TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Suite à sa déculottée de Paris : Kaboré et Ouattara consolent Talon

Kabore-et-Talon

Patrice Talon a fait du 09 au 11 octobre dernier, une tournée sous régionale ; tournée non révélée par le communiqué officiel signé du Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères qui annonçait la visite du Chef de l’Etat en France. Il a parcouru quatre pays de l’Afrique de l’Ouest. Ce sont des visites de courtoisie probablement improvisées après la débâcle de Paris.

Quatre pays africains ont dressé cette semaine le tapis rouge au Chef de l’Etat.    Le Burkina- Faso, la Côte d’ivoire, le Ghana et le Togo ont reçu le président du Bénin. Certaines sources soulignent que le président de la République est  allé relancer les relations existant entre le Bénin et ses différents Etats. C’est curieux. Patrice Talon qui n’avait cure jusque-là des rapports de bon voisinage depuis son élection en avril 2016 a brusquement trouvé l’intérêt de célébrer l’amitié. Il ne faut se pas leurrer. Le président Talon est plutôt  allé chercher du réconfort chez ses pairs après la déculottée de Paris (Lire : Après le fiasco de Paris : Talon doit faire le grand ménage dans le quotidien Matin Libre du 10 octobre 2017). Le président français Emmanuel Macron avait laissé poiroter à Paris toute la délégation présidentielle venue de Cotonou durant plusieurs jours. Et Patrice Talon qui déteste les échecs et les humiliations a bien voulu sauver les apparences. Le « compétiteur né » a dû négocier auprès de certains de ses homologues des visites de courtoisie, donc sans grands intérêts pour le Bénin. Certains canards reprenant des informations lâchées par des propagandistes, ont tenté de faire croire que Talon a obtenu des accords de principe à Ouagadougou. Rien n’est clair. Roch Marc Christian Kaboré a certainement pu consoler  Patrice Talon très déçu. Le président Alassane Ouattara a dû jouer le même rôle lors du dîner offert à son jeune frère à Abidjan dans la nuit du mardi au mercredi. Les deux ont peut-être évoqué le dossier épine dorsale qui défraie actuellement la chronique judiciaire. Ils auraient  discuté des implications de la décision prononcée par la justice béninoise contre le groupe Bolloré. Patrice Talon a échangé aussi avec le président Faure Gnassingbé.  Les tensions notées à Lomé et d’autres villes ces derniers jours devraient auraient été au centre des discussions. Au Ghana avec le président Nana Akuffo Addo, le Chef de l’Etat a dû parler de questions bilatérales. Toutes ces rencontres avaient un objectif : feindre de noyer la mésaventure de Paris.  En réalité, le président Talon n’a pu rien faire d’utile à l’extérieur si ce n’est la rencontre organisée avec ses partisans à Paris. S’il n’a pu rien ramener de la 6ème puissance économique mondiale, beaucoup se demandent ce qu’il pourrait bien obtenir de conséquent dans ces quatre Etats. L’économie nationale n’a rien gagné du long et couteux séjour de Patrice Talon à l’extérieur du 02 au 11 octobre dernier. Patrice Talon déçoit. Et vu le bilan piteux de sa gouvernance depuis avril 2016, les Béninois pourraient encore craindre des résultats frustrants.        

Mike MAHOUNA

Dernière modification lelundi, 16 octobre 2017 05:53
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !