Et de rappeler : « La Libye a une histoire particulière et séculaire dans les relations avec l’Afrique car elle fut le pionnier en matière de défense des intérêts de l’Afrique. Les Africains vivant en Libye depuis des décennies n’ont jamais connu de pareilles difficultés hormis quelques incidents isolés qui sont courants dans tous les pays du monde y compris les pays développés. Ils travaillent en toute liberté dans les marchés, les boutiques et mènent tranquillement  leurs activités artisanales». Il a par ailleurs qualifié de «rumeurs» les histoires racontées par certains migrants sur la Libye à leur retour dans leur pays. « Le migrant invente des histoires pour convaincre la presse et échapper aux sanctions qui l’attendent», a-t-il martelé. A en croire Busheha Busheha, « la Libye est un pays de transit et non un pays de provenance des migrants». « Il revient, a-t-il conclu, aux pays d’où proviennent les migrants de garantir une vie meilleure à leurs citoyens et de renforcer la démocratie dans leur pays pour éviter à leurs citoyens de quitter leurs pays à la recherche d’une vie meilleure et de la démocratie chez les autres… La question  de l’immigration ne saurait être gérée par la seule Libye».

A.S

Dernière modification lejeudi, 07 décembre 2017 05:16
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !